AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de paulmaugendre


paulmaugendre
  11 juin 2018
Dès les premières pages, le lecteur quinquagénaire ou plus se retrouve plongé dans des images issues de son passé de téléphage amateur de séries américaines. Des séries qui comme Happy Days ou Santa-Barbara ont marqué leur imaginaire, à cause de leur ambiance, leur atmosphère, leurs décors.

En ce samedi 6 juin, quatre amis se préparent pour la petite fête organisée pour la fin de l'année universitaire. Jason, riche et beau, Keith, beau mais pas riche, Nathan, riche mais qui à la place des tablettes de chocolat abdominales de ses amis possède des rondeurs de pâtes à tartiner, et Sandy, le garçon manqué. Tous quatre ont gravé leur amitié lorsqu'ils avaient douze ans dans leurs mains et les cicatrices sont encore présentes. Maintenant, à vingt ans, ils se protègent, se conseillent, s'encouragent toujours, sans une once de jalousie entre les uns et les autres.

Jason a une petite amie, Tiffany, un peu peste. Keith aussi a une petite amie, mais comme elle est en voyage, on la délaissera. Nathan aimerait bien, mais il est timide et il n'ose pas avouer à Laura qu'il est fort attiré par elle. Quant à Sandy, elle redoute cette épreuve de la fête, car il va lui falloir s'habiller en robe, elle qui néglige sa touche de féminité.

Pourtant, au cours de la soirée, elle se laisse entraîner par Peter, et au grand étonnement de ses amis, elle danse merveilleusement. Elle a pratiqué la danse quelques années auparavant, mais elle s'est détournée de cette pratique pour diverses raisons. Bref, à part un accrochage avec Victor, le mauvais garçon, et une interruption momentanée dans les toilettes alors que Tiffany avait entrepris une gâterie à Jason, mais ceci ne nous regarde pas, tout se passe bien.

Nathan et Laura se sont trouvé des affinités réciproques et ils décident de comparer leurs atomes crochus sur une plage à l'écart de Santa-Barbara. Alors qu'ils sont entrain de batifoler et Nathan conclure ce qu'il n'avait jamais osé espérer, il aperçoit une ombre sur un rocher. Comme si quelqu'un les épiait. Nathan, n'écoutant que son courage, et peut-être pour épater sa copine va voir. Il s'agit d'une jeune fille, vivante, ayant probablement échappé à la noyade et ayant reçu un coup sur la tête. Et lorsqu'elle reprend ses esprits, cette jeune fille déclare ne se souvenir de rien, s'appeler Chelsea, et puis c'est tout. de tout ce qu'il s'est déroulé avant, elle ne se souvient plus. C'est quand même embêtant, d'autant qu'elle ne possède pas de pièces d'identité.

Nathan fait appel à ses amis et en attendant décide de la cacher dans son yacht, pardon, le yacht de son père. L'un des plus beaux du port. Et durant quarante huit heures, nous assistons à cette histoire qui développe plusieurs intrigues, car tour à tour les actions de chacun des quatre amis sont développées.

Ainsi Jason se voit remettre les clés d'un petit appartement en ville et il ne va plus subir la famille à son grand soulagement. Mais en même temps il va accueillir sa grand-mère Dodi, qui malade s'est échappée d'une clinique. Elle est atteinte d'un symptôme rare, se déclare en rémission et veut profiter d'un week-end au soleil.

Keith va tomber amoureux de Chelsea, tandis que Nathan se voit rabrouer par Laura. Elle reçoit des photos, via son téléphone, la montrant nue sur la plage, avec des messages d'intimidation. Elle en est toute déboussolée et se retranche dans sa chambre. Quant à Sandy, sa prestation comme danseuse a laissé des traces et Peter la conjure de venir rencontrer un professeur de danse qui a connu bien des vicissitudes familiales.

Dans un commissariat où Chelsea se rend accompagnée, elle distingue au mur la photo d'un délinquant recherché par la police. Des images l'agressent, des souvenirs qu'elle ne peut canaliser, mettre en concordance, jusqu'à ce que tout se mette en place, peu à peu grâce à des événements extérieurs.

Quarante huit heures dans la vie de quatre amis et de leurs compagnons, de leur famille, parents, soeurs, qui vont les marquer, et qui se déroulent à un rythme effréné, sans aucun temps morts. Quarante huit heures intenses qui mêlent amour, humour, tension, angoisse, peur, et qui pourraient se révéler dramatiques, voire tragiques.

Voir la suite sur le blog ci-dessous :
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
Commenter  J’apprécie          250



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (1)voir plus