AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : SIE282969_608
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea   13 mars 2011
(Stances)

A l'éclair violent de ta face divine,
N'étant qu'homme mortel, ta céleste beauté
Me fit goûter la mort, la mort et la ruine
Pour de nouveau venir à l'immortalité.

Ton feu divin brûla mon essence mortelle,
Ton céleste m'éprit et me ravit aux Cieux,
Ton âme était divine et la mienne fut telle :
Déesse, tu me mis au rang des autres dieux.

Ma bouche osa toucher la bouche cramoisie
Pour cueillir, sans la mort, l'immortelle beauté,
J'ai vécu de nectar, j'ai sucé l'ambroisie,
Savourant le plus doux de la divinité.

Aux yeux des Dieux jaloux, remplis de frénésie,
J'ai des autels fumants comme les autres dieux,
Et pour moi, Dieu secret, rougit la jalousie
Quand mon astre inconnu a déguisé les Cieux.

Même un Dieu contrefait, refusé de la bouche,
Venge à coups de marteaux son impuissant courroux,
Tandis que j'ai cueilli le baiser et la couche
Et le cinquième fruit du nectar le plus doux.

Ces humains aveuglés envieux me font guerre,
Dressant contre le ciel l'échelle, ils ont monté,
Mais de mon paradis je méprise leur terre
Et le ciel ne m'est rien au prix de ta beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   06 janvier 2015
Le Printemps


Déjà la terre avait avorté la verdure
Par les sillons courbés, lors qu’un fâcheux hiver
Dissipe les beautés, et à son arriver
S’accorde en s’opposant au vouloir de nature,

Car le froid ennuyeux que le blé vert endure,
Et le neige qui veut en son sein le couver,
S’oppose à son plaisir afin de le sauver,
Et pour, en le sauvant, lui donner nourriture.

Les espoirs de l’amour sont les blés verdissants,
Le dédain, les courroux sont frimas blanchissants.
Comme du temps fâcheux s’éclôt un plus beau jour,

Sous l’ombre du refus la grâce se réserve,
La beauté du printemps sous le froid se conserve,
L’ire des amoureux est reprise d’amour.

(Hécatombe à Diane)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   03 mars 2014

Ce doux hiver qui égale ses jours
A un printemps, tant il est aimable,
Bien qu'il soit beau, ne m'est pas agréable,
J'en crains la queue, et le succès toujours.

J'ai bien appris que les chaudes amours,
Qui au premier vous servent une table
Pleine de sucre et de mets délectable,
Gardent au fruit leur amer et leurs tours.

Je vois déjà les arbres qui boutonnent
En mille nœuds, et ses beautés m'étonnent,
En une nuit ce printemps est glacé,

Ainsi l'amour qui trop serein s'avance,
Nous rit, nous ouvre une belle apparence,
Est né bien tôt bien tôt effacé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OrpheaOrphea   13 mars 2011
(L'hécatombe à Diane)

Je brûle avec mon âme et mon sang rougissant
Cent amoureux sonnets donnés pour mon martyre,
Si peu de mes langueurs qu'il m'est permis d'écrire
Soupirant un Hécate, et mon mal gémissant.

Pour ces justes raisons, j'ai observé les cent :
A moins de cent taureaux on ne fait cesser l'ire
De Diane en courroux, et Diane retire
Cent ans hors de l'enfer les corps sans monument.

Mais quoi ? puis-je connaître au creux de mes hosties,
A leurs boyaux fumants, à leurs rouges parties
Ou l'ire, ou la pitié de ma divinité ?

Ma vie est à sa vie, et mon âme à la sienne,
Mon coeur souffre en son coeur. La Tauroscytienne
Eût son désir de sang de mon sang contenté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   03 mars 2014
SONNET XX

Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux :
J'en serai laboureur, vous dame et gardienne.
Vous donnerez le champ, je fournirai de peine,
Afin que son honneur soit commun à nous deux.

Les fleurs dont ce parterre éjouira nos yeux
Seront vers florissants, leurs sujets sont la graine,
Mes yeux l'arroseront et seront sa fontaine
Il aura pour zéphyrs mes soupirs amoureux.

Vous y verrez mêlés mille beautés écloses,
Soucis, œillets et lys, sans épines les roses,
Ancolie et pensée, et pourrez y choisir

Fruits sucrés de durée, après des fleurs d'attente,
Et puis nous partirons à votre choix la rente :
À moi toute la peine, et à vous le plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Théodore Agrippa d' Aubigné (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théodore Agrippa d' Aubigné
Théodore Agrippa d'Aubigné par Antoine de Lévis-Mirepoix. Première diffusion le 18 octobre 1954 sur La Chaîne Nationale. Qu’est-ce donc que la conjuration d’Amboise ? Notre écrivain y fut-il mêlé ? A 8 ans, cela serait étonnant….Encore que…Face à la demande forte, exigeante, d’un père : comment ne pas obéir ? La conférence qui suit est-elle consacrée à un homme de guerre ou à un poète ? En tout cas à un homme qui voulait bien se révolter, mais non trahir. Et qui profita de l’exil pour se réfugier dans l’écriture. Et - mais cela est sans doute sans importance - qui ne sut jamais - et pour cause - à qui sa petite fille allait, un jour, être mariée…
Thèmes : Littérature| Poésie| Histoire| Théodore Agrippa d'Aubigné
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésie françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
874 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre