AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266331791
408 pages
Pocket (14/09/2023)
4.16/5   122 notes
Résumé :
« Certes, on a atteint l’égalité des droits, en théorie. Mais on n’a pas atteint l’égalité la plus importante d’entre toutes : l’égalité de la liberté.

On n’est pas libres de rentrer seules chez nous le soir. On n’est pas libres de s’habiller comme on veut.
On n’est pas libres de manger ce que l’on veut.
On n’est pas libres de gagner ce que l’on veut.
On n’est pas libres de coucher comme on veut.
Alors, si cette liberté ne ... >Voir plus
Que lire après Miroir, miroir dis-moi ce que je vaux vraimentVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 122 notes
5
8 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
1 avis
En ce 8 Mars, coïncidence ou non, je viens de clôturer ma lecture de ce livre très inspirant !

Oui, cela change des lectures que je poste d'habitude mais je ne pouvais pas me taire à ce sujet. Quand je vois qu'en 2023, les femmes se battent encore pour des droits, des libertés qui devraient être innés, que le respect ne se prête pas à l'ensemble de la population, que nous subissons encore des remarques sexistes au quotidien, et bien ça met en colère ! Et cet essai m'a appris plein de choses que j'ignorais encore.

Depuis plus d'un an, je suis le compte de l'autrice @mybetterself car je suis tombée dessus par hasard. Quand j'ai vu le contenu, je me suis beaucoup reconnue dans tout ce qu'elle disait, particulièrement sur un problème encore présent que j'ai longtemps nié qui est: l'anorexie mentale, mes TCA. J'ai tout de suite adoré ce que Louise transmettait. Devenir une meilleure version de soi-même !

Attention, une meilleure version de soi-même mais pour soi !

Son livre aborde nombreux sujets comme l'histoire du féminisme, comprendre le féminisme, la notion de patriarcat, pourquoi on n'a pas conscience qu'on baigne encore dans des idées construites depuis notre enfance. Et pas seulement par rapport aux hommes, mais dans notre vie quotidienne. « La femme doit être mère, doit être mince, doit être belle, intelligente mais pas trop, s'épiler, être une bonne mère, féminine, travailler, faire du sport, manger sain, se taire, ne pas parler trop fort, pas de gros mot, subir des remarques parce que « mais enfin, ne t'énerve pas comme ça, tu as tes règles ou quoi ? »… STOP ! Où est l'accomplissement pour soi là-dedans ?

Je remercie énormément Louise pour avoir écrit cet essai qui amène à se déconstruire pour mieux construire, pour mieux s'épanouir. Elle nous donne les clés pour qu'on puisse enfin nous regarder tel que nous sommes, à l'intérieur de nous, que nos valeurs ne se placent dans une apparence physique, sur les remarques qu'on nous a faites étant enfant, adolescent et en tant que femme aujourd'hui. Elle nous apprend à déculpabiliser, d'accepter les échecs qui ne peuvent que nous rendre meilleur, de ne pas se flageller parce qu'on n'a pas obtenu un job, qu'on n'a pas fait notre sport aujourd'hui, qu'on n'a voulu se faire plaisir, de se reposer. D'être qui on est, pardi !

A travers des notes d'humour, des petites touches anglaises que j'adore, j'ai trouvé la lecture très agréable, et bienvenue surtout ! Je le recommande aux femmes comme aux hommes !

Des magnifiques messages !

Ce que j'en conclus, c'est que la personne avec qui on passera le restant de notre vie, c'est nous-même. Alors, pourquoi ne pas commencer à nous aimer dès maintenant ? de reprendre le pouvoir sur notre vie ? D'être nous et de vivre !

En un mot : Merci !

Merci, Louise.
Commenter  J’apprécie          30
Quand Louise Aubery parle à Michel, Francis ou Jean-Mi, on obtient un livre piquant, frais et rempli d'une nouvelle énergie, de celle qui nous donne envie de déplacer des montagnes.

Dans ce livre, on trouve cette citation, qui résume à la fois le livre et le coeur du problème :
"Il faut cesser de regarder les hommes comme la norme et les femmes comme le problème." Inga Persson

Pleine d'humilité, l'autrice déconstruit les stéréotypes et les injonctions sociales pour nous pousser à nous poser les bonnes questions.
Elle n'affirme pas connaître la vérité ou d'ailleurs donner des leçons. Elle appuie ses arguments par des recherches qu'elle a faites, toujours dans le but de nous pousser à réfléchir. le cheminement, c'est à nous de le faire. Elle ne mettra pas de mots ou de pensées dans nos têtes. Elle pose simplement des questions, par d'une vérité absolue, de faits historiques, dans une plume tellement fluide et bien menée qu'on arrive ultimement à se dire qu'elle a raison, que ça ne devrait pas être comme ça, ou comme ci.

"Mais oui, elle a raison."
Pendant la lecture de ce livre, vous entendrez souvent cette petite voix s'exclamer dans votre tête. Avec bienveillance & détermination, Louise vous encouragera à prendre le pouvoir sur votre vie.

Ce livre nous apprend qu'on a le droit de se tromper, qu'on a le droit d'oser, qu'on a le droit d'être différente, mais qu'on n'en est pas moins puissante.
Commenter  J’apprécie          73
Louise Aubery, je la suis sur les réseaux car j'aime son approche du féminisme / l'acceptation de soi qui est dans la bienveillance et la reflexion positive. C'est donc naturellement que j'ai lu son livre qui garde cette même approche sur les différents pans de la vie d'une femme, on aborde des exemples concrets, qui permettent de dénoncer un quotidien que l'on est nombreuse à accepter car nous sommes nées et avons été éduquées pour faire face à ce quotidien dans la sphère privé et professionnel. Une culture où l'on priorise la gestion des conséquences plutôt que d'attaquer la cause, j'ai donc trouvé ce livre très intéressant et plutôt complet. Louise permet la réflexion sans obligation d'adhérer à toutes ses idées et opinions et ça c'est top, ce n'est pas un mode opératoire, le lecteur a une marge d'identification et peut construire son propre avis.

Concernant donc le fond je suis convaincue, sur la forme, un petit peu moins car ça m'a semblé parfois brouillon et que ça partait dans tous les sens, on ressent que l'auteure a écrit ce livre avec passion et que certaines idées arrivaient toutes en même temps. Mais au vu du sujet, le fond arrive à prendre le dessus sur la forme !
Commenter  J’apprécie          70
Déconstruire nos croyances, est-ce possible ? Déconstruire pour mieux construire, pour s'épanouir ou pour s'accomplir voilà le programme proposé par cet ouvrage. Ainsi, au fil des pages, j'ai aimé me plonger dans la sociologie, L Histoire ou encore la politique pour en apprendre plus sur l'origine de nos croyances. du patriarcat, prenant la femme pour un objet susceptible d'être possédé, découle toute une série de principes édictés par notre société. Que ce soit la conception du couple, du mariage, du travail et des enfants ou encore du corps, de la beauté, du poids et de la vieillesse, notre grille de lecture est paramétrée par ces croyances. Les femmes vivent sous multiples injonctions de faire ou de ne pas faire et porte le poids du regard des autres. L'autrice dresse la liste de nos croyances parfois encrées depuis des centaines d'années et, c'est toujours étonnant de les voir énoncées comme cela. C'est un ouvrage que j'ai trouvé à la fois très accessible mais également très complet et bien documenté Je suis admirative du savoir de l'autrice et me réjouis de voir ce type d'ouvrage entre les mains des plus jeunes.
Commenter  J’apprécie          60
Je ne connaissais pas Louise Aubery avant de tomber sur son livre en librairie. Je me suis laissée attirer par le côté très frais du livre et par son sujet aussi.
Booster sa confiance en soi, reprendre le pouvoir sur sa vie sont en effet des thématiques importantes pour moi actuellement.
J'ai lu ce livre avec plaisir, grâce à une structuration intelligente, de nombreuses anecdotes et une fougue qui rend l'ouvrage attractif. L'autrice s'est énormément documentée et transmet ce qu'elle a appris avec passion. La mise en page et la mise en exergue de certaines phrases mettent en relief le contenu.

Toutefois plusieurs éléments m'ont dérangées. En premier lieu, le style. Avec entre les mains un livre premium avec couverture brillante, des pages satinées, bref un emballage bien travaillé et haut de gamme, j'aurais aimé un style moins oral, plus travaillé, moins vulgaire aussi parfois. C'est dommage, car cela décrédibilise un peu l'ensemble. Je ne sais pas si c'est une question de génération, mais employer des "putain", "sis" si régulièrement, c'est too much selon moi.
Par ailleurs, même si le livre est bien structuré, j'ai trouvé l'exposition de certains sujets redondants, voire parfois fouillis avec des répétitions d'un chapitre à l'autre. L'avantage, c'est que les messages rentrent. L'inconvénient est d'avoir l'impression de tourner en rond. Cette impression est sans doute renforcée par la citation d'études ou de livres qui ne permettent pas d'aller au bout de la réflexion car sorties de leur contexte. Cela n'empêche pas le lecteur de se laisser convaincre, mais il y a un petit goût d'inachevé.
Enfin, j'ai été dérangée par la diabolisation des hommes dans ce livre et le point de vue si manichéen de l'autrice. Sur le fond, beaucoup de vérités sont dites. Mais le couperet tombe sans nuance, j'ai trouvé cela un peu facile, même s'il y a énormément à faire, il y a aussi des progrès et des hommes bienveillants.

En résumé, j'ai pris plaisir à lire ce livre plein de fougue et de vitalité, de conseils aussi souvent pertinents. Mais je regrette l'approche manichéenne et le style qui aurait mérité d'être soigné.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
C'est parce que la revendication que je porte, celle du droit à la liberté, est beaucoup plus subtile que celle du droit à l'égalité. Ce n'est pas aussi flagrant que de revendiquer le droit de vote, le droit à disposer d'un compte en banque ou le droit à l'avortement, qui ont été les plus grands combats féministes du xxe siècle. Mais les inégalités qui persistent sont à mes yeux, encore plus dangereuses, car elles sont invisibles. Elles ont été normalisées.
Ce sont des inégalités que nous sommes souvent nous-mêmes, femmes, les principales à perpétuer, et dont nous ne percevons pas le problème. Nous les percevons plus comme des choix personnels- se maquiller, suivre un régime, s'habiller d'une certaine manière- que comme des obéissances à des injonctions que la société fait peser sur nous. Or, vous pouvez en effet choisir que vos comportements se conforment aux injonctions de la société, si vous le souhaitez. Mon unique objectif est que vous fassiez ce choix en l'ayant remis en question, et que vous le fassiez parce que vous l'avez décidé- et pas parce qu'on vous l'a imposé.
Commenter  J’apprécie          20
Le mythe selon lequel les femmes inventeraient les accusations de viol - alors que dans les faits, les fausses accusations ne représentent que 3 à 5% des plaintes effectivement déposées (sachant que 88% des victimes ne portent pas plainte). Ce mythe est très utile, notamment pour les hommes de pouvoir, qui l'emploient souvent en invoquant leur fortune comme étant le motif de l'accusation. Résultat, aujourd'hui, quand on entend des accusations de viol envers des personnes célèbres, le premier réflexe des gens est de douter de la victime.
Commenter  J’apprécie          50
Qui n'a jamais jugé une femme pour un choix de carrière, pour son rôle au sein du foyer, ou même pour sa tenue- jugée "trop" ou "pas assez" pour telle ou telle occasion- quand, au fond, ça ne change absolument rien à nos vies. C'est la misogynie intériorisée qui parle plutôt que la sororité.
Commenter  J’apprécie          80
Mais d'où cette inégalité provient-elle ?

L'argument qui revient le plus, et qui est le plus communément invoqué par celles et ceux qui n'ont, en réalité, aucune connaissance sur le sujet, c'est que l'homme serait naturellement plus fort que la femme.

Tiens donc. Ces personnes ignorent une réalité pourtant majeure, mise en lumière par Vincent Dussol dans son ouvrage La Domination féminine. Réflexion sur les rapports entre les sexes: le chromosome X, le chromosome du sexe fémi nin, est apparu dans la nature bien avant le chromosome Y, le chromosome de sexe masculin. Pendant des millions d'années, le chromosome X était le seul chromosome du vivant, il se reproduisait par un procédé de sépa ration puis de réplication à l'identique. Le chromosome Y a fini par émer ger, environ cent millions d'années plus tard : c'est une dégénérescence du chromosome X - une version moins aboutie, moins performante, qui porte quarante fois moins de gènes que le chromosome X. À date, cette inégalité naturelle entre les chromosomes perdure : selon le professeur de biologie Bryan Skyes, le chromosome Y est loin d'être aussi > que le chromosome X.
Commenter  J’apprécie          10
(Manuel de réponses aux remarques sexistes)
"Ah non, moi je ne suis pas féministe, ce sont des extrémistes "

(...)
Réponse :
"Tu souhaites que les femmes soient payées autant que les hommes ?
- Bah oui.
-Tu souhaites que les femmes puissent avoir les mêmes opportunités que les hommes, et ne pas être discriminées juste parce qu'elles sont nées femmes ou s'identifient comme telles ?
- Oui !
- Tu souhaites que les femmes arrêtent de mourir sous les coups de leur mari ?
- Oui, évidemment.
- Alors, tu es féministe."
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Louise Aubery (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Aubery
Louise Aubery présente son livre "Miroir, miroir, dis-moi ce que je vaux vraiment", disponible en poche chez Pocket : https://www.lisez.com/livre-de-poche/miroir-miroir-dis-moi-ce-que-je-vaux-vraiment/9782266331791
Activez la cloche pour être informé de nos nouvelles vidéos et abonnez-vous !
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editions_po... Facebook : https://www.facebook.com/EditionsPocket Twitter : https://twitter.com/Pocket_Editions Tiktok : https://www.tiktok.com/@pocket_editio...
#louiseaubery #mybetterself #lecture #essai #vivezmieux #developpementpersonnel #pocket #booksta #editionspocket #réseauxsociaux
+ Lire la suite
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (352) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
551 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..