AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020873699
Éditeur : Points (04/05/2006)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Chib Moreno exerce le métier peu commun de thanatopracteur et, à Cannes, les dames fortunées qui adorent faire empailler leurs chiens passés de vie à trépas, se repassent son adresse.
Ainsi, Chib, métis quadragénaire et taciturne, vit confortablement de cette profession étrange où la mort est sa compagne de travail. Il reçoit, un jour la proposition de Blanche Andrieu d'embaumer sa petite fille Elilou, morte accidentellement à la suite d'une chute d'escalier.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
nescio667
  02 juin 2008
La mort d'une fillette, même si elle a l'air accidentelle, reste un évènement effroyable. Elle peut atteindre un autre niveau dans le domaine de l'incompréhensible lorsque ses parents décident non pas de l'enterrer, mais de la naturaliser et de l'exposer dans un cercueil de verre. de prime abord, des gens bien, ses parents, les Andrieu : le père, un homme d'affaire ; la mère, femme au foyer BCBG, et trois autres enfants : une soeur et deux frères. A Cannes, et bien que ce soit son métier, Léonard Moreno, dit ‘Chib', a plutôt l'habitude d'empailler des chienchiens à leur mémère que des jeunes filles de bonne famille. Néanmoins, sa conscience professionnelle étant mise à l'épreuve du regard de Mme Andrieu, Chib accepte de s'occuper de la petite Elilou. Dès lors, c'est comme s'il avait fourré son doigt d'artisan dans un engrenage infernal. A la suite de la cérémonie mortuaire, les événements les plus scabreux vont effectivement se succéder et, bien malgré lui, Chib va se muer de thanatopracteur en détective amateur. Empoisonnements, coups de feu, mise à sac de lieux saints, animaux massacrés et meurtres divers, rien ne lui sera épargné dans cette famille frappée par la folie et le malheur. N'était la belle Mme Andrieu, sûr que Chib aurait bien vite mis les voiles…
Imaginons. En 2006, Agatha Christie, ressuscitée après une manipulation d'ADN, vient d'acheter son premier PC. Elle n'a qu'une seule envie : écrire un polar. Mais avant : une petite ligne de coke et pousser le dernier ‘Linkin Park' à fond. Que croyez-vous qu'elle va bien pouvoir pondre ? Une ressucée d'Hercule Poirot ou de Miss Marple ? Que nenni ! C'est ‘Funérarium' qui en sortirait, convaincu j'en suis. Au diable les gros détectives belges, bonjour les jeunes thanatopracteurs noirs et amateurs de jolies femmes. Car tout ici évoque immanquablement la manière d'Agatha : l'événement déclencheur, la présentation des différents et nombreux personnages, le suspense qui va en s'accentuant alors que le brouillard s'épaissit et le dénouement final en présence de la majorité des acteurs. Quelques différences quand même : le ton est plus enjoué, les dialogues sont traversés par un humour des plus réjouissants et la violence se révèle beaucoup plus explicitement. On ne s'ennuie pas un instant et, même si on a quelque idée sur l'identité du coupable, c'est avec plaisir que l'on se laisse mener par le bout du nez jusqu'à la fin. Agatha Christie donc, mais en plus rock'n'roll.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PC37Shu
  30 septembre 2015
Un bon thriller, extrêmement noir. Je n'avais lu qu'un livre de Brigitte Aubert et je l'avais adoré. C'est ce qui m'a donné envie de lire celui-ci.
Ce que j'ai préféré, c'est le fait de retrouver, comme dans La Mort des bois, lu il y a déjà pas mal de temps, des traits d'humour au milieu des situations dramatiques. C'est un thriller, mais c'est drôle.
La seule chose que je n'ai pas aimée, c'est le fait que l'auteur n'arrête pas de citer des marques quand elle décrit les vêtements des personnages. Déjà, quand on me décrit comment les personnages sont habillés, ça ne m'intéresse pas trop (en fait, l'effort imaginatif est trop ardu pour moi, je fais un blocage sur les fringues) mais alors les marques...
L'histoire est assez glauque, mais très prenante. Je n'ai pas su le lâcher et l'ai quasiment lu d'un trait entre la soirée d'hier et très très tôt ce matin. A conseiller plutôt aux gens qui n'ont pas d'enfant, sinon vous en ferez probablement des cauchemars... J'ai hâte d'en lire d'autres de cet auteur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
HerveSard
  12 février 2011
Bon, un thriller, normalement, ça fait un peu peur.
Léonard, le héros, est thanotopracteur. Empailleur, embaumeur, quoi. Gaëlle, sa copine, étudiante en médecine. Greg, le copain de toujours de Léonard, est play-boy et il sort avec Aïcha, la copine de Gaëlle, bonniche chez des gens de la haute : les Andrieu. Ça fait un peu Club des 5 à 3, en version adultes. D'ailleurs, les voilà embarqués dans une aventure chez les Andrieu, justement. Oh là là ! Ça tue à tout va ! Même les chats. du coup, les 3 se font passer pour des détectives privés. Quelle ruse... Léonard se tape la maîtresse de maison, ce dont le fils homo se rend compte et il en cause à tout le monde. Et du monde, il y en a : le jardinier (vicieux), le curé (exorciste), le docteur (louche), la belle-mère (autoritaire), les voisins (cocus), le mari (riche), le grand-père (mort à la guerre) et les enfants (mal élevés). Ça tue, donc, et on se demande bien qui dans tout ce beau monde est coupable... Ils ont tous un motif, bien sûr. On saura à la fin, mais chut : c'est celui auquel on pense le moins, toujours là mais jamais là. Quel suspens !
Un bon divertissement tout de même, à condition de prendre ça pour une parodie de sitcom. Mais plutôt bien écrite. Cela dit, un thriller, normalement, ça fait un peu peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
manue14
  13 janvier 2017
J'ai presque eu un coup de coeur pour ce roman.
Les idées ne sont pas hors du commun et c'est ce que j'ai apprécié. Les personnages peuvent très facilement être des membres de notre famille, des voisins, des amis. Ils ont leurs moments de bonheur, même s'ils sont rares, et des instants plus tragiques, plus sombres aussi…
J'ai aimé découvrir cette famille et suivre son quotidien.
Le protagoniste est attachant, sensible et on sent qu'il a envie de faire bouger les choses. Il se mêle aussi parfois de ce qui ne le regarde pas pour son grand malheur.
Si les idées et certains personnages peuvent sembler faire partie d'un quotidien d'une famille normale il y a tout de même certains protagonistes qui sont particuliers mais qui se mélangent assez bien avec les autres.
Le style de l'auteure est fluide et on a vraiment envie d'en savoir plus. Brigitte Aubert arrive vraiment à faire durer le suspense. Elle s'amuse aussi non seulement avec ses personnages mais avec ses lecteurs. Tout au long du roman elle parsème l'histoire de petits détails, de petits indices mais finalement à la fin du roman je me suis rendu compte que je n'avais pas du tout deviné qui était le coupable.
Dans son roman l'auteure y évoque des sujets importants, sensibles et parfois un peu difficiles à aborder mais elle s'en sort vraiment bien et finalement les sujets sont bien envisagés. J'aurais peut-être voulu que certaines situations ou idées soient un peu plus développées. Je pense que ce genre de livre permet de sensibiliser les choses, peut-être d'ouvrir les yeux sur notre entourage.
Je pense qu'il aurait peut-être été nécessaire de rajouter des points de vue pour justement donner du poids à ces situations. Selon moi, c'est vraiment le seul point négatif…
En ce qui concerne les descriptions, elles sont bien présentes, il n'y en a ni trop ni pas assez. Je suis arrivée à m'imaginer assez facilement les lieux. Pour ce qui est des personnages, l'auteure s'attarde plus sur leurs ressentis et sur l'ensemble de leurs comportements plutôt que sur leurs physiques. Il y a quelques détails mais ce n'est pas gênant. Personnellement je suis arrivée à bien différencier les prénoms, les rôles et les liens qui les unissent les uns aux autres.
La fin est vraiment digne d'un policier ! J'ai vraiment beaucoup apprécié cet épilogue, on ne s'y attend pas, ce n'est pas romantique. Au final c'est tout ce que j'attends d'un bon roman !
En résumé, un roman que je vous conseille sans aucune hésitation ! Vous ne le regretterez pas et je pense que la révélation sur le coupable vous surprendra.

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitchap
  09 septembre 2012
Une petite fille se brise la nuque en chutant de bon matin dans un escalier, et Léonard Moreno, dit Chib, entre en scène. Et pourtant, Chib n'est ni toubib, ni flic ; il est thanatopracteur.
À Cannes, les dames fortunées - vieilles rombières - ont coutume de faire empailler chiens, chats et autres bestioles mortes pour les exposer dans leur salon. C'est le pain quotidien de Chib, et son travail est très apprécié. C'est ainsi qu'un jour, Blanche Andrieu l'a contacté pour un travail peu commun : empailler la petite Elilou, 8 ans, morte accidentellement un petit matin au bas des escaliers de la masure familiale. Les parents de la gamine, éplorés, refusent d'enterrer leur enfant et souhaitent la conserver dans un cercueil de verre exposé dans la chapelle familiale. Une sorte de petite Belle au Bois dormant. Glauque à souhait, mais Chib accepte. Et les emmerdes commencent…
La famille de la petite Elilou est plus qu'étrange : une mère « absente » psychologiquement, un père rigide, deux frères plus flippant l'un que l'autre, deux soeurs dont l'une est carrément tyrannique et malsaine… et puis il y a aussi « Belle-Mamie » et un oncle curé omniprésents. La famille vit dans la religion, tout comme leurs amis et voisins, et chacun semble jouer un rôle.
Lors de l'embaumement de la gamine, Chib lui trouve des marques inhabituelles sur le corps, et en poussant un peu ses investigations, il s'aperçoit avec horreur que la petite n'est pas vierge… Et puis il y a aussi ce gamin de 2 ans que cette même famille a perdu quelques années plus tôt. La mort accidentelle de deux enfants de la même fratrie à quelques années d'intervalle, c'est rare… Chib commence alors à enquêter presque malgré lui, et il n'est pas au bout de ses surprises. de terribles secrets de famille seront révélés.
C'est certainement pas le roman du siècle, mais j'ai passé un très bon moment. Je ne connaissais que très vaguement le nom de Brigitte Aubert, mais je pense que ça va désormais changer.
Lien : http://www.petitchap.com/her..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
bgnbgn   26 octobre 2014
Chib se redressa un peu plus. Il se sentait de moins en moins patient et poli, ces derniers temps. Oui, la famille Andrieu avait largement entamé sa réserve naturelle de douceur angélique.
— Écoutez, il se passe chez vous des trucs vraiment bizarres, mon vieux (il appuya sur le « mon vieux »), et j’ai bien l’intention ou de découvrir qui en est l’auteur ou de porter plainte pour tentative de meurtre.
— Mais vous vous rendez compte du scandale !
— Que voulez-vous que ça me foute ? C’est dans ma tête que s’est retrouvée cette saloperie ! cria Chib en désignant la balle dans le verre, pas dans la vôtre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
bgnbgn   26 octobre 2014
Il verrait Gaëlle plus tard, aucune envie d’affronter la vision de Blanche prenant le thé. Blanche que son amie et voisine accusait de meurtres. Blanche la Foldingue. Un beau nom de princesse médiévale. Il l’imaginait assez bien en haut d’une haute tour, blanche évidemment, scrutant un horizon chaotique et désert, le front ceint d’un diadème d’obsidienne d’un noir brillant, une corde de chanvre enserrant son cou gracile tandis qu’elle se demandait tranquillement si elle allait se pendre à un de ces jolis créneaux ou simplement se jeter dans le vide ? À moins que les secours n’arrivent à temps. Léonard le Maure, juché sur son destrier caparaçonné de titane, sa noble épée laser dégainée, tellement mimi dans son pourpoint en velours grenat. Bon Dieu, Chib, tu débloques à fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bgnbgn   26 octobre 2014
— Non, tu n’es qu’un pion dans son jeu. N’oublie pas qu’il n’a pas les mêmes sentiments que nous.
— T’as suivi un cours de profilage ?
— Regarde où ça t’a mené ton persiflage continuel, lui renvoya-t-elle en attrapant son paquet de cigarettes. L’accélération des événements signifie que la pression monte dans sa tête malade. Agir, pour lui, c’est la seule manière de soulager la douleur qui le taraude.
— Et un cours de poésie, aussi ? Elle lui jeta le paquet au visage.
— Moi, je te raterai pas, Moreno ! Écoute… je crois qu’il se sent acculé et que ça l’excite. Je crois qu’on va l’avoir ! conclut-elle, parce qu’il va faire une grosse connerie.
— Comme nous descendre tous ? hasarda Chib en triturant une cigarette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bgnbgn   26 octobre 2014
L’image de Blanche se livrant à des partouzes effrénées s’imposa de nouveau à lui. Mais c’était ridicule. Charles ressemblait vraiment à Jean-Hugues. Quel plaisir les Labarrière éprouvaient-ils à échafauder pareilles hypothèses ? Animosité classique contre un couple d’amis plus jeunes, plus beaux, plus riches et dotés des enfants qu’ils n’avaient pas eus ? Il la regarda avec plus d’attention. Elle lui semblait visqueuse, maintenant. Elle se lécha les lèvres, un geste furtif de bête à l’affût. Une bête gorgée de venin, mais utile. Elle lui dirait tout ce qu’elle savait de tout le monde et même tout ce qu’elle ne savait pas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
manue14manue14   13 janvier 2017
Léonard « Chib » Moreno retira ses gants en plastique extra-fin tout tachés, les roula en boule et les jeta dans la poubelle d’où débordaient des tampons d’ouate imbibés de sanies. Il enfila une paire de gants neufs et tendit la main vers la collection d’instruments chirurgicaux étincelants accrochés au mur, à côté de la paillasse encombrée de fioles, de pots scellés à la cire, de seringues et de tubes. Il choisit un scalpel, le fit sauter dans sa main brune en chantonnant His Jelly Roll is Nice and Hot.
Puis, sans cesser de chantonner, il saisit le pénis flasque entre les jambes poilues en blanches du vieillard et le trancha net. Il déposa le morceau de chair sanguinolent dans la cuvette en émail prévue à cet effet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Brigitte Aubert (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brigitte Aubert
La chronique de Carole S - Funerarium
Notre chroniqueuse du jeudi, Carole S. ne connaissait pas les ouvrages de Brigitte Aubert avant de lire "Funeraium" (éditions Points). Et on peut dire que notre serial-lectrice est tombée sous le charme de ce thriller...
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Funérarium" de Brigitte Aubert.

Combien d'enfants ont les Andrieu en comptant ceux qui sont morts ?

6
4
2
8

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Funérarium de Brigitte AubertCréer un quiz sur ce livre