AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221217993
Éditeur : Robert Laffont (11/04/2019)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Injustement licencié de son poste de directeur du festival de Makeshiweg, au Canada, alors qu’il mettait en scène La Tempête de Shakespeare, Felix décide de disparaître. Il change de nom et s’installe dans une maisonnette au coeur de la forêt pour y panser ses blessures, pleurer sa fille disparue. Et préparer sa vengeance.
Douze années passent et une chance de renaître se présente à Felix lorsqu’on lui propose de donner des cours de théâtre dans une prison. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Titania
  02 août 2019
Un petit tour en prison au Canada ? ...c'est là où nous emmène Margaret Atwood pour ce roman passionnant et assez inclassable à vrai dire.
Polar social avec un soupçon de fantastique et un bel éloge de l'art dramatique. C'est l'histoire de Félix, directeur artistique d'un festival de théâtre du côté de Toronto qui a tout perdu, sa femme, sa fille et son boulot. Pour ce dernier point, il conçoit une haine terrible et un désir de vengeance pour les deux arrivistes qui l'ont licencié.
L'occasion lui est donnée de prendre sa revanche un beau jour, lorsque son ennemi, promu ministre de la justice, annonce sa visite dans une prison où Félix enseigne l'art dramatique à des détenus depuis 3 ans. Il choisit de monter La Tempête pour l'occasion. La prison devient alors l'ile de la Tempête . Je ne vous dirai bien évidemment rien sur le plan suivi ...
J'ai beaucoup repensé aux représentations de la Tempête de Shakespeare auxquelles j'ai assistées, mais ça n'a pas suffi, j'ai ressorti le texte pour mieux comprendre les débats concernant l'interprétation menés par les détenus dans une langue assez drôle et imagée...J'ai donc rajouté une couche à ce millefeuille de l'illusion et de l'éphémère, et chaque lecteur fait de même à sa façon . Ainsi, Shakespeare est populaire et incroyablement vivant dans ce roman assez jubilatoire qui ose toutes les propositions.
Vous apprécierez sans aucun doute ce cours de littérature où les seuls jurons permis doivent venir du texte de Shakespeare, il y a le choix, cette réflexion sur l'art de la mise en scène et ce regard positif sur le rôle de la culture en milieu carcéral. Il y a partout dans le monde des profs qui enseignent en prison, et ce livre est aussi fait pour eux .
« Nous sommes de la même étoffe que les songes
Et notre vie infime, est cernée de sommeil », nous dit le grand Will.
Est-ce qu’il nous parle de la vie ou du théâtre ? La vie est une scène de théâtre , ou bien le théâtre c’est la vie ....mystère !
Ça laisse songeur , vous ne trouvez pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
TheWind
  18 février 2020
Quand la Tempête ne souffle plus aussi fort...
Margaret Atwood revisite La Tempête de Shakespeare ...à sa manière.
Cela m'a moyennement emballée. C'est sans doute trop contemporain pour moi. Je ne dirai pas que Shakespeare risque de se retourner dans sa tombe car l'esprit shakespearien est là...L'humour, la légèreté mais aussi la vengeance, la trahison et même le fantastique !
Il faut voir dans Graine de sorcière une mise en abyme moderne de la Tempête. L'exercice de style est réussi et bien mené, il n'y a aucun doute là-dessus mais je m'y suis ennuyée.
J'ai trouvé au personnage principal Félix, le Prospéro de cette histoire de vengeance, trop plat et prévisible. Certes, les relations qu'il développe avec les prisonniers à qui il fait jouer la pièce de Shakespeare sont touchantes, mais pas au point de me tenir en haleine jusqu'à la fin du roman.
Par ailleurs, je conseille à ceux qui voudraient se plonger dans ce roman, de lire -ou relire- au préalable La Tempête de Shakespeare. Puisque tout le roman est construit à partir de la pièce de l'illustre auteur britannique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
spleen
  06 juillet 2019
Toujours en exploration sur le thème des oeuvres de Shakespeare dans les romans récents, voilà cette fois une histoire autour de la représentation théâtrale de la tempête et qui ne va pas se dérouler comme initialement prévue douze années auparavant pour aboutir à une interprétation étonnante .
Félix , directeur de festival et metteur en scène original, voire iconoclaste , alors qu'il monte la Tempête de Shakespeare , se fait évincer par son second et disparait dans un coin perdu accompagné du fantôme de sa fille Miranda, morte à 3 ans .Il rumine sa vengeance mais éloigné de tout , cela reste complétement stérile. Il se fait alors embaucher dans un pénitencier pour un programme d'alphabétisation et arrive à convaincre les autorités de monter ses pièces de Shakespeare avec les détenus .
Au bout de quelques années, il décide de présenter à nouveau La Tempête ...
Avec beaucoup d'astuces, de bon vouloir et de créativité aussi bien de la part de Félix que de celle des prisonniers et après quelques compromis , la pièce voit le jour et par un heureux concours de circonstance va permettre à notre homme d'assouvir enfin sa vengeance !
C'est assez délirant, souvent drôle : la réécriture des vers en version Rap est savoureuse , tout est abordable même les oeuvres les plus classiques qui ne doivent pas être réservées à des élites à condition d'être respectueux aussi bien avec ce qu'a voulu transmettre l'écrivain , qu'avec les acteurs et le public .
J'ai trouvé cela plutôt jubilatoire ! Une bonne lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
victoryhelene
  29 juin 2019
Pas de sorcellerie dans ce livre plutôt inclassable...
En fait, le roman retrace une période de la vie d'un homme, Félix, et de ses chagrins qui l'amènent à un désir de vengeance irrépressible.
Au départ, son nom ne le prédestine malheureusement pas au bonheur. Il connaît le décès de sa femme, puis celui de sa fille. Réfugié dans son travail qui le passionne, il est licencié de son poste de directeur de troupe et d'acteur. Fini le rôle de sa vie : il ne pourra pas mettre en scène et jouer La Tempête de Shakespeare et laisser libre cours à son esprit passionné et quelque peu fantasque. Des gens plus ambitieux l'ont évincé sans vergogne.
Paradoxalement, il mûrit sa vengeance de manière méticuleuse et raisonnée durant plusieurs années tout en tombant dans une douce folie qui l'emporte vers une vie en marge. Il se fait embaucher dans une prison et devient un professeur de théâtre reconnu et apprécié des détenus. Excellent pédagogue, il tire le meilleur de chacun et profite de son statut pour élaborer un plan machiavélique. Et il va pouvoir monter cette fameuse pièce, la pièce de sa vie, La Tempête ! Avec cette troupe de petits malfrats, Bic Tordu, Fissa Fissa, Popol, 8 pinces…, il est comme un poisson dans l'eau. Attachants, ils l'aideront en retour mais pas comme on pourrait le penser… C'est une amitié originale, une entraide souvent drôle, parfois émouvante, entre ce vieil homme un peu fou et ces délinquants.
Margaret Atwood s'amuse ainsi de la psychologie humaine tortueuse et mystérieuse. Aucun manichéisme. le suspense emmène le lecteur dans les pas de Félix, le Prospéro de la Tempête, de ses élèves, et dans les arcanes d'un plan retors. C'est une pièce dans la pièce qui attend le lecteur où chacun joue un rôle qui n'est pas toujours celui que l'on croit. Margaret Atwood brouille les pistes. Son écriture légère oscille entre le thriller et le fantastique. Quels personnages sont finalement les plus voyous ? Quelle vengeance attend ceux qui s'en sont pris à Félix ? Félix parviendra-t-il à se délivrer de sa propre cellule, celle du chagrin et de la vengeance ?
Si le début de l'ouvrage désarçonne et n'intéresse guère par trop de platitude, le lecteur est progressivement emporté, spectateur de ces histoires individuelles qui s'entremêlent, et doutant jusqu'à la fin de l'issue du scénario.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipette
  22 juin 2019
Alors qu'il allait produire le chef-d'oeuvre de sa carrière, une version unique de la tempête de Shakespeare, Felix Phillips est évincé du festival de Makeshiweg dont il est le directeur artistique, et ce par deux rivaux de longue date, Tony et Sal. Se remettant à peine de la perte de son épouse et de sa petite fille, Felix n'est pas prêt à faire le deuil de ses ambitions artistiques. Pendant des années, obsédé par son désir de vengeance et sa détermination à produire la pièce du dramaturge anglais, il patiente et attend le moment de prendre sa revanche. C'est dans le cours d'art dramatique qu'il donne dans un pénitencier que sa chance va enfin se présenter. « Après une carrière aussi extraordinaire que celle qu'il avait connue, quelle déchéance – monter Shakespeare dans une prison avec une bande de voleurs, de dealers, d'escrocs, de meurtriers, d'aigrefins et d'arnaqueurs. » (p. 63)
Je n'en dis pas plus et vous conseille vivement de découvrir ce nouveau roman de Margaret Atwood : il offre différents niveaux de lecture et des personnes masculins très attachants, l'autrice nous ayant plutôt habitués au contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

critiques presse (3)
LeMonde   16 mai 2019
Margaret Atwood fait de son roman une mise en abyme sans fin, où l’existence devient un terrain d’expérimentation théâtrale.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeJournaldeQuebec   13 mai 2019
Si on a mis un peu de temps à entrer dans l’histoire, on n’a pas tardé à en apprécier chaque ligne, Margaret Atwood nous réservant une étonnante vengeance.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaCroix   03 mai 2019
Bien des écrivains s’y sont référés pour créer des mondes de science-fiction. La romancière canadienne Margaret Atwood, pourtant coutumière des univers d’anticipation, a choisi de mettre en scène sa Tempête dans un cadre hyperréaliste : le milieu carcéral. Elle va y développer son intrigue de manière magistrale.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ChristlbouquineChristlbouquine   23 août 2019
Voilà une lecture bien loin de celles que j’ai pu faire précédemment de cette auteure. De Margaret Atwood je connais en effet La servante écarlate et C’est le cœur qui lâche en dernier. Rien à voir donc avec ce nouveau roman paru en avril dernier.

Felix est brusquement et injustement congédié de son poste de directeur du festival de Makeshiweg alors qu’il était en train de mettre en scène La Tempête de Shakespeare.
Une véritable trahison que Felix ne pardonne pas à ceux qui l’ont fomentée.
Profondément blessé, il décide de disparaître et s’isole dans une baraque perdue. Pour ne pas complètement perdre pied et s’enfoncer dans la folie hallucinatoire qui le fait parler avec sa fille morte d’une méningite à trois ans, il accepte un poste dans une prison où il enseigne le théâtre à un groupe de détenus. Tout cela dure douze ans.
Le temps pour lui de mettre sur pied sa vengeance. Qui passera par une nouvelle mise en scène de La Tempête, jouée par les détenus.

L’intrique traîne en longueur au début mais tout prend réellement sa place lorsque nous entrons au cœur du monde pénitentiaire et que l’équipe de comédiens se met en place. Avec beaucoup d’humour (et aussi quelques clichés) Margaret Atwood nous décrit cette équipe de malfrats, magouilleurs et autres criminels qui se mobilise pour jouer ce grand classique du théâtre.
Étrangement, ce monde carcéral semble totalement coller à l’esprit de la pièce de Shakespeare. Hors du temps, légèrement loufoque, haut en couleur (ah ces fabuleux échanges de grossièretés !) et en même temps habité par une certaine brutalité.

Le récit se lit très vite mais personnellement je n’ai pas été emballée plus que cela par cette histoire de vengeance qui prend une forme un peu trop rocambolesque et délirante pour moi et qui me parait bien vite expédiée au final.

Dommage car le roman aborde de passionnants sujets sur les rapports humains, le mélange du réel et de l’imaginaire, les limites de la vengeance, la culture vue comme une échappatoire à la douleur et à l’enfermement, et bien sûr cette étonnante réinterprétation de La Tempête.

Heureusement l’écriture de Margaret Atwood reste toujours aussi agréable, nous emmenant avec brio tour à tour sur le terrain de la comédie, du thriller ou du drame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TheWindTheWind   16 février 2020
Cette pièce-ci a deux portes, une à chaque extrémité. Elle n'a pas de fenêtres. Elle exhale une vague odeur de sel et de pieds sales.
C'est à cela que ça se réduit, songe Félix. Mon royaume insulaire. Mon lieu d'exil. Ma pénitence.
Mon théâtre.
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipetteLiliGalipette   22 juin 2019
« Après une carrière aussi extraordinaire que celle qu’il avait connue, quelle déchéance – monter Shakespeare dans une prison avec une bande de voleurs, de dealers, d’escrocs, de meurtriers, d’aigrefins et d’arnaqueurs. » (p. 63)
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   21 avril 2019
Avant, il aurait appelé son dentiste pour prendre rendez-vous, et il aurait eu droit à une luxueuse chaise en similicuir, à un visage attentif exhalant le bain de bouche mentholé, à des mains expertes maniant des instruments étincelants. Ah, je vois le problème. Ne vous inquiétez pas, on va vous arranger ça. Pareil que quand on va faire réviser sa bagnole. Peut-être même qu'il aurait eu le privilège d'avoir de la musique dans ses écouteurs et un cachet pour l'assommer à moitié.
Malheureusement, il n'a plus les moyens de s'offrir ce genre de révisions professionnelles. Pour ses soins dentaires, il fait dans le bas de gamme, de sorte qu'il est à la merci de son dentier défaillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChristlbouquineChristlbouquine   23 août 2019
En optant pour cette baraque et les privations qui allaient avec, il en baverait, c’était sûr. Ce serait prendre le cilice, jouer les flagellants, les ermites. Regardez-moi souffrir. Ce numéro, sans public à part lui, il le reconnaissait. C’était puéril, ces pleurnicheries sur soi-même. Il ne se comportait pas en adulte.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Margaret Atwood (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Atwood
THE HANDMAID'S TALE SELON FLORENCE FORESTI Pour les fans de The Handmaid’s Tale... et les autres! Merci David Marsais, Gregoire Ludig (le Palmashow) merci Leila Bekhti et Géraldine Nakache 🙏 Blessed be the fruit.
Cette vidéo est dédiée à tous les aidants de l'association Woman Safe : www.women-safe.org
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Margaret Atwood est-elle Lady Oracle ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, je ne suis pas :

La croqueuse d'hommes
La voleuse d'hommes

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Margaret AtwoodCréer un quiz sur ce livre
.. ..