AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Bourdier (Traducteur)
ISBN : 2253146870
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1999)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Avec son roman Dans les coulisses du Musée, Kate Atkinson créa sans aucun doute l'une des sensations littéraires de l'année 1996. Déjà titulaire, en Angleterre, du célèbre Prix Whitbread, son livre fut, en France, couronné " meilleur roman de l'année " par la revue Lire. Ce premier roman d'une inconnue de quarante-quatre ans avait fait d'emblée figure de chef-d'oeuvre tant auprès du public qu'auprès de la critique. C'est donc avec une bien légitime curiosité qu'on a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  08 janvier 2014
Une étrange histoire, mélange de romance et de saga familiale, avec incursions dans le rêve ou le fantastique, assaisonné d'intrigue et d'un soupçon d'humour anglais.
Rien à voir avec « La souris bleue » et les autres polars de la série du détective Brodie, si ce n'est l'atmosphère british, la qualité de l'écriture et son ton pince-sans-rire. Il faut un certain culot pour faire débuter une histoire au commencement du monde, rien de moins!
Dans « Les replis du temps », le passé vient hanter Isobel, la narratrice, tourmentée par les événements de l'histoire tumultueuse de son entourage: disparitions, décès tragiques et réapparitions, inceste et brutalité conjugale.
Isobel est aussi une jeune femme romantique troublée par les émois de l'amour et ensorcelée par le théâtre de Shakespeare, des émotions et des décors brossés avec finesse.
Un plaisir de lecture si on accepte de se laisser porter par le va-et-vient entre le passé et le présent, le rêve et la réalité.
Commenter  J’apprécie          272
Aline1102
  01 juillet 2012
Isobel Fairfax, adolescente légèrement complexée par sa grande taille, est également assez perturbée par la disparition de sa mère, Eliza. Cette dernière a quitté la maison alors qu'Isobel et son frère n'étaient encore que de jeunes enfants. Pour couronner le tout, leur père est parti quelques mois plus tard pour ne revenir que sept ans après, accompagné par sa nouvelle épouse.

Comme si sa vie n'était pas assez compliquée comme cela, Isobel se découvre tout d'un coup une étrange faculté: celle de pouvoir voyager dans le temps. Elle se retrouve donc dans les rues de Lythe, sa petite ville, en même temps que des personnages en costumes d'époque et va jusqu'à rencontrer William Shakespeare en personne, puisque celui-ci fut un temps le précepteur d'une riche famille des environs.

Par le biais de ces voyages dans le temps, Isobel va également en apprendre plus sur sa propre famille.


Complètement délirant, ce roman de Kate Atkinson nous promène sans arrêt d'un siècle à l'autre, d'une personne à l'autre et d'une scène à l'autre. Ces changements incessants sont plutôt intéressants et cachent bien souvent des informations supplémentaires sur les personnages principaux du récit, mais finissent parfois par donner le tournis.

Toutefois, l'alternance entre les scènes du passé et du présent sont nécessaires pour comprendre certains éléments essentiels de l'histoire. Parmi ceux-ci, la disparition d'Eliza et les sept années d'absence de son époux. Au fil du texte, on découvre également mieux Isobel et son frère, Charles : ils se révèlent et se dévoilent petit à petit, deviennent plus consistants, plus humains et donc plus sympathiques.

Le mystère et les secrets sont légion dans la famille Fairfax et dans leur vieille demeure familiale, Arden. On ressent, grâce à la prose d'Atkinson, une atmosphère lourde d'attente, de magie presque, entre les murs de cette maison. On s'attend à ce qu'elle soit le théâtre de scènes plus fantastiques encore que celles auxquelles on a droit, et l'on n'est pas déçu, puisque les aventures d'Isobel ne sont pas de tout repos.

Le dénouement de l'histoire est très inattendu et laisse de nombreuses questions sans réponses. Apparemment, c'est au lecteur de se faire une opinion en ce qui concerne le destin de plusieurs des personnages : un épilogue permet de savoir ce que deviennent certains d'entre eux, mais pas tous, malheureusement. Quant au destin des parents d'Isobel, il n'est pas vraiment expliqué.

Malgré cela, Human Croquet est très agréable à lire, en particulier grâce aux nombreuses références littéraires dont il fourmille. Shakespeare y est bien entendu à l'honneur, puisque il est l'un des interlocuteurs d'Isobel lors de l'un de ses voyages dans le passé. Et le grand Will est aussi à l'honneur dans le présent de Lythe, puisque la troupe de théâtre amateur de la petite ville interprète le songe d'une nuit d'été.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitegrimace
  16 avril 2016
j'ai été déçue par ce livre. Je trouve que la 4ème de couverture ne présente pas le livre correctement.
A croire que la personne qui a écrit cette page n'a pas lu le livre.
Alors oui Isobel voyage dans le temps, mais par intermittence. A aucun moment on ne lit dans l'ouvrage qu'elle rentre en contact avec des personnes du passé ou du futur.
En revanche le roman est constitué en plusieurs parties où l'on sait à chaque fois si l'on est dans le présent, le passé ou dans le futur.
Ce qui est intéressant dans le roman c'est qu'on suit la même famille : celle d'Isobel,dont la mère a disparu et dont son père vient de revenir après 7 ans d'absence.
Ce principe de flash-back qu'a utilisé l'auteur dans le livre permet d'instaurer un certain suspense pour le lecteur et de nous dévoiler l'histoire de cette famille au fur et à mesure. En revanche Isobel qui est censée voyager dans le temps, n'est pas plus au courant qu'au départ de ce qui s'est passé dans sa famille.
j'ai été tout de même dérangé par ce roman, je n'ai pas trouvé la lecture de celui-ci facile. En effet, cette histoire de voyage dans le temps n'est pas très claire. Il semblerait qu'au cours de l'histoire, Isobel soit hospitalisée. Aurait-elle eu un accident ? est-elle dans le coma ? est-ce cette situation qui lui permet de "voyager" dans le temps ? aucune réponse, pas plus de détails.
Ce qui m'a le plus déçue c'est que je m'attendais à ce que l'héroïne, lors de ses voyages puisse communiquer avec ses ancêtres comme pour le film " retour vers le futur" et il n'en est rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Shaitana
  18 novembre 2010
Hantée par la disparition de sa mère Eliza, négligée par un père revenu du bout du monde avec une nouvelle épouse, Isobel Fairfax est douée (ou affligée ?) d'une faculté exceptionnelle : circuler à son gré dans le temps, pour explorer une tranche du passé ou entrouvrir une porte sur l'avenir.
Ainsi va-t-elle remonter à l'époque où ses ancêtres, contemporains de Shakespeare, étaient les seigneurs du pays environnant, puis reparcourir la longue décadence qui mène à son épicier de père. Et aux multiples secrets, dérisoires ou tragiques, qui sont le lot de toutes les familles... Isobel n'aurait-elle pas préféré ignorer ce qu'il lui sera donné de découvrir ?
Après Dans les coulisses du musée, lauréat du prix Whitbread en Grande-Bretagne, sacré par le magazine Lire " Meilleur roman de l'année 1996 ", Kate Atkinson nous entraîne une fois encore dans un irrésistible galop romanesque, à la fois saga familiale et enquête policière.
Je vous le conseille, si vous aimez les situations tarabiscotées (dans le bons sens du terme) et si le fait de naviguer entre plusieurs périodes du temps ne vous donne pas le mal de mer.
L'écriture est résolument moderne, notamment dans ses références, mais reste bien ancrée dans la tradition du plus pur nonsense britannique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IsaLise
  08 juillet 2011
Aucun doute : Kate Atkinson joue avec les mots avec un bonheur certain et sur ce plan, elle est agréable à découvrir…
Durant 400 pages, je me suis accrochée à cet ouvrage uniquement pour cette raison, espérant être séduite. Cependant, j'ai souvent dû le fermer tant j'étais fatiguée d'errer d'un monde à l'autre comme si l'auteur avait voulu communiquer tout son univers sans se soucier du risque d'y perdre son lecteur. Finalement, j'ai apprécié à peine un tiers du roman et la dernière partie m'a particulièrement déplu. Ce roman est résolument trop sinistre pour moi.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   28 décembre 2013
En 1650, l’archevêque James Usher dans ses Annales du monde, calculait que Dieu avait créé le ciel et la Terre au soir du samedi 22 octobre 4004 avant Jésus-Christ.D'autres sont moins précis et font remonter la chose à quelque quatre milliards et demi d’année. (p.13)
Commenter  J’apprécie          80
btzanabtzana   15 novembre 2014
j'ai beaucoup aimé lire ce livre, il est très mistérieux et a chaque fois on a envie de savoir la suite de l'histoire et la fin surtout. Dans ce livre , on restrouve un personnage qui s'appelle Elisa qui disparrait et ses enfants Charles et Isobel sont à sa recherche. Ils veulent savoir ou est'elle passée.
Commenter  J’apprécie          40
bilodohbilodoh   30 décembre 2013
Seule l’imagination peut embrasser l’impossible – la montagne d’or, le dragon crachant le feu, l’histoire qui finit bien, (p. 323)
Commenter  J’apprécie          60
bilodohbilodoh   30 décembre 2013
Trouver le temps? Et où peut-il bien se nicher? Dans l’espace? Au fond de la mer? Au centre de la terre? Au bout de l’arc-en-ciel? Si nous trouvions le temps, est-ce que cela résoudrait tous nos problèmes? (p.131)
Commenter  J’apprécie          30
Cricri124Cricri124   20 mars 2016
Avant le commencement il y a le vide, et le vide n'appartient ni au temps ni à l'espace; il est donc au delà de notre imagination.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Kate Atkinson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Atkinson
Case Histories, série TV, trailer (2011)
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
551 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre