AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Suzanne Ravaute (Traducteur)
ISBN : 2258025214
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/09/1989)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 8 notes)
Résumé :
C'est en 1609 que naît dans la jungle de Bornéo Jaki Gefjon, fils d'une belle métisse et d'un trafiquant hollandais. Rejeté par les siens en raison de la couleur de sa peau, Jaki est adopté par une sorte de guerrier mystique du nom de Jabalwan, qui lui enseigne l'art de survivre, celui de guérir et de réduire les têtes. Enlevé par des pirates, Jaki va parcourir les mers parmi des hommes qui ne vivent que de ruses et de cruauté. Mais l'attrait de l'or est moins fo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Horizon_du_plomb
  22 mai 2018
« J'ai construit moi même mon navire comme un alambic, convertissant le plomb des empires en or fabuleux. »
Un livre de pirates sorti quasiment en même temps que «  Sur des mers plus ignorées » qui a donné lieu à Pirates des Caraïbes. Je ne pense pas qu'aucun des deux auteurs de SF se soit copié, c'était dans l'air du temps simplement. D'ailleurs, ici, nous sommes bien dans le monde des Lanun et les sept mers d'Asie au début du 17ème siècle.
«  le capitaine regardait les diamants. Ils retenaient les rayons du soleil, comme il retenait la vie qui était en lui. Comme eux, il était inachevé, trop encombré de lui-même, plein de défauts, attendant d'être taillé, rendu parfait. »
« N'oublie jamais l'araignée. C'est elle qui tisse les fils de la vie. Comme elle tisse les nuages. Elle prend la pluie dans sa toile et la déverse sur les arbres verdoyants et les animaux affamés. Tu sais que tu es pris dans cette toile. L'oublier serait le pire des crimes. Tous les maux viennent d'un tel oubli… (…) Nous ne pouvons pas faire confiance à nos sens. Ni à la vie elle même. L'araignée ne tisse-t-elle pas une toile couleur d'air ? »
«  Ce qui relie les êtres, c'est une douleur sans blessure. Tout l'amour nait de cette douleur. Ceux qui comprennent cela sont au-delà du bien et du mal. »
Ce roman d'aventures et d'initiation est rempli d'exotisme et d'oecuménisme exalté, il nous parle souvent d'un monde halluciné, riche de diversité, avec une langue-toile à la poésie vibrante. L'auteur nous conte cette douleur qui nous fait apprendre. Le livre, parfois violent, est rempli de sacrifice tout le long, voire de culpabilité parfois, mais on y trouve aussi de la romance. Comme dans Radix, on y retrouve ce personnage atavique, voire bestial, qui va essayer de s'élever au transcendant à travers les méandres de la liberté. Son chemin sera jalonné de mentors étranges dont la plus grande : Mère Vie.
« Quant aux disputes entre les nations européennes, ce sont là de vieilles rivalités.
- Les becs et les griffes de la forêt, dit calmement Jaki. »
« Les canonnades du navire lui avaient fait perdre de la vitesse, et les hommes du Silène pouvaient espérer une heure de répit avant le prochain assaut. »
C'est toute une époque que nous conte l'auteur. Ainsi quand des tribus aborigènes en chassent d'autres avec l'aide d'armes des Hollandais, on se rappelle l'histoire de ces conquérants qui n'étaient souvent que pilleurs. Le bouquin semble bien documenté historiquement et on prend plaisir à cette fiction qui se mêle à l'Histoire. Par exemple, l'auteur se joue habillement de l'histoire de Sir Francis Drake, Portobello et le lignage des Pym en Angleterre. Si on se rappelle que l'auteur a aussi une formation en biologie, on ne s'étonnera pas que la faune et la flore soient aussi très bien décrites. Je dois quand même dire que parfois la multiplication des aphorismes m'a un peu exaspéré même s'ils participent à une désacralisation (une naturalisation ?) du contenu de la Bible en soi comme le dit l'auteur lui même à un moment.
« Dans le creux de ses joues, son père et sa mère avaient fait leur couche ; ils s'étaient relevés, ensemble sur son nez. »
Les deux premières parties, celle dans la jungle de Bornéo « La bête en nous » et celle sur les sept mers « Le Silène et le Soeurs fatales » sont les plus intéressantes (300 premières pages). Après, le bouquin est plus quelconque. Je dirais qu'on passe d'un 3,5 étoiles à un 2,5 étoiles. La fin relève toutefois les deux dernières parties et est cohérente avec le propos d'où ma cote finale.
« Il ne s'était pas marié pour avoir des enfants et demanda à Saja de lui couper les testicules. Puis il les fit mouler en or et Perdita Iduna les porta désormais en boucles d'oreilles. »
« Les sorciers doivent faire plus que cela, ils doivent parvenir à une honnêteté totale. Seule celle-ci peut donner le pouvoir. »
Si le livre ne se passe pas entièrement avec des pirates en mer (ces hommes de l'horizon), tous les codes du livre de pirates sont respectés et les parties non maritimes renforcent la profondeur des personnages ou l'exotisme de l'aventure. Malgré les rebondissements variés, le livre est un peu décousu (limite abrupte parfois) ou trop facile dans sa narration et son intrigue, c'est toutefois un roman que je conseillerais pour la découverte et son cadre plus rare et plus vaste que simplement les Caraïbes (sans trop spolier, on ira même jusqu'au golfe d'Aden qui reste connu pour sa piraterie encore actuelle).
Au final, voilà un livre qui recèle bien des enseignements sous ses airs d'aventures exotiques.
«  Quand je serai revêtu d'algues, avec des poissons dans les yeux, je serai comme un roi. Vous, vous ne serez que ce que vous êtes maintenant. »
«  La mort n'est pas un secret (…) c'est la vie qui est un secret. »
«  - Nous sommes tous des pirates, dit-il avec une sorte d'exaspération. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mauriceandre
  14 janvier 2015
(livre lu en 2003) Après trois jours à naviguer sur les mers de Chine et d'Indonésie, j'ai eu du mal à retrouver mon enveloppe charnelle pour vous faire cette critique. Ce roman, qui n'est pas tout jeune puisque l'édition que j'ai lue a été publiée en 1989, est l'histoire de Jaki, fruit de la passion d'un Hollandais pour une indigène des îles indonésiennes. Il va devenir tour à tour sorcier, esclave, pirate, marchand, et la roue de la vie le mènera au « Nouveau Monde ». Ce roman qui se déroule au XVIIe siècle est une aventure fabuleuse, un peu ésotérique par son côté initiation du sorcier, mais toujours crédible.
bref a lire si vous aimez les récits d'aventure
Commenter  J’apprécie          40
hokmah
  01 avril 2012
Chaque héros de l'auteur se construit selon l'adage "tout ce qui ne tue pas renforce".
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre