AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070305254
256 pages
Éditeur : Gallimard (20/01/2005)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 50 notes)
Résumé :
"... Entre ses amius rangés et ses amis dérangés, il éprouverait toujours une secrète attirance pour les seconds. Ceux dont l'esprit avait fait un pas de côté. La fêlure, voilà ce qui le captivait chez les gens. Toute sa curiosité n'avait pour objet que de cerner le lieu et l'instant de cette faille dans une vie. Jusqu'à en être hanté..."

Pierre Assouline est journaliste et écrivain. Il est l'auteur d'une vingtaine de livres, dont plusieurs biographie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
brigittelascombe
  06 décembre 2011
Humour fin et mordant pour petites histoires dérangées.
Pas celles de Pascale Roze, mais les histoires de famille dont le linge à particule du XVI° se lave dans les méandres d'un arbre généalogique commandé tout express à François-Pierre Samson, expert en la matière, homme "moyen en toutes choses", fraichement divorcé et domicilié, lui, Paris XV°.
"Vous serez le héros de la fête", une "fête à la bonne franquette" lui ont promis ces gens "de la même génération" mais pas du même monde".
Un cocktail dinatoire appétissant pour ce généalogiste curieux des autres qui "aime soulever le tapis pour voir ce qu'on a glissé dessous".
Des portraits hauts en couleurs d'une société bien pensante, de bon ton mais aux prénoms aussi tarabiscotés que leurs comportements.
Rencontre déstabilisante de Sixte de Chemillé, adolescent surdoué au don médiumnique capable de se refermer comme une huitre dans certaines circonstances. Rencontre un brin choquante de Mathilde ronde nymphomane à éviter.Et rencontre éblouissante de la mère de Sixte, Ines de Chemillé à l'élégance souveraine et à l'érotisme caché, sous une grande maîtrise de soi, qui va l'émouvoir plus que de raison.
"Un côté sombre, un côté soleil". Sixte et sa mère,la belle Ines lui réservent bien des surprises dépassant les limites de son imagination de petit scribouillard décortiqueur.
L'état limite dépassera-t-il dans leur cas les limites du border line?
Pierre Assouline, journaliste et écrivain, auteur reconnu de moult ouvrages, manie l'ironie par petites touches imagées qui prêtent à sourire et mène cet Etat limite à la manière d'une enquête policière aux rebondissements captivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
oran
  05 août 2016
Un vendredi en soirée, François-Marie Samson , généalogiste réputé , emprunte le métro, ligne 6 – Nation- Charles de Gaulle.
La soirée s'annonce compliquée : ciel colérique , altercations entre usagers, incident technique paralysant la rame au-dessus de la Seine. Cela va permettre de révéler les réactions des voyageurs comme dans « Boule de suif » : hypocrisie , bassesse, fanfaronnade, sang-froid, indifférence, égoïsme, altruisme …
Cette mésaventure se termine sans trop de mal , Samson peut donc se rendre à la soirée des de Chemillé , réception organisée pour présenter au cercle amical et parental l'arbre généalogique commandé qu'il vient d'achever.
Il approchera la plupart des convives de cette soirée, observera, discutera , se forgera une opinion sur chacun d'entre eux, Il sera intrigué par Sixte, le jeune fils de la famille qui manifestement est paré du don de voyance 'vision transpigmentaire" dira un spécialiste de la chirurgie oculaire.
L'hôtesse, Inès Chemillé, ne lui est pas indifférente, ils se reverront et deviendront amants.
Entre temps, le commanditaire du premier travail, Tanneguy de Chemillé, repasse commande pour l'établissement d'un nouvel arbre généalogique , celui de la famille de son épouse, les Créange de Vantoux, cela sonne comme un nom juif "Créange de Ventoux".
Mais étrangement , à partir de cette soirée, de curieux événements vont se produire, Inès, son fils sombrent-ils dans la folie ? Que cherche Tanneguy ?
Samson trouvera certaines réponses. Toutes ?
Pierre Assouline décrit avec réalisme , avec une ironie caustique, un humour acide, les réactions, les comportements de la société celle des usagers du métro, celle de la tribu aristocratique, celle des dirigeants d'un grand laboratoire pharmaceutique...,
Le roman s'achève, de façon surprenante, telle une enquête policière.
PS
Un soir, la nuit bien avancée, Samson suggère à Inès d'écouter "le Pas du chat noir" d'Anouar Brahem", compositeur contemporain tunisien .
Moi aussi, je vous invite à vous immerger, les nuits d'insomnie, dans cette musique narrative où oud, accordéon et piano racontent la tristesse de la vie, le temps qui passe avec peut être la lueur d'espoir du lendemain qui vient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JeanPierreV
  20 février 2016
François-Marie Samson a pris le métro, malheureusement immobilisé à la suite d'une panne de courant due à un orage violent. Il descend à la station Passy dans le XVIème…pour se rentre à un cocktail dinatoire dans un appartement bourgeois….Généalogiste de renom il vient y présenter devant la famille réunie l'arbre généalogique de la famille, remontant sur plusieurs siècles…Une famille à particule de « sang noble », fierté du père de famille Tanneguy de Chemillé, il travaille au Quai d'Orsay et attend même une décision du Conseil des Ministres qui doit le nommer à un poste d'ambassadeur…Ce cocktail dans l'appartement cossu aux tapis lourds, lui permet d'observer les membres de la famille, notamment un ingénieur acoustique, des monarchistes, une jeune fille qui a des problèmes avec sa banque …. les cousins, tous étant des « gens qui n'avaient pas seulement un curriculum vitae mais une biographie que leur conférait leur origine »…Notre généalogiste, « pratique l'observation en solitaire comme un sport, étant entendu que cette activité relevait autant de l'exercice d'admiration que du jeu de massacre »
Pierre Assouline a le don de nous faire partager avec humour et cruauté ce jeu de massacre, les portraits de ses personnages souvent précieux et l'atmosphère des lieux. Il est aussi à l'aise pour décrire les personnes bloquées dans une rame de métro à l'arrêt que celles invitées dans un appartement cossu des quartiers chics, il est ce généalogiste qui observe les invités du cocktail : « il détaillait chacun de ses membres avec d'autant plus d'esprit critique que son cynisme était muet ».
Nous suivrons plus particulièrement au cours du roman, la maitresse de maison Inès, troublante cadre de direction dans une grande multinationale et le fils de famille Sixte, gamin de quinze ans qui, lors du cocktail regarde fixement le tapis, et le père Tanneguy.Le généalogiste érudit nous emporte dans son monde de recherches, de pistes, de sources pour bâtir un arbre généalogique, un monde fait d'études de vieux textes, d'études des sceaux, d'étude de la petite histoire locale et de la grande Histoire….une découverte passionnante en ce qui ce concerne…que j'aurais aimé plus poussée…
Mais cette histoire de famille, cette recherche peut parfois faire remonter des secrets bien cachés, des secrets qui peuvent perturber une vie, des secrets qui peuvent tuer : « de quel droit peut-on rappeler, sinon révéler, leurs origines à des gens qui n'ont rien demandé, les ignorent probablement et ne sont pas prêts à subir un tel bouleversement ? Imagine-t-on seulement la violence que cela représente d'imposer une telle vérité à ceux à qui elle demeure intolérable ? ». le généalogiste estime appartenir à la catégorie de « ceux qui ont tendance à soulever le tapis pour voir ce qu'on a glissé dessous »…Son travail va semer le trouble au sein de la famille, Inès femme forte, cadre supérieure va « se désagréger sous ses yeux. Un séisme avait eu raison d'elle. », presque en état limite
Sous le coté romanesque du livre, Pierre Assouline nous pose de vrais questions quant à l'identité…Faut-il tout connaître de la vie de nos ancêtres?…Une question qui me touche particulièrement, il n'est pas toujours agréable de découvrir par hasard le passé peu glorieux d'ascendants… le généalogiste François-Marie Samson va mener une enquête presque policière à la suite de suicides dans le métro, notamment celui du médecin qui suivait Sixte et qui lui permettait de s'ouvrir un peu. Il est mort d'une mort assez suspecte, et son corps a été autopsié…Je ne vous en dis pas plus
Sous le tapis se cachera une fin inattendue, un autre personnage que l'on attendait pas, en état limite lui aussi.
Une fin qui donne beaucoup de sel à ce roman….une chute …inattendue
Lien : http://mesbelleslectures.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Vermeer
  16 octobre 2016
Un généalogiste enquête sur une famille du XVIème arrondissement. Il découvre les failles, les parts sombres de cette famille et de ce monde à part où les apparences sont essentielles. le roman débute par une panne d'électricité dans le métro parisien sur la ligne 6 au niveau du viaduc qui surplombe la Seine et sépare deux mondes : celui des gens ordinaires et celui fermé, enclavé de Passy dans le XVIème arrondissement où vit la famille Chemillé. Analyse d'un monde fermé, une fine observation psychologique et des moeurs d'un monde refermé sur lui-même dans lequel les conversations servent davantage "à éblouir qu'à éclairer".
Commenter  J’apprécie          50
VDEMIER
  02 décembre 2015
L'atmosphère de ce roman est étrange et cela m'a plu.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
oranoran   04 août 2016
Le métro, c'était ça mais aussi une dame en chignon si digne qu'elle n'osait pas mettre une soucoupe devant elle quand elle interprétait à la harpe un ave Maria qui clouait les passants jusqu'à la sidération tant çà devait les ramener à leur enfance, ou un monsieur laissant passer les trains tant il était absorbé par sa lecture de Tanizaki dans l'édition de la Pléiade, ou encore deux jeunes skinheads devisant sur un banc de la suprématie de la race blanche en termes peu amènes pour le reste de l'humanité et s'interrompant pour aider une jeune maman noire à faire entrer sa poussette dans la rame quand à l'intérieur nul ne levait le petit doigt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   13 novembre 2014
Elle n'avait pas été caressée depuis longtemps. Seules les caresses redonnent la sensation de leur unité aux morceaux d'un corps. L'invisible tracé qu'elles dessinent sur la peau est un concentré de vie. En la touchant longuement, il avait accédé à son véritable domaine réservé, là où l'incommunicable se partage enfin.
Commenter  J’apprécie          40
oranoran   04 août 2016
-Çà prend combien de temps pour faire un tel arbre ?
-Environ six cents ans, quelques mois et une poignée de secondes répondit Samson en plongeant la main dans un bol d'amandes salées tendu par un maître d'hôtel en veste blanche. Vous n'en prenez-pas ?
-Des études ont montré à travers différentes analyses qu'après une heure de cocktail dans une soirée moyenne on avait relevé des traces de quarante-trois-urines différentes sur ces graines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   06 décembre 2011
Visualiser,décortiquer,analyser puis fragmenter pour mieux photographier mentalement,il ne pouvait s'en empêcher où qu'il fût,un scanner vissé dans la rétine,c'était plus fort que lui et tant pis si ses amis y moquaient une discipline de policier ou d'indicateur,comment leur faire admettre que lorsqu'on est sensible au mystère des gens on veut tout savoir.Surtout pas pour juger mais pour comprendre.Le démon de la curiosité dans l'acceptation première du mot.Avec le goût de l'observation et la passion de la conversation,c'était ce qui lui faisait accepter des invitations chez des inconnus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VermeerVermeer   16 octobre 2016
Il prenait conscience pour la première fois que la terre anoblit l'homme et non l'inverse, ce qui est le propre d'une seigneurie
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Assouline (77) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Assouline
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2462 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre