AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Laurent Astier (Autre)
EAN : 9782369815884
64 pages
Rue de Sèvres (28/10/2020)
3.94/5   60 notes
Résumé :
Ohio, octobre 1900. Emily, toujours traquée par les deux Pinkerton, continue son chemin de vengeance. Accompagnée de la petite Claire et de Susan, une esclave affranchie qu'elle a sauvée des griffes du Klan, elle arrive à Oil Town, une ville-chantier où l'on fore la terre à la recherche du précieux or noir. Mais après deux meurtres qui ont défrayé la chronique, les choses risquent bien de se compliquer pour elle... Et la rage qui secoue ses entrailles ne va-t-elle p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 60 notes
5
4 avis
4
16 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

bibiouest
  10 février 2021
Le rythme des parutions est soutenu, mais quelle qualité!
La Venin poursuit sa quête de vengeance dans un far-west en pleine évolution, un Western crépusculaire de grande qualité.
Seul petit bémol, tous les clichés et la «bonne-parole», actuelle s'y trouve, c'est manichéen, parfois trop, mais la grande qualité des dessins et la qualité du scénario font passer la pilule.
Un bon western.
Commenter  J’apprécie          621
Alfaric
  14 novembre 2020
BANDE DESSINÉE HISTOIRE / WESTERN.
Oh que je n'aime pas devoir jouer le rôle du rabat-joie… J'avais écrit précédemment que cette série manquait cruellement de subtilité, mais avec ce tome 3 c'est carrément grosses ficelles et gros sabots avec des déclarations reprenant tous les éléments de langage de telle ou telle mouvance d'extrême gauche ! (et entre féministes, antiracistes, anticapitalistes et écologistes il y en a pour tous les goûts)
Lien : http://www.portesdumultivers..
Commenter  J’apprécie          386
belette2911
  27 septembre 2021
♫ Je suis la femme qui tombe à pic ♪ Je suis la femme qui vient de loin ♪ Et dans ma peau de vengerese, je n'ai jamais peur de rien ♪ (L'homme qui tombe à pic)
La Venin ne s'appelle pas ainsi pour rien. Comme le serpent, elle mord ceux qui s'en sont pris à elle et ont tué sa mère.
Dans ce troisième tome, la voici à l'ombre des derricks (pas du commissaire allemand, hein!) et le Drake que l'on croise dans ces pages est moins classe et gentleman que celui dans la bédé avec Lucky Luke.
Comme d'habitude, Emily, La Venin, a de la chance, elle arrive à assouvir sa vengeance et quand ce n'est pas elle qui tombe à pic, c'est son copain l'Indien qui arrive au bon moment (sans le café et les croissants).
Bon, en ce qui concerne l'action et le rythme, je suis gâtée, je ne m'ennuie pas durant ma lecture, mais pour la profondeur du scénario, il faudra repasser.
Pourtant, il y a matière à faire, avec la ségrégation raciale, le KKK, les Indiens que l'on dépossède de leurs terres, les conditions de travail horrible, la Pinkerton et ses briseurs de grève, les droits de la femme inexistants, le machisme, le patriarcat…
Ces sujets sont soulevés dans l'album, mais de manière légère, sans en approfondir un peu quelques-uns (je ne demande pas que l'on creuse le sujet, juste qu'on l'étoffe un chouia).
Au lieu de perdre du temps dans des flash-back sur l'enfance malheureuse d'Emily qui perd tout son entourage et qui doit reprendre la route souvent, j'aurais préféré que l'on approfondisse un peu plus certains sujets.
La plupart des flash-back n'apportent rien de plus, si ce n'est de bien nous montrer toutes les emmerdes de la vie qui ont forgées le caractère de la Venin (et les emmerdes volaient bien en escadrille, à ce niveau-là, c'est VDM puissance mille).
Certes, le but de la saga est la vengeance d'Emily, pas d'approfondir les pages de l'Histoire des États-Unis, mais un peu de finesse n'aurait pas nuit à la série.
Emily se venge à coup de revolvers ou à coups de pelle (je sais, on fait ce que l'on peut avec ce que l'on a et je ne la blâmerai pas, il le méritait amplement), mais ça reste "grossier" comme technique, primaire, même.
On pourrait lui dire que la mort des coupables ne fait jamais revenir la personne que l'on a aimé et moi, j'ajouterai que ça doit soulager grandement.
Par contre, j'aurais apprécié que l'auteur nous montre une vengeance plus fine, comme de priver tous ces hommes puissants de leurs moteurs essentiels : le fric et le pouvoir ! Qu'ils finissent sur la paille.
Edmond Dantès reste, pour le moment, inégalé en ce qui concerne les vengeances subtiles.
Une importante information que l'on nous donne dans l'album va sans doute rabattre toutes les cartes et maintenant, je me pose bien des questions, tout en comprenant d'autres.
Affaire à suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Davalian
  23 janvier 2021
Représailles nous offre le troisième acte de la vengeance de la venin. Ce troisième album est marqué par plusieurs nouveautés. L'ensemble est agréable et se lit avec grand plaisir.
Comme dans le volume précédent, l'histoire d'Emily se confond ici avec une nouvelle tragédie qui a touché l'Union. Il n'est plus question de l'océan, mais du pétrole. L'ambiance est ici toute différente, mais nous avons de nouveau affaire à un événement historique habilement inséré. Les retours vers le passé sont toujours présents et nous en apprennent toujours davantage.
Les nouveautés sont tout aussi nombreuses : Emily s'est désormais trouvée deux alliées. L'album démarre sur les chapeaux de roues avec une confrontation (mêlant violence et humour) avec le Klu Klux Klan. Ses suites sont hélas laissées sous silence, mais peut-être ne s'agit-il que d'un contretemps. Désormais, le nouvel antagoniste d'Emily est averti… et compte bien se défendre, ce qui rend la partie dangereuse…
Le voile se lèvre progressivement sur certains mystères concernant le passé de Liberty, sur les motivations d'un certain indien… mais si le voile se lève, le mystère ne s'épaissit pas moins. L'évolution du protagoniste est par ailleurs assez surprenante et pendant ce temps la galerie des personnages s'étoffe, et certaines figures sont ici approfondies.
Les dessins sont toujours aussi bons et plaisants. Ils donnent véritablement corps au récit. La mise en planche est dynamique (notamment lors des retours dans le temps), renforçant le plaisir de la lecture à chaque page.
Les bonus habituels sont toujours présents : résumé et suppléments sous forme de journal émaillé de dessins, de photographies et d'articles de presse.
Représailles est donc un bon cru qui confirme, s'il est encore nécessaire, que La Venin est une série à suivre. Les perspectives évoquées en fin de volume ne laissent pas de place au doute : il y a du potentiel pour une (sinon plusieurs suites). le seul bémol étant qu'il faudra attendre plusieurs mois pour découvrir le résultat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Bdotaku
  17 novembre 2020
« La mortelle randonnée » d'Emily alias « La Venin » continue. Voici de retour l'héroïne imaginée par Laurent Astier moins d'un an après la sortie du tome II aux éditions Rue de Sèvres. Dans un troisième opus intitulé « Entrailles », elle poursuit son dessein mortifère pour châtier les tortionnaires de sa mère devenus depuis leurs années universitaires des notables régnant aux quatre coins du pays. Après avoir réglé son compte au politicien Eugene Mc Grady, puis au révérend Allister Coyle, elle a l'intention de s'attaquer à Drake devenu un puissant industriel en Ohio.
Mais elle est de moins en moins une pauvre cowgirl solitaire car elle désormais accompagnée de Claire, la petite orpheline qu'elle avait tirée des griffes du révérend au tome 2 et de Susan, une jeune femme noire qu'elle a sauvé des exactions du Klan…. sans compter les Pinkerton, le sergent mis à pied par sa faute et les chasseurs de prime : tous sont à ses trousses car la récompense pour sa tête a encore augmenté !
La mécanique semble bien huilée (oui, je sais, jeu de mots un peu douteux pour une histoire qui se déroule au pays de l'or noir !) : un tome, une région des Etats-Unis, un homme à abattre. Or, une fois de plus, Laurent Astier prend le contrepied de ce qu'on attend : dans ce troisième album, la vengeance arrive au tout début. L'essentiel n'est plus là.
Dans « Entrailles » plus de références explicites aux célèbres westerns comme dans les tomes précédents. Si le tome inauguraI s'ouvrait sur un hommage assumé à Sergio Leone et à « Il était une fois dans l'Ouest » et si le deuxième faisait un beau clin d'oeil à « Sierra Torride », ici l'intérêt est ailleurs. Laurent Astier s'attache d'abord beaucoup plus au désarroi d'Emily. Il montre comment la rage peut secouer « ses entrailles » et la violence dont elle peut faire preuve. Alors qu'elle semblait jusqu'à présent être une Nemesis implacable qui avait tout prévu, elle déraille … Elle est présentée ici comme humaine, trop humaine : à la fois dans les flashbacks de l'enfance qui mettent en scène à nouveau la perte et l'errance après une pause idyllique en Floride - alors qu'elle avait trouvé l'amour maternel qui lui manquait auprès d'une tante ni intéressée ni déséquilibrée mais aimante pour changer- mais aussi dans son effondrement en tant qu'adulte suite à des révélations que nous nous garderons bien de vous divulguer ! Enfin, le tome innove surtout dans l'expansion des horizons.
En effet, l'auteur traite ici de la société américaine et de ses failles dans le Sud (Alabama) puis dans l'Ohio. On s'éloigne donc des régions traditionnellement dévolues aux westerns. Il faut dire que la période s'y prête : la frontière est fermée, la société industrielle moderne a fait son arrivée sur le nouveau continent et les ressentiments perdurent après la guerre civile formant un explosif cocktail riche en histoires potentielles. Dans la saisissante scène d'ouverture, on voit ainsi des notables membres du Klan (un shérif, son adjoint et même un sénateur ) se livrer à l'incendie d'une ferme de noirs, lyncher le mari et envisager d'en violer l'épouse tandis qu'on assiste ensuite à l'exploitation d'ouvriers dans une ville minière. Dans la gamme chromatique utilisée tout comme dans les dialogues des personnages, l'auteur établit un parallélisme : les noirs et les gueules noires, ceux qui fouaillent « les entrailles » du sol, sont les damnés de la terre et y vivent un véritable Enfer.
Point de mythification ni de rêve américain ici. D'ailleurs, la seule référence littéraire présente dans ce tome est un extrait du « Tom Sawyer » de Mark Twain : là encore un Amérique rêvée, fantasmée, gentiment WASP et proprette. N'est-ce pas un hasard que le passage choisi soit celui du blanchiment de la barrière de tante Polly à la chaux ? En effet, les westerns du 9eme art (« Marshall Bass » mis à part) et encore plus du 7e art sont traditionnellement aussi blanchis à la chaux hollywoodienne : on n'y voit guère de Noirs, très peu d'ouvriers et les femmes y sont soit entraineuses de saloon soit des utilités. S'appuyant sur de nombreux documents iconographiques (qu'on peut retrouver comme à chaque fois dans « les cahiers d'Emily ») et sur « Une histoire populaire des Etats-Unis » d'Howard Zinn, Laurent Astier répare cela et nous montre l'Amérique comme on ne la voit pas souvent. Emily se mue en passionaria et souffle le vent de la révolte épaulée par les femmes de mineurs. D'ailleurs sur la couverture, elle ne brandit pas un fusil ou un revolver mais une simple pelle, l'instrument des travailleurs. Susan, la jeune femme noire, est une sorte de double d'Emily : aussi pugnace, déterminée et franche. Elle se fait, elle, le héraut de la cause afro-américaine et permet aussi à Emily d'évoluer. Un seul bémol, on regrettera qu'elle soit parfois croquée de façon stéréotypée et peu flatteuse.
En transformant son héroïne en une Louise Michel à colts et Stetson, Astier crée un écho avec des situations actuelles (place des femmes dans la société, grèves ouvrières, manifestations gilets jaunes et mouvement Black Lives Matter) qu'il souligne malicieusement dans des dialogues à l'anachronisme assumé.
Finalement « la Venin » fonctionne un peu comme la série concept des frères Maffre « Stern » qui aborde un genre littéraire différent à chaque tome. Ici, on pourrait dire que Laurent Astier s'amuse à revisiter des catégories de films : après le thriller puis le film catastrophe, il aborde la chronique sociale. Il double ce défi d'une contrainte graphique : après avoir traité du feu dans le tome 1, et de l'eau dans le deuxième, il s'intéresse à un troisième élément, la terre dans celui-ci et adopte à chaque fois une palette chromatique adéquate, épaulé cette fois par son frère Stéphane.
Comme le montrent ces jeux littéraires, l'ensemble est extrêmement pensé. Même si la maquette est sensiblement identique d'un tome à l'autre ( une histoire principale, des flashbacks sur l'enfance , les voyages d'Emily enfant et adulte en pages de garde et les Cahiers à la fin), les surprises et les dépaysements abondent. C'est toujours jubilatoire pour le lecteur : le dessin est beau, les pièces du puzzle se complètent petit à petit, il y a du suspense … mais cette « road bd » est aussi plus sombre et donne matière à réflexion … Une fois de plus, une réussite ! Nous avons hâte de retrouver cette fille de l'air dans « Ciel d'éther » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
Auracan   18 novembre 2020
Entrailles, de ce côté, nous livre quelques éléments importants du puzzle, ainsi qu'une fameuse surprise...familiale ! Laurent Astier signe un troisième volet au rythme soutenu et au scénario remarquablement bien construit.

Lire la critique sur le site : Auracan
ActuaBD   09 novembre 2020
Si le graphisme de Laurent Astier demeure solide et convaincant, des facilités dans le scénario et le portrait de certains protagonistes, à la limite de la caricature ou du cliché, affectent parfois à la crédibilité du propos. En dépit de ces maladresses, ne boudons pas notre plaisir à la lecture d’une épopée haletante et trépidante programmée pour se conclure au cinquième épisode, chacun d’eux étant consacré à l’un des responsables de la mort de la mère de la Venin.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LigneClaire   03 novembre 2020
Un western début XXe siècle qui tient toutes ses promesses depuis le premier tome.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BdotakuBdotaku   17 novembre 2020
- La guitare, c’est un souvenir de ton mari ?
- Non, c’est la mienne. Grand’Pa, l’ancien de la plantation m’a appris à jouer quand j’étais môme. D’ailleurs, pourquoi ça devrait être celle de mon mari ? Les femmes n’auraient pas le droit de jouer d’un instrument ? Etrange question, surtout venant d’une femme !
- Désolée ! Il faut croire que plusieurs siècles de patriarcat nous ont bien lavé la tête. Les préjugés ont la vie dure.
( Emily et Susan p. 5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OgrimoireOgrimoire   06 décembre 2020
– Pourquoi tu n’abandonnes pas ta vengeance ? Elle ne sert plus à rien, puisque ta mère est vivante… Tu pourrais la retrouver et savoir enfin ce qui s’est passé !

– Mais je ne sais pas où chercher ! Elle peut être n’importe où…

– Alors, trouve celui que tu cherches, mais ne le tue pas, cette fois… Il te mènera peut-être à elle !
Commenter  J’apprécie          00
gyselinck_dominiquegyselinck_dominique   01 novembre 2020
Mais quel âge avez-vous, mademoiselle, pour embrasser des inconnus ?

Bien assez pour voir que ça ne vous est pas arrivé depuis longtemps !
Commenter  J’apprécie          10
gyselinck_dominiquegyselinck_dominique   01 novembre 2020
Je dois tout faire disparaître... car les plus beaux rêves partent toujours en fumée.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Laurent Astier (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Astier
La Venin - Tome 4 de Laurent Astier aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/1101360-bd-la-venin-t4-----ciel-d-ether.html • Go West Young Man - histoire complète de Tiburce Oger, Christian Rossi aux éditions Bamboo https://www.lagriffenoire.com/1097252-bd-go-west-young-man---t01---go-west-young-man---histoire-complete.html • Undertaker - Intégrale - Tome 1 - Undertaker - Intégrale de Dorison Xavier et Meyer Ralph aux éditions Niffle https://www.lagriffenoire.com/1100106-bd-undertaker---integrale---tome-1---undertaker---integrale.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsruedesevres #editionsbamboo #editionsniffle
+ Lire la suite
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4551 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre