AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de dancingbrave


dancingbrave
  22 septembre 2014
Improbable et compliqué à souhaits

20 août

Je me lance dans la lecture de la « théorie des nuages », tout fier de l'avoir dégotté à la librairie du bleuet, vous savez le lieu improbable qui se trouve là où on était sûr de ne surtout pas le trouver…
Rapidement je comprends que le thème sera bien celui des nuages, une improbabilité qui me sourit.
Puis je rencontre des personnages un peu curieux, improbables eux aussi ; certains réels d'autres non.
Bref, tout cela semble annoncer un roman original (je vous fais grâce de l'ultime « improbable »)

Mais en fait il s'agit plutôt d'une histoire des sciences romancée…
Et là où je dis romancée, je devrais dire, compliquée gratuitement :
Compliquée par des personnages sans rapport aucun avec le thème, des personnages à la sexualité compliquée, surprenante et surtout dont l'étalage n'a absolument rien à voir avec le roman et ne lui apporte rien.
Compliqué par une syntaxe lourde, confuse, difficile.

(Je vous en donne quelques exemples plus bas).

20 septembre

A relire certaines phrases deux ou trois fois, à parfois m'endormir sur l'ouvrage (ben voui ...), je me suis retrouvé, vingt jours après à la page 141 et avec de gros doutes. Car, outre la lourdeur du style, en avançant laborieusement dans l'histoire de nouvelles pistes apparaissent, mais toutes font Flop ne menant vraiment vers rien de constructif.
Alors je prends sur moi en me disant que cela va s'éclaircir plus loin, que des liens vont unir tout cela et je commets l'erreur fatale : je vais sur notre cher Babelio et là je vois que même la toute nouvelle piste que l'auteur a avancée et sur laquelle je fonde encore quelque espoir s'avère être une Farce grotesque !

22 septembre :

Aller hop, c'est décidé ! Vue ma pile à lire si lourde de promesses et des appétits que je nourris, je décide de souffler sur ces nuages à la page 141 et de passer à autre chose.

Pfffft ...

Comme promis : quelques exemples de citations improbables et compliquées :


Richard Abercrombie l'entend arriver, lui sourit, l'arrête d'un geste, et, la poussant légèrement devant lui, il fait un geste large du bras...
(Pardon ?)


Mais il est épuisé ; et, comme une nappe d'eau qui a passé le point où elle peut se renouveler, avec le temps, Akira Kumo se tarit, sûrement et lentement.
(Vous pouvez répéter ?)

Diverses sociétés savantes ont fait envoyer [...] des couronnes mortuaires et des messages de condoléances, longs et vagues.
(Ben oui, comme votre roman)

Quand elle jouit, elle se cramponne à son mari comme une noyée. Sinon elle reste tranquille, heureuse comme un paysage.
(Image poétique ?)

Elle n'est pas belle, c'est autre chose en elle qui le chavire. de toute façon la beauté des femmes ne présente aucun intérêt pour Carmichael. Mais lorsque Mary Bickford entre dans un lieu public, il faut faire un effort pour ne pas la regarder, on pense à des choses douces et belles, on se sent vaguement triste aussi.
(Euh, elle est comment finalement ?)

...Dans un éclair la vérité lui revient, irréfutable : il n'est pas né en 1946, mais à la fin de l'année 1933. Et du moment où il a tiré ce fil minuscule, Toute l'étoffe ne vient pas d'un coup, naturellement ; mais bientôt il n'en restera rien.
(Plait-il ?)
Commenter  J’apprécie          143



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus