AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782917702741
205 pages
Éditeur : Stéphane Million (14/02/2013)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Après dix-sept ans dans le même petit appartement, Jérôme, décide de déménager dans la rue d’à-côté pour un endroit un tout petit peu plus grand. Il travaille sur un nouveau roman, mais aussi l’écriture d’un long-métrage. Parolier, il est contacté pour le prochain Johnny Hallyday, et... pour la chanson de l’Eurovision. Ne souhaitant pas ennuyer ses amis, en plein mois de décembre, il transbahute une vie dans un cabas jaune à roulettes, tout en poursuivant ses activi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
VanilleBL
  18 septembre 2013
Après 17 ans passés dans un petit 30 m² de la Rue d'Auteuil, l'auteur-narrateur Jérôme Attal a décidé de déménager. Rien de bien original jusque là, sauf qu'il déménage Rue Michel-Ange, c'est-à-dire à quelques dizaines de mètres. La proximité des deux logements ne manque pas de susciter nombre de réactions d'étonnement et de questions... Sans parler du mode de transport choisi pour ce déménagement, plus insolite encore que le fait d'aller s'installer dans la rue d'en face : un caddie jaune, très "pop" et très voyant, mais qui s'avère finalement fort pratique, économique, pas dérangeant pour les amis qui ainsi ne sont pas sollicités pour faire les cartons et les transporter (ce qui permet aussi au narrateur d'éviter que son nouvel appartement ne soit immédiatement envahi, investi, annexé par les uns et les autres...).
Et surtout, ce périple d'une rue à l'autre, avec ce caddie jaune rempli de tout ce qui fait une vie, est une invitation au voyage pour le moins amusante, originale, inédite et qui va se révéler beaucoup plus exotique qu'on n'aurait pu le croire...
D'abord parce que ce qu'il lui faut transbahuter en quelques dizaines d'allers-retours en caddie, n'est rien de moins que "le fatras magnifique d'une vie sur Terre, un «magasin de choses étranges qui semble résumer la vie» comme le dit si justement Alexandre Vialatte". Et ce n'est pas rien de transporter par petits bouts toute une vie dans un caddie jaune, de choisir pour chaque voyage les livres, les disques, les films que l'on va emporter de l'autre côté, installer en piles, formant ainsi des grattes-ciel de littérature, de musique et de cinéma. "Notre univers, c'est le mélange de ce qui est donné, la ville telle qu'elle est, avec le territoire subjectif, celui que nous portons en nous et où se déploient nos pensées. le doux enclos de notre esprit qu'il nous est permis de franchir, à loisir."
Et puis, voyager ainsi, dans le froid glacial de cet hiver parisien, c'est aussi l'occasion de faire des rencontres, de remarquer les gens, de les croiser, de les aborder, de leur parler, de les connaître. Les commerçants, les passants et surtout les passantes... "J'ai toujours tendance à miser sur la vie qui fait que les êtres qui doivent se rencontrer se rencontrent, à miser sur Paris qui fait que les êtres qui doivent se réunir se retrouvent, à miser sur ma connaissance des rues qui fait que les êtres insupportables sont faciles à semer."
Les transports, quoique quotidiens, s'étalent sur quinze jours. C'est que notre narrateur a une vie trépidante et multiple. Il sort beaucoup, nous entraîne dans les nuits parisiennes peuplées de personnages improbables et pourtant réels puisque l'auteur de romans est aussi parolier et scénariste (les habitués des rubriques people pourront s'amuser à tenter de reconnaître les uns et les autres). Il propose d'ailleurs un texte pour Johnny, rencontre une jeune chanteuse et son manager dans un hôtel, et est sollicité pour écrire en dix jours la chanson de l'Eurovision – ne cherchez pas, ce n'est pas son texte qui a été finalement retenu –. Ce regard posé de l'intérieur mais avec beaucoup de distance sur le milieu de la "création culturelle" française est tout aussi amusant qu'édifiant...
Malgré toutes ces sollicitations et les contraintes de son déménagement en caddie, le narrateur ne perd pas de vue la mission essentielle qu'il s'est donnée, en plus des transports quotidiens de ses affaires, avant de quitter définitivement son 30 m² de la rue d'Auteuil : aborder enfin la jeune fille qu'il contemple depuis sa fenêtre depuis des années, à laquelle il rêve sans jamais avoir osé lui parler. Pour elle, il déménage en veste pour être toujours "classe", au cas où il la verrait ; il se crée des occasions de la croiser au local poubelle (drôle d'endroit pour une rencontre, mais bon...) ; il guette chacun de ses gestes de l'autre côté de la cour... "Distante et à peu de distance, Alexa ne s'offrait à la vue de personne d'autre que moi. J'habitais encore, pour un court laps de temps, le monde tel qu'il m'enchantait. Dans les perspectives qu'offrait un visage, une silhouette, une présence."
Les jours passent et le lecteur, à l'unisson du narrateur, retient son souffle : osera-t-il enfin parler à la belle Alexa ?
Avec ce "Voyage près de chez moi" (titre "inventé" par David Foenkinos, lors d'une conversation entre les deux auteurs), Jérôme Attal nous entraîne dans une épopée loufoque, moderne, délicieusement drôle.
Sa plume est tantôt tendre et sensible, tantôt ironique et acérée ; l'écriture surprenante, divertissante et très cinématographique rend résolument vivant ce récit décalé et attachant.
Il est la preuve qu'avec un caddie jaune et d'une rue à l'autre, on peut écrire un roman d'aventures.
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Clem_5
  04 juin 2013
J'ai découvert "Le voyage près de chez moi" lors d'un salon du livre en avril 2013, l'auteur le présentait comme le prix Goncourt 2015 à l'aide d'un post-it et agrémentait ses dédicaces de petits autocollants. ça aura eu le mérite de me faire sourire et de découvrir son travail !
L'histoire se résume bien dans la citation suivante : "Oui, vous avez bien lu, le type qui déménage en chemise et veste de costume (avec son caddie jaune) au cas où il croiserait dans le hall de l'immeuble sa jolie voisine pour laquelle il a le béguin, c'est moi."
L'auteur nous embarque dans son quotidien de parolier/écrivain/scénariste à l'occasion de son déménagement à travers des anecdotes drôles et attendrissantes.
Prix Goncourt 2015 ? ça je ne sais pas, mais j'ai passé un bon moment dans l'univers assez déjanté de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          60
keisha
  16 septembre 2013
Un rendez-vous raté à Châteauroux, réussi à Chanceaux près Loches, voici encore un auteur rencontré avant même toute lecture. Encensé par des copines blogueuses, paraissant chez un éditeur inconnu de mes services mais optant pour des couvertures gaies et pétantes, sympathique au contact, comment résister quand justement la bibliothèque propose son dernier roman?
Jérôme (appelons-le Jérôme, ce sera plus simple), après dix-sept dans le même studio du 16ème, déménage près de chez lui, la rue d'à côté. Pour ce faire, quoi de mieux que de tout transbahuter, livres, disques, DVD, bibelots, etc... dans un caddie jaune? Et d'en profiter pour apprendre des poèmes, observer le voisinage, et, enfin, enfin, peut être oser aborder la voisine de son futur-ex-en face dont il est amoureux...
Durant ces deux semaines d'hiver 2012 (souvenez-vous, quelques centimètres de neige, tout bloqué) sa vie de parolier, écrivain, scénariste, ... va se poursuivre, les rencontres aussi.
Au début de cette jolie promenade dans Paris, je m'attendais à une comédie romantique pure et dure (mais n'ayez crainte, le romantisme n'est pas mort) et je découvre que Jérôme A. semble avoir beaucoup mis de sa vie, ses amours, ses occupations, ses goûts musicaux, romanesques et cinéphiles, là-dedans. Pas du tout désagréable (mais là je découvre qu'en musique je suis une quiche), sympathique plutôt, il faut juste se laisser prendre par la main et se balader dans des digressions vagabondes. de l'humour léger, parfois désabusé, souvent ironique. J'aurai aussi pas mal appris sur le du travail de parolier...
"J'aimais beaucoup partir en en salons du livre, pour les échanges avec le public, les rencontres ou les retrouvailles avec les autres auteurs, les libraires, et les gracieuses et jolies bénévoles qui ponctuaient les moments de dédicaces. Pour la raison enfin que c'étaient des voyages qui concernaient et engageaient le voyage suprême : celui de la lecture.
[ RV pris pour Châteauroux 2014, alors?]
"En effet, vivre à Paris dans un appartement sans parquet, c'est comme séjourner en Amazonie sans avoir jamais vu la forêt, ce qui arrivera peut-être bien un jour, me direz-vous."
"Je sombrais dans une rage folle en découvrant sur Internet, avant même que le livre ne sorte publiquement, deux ou trois salopards planqués derrière des pseudonymes à la con qui proposaient l'ouvrage à la revente."
[oui, je le savais déjà, certains indélicats revendent les SP signés de l'auteur AVANT la sortie en librairie...]
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sld09
  27 juin 2017
L'histoire du déménagement en caddie qui avait attiré mon attention sur ce livre n'est finalement qu'anecdotique, comme un élément déclencheur pour raconter tout le reste. Cela ne m'a pas empêché d'adorer ce roman, quoiqu'on puisse se demander s'il s'agit d'un roman ou d'un récit autobiographique (les info glanées sur Internet prouvent que Jérôme Attal s'est beaucoup inspiré de ses propres expériences).J'ai donc adoré ce roman amusant et bourré de petites anecdotes et de références culturelles (des incontournables et des choses plus actuelles). le texte est tour à tour drôle, désabusé, tendre ou ironique donnant une image très attachante du narrateur.
Commenter  J’apprécie          10
checc
  18 septembre 2013
le récit est bien mené. L'écriture est vive et prête à sourire. Je reste toutefois sceptique sur la rapide obsolescence du récit du fait de références très contemporaines (TV, chansons, etc.).
Jérôme entreprend son déménagement avec, pour seule aide, son petit caddie jaune. Au détour de ses allées et venues, il revient sur sa vie, son passé, ses petites joies, ses ratés.
Et, même si, comme nous le dit l'auteur, déménager est relier un point A à un point B, il n'empêche le voyage intime, le déferlement des souvenirs. Où les femmes tiennent toujours une grande place.
Au déménagement s'ajoute alors une petite intrigue amoureuse, le dernier challenge de notre narrateur : aborder Alexa, sa jolie voisine, dont il est follement attiré et à qui il n'a jamais osé parler.
Est-ce, quand les jours sont comptés, qu'on prend conscience de ce que l'on n'a pas réalisé et que l'on essaye de se donner le courage nécessaire pour y parvenir ?
En tout cas, les stratégies utilisées pour arriver à entrer en communication avec la jeune femme sont à la fois touchantes, pathétiques et drôles.
Finalement, Jérôme, c'est un peu chacun de nous qui, en abordant l'inconnu, revient sur son passé.
En bref, un livre plaisant.
Lien : http://delaplumeaucoeur.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Clem_5Clem_5   29 mai 2013
Cela dit, j'étais devenu un expert en descente de sacs poubelles. Dès que je suspectais du mouvement ou de la lumière dans la cage d'escalier du bâtiment d'en face, situé au-delà de la cour, en un mouvement, je me précipitais sac poubelle en main, prétexte idéal à croiser Alexa et la retenir d'un "Bonjour !" dans un local aux effluves, il est vrai, peu ragoûtantes.

C'était un cadre glauque pour poser les bases d'une comédie romantique, mais si l'amour est aveugle, il peut bien, de temps en temps, avoir le nez bouché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
denisarnouddenisarnoud   12 janvier 2014
si les babioles, sculptures, photos,étaient les repères intangibles d'instants de vie, les lives étaient les idoles des moments passés avec soi-même, les conquistadors du souvenir et de l'imaginaire, les dieux ladres de la solitude et de l'intimité.
Commenter  J’apprécie          80
YannickgeYannickge   25 juin 2013
Quand au bout d'un long moment, nous fûmes repus de parole et décidâmes de manière très naturelle de réintégrer le cours de la journée, nous échangeâmes nos numéros de téléphone et je lui tendis le livre des lettres de Nicolas de Staël. Elle me promit de m'appeler quand elle les aurait toutes lues et proposa que nous allions boire un chocolat chaud dans le quartier, le jour où elle me rendrait le livre.
Et voilà pourquoi j'avais tant foi en la pérennité des livres format papier ! Jamais la dématérialisation ne permettrait un tel truc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Clem_5Clem_5   01 juin 2013
Oui, vous avez bien lu, le type qui déménage en chemise et veste de costume (avec son caddie jaune) au cas où il croiserait dans le hall de l'immeuble sa jolie voisine pour laquelle il a le béguin, c'est moi.
Commenter  J’apprécie          50
Clem_5Clem_5   27 mai 2013
Quand quelque chose piétine ou va de travers dans la vie d'une femme, elle n'y va pas par quatre chemins : elle se coupe les cheveux.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jérôme Attal (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Attal
Découvrez le coup de coeur de Jérôme, libraire au Furet de Lille, qui présente le nouveau roman de Jérôme Attal "La petite sonneuse de cloches" publié aux éditions Robert Laffont. Jérôme Attal est l'un de nos invités de notre soirée "Rentrée Littéraire 2019" : https://www.furet.com/fr/catalog/product/view/id/3160260?q=jerome%20attal
autres livres classés : déménagementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
457 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre