AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Julien Goeury (Éditeur scientifique)
EAN : 9782862724447
239 pages
Éditeur : Presses Universitaires de Saint-Etienne (20/04/2007)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Dans ses mémoires, Agrippa d'Aubigné (1552-1630) fait de sa liaison avec Diane Salviati un événement fondateur, sur le plan sentimental comme sur le plan littéraire: " Il devint amoureux de Diane Salviati, fille aînée de Talcy. Cet amour lui mit en teste la poésie française, et lors il composa ce que nous appelons son Printemps ; où il y a plusieurs choses moins polies, mais quelque fureur qui sera au gr&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LaliLali   26 novembre 2015


Sous un œil languissant et pleurant à demi,
Sous un humble maintien, sous une douce face,
Tu cache un faux regard, un éclair de menace,
Un port enorgueilli, un visage ennemi.

Tu as de la douceur, mais il y a parmi
Les six parts de poison ; dessous ta bonne grâce,
Un dédain outrageux à tous coups trouve place.
Tu aimes l’adversaire et tu hais ton ami,

Tu fais de l’assurée et tu vis d’inconstance,
Ton ris sent le dépit. Somme, ta contenance
Est semblable à la mer qui cache tout ainsi

Sous un marbre riant les écueils, le désastre,
Les vents, les flots, les morts. Ainsi fait la marâtre
Qui déguise de miel l’aconite noirci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   14 mai 2020
XXXI


Dans le parc de Thaley, j'ay dressé deux plasons
  Sur qui le temps faucheur ny l'ennuyeuse estorse
  Des filles de la nuict jamais n'aura de force,
  Et non plus que mes vers n'esteindra leurs renoms.
J'ay engravé dessus deux chiffres nourrissons
  D'une ferme union qui, avec leur escorce,
  Prend croissance et vigueur, et qu'avecqu'eux s'efforce
  D'acroistre l'amitié comme croissent les noms.
Croissez, arbres heureux, arbres en qui j'ay mis
  Ces noms, et mon serment, et mon amour promis.
  Aupres de mon serment, je metz ceste priere :
« Vous, nymphes qui mouillez leurs pieds si doucement,
  Accroissez ses rameaux comme croist ma misere,
Faites croistre ses noms ainsi que mon tourment. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GrandGousierGuerinGrandGousierGuerin   07 octobre 2014
Mille baisers perdus, mille et mille faveurs,
Sont autant de bourreaux de ma triste pensée,
Rien ne la rend malade et ne l’a offensée
Que le sucre, le ris, le miel et les douceurs.

Mon coeur est donc contraire à tous les autres coeurs,
Mon penser est bizarre et mon âme insensée
Qui fait présente encor’ une chose passée,
Crevant de désespoir le fiel de mes douleurs.

Rien n’est le destructeur de ma pauvre espérance
Que le passé présent, ô dure souvenance
Qui me fait de moi même ennemi devenir !

Vivez, amants heureux, d’une douce mémoire,
Faites ma douce mort, que tôt je puisse boire
En l’oubli dont j’ai soif, et non du souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mimosa022Mimosa022   21 juin 2014
Diane, ta coutume est de tout déchirer,
Enflammer, débriser, ruiner, mettre en pièces,
Entreprises, desseins, espérances, finesses,
Changeant en désespoir ce qui fait espérer.
Commenter  J’apprécie          70
LaliLali   26 novembre 2015
Nos désirs sont d’amour la dévorante braise,
Sa boutique nos corps, ses flammes nos douleurs,
Ses tenailles nos yeux, et la trempe nos pleurs,
Nos soupirs ses soufflets, et nos sens sa fournaise.

De courroux, ses marteaux, il tourmente notre aise
Et sur la dureté, il rabat nos malheurs,
Elle lui sert d’enclume et d’étoffe nos cœurs
Qu’au feu trop violent, de nos pleurs il apaise,

Afin que l’apaisant et mouillant peu à peu
Il brûle d’avantage et rengrège son feu.
Mais l’abondance d’eau peut amortir la flamme.

Je tromperai l’enfant, car pensant m’embraser,
Tant de pleurs sortiront sur le feu qui m’enflamme
Qu’il noiera sa fournaise au lieu de l’arroser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Théodore Agrippa d' Aubigné (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théodore Agrippa d' Aubigné
Théodore Agrippa d'Aubigné par Antoine de Lévis-Mirepoix. Première diffusion le 18 octobre 1954 sur La Chaîne Nationale. Qu’est-ce donc que la conjuration d’Amboise ? Notre écrivain y fut-il mêlé ? A 8 ans, cela serait étonnant….Encore que…Face à la demande forte, exigeante, d’un père : comment ne pas obéir ? La conférence qui suit est-elle consacrée à un homme de guerre ou à un poète ? En tout cas à un homme qui voulait bien se révolter, mais non trahir. Et qui profita de l’exil pour se réfugier dans l’écriture. Et - mais cela est sans doute sans importance - qui ne sut jamais - et pour cause - à qui sa petite fille allait, un jour, être mariée…
Thèmes : Littérature| Poésie| Histoire| Théodore Agrippa d'Aubigné
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
874 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre