AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075118880
192 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (17/01/2019)
4.04/5   40 notes
Résumé :
Comment vivre avec un papa qui a voulu partir?
Un père qui a voulu en finir.
Un père qu'on ne reconnaît plus, dont le visage aimé a disparu, pulvérisé. Et devenir du jour au lendemain la fille d'un monstre aux yeux des autres...

À la lumière de son écriture délicate, sensible et profondément empathique, Florence Aubry nous dévoile avec pudeur le parcours de Tess vers la sérénité et l'épanouissement.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 40 notes
5
9 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

rosalinda89
  22 février 2019
C'est difficile de donner son avis sur ce livre sans dévoiler quelque chose, mais je tenterai de faire le mieux possible.
Avec ‘La fille du monstre', l'auteure aborde un sujet que je n'avais jamais croisé dans mes lectures : les conséquences d'un suicide raté.
Tess a juste 11 ans quand l'impensable se produit. Son père ne sera plus jamais le même après ce qu'il a fait. Pour la petite fille le monde s'écroule.
Petit à petit, la douleur laisse la place à l'incompréhension et à la déception. le regard des autres est difficile à supporter. Nous suivons Tess dans sa longue lutte intérieure et dans ses efforts pour pouvoir accepter ce qui ne peut plus être changé…
Je dois avouer que j'ai apprécié l'écriture qui réussit à nous transmettre toutes les émotions du personnage principal. Par contre si j'ai compris la réaction du début, c'est la suite du comportement de Tess qui m'a mise mal à l'aise. L'arrivée de l'adolescence est une période compliquée pour tout le monde et Tess ne déroge pas à la règle. Mais est-ce que cela peut expliquer tout ? Je pense que je n'aurais pas agi comme elle, même si j'avais son âge. Cela dépend sûrement du caractère de chacun…
Que dire du père ? C'est horrible ce qu'il a fait, mais mérite- t- il l'indifférence totale ?
Beaucoup de questionnements pour cette histoire bouleversante.
Si le but de l'auteure était de nous faire réfléchir sur notre comportement face aux malheurs de la vie, alors là, je peux dire que c'est réussi. Une lecture qui ne laissera personne indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
coquinnette1974
  22 décembre 2020
A la bibliothèque, j'ai emprunté : La fille du monstre de Florence Aubry.
Comment vivre avec un papa qui a voulu partir ?
Un père qui a voulu en finir.
Un père qu'on ne reconnaît plus, dont le visage aimé a disparu, pulvérisé.
Et devenir du jour au lendemain la fille d'un monstre aux yeux des autres...
La fille du monstre.. c'est Tess, une jeune fille dont le papa a fait une tentative de suicide en apprenant que son épouse voulait le quitter. Ce papa se retrouve avec le visage abîmé, et Tess est désormais pour tous La fille du monstre.
L'autrice aborde un sujet extrêmement difficile : le suicide raté, et comment l'entourage (notamment la progéniture) vit suite à ça.
Un thème très difficile et abordé ici avec beaucoup de pudeur.
L'autrice fait preuve de sensibilité, de délicatesse. le sujet est surprenant mais très bien traité, c'est intéressant.
Malheureusement j'ai eu un petit problème, je n'ai pas accroché avec le personnage de Tess. J'ai eu beaucoup de mal à apprécier cette jeune fille, ses pensées, sa façon d'être, de réagir... Ce qu'elle vit est terrible toutefois elle m'a souvent agacé, ce que j'ai trouvé gênant. Et je n'ai pas toujours accroché avec ses réactions.
Le papa a certes raté son coup mais il ne mérite pas certaines choses pour autant.
J'ai souvent été mal à l'aise en lisant ce roman, c'est dommage.
Ma note : trois étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Lagagne
  04 octobre 2019
Un roman court, mais que j'ai pourtant mis un peu de temps à lire...
Tess a 11 ans quand son père tente de suicider. Il en ressort vivant, mais complètement défiguré. Et Tess va devoir apprendre à être la "fille du monstre". On suit son cheminement, son parcours qui passe par la colère, le rejet, la honte jusqu'à retrouver de la sérénité. Un parcours long, de plusieurs années.
J'avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, et je ne saurais pas trop dire pourquoi... Je n'ai pas accroché direct avec Tess, et avec ce père trop silencieux.
J'y suis finalement entrée, mais peut-être trop tardivement.
Commenter  J’apprécie          150
Grazie1006
  22 février 2021
Roman jeunesse sur un sujet difficile :le suicide.
Le papa de Tess, 11 ans, doit partir faire un séminaire, il lui fait un bisou dans son lit avant de partir mais Tess ne le reverra plus jamais comme avant. Ce sera le monstre. Des mois d'hospitalisation, des mois à faire des visites, le retour à domicile, la séparation.
Tess grandit, elle veut des amies, c est difficile d'inviter les amis à la maison, elle s'invente une autre vie, les réflexions des autres font mal.Elle rejete son père. Nous n'avons jamais la voix du père et de la mère. C'est seulement le ressenti de l'enfant puis de la jeune fille. C est son parcours.
C'est le témoignage de la révolte, de l'acceptation, de l'amour, il faut du temps.
Commenter  J’apprécie          80
GigiFro
  22 mai 2021
En poursuivant ma découverte des ouvrages au rayon jeunesse, j'ai été attirée par celui-ci de par son titre et sa belle couverture.
Tess a 11 ans lorsque son père décide de se suicider, mais se rate. Ce livre raconte comment elle a vécu ce drame, la relation avec son père défiguré, ses rapports avec les enfants de son âge, cruels, tout comme les gens du village. Avec l'âge et l'oeuvre du temps, Tess va remonter la pente et faire la paix avec elle-même.
Un récit émouvant sans tomber dans le pathos, une véritable histoire de résilience. Je me suis particulièrement attachée à Tess, la narratrice, dont les réflexions sont bien rendues. On vit avec elle cette espèce de deuil d'une vie qui ne sera plus comme avant. On comprend son ressentiment vis-à-vis de tous ces gens qui qualifient son père défiguré de monstre et on a envie de lui faire un câlin lorsqu'elle se demande pourquoi son père lui a fait ça. C'est vraiment terrible quand on y pense. J'ai trouvé toute l'évolution de la protagoniste bien rendue, crédible, avec un langage et des expressions d'adolescente (sans caricature). C'est une histoire dure de par son réalisme : la cruauté des enfants, des gens du village, comment les problèmes d'adultes impactent les enfants, la séparation, la honte d'avoir un père défiguré, etc.
C'est un roman très court et qui mériterait une plus ample exposition au delà du rayon jeunesse. Seul bémol, je trouve le tout premier chapitre inutile et un peu enfantin (où la narratrice discute avec son amie son envie d'écrire un livre sur sa vie). le reste du livre est carrément d'un autre acabit, donc je vous invite à poursuivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Ricochet   09 mai 2019
Les dernières pages en forme d’espoir, vers une relation apaisée, n’enlèvent rien à la puissance mélancolique et torturée de toutes les pages précédentes.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rosalinda89rosalinda89   26 février 2019
Vasco est tellement heureux, il retrouve son maître, son compagnon, son ami de toujours. (…) Il le prend exactement tel qu’il est, et je me dis : « C’est ça, l’amour pur, l’amour inconditionnel et, finalement, seuls les animaux sont capables de donner cet amour-là. »
Commenter  J’apprécie          30
rosalinda89rosalinda89   26 février 2019
Bien qu’elle ait dit : « Je crois que je ne t’aime plus », il a immédiatement pensé qu’elle avait rencontré quelqu’un d’autre. C’est à cela que l’on pense d’abord, non ? Comment pourrait-on comme ça, du jour au lendemain, sans que rien soit arrivé, ne plus aimer la personne avec laquelle on vit, la personne avec qui l’on a fait un enfant ?
Commenter  J’apprécie          20
rosalinda89rosalinda89   26 février 2019
(…) Un texte qui pouvait sembler avoir été écrit à la va-vite mais dont, en réalité, chaque mot avait été soigneusement choisi. Chaque mot comme un mégot de cigarette écrasé bien profondément contre son cœur.
Commenter  J’apprécie          30
bibliokatbibliokat   05 janvier 2021
Il s𠆞st imaginé mort, peinard (..) sauf que malheureusement il s𠆞st manqué. Malheureusement parce que, si je veux être honnête (...), c𠆞st que je le préférerais mort. Je ne peux pas penser une chose aussi abominable et, pourtant, cette vérité m’habite complètement. Elle est comme une morsure chaque fois que je pense à lui.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Florence Aubry (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Aubry

MP 2014-11-14-495-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Florence Aubry - Nola.
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura