AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782213709673
260 pages
Fayard (09/05/2018)
3.11/5   22 notes
Résumé :
« Une vie bonne, libre, épanouie le sera davantage si on la traverse en ayant la chance de fréquenter aussi souvent que possible les plus grands chefs-d’œuvre de la création humaine. Ils constituent un formidable moyen de découvrir les autres, le monde et soi-même.
Aussi m’est-il venu l’idée d’oser dresser une liste des principaux romans, essais, films, œuvres musicales, tableaux, monuments, sculptures et sites de toutes les cultures. J’ai mis plusieurs décen... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique

Étant donné le bandeau « Tout ce qu'il faut avoir lu, vu, écouté, et fait », la facilité aurait été d'expédier cette critique en indiquant qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu Les chemins de l'essentiel, le dernier livre de Jacques Attali. Rideau baissé, fin de critique.

Donnons néanmoins quelque crédit à la démarche entreprise ici par Jacques Attali et développons davantage cette critique :

« Une vie bonne, libre, épanouie le sera davantage si on la traverse en ayant la chance de fréquenter aussi souvent que possible les plus grands chefs-d'oeuvre de la création humaine. Ils constituent un formidable moyen de découvrir les autres, le monde et soi-même. Aussi m'est-il venu l'idée d'oser dresser une liste des principaux romans, essais, films, oeuvres musicales, tableaux, monuments, sculptures et sites de toutes les cultures. J'ai mis plusieurs décennies à établir cet inventaire. C'est une immense joie que de partager cet essentiel humble et subjectif auquel chacun devrait avoir accès. Un essentiel à portée de tous. Un essentiel qui surprendra, quelle que soit sa culture d'origine. »

Louable intention certes, mais les listes que proposent Attali - ce qui en fait l'un des livres les moins écrits de l'auteur et dignes des listes abondantes ici et là comme Les 100 meilleurs livres de tous les temps selon le Cercle norvégien du livre, Les 500 plus grandes chansons de tous les temps selon Rolling Stone, Les 100 meilleurs films de l'histoire selon “Télérama” - ne sont pas d'une exceptionnelle surprise.

Au programme donc des grands classiques comme Swift, Dumas, les Mille et une nuits, Milton, Mozart, Chaplin, Leopardi, le Musée Orsay, le Louvres, Orson Welles, Lubitsch, Tarkovski, … sauvés par quelques oeuvres plus rares comme La Conscience de Zeno de Italo Svevo, La dernière lettre issue de Vie et Destin de Vassili Grossman - ces deux-là ont de très belles critiques sur Babelio - ou un film de Raj Kapoor. « Much ado about nothing » comme l'écrivait Shakeaspeare ou dans une version plus moderne, « Oh My Goodness ». Nul besoin du livre de Jacques Atali qui sera très probablement un succès de gares et d'aéroports - à moins que les grèves ne nuisent à sa carrière - pour se tourner vers ces ultra-classiques.

Au final, empruntez les chemins de l'essentiel, économisez du temps et reportez vous sur d'autres lectures* plus intéressantes comme les classiques cités ou l'édition revue et augmentée de Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, vibrant plaidoyer pour les lectures actualisantes de Yves Citton.

* Ou chansons comme "The Booklovers" de The Divine Comedy, hommage à de grands auteurs :

"This book deals with epiphenomenalism, which has to do with consciousness as a mere accessory of physiological processes whose presence or absence... makes no difference... whatever are you doing?

Aphra Benn: Hello

Cervantes: Donkey

Daniel Defoe: To christen the day!

Samuel Richardson: Hello

Henry Fielding: Tittle-tattle Tittle-tattle...

Lawrence Sterne: Hello

Mary Wolstencraft: Vindicated!

Jane Austen: Here I am!

Sir Walter Scott: We're all doomed!

Leo Tolstoy: Yes!

Honoré de Balzac: Oui...

Edgar Allen Poe: Aaaarrrggghhhh!

Charlotte Brontë: Hello...

Emily Brontë: Hello...

Anne Brontë: Hellooo..?

Nikolai Gogol: Vas chi

Gustav Flaubert: Oui

William Makepeace Thackeray: Call me 'William Makepeace Thackeray'

Nathaniel Hawthorne: The letter 'A'

Herman Melville: Ahoy there!

Charles Dickens: London is so beautiful this time of year...

Anthony Trollope: good-good-good-good evening!

Fyodor Dostoevsky: Here come the sleepers...

Mark Twain: I can't even spell 'Mississippi'!

George Eliot: George reads German

Emile Zola: J'accuse

Henry James: Howdy Miss Wharton!

Thomas Hardy: Ooo-arrr!

Joseph Conrad: I'm a bloody boring writer...

Katherine Mansfield: [cough cough]

Edith Wharton: Well hello, Mr James!

DH Lawrence: Never heard of it

EM Forster: Never heard of it!

Happy the man, and happy he alone who in all honesty can call today his own;

He who has life and strength enough to say 'Yesterday's dead & gone - I want to live today'

James Joyce: Hello there!

Virginia Woolf: I'm losing my mind!

Marcel Proust: Je me'en souviens plus

F Scott Fitzgerald: baa bababa baa

Ernest Hemingway: I forgot the....

Hermann Hesse: Oh es ist alle so hasslich

Evelyn Waugh: Whoooaarr!

William Faulkner: Tu connait William Faulkner?

Anaïs Nin: The strand of pearls

Ford Maddox Ford: Any colour, as long as it's black!

Jean-Paul Sartre: Let's go to the dome, Simone!

Simone de Beauvoir: see'est exact present

Albert Camus: The beach... the beach

Franz Kafka: WHAT DO YOU WANT FROM ME?!

Thomas Mann: Mam

Graham Greene: Call me 'pinky', lovely

Jack Kerouac: Me car's broken down...

William S Burroughs: Wowwww!

Happy the man, and happy he alone who in all honesty can call today his own;

He who has life and strength enough to say 'Yesterday's dead & gone - I want to live today'

Kingsley Amis: (cough)

Doris Lessing: I hate men!

Vladimir Nabokov: Hello, little girl...

William Golding: Achtung Busby!

JG Ballard: Instrument binnacle

Richard Brautigan: How are you doing?

Milan Kundera: I don't do interviews

Ivy Compton Burnett: Hello...

Paul Theroux: Have a nice day!

Günter Grass: I've found snails!

Gore Vidal: Oh, it makes me mad!

John Updike: Run rabbit, run rabbit, run, run, run...

Kazuro Ishiguro: Ah so, old chap!

Malcolm Bradbury: stroke John Steinbeck, stroke JD Salinger

Iain Banks: Too orangey for crows!

AS Byatt: Nine tenths of the law, you know...

Martin Amis: [burp]

Brett Easton Ellis: Aaaaarrrggghhh!

Umberto Eco: I don't understand this either...

Gabriel Garcia Marquez: Mi casa es su casa

Roddy Doyle: ha ha ha!

Salman Rushdie: Names will live forever...".

Commenter  J’apprécie          160

Durant toute l'année, nous traçons, pour la plupart d'entre nous, un chemin de lecture relativement balisé. Avec les opérations Masse Critique, il faut donc, à mon sens, sortir des sentiers battus et aller vers les auteurs qui nous intriguent voire même ceux pour lesquels nous ressentons un peu d'appréhension à l'idée de les lire.

Avec Jacques Attali, nous sommes exactement dans ce cas de figure. Que l'on rejoigne ou non son opinion sur la multitude de sujets qu'il maîtrise, difficile de nier que cet homme impressionne non en tant que pièce importante de l'échiquier politique, mais en tant qu'écrivain. Essayiste, biographe, romancier, homme de théâtre, fondateur d'institutions internationales, mais également chef d'orchestre à ses heures perdues, voilà un homme qui a consacré un nombre incalculable d'heures à peaufiner sa plume et à parcourir ce qu'il nomme "Les chemins de l'essentiel".

Vous l'aurez compris, nous ne sommes pas en présence d'un roman, mais pas non plus d'un essai. S'il fallait trouver un qualificatif, "Les chemins de l'essentiel" s'apparenterait plutôt à un inventaire. Un inventaire, mais de quoi donc ? Eh bien, tout simplement des plus grands chefs d'oeuvre de la création humaine : romans, essais, films, oeuvres musicales, mais également tableaux, sculptures, musées.

À peine la quatrième de couverture lue, une question se pose d'emblée, Jacques Attali est-il suffisamment légitime pour déterminer de telles listes ? Suivent quelques autres. N'est-ce pas une démarche un peu présomptueuse ? Comment évaluer la part de subjectivité dans cet inventaire ?

Ce cheminement de pensées ne s'est pas fait en un jour, mais représente plusieurs décennies de réflexion, ce qui est finalement assez logique, car pour déterminer un ordre de grandeur, il faut l'échantillonnage qui va avec et ce genre d'échantillonnage demande du temps. Alors, oui, les deux tiers de ce livre se résument à une succession de listes, mais l'auteur explique suffisamment bien sa démarche dans la première partie pour que l'on se prête au jeu.

La lecture est un peu fastidieuse au premier abord, mais malgré la brièveté des commentaires, les pages s'enchaînent et l'on en vient rapidement à s'interroger sur les choix de l'auteur, l'envie d'en débattre avec lui arrivant juste après. Pour l'anecdote, Jacques Attali invite d'ailleurs les plus téméraires à échanger par e-mail.

Inutile d'entrer dans le détail, mais disons seulement que les "Chemins de l'essentiel" de Jacques Attali sont souvent classiques et par conséquent familiers pour les lecteurs assidus. Il y a parfois de réelles surprises, des références culturelles inconnues, mais aussi, faisons la fine bouche, une forme, légère, d'élitisme, notamment lorsqu'il s'agit des oeuvres musicales qui comptent. C'est bien simple, en dehors des Beatles et d'une pincée d'autres, la musique pop est relativement peu représentée.

À l'image de ce constat, la subjectivité et surtout la légitimité de cet inventaire sont souvent remises en cause durant la lecture sans toutefois que l'on ne puisse nier l'intérêt de cet ouvrage. Je suis donc partagé, car j'ai beaucoup appris et ajouté également nombre de ces références à la liste des films à voir et des livres à lire, mais je ne peux m'empêcher de penser que ces "Chemins de l'essentiel" s'adressent avant tout aux admirateurs de Monsieur Attali qui se plairont (se complairont ?) dans ce jeu du "dis-moi ce que tu aimes, je te dirai qui tu es".

Vous l'aurez compris, c'est la première fois que je lisais un livre de Jacques Attali et si l'homme m'impressionne un peu moins, ses écrits m'intéressent, quant à eux, beaucoup plus. Reste à savoir si je saurais aller au-delà des réserves qu'ont fait naître ces "Chemins de l'essentiel" aussi intéressants que sujets au débat.

Merci à Babelio ainsi qu'aux éditions Fayard de m'avoir donné l'opportunité de parcourir en compagnie de Jacques Attaliles chemins de l'essentiel.

Commenter  J’apprécie          130

Ah, les auteurs de critiques objectives...

Les uns parce qu'ils ne supportent pas Jacques Attali ; les autres parce qu'ils ne jurent que par lui et quelques-uns, minoritaires, objectifs.

De toute façon, il ne faut pas beaucoup se faire d'illusions, à cet égard, surtout depuis que l'on constate que l'Homme descend davantage du mouton, avec son esprit grégaire dénué d'intelligence critique que du singe…

Bref, revenons à nos moutons. Je n'aime pas Jacques Atalli pas plus que je ne le déteste. Au fond, il m'est indifférent. Mais alors ce livre ? Bien, vous pensiez y trouver quoi lors de sa lecture ? le Saint Graal ? La culture que vous n'avez pas et n'aurez jamais parce que, d'une part, c'est impossible, d'autre part, parce que la société fait en sorte d'abêtir les gens ?

Qui sont ces auteurs de "critiques" stupides - davantage contre l'auteur que son livre, bien souvent ? Des lecteurs de Guillaume Musso ou de la collection Harlequin, qui n'ont même pas l'idée que l'on s'enrichit humainement par la culture ?

Pour le reste l'esprit critique, votre curiosité feront le reste… À la condition d'en être plus capable que d'écrire des commentaires négatifs aussi faciles et stupides.

Bonne lecture, soyez certains d'un ouvrage intelligent.

Michel.


Lien : https://fureur-de-lire.blogs..
Commenter  J’apprécie          210

tout d abord je remercie les éditions Fayard et Babelio pour cette opération masse critique qui m a permis de recevoir Les Chemins de l' essentiel selon Jacques Attali.

pour être honnête j avais noté dans un coin de ma tête ce livre suite à l émission Quotidien où l auteur était venu présenté son livre.

quand j ai lu les critiques peu élogieuses sur le site j étais inquiète surtout que j avais pris le temps de jeter un oeil en librairie et que j avais constaté moi même que nous étions face à des listes.

aussi me suis je armée de surligneurs (lus/vus/ecoutés/visités vs PAL/ possedés/ programmés vs pense bête) et j ai ouvert mon esprit pour rester neutre dans cette lecture.

la première partie du livre consiste pour M. Attali à nous expliquer comment la connaissance de ces oeuvres et de la culture en générale découle entre autres de notre milieu social et de l'éducation nationale puis de la personne elle même.

si je n ai pas adhéré au milieu social (la famille dirons nous), un peu plus à l éducation nationale, j ai adhéré à la volonté de l'individu de se cultiver quel que soit le domaine ou la modernite/ le classicisme/ la large palette de la culture recherchée.

M. Attali a pris le parti d écarter la photographie et les chorégraphies des oeuvres d art considérant que ces disciplines auraient mérité des chapitres dédiés et même si je ne peux que le rejoindre, j avoue que j aurai pu être sensible à ces disciplines.

dans la seconde partie commencent les listes. d abord les livres. qu'on soit ou non d accord avec lui, il a le mérite d exposer la raison pour laquelle il choisit tel ou tel ouvrage (romans/ essais/ theatre/ poésie) . je regrette personnellement que tant d ouvrages soient consacrés à des conflits armés car si la littérature permet un regard sur l histoire elle peut et doit parfois être synonymes de "divertissement / dépaysement / libération " de l'âme et de la société. pour autant cela correspond sans doute à son essentiel ... comprendre la société et se comprendre soit même.

ses explocations ont pu me convaincre de m essayer à telle ou telle oeuvre ici.

pour les films (1 page sur les séries sans grand intérêt pour moi) encore quelques explications mais plus succinctes. pas de distinction des genres. c est donc beaucoup plus court.

et ce n est que le début.

pour la musique, nous sommes essentiellement sur des oeuvres classiques même si je suis heureuse de voir le Bohemian Rapsodie de Queen dans le top 10. les explications sont plus brèves que le pourquoi de ce choix. en revanche il explique pourquoi la version retenue.

je pense que ma curiosité m emmènera à tester qu'elles oeuvres musicales de cette liste améliorée.

les oeuvres d art : de plus en plus concis et c'est dommage on retrouve différentes oeuvres et les musées qui les abritent. certaines m étaient connues. je n ai retenu que l ouverture à celles qui me sont accessibles sur ma région ou sur mon prochain voyage programmé. je pense que le cloud auj m en donnera un aperçu même si la confrontation avec l oeuvre de visu est totalement différente au niveau des émotions. mais c'est déjà une première démarche. quant aux oeuvres des collections privées je me demande comment les contempler.

les lieux : nous rentrons vraiment dans les listes à ce moment là. adieu les surligneurs. adieu les explications. si je prends le cas de Venise que je visite en fin d année, j ai une liste de chose à y voir mais aucun des sentiments suscités chez l auteur ou raison qui le pousse à les évoquer. quel dommage ! j espère aussi y avoir accès via le net

les musées (30 listés sur une page) ba que de déception ! le Louvre ok mais aucune précision sur quel département en priorité etc.

il précise que ces musées sont accessibles virtuellement mais ne nous précise pas s'il faut payer pour la visite ou non et ça reste fort dommage .

plus nous avançons dans le livre et plus le concept de listes devient minimalistes sans explication. ça laisse un goût de déception qui je trouve préjudice à sa démarche pourtant louable de guider les personnes qui souhaitent se cultiver, s enrichir intellectuellement, sans parfois savoir où commencer.

la dernière partie du livre nous explique en quoi ces essentiels va nous permettre une bonne vie en nous apportant des valeurs, des habitudes de vie (maîtrise de soi, confiance en soi...).

enfin l annexe sur le contexte historique pour replacer les oeuvres est intéressant mais encore sous format liste et là je me dis " c est cohérent" mais une frise chronologique (peut être un peu scolaire mais tellement plus visuelle) eut été bien plus sympathique surtout si un renvoi aux oeuvres citées (par numérotation) avait été incluse.

dans l ensemble je ne suis pas déçue car je le vois comme un outil. mais un peu en demie teinte, tantôt en manque d explication, tantôt en manque diversité.

mais ma curiosité est piquée et j ai fait des choix (non tous les essentiels de M. Attali ne seront pas mes essentiels) de découvertes grace à ce livre alors merci.

Commenter  J’apprécie          21

Heureux l'homme qui a beaucoup lu, vu, entendu, vécu et qui après confronté ses choix initiaux (cinq cent auteurs et trois mille oeuvres ) à d'autres référents nous livre un peu moins de cinq cent oeuvres d'art (littérature, peinture ,musique, films…) comme des exercices d'admiration et de culture, comme manuel pour vivre bien.

Heureux l'homme du XXIe siècle qui peut porter un regard sur l'universel de la production humaine, dans le domaine de la création artistique, (embrassant toutes les époques, et toutes les civilisations), devenue facilement disponible (au moins pour certains privilégiés, mais n'est-ce pas dans le souhait de l'auteur d'en étendre le champ ?), grâce aux progrès de l' "édition" au sens le plus large du terme.

Heureux donc sommes-nous, homme singulier, homme parmi les hommes, de pouvoir bénéficier de l'expérience de Jacques Attali, sous forme de ce qui n'est pas un musée imaginaire, ni réellement un catalogue « raisonné », mais plutôt un répertoire, avec une invitation à le consulter pour qui veut pouvoir tirer profit pour sa propre vie du patrimoine de l'humanité (sous la forme combinée d'une bibliothèque idéale, associée à une iconothèque, une discothèque, une filmothèque…) à l'usage de tous, mais à l'instar de ce que certains ont eu la chance de trouver à l'école ou dans leur famille. Bien sûr, le choix est celui d'un homme hors du commun, et on pourrait craindre une certaine forme d'élitisme dont il se défend avec une fausse modestie dont certains ont pu dire qu'il s'agit de la seule forme tolérable de l'orgueil, mais cette fierté même n'est-elle pas le garant de choix judicieux. et adaptés. Il faut reconnaître pour la moitié d'entre eux, ils sont ceux de tout honnête homme du XXIe siècle, avec l'occasion de compléter des lacunes ,ou de « revisiter » certaines oeuvres ,et pour les autres ,incités par une citation ou un bref résumé de s'y conduire. D'autres ouvrages du même type étaient nombreux à la Renaissance, (ce qui était plus facile, compte tenu du peu d'oeuvres disponibles) ou chez nos contemporains, mais avec plus d'indications sur l'auteur, par les choix qu'il a fait ,que sur l'essentiel pour vivre bien.

Il n'en reste pas moins deux questionnements qu'il n'y a pas lieu de développer ici, mais qui sont en lien direct avec le titre de l'ouvrage : « les chemins de l'essentiel » :

-qu'est-ce au fond que l'essentiel pour une vie bonne, plutôt que pour une bonne vie comme le propose l'auteur ? Bien sûr :la culture, mais il est bon que la culture procède plus de ce qui a enrichi de façon subtile notre jardin secret que chacun ne cesse de cultiver que d'une connaissance encyclopédique, et à chaque sol, des terreaux, des engrais différents, entre un peu de tout et tout d'un peu. Et c'est souvent la vie elle-même qui choisit.

-et les « chemins » ? La carte routière, les panneaux indicateurs, le relais ne peuvent se passer d'un guide, d'un passeur, et là est le rôle d'un pédagogue. On peut ainsi regretter une présentation chronologique des oeuvres plus que didactique, mais ce peut être l'idée d'un ouvrage à venir…Quel est le bon moment pour lire tel ouvrage, et quel ordre dans la présentation et surtout quelles clefs pour en apprécier l'essentiel. Et comment gravir les marches de cette tour de Babel sans se perdre.

Hugues Rousset

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation

Trente autres lieux essentiels, virtuellement visitables

1. Le château de Versailles

2. Notre-Dame à Paris

3. Le Baptistère à Florence

4. Le château de Schönbrunn à Vienne

5. La mosquée/ cathédrale de Cordoue

6. Les canaux de Bruges

7. Les Fjords islandais

8. Les palais de Saint-Pétersbourg

9. Le Kremlin de Moscou

10. Sainte-Sophie à Istanbul

11. Les lieux saints à Jérusalem

12. Les ruines de Petra en Jordanie

13. Les pyramides en Egypte

14. Les cathédrales souterraines, à Lalibela en Ethiopie

15. Band I Amir en Afghanistan

16. La cité de Khiva, en Ouzbékistan

17. Le Taj Mahal en Inde

18. Le temple de marbre blanc de Ranakpur en Inde

19. Le lac d'Inle au Myanmar

20. Le monastère de Samyé au Tibet

21. Les gorges de Guilin en Chine

22. La vallée de l'Orkhon en Mongolie

23. Monument Valley aux Etats-Unis

24. San Juan Chamula, dans le Chiapas

25. Le temple de Tulum au Mexique

26. Les temples de Chichen Itza au Mexique

27. Le Macchu Picchu au Pérou

28. Les géoglyphes de Nazca au Pérou

29. Le désert de sel (salar d'Uyuni) en Bolivie

30. La Papouasie-Nouvelle-Guinée

Commenter  J’apprécie          11

« L’admiration n’est ni soumission ni manifestation d’un complexe d’infériorité. C’est un regard d’humilité sur le monde, prêt à y voir de belles choses. L’admiration ne se confond pas avec la curiosité, qui peut être morbide, ni avec la fascination, qui peut être aveugle.

Commenter  J’apprécie          40

L’art désigne toutes les activités de représentation du réel visant à le transcender

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jacques Attali (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Attali
"Histoires et avenirs de l’éducation" - entretien avec Jacques Attali.
autres livres classés : listesVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
720 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre