AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le dernier homme (31)

gouelan
gouelan   02 mai 2019
C'était le rire qu'il craignait le plus chez elle, parce qu'il masquait un mépris amusé. Brise froide sur un lac au clair de lune : il le glaçait.
Commenter  J’apprécie          271
LiliGalipette
LiliGalipette   14 février 2018
« Il ne sait pas quel est le pire, un passé qu’il ne peut retrouver ou un présent qui le démolira s’il se penche trop dessus. Et puis il y a le futur. Pur vertige. » (p. 147)
Commenter  J’apprécie          120
gouelan
gouelan   16 mai 2019
Les rochers artificiels ressemblaient à de véritables rochers mais pesaient moins lourd ; de surcroit, ils absorbaient l'eau en période humide et la libéraient en période sèche, de sorte qu'ils régulaient naturellement l'irrigation des pelouses. Ils étaient commercialisés sous l’appellation de Roculateurs. Cela dit, il fallait les éviter en période de fortes pluies, car il leur arrivait d'exploser.
Commenter  J’apprécie          110
gouelan
gouelan   01 mai 2019
- Qu'est-ce que tu as appris ? s'écria Jimmy. [...]
"Que tout a un prix.
- Pas tout. Ce n'est pas possible que ce soit vrai. Tu ne peux pas acheter le temps, comme on dit en anglais. Tu ne peux pas acheter..."
Il avait envie de dire l'amour, mais hésita. C'était trop gnangnan.
" Tu ne peux pas acheter le temps, mais tu peux en gagner et il a un prix, rétorqua Oryx. Tout a un prix.
- Pas moi, riposta Jimmy en s'efforçant de blaguer. Je n'ai pas de prix."
Faux, comme d'habitude.

p.178
Commenter  J’apprécie          110
tenrev
tenrev   02 juin 2016
Pas de cerveau, pas de bobo.
Commenter  J’apprécie          70
Zazette97
Zazette97   03 juin 2012
La société, affirmèrent-ils, étaient une sorte de monstre, puisqu'elle engendrait principalement des cadavres et des décombres. Elle n'apprenait jamais, répétait perpétuellement les mêmes erreurs imbéciles, échangeait un bonheur à court terme contre un malheur à long terme.
Elle ressemblait à une limace géante qui bouffait inlassablement toutes les autres bioformes de la planète sur son chemin, avalait petit bout par petit bout toute la vie sur terre, puis la chiait par le trou de balle sous formes de saloperies manufacturées en plastique très vite démodées. p.309
Commenter  J’apprécie          60
gouelan
gouelan   01 mai 2019
"Mais des tas de villes ont des canaux, poursuivit-elle. Et des rivières. Les rivières sont très utiles pour les ordures, les morts et les bébés qu'on jette dedans, et la merde."

p.173
Commenter  J’apprécie          50
Zazette97
Zazette97   03 juin 2012
La Nature est aux zoos ce que Dieu est aux églises. p.262
Commenter  J’apprécie          40
lilibookncook
lilibookncook   03 octobre 2017
Dans le village, ça ne s'appelait pas vente, cette transaction. D'après ce qui se racontait on pouvait croire à un apprentissage. Les enfants apprenaient à gagner leur vie dans le vaste monde: tel étais le vernis qu'on mettait dessus. Et puis, s'ils restaient là où ils étaient, que trouveraient-ils à faire? Surtout les filles, dit Oryx. Elles se marieraient, u point c'est tout, et mettraient au monde davantage d'enfants qui seraient forcément vendus à leur tour. Vendus ou balancés dans la rivière où ils dériveraient jusqu'à l'océan: il n'y avait pas assez à manger pour tout le monde.
Commenter  J’apprécie          30
waldann
waldann   15 mars 2016
Je suis une cause perdue, leur disait-il. Je suis émotionnellement dyslexique.
Commenter  J’apprécie          30




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Margaret Atwood est-elle Lady Oracle ?

    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, je ne suis pas :

    La croqueuse d'hommes
    La voleuse d'hommes

    10 questions
    23 lecteurs ont répondu
    Thème : Margaret AtwoodCréer un quiz sur ce livre