AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070123189
Éditeur : Gallimard (08/01/2009)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 32 notes)
Résumé :
" De retour dans sa chambre d'hôtel.
Pierre ouvre au hasard un guide touristique. Il apprend que le mot safari signifie voyage. C'est ainsi que les choses commencent. " L'action de ce roman se passe au Kenya, c'est-à-dire partout.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Chouchane
  11 avril 2012
Nous autres, nous pousse avec intelligence vers les profondeurs de l'humanité. Au coeur de nos racines humaines, au milieu du Kenya, de la vallée du Rift, dans une nature que l'on sent majestueuse mais trop souvent dénaturée par l'homme occidental, « Nous autres » nous compte l'histoire millénaire d'un fils retrouvant son père mort et, lui cherchant la meilleure sépulture se découvre lui-même. Ce récit est relaté (avec subtilité) en voix off, celle de « Nous Autres » qui sont «depuis le commencement des temps 80 milliards de morts » qui ont peuplé notre planète ; ces âmes généreuses et inquiètes surveillent la vie de quelques humains voués à renouer avec le bonheur. Cette histoire réparatrice fait des allers-retours dans l'espace temps, elle remonte vers une période où le Kenya, qui n'est encore qu'une terre vierge, va être défoncé par la construction d'un chemin de fer dévoreur de vies humaines, l'émergence de Nairobi, de ses miséreux. Au milieu de ces grandes exploitations de l'Afrique par l'Occident, de la lutte pour l'indépendance, surgissent des vies singulières, celle d'une femme hinga et de sa petite fille, celle de Michel en France en 1968, de Pierre quelques années plus tard, de Françoise, de Rob, d'Anyango, et d'Akwam. Ces existences vont témoigner d'une autre façon d'envisager le monde et de le vivre, chacune nous livre un regard original sur la société. de l'écologie, à la politique en passant par l'amour, la cupidité et l'Histoire, ce roman ne laisse de côté aucune dimension de l'humain. Avec une écriture poétique et dépouillée Stéphane Audeguy ne nous lâche pas et nous conduit avec bonheur vers une fin pleine d'un espoir simple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnisLitterama
  23 janvier 2011
Pierre apprend que son père qu'il n'a vu qu'une seule fois est mort au Kenya, à Nairobi, dans une curieuse mise en scène : nu, un sac plastique sur la tête, son corps exposé aux prédateurs. Serait-ce un crime ?
Il part alors sur les traces de ce père inconnu et découvre l'homme qu'il était, ses amis et ses engagements. Il découvre peu à peu son histoire et apprend à le connaître. Cette rencontre post-mortem, dans un pays déchiré par les paradoxes, va le conduire à tisser des relations qui vont changer sa vie.
Le livre est traversé par de très beaux personnages de femmes : Marie Nyanjira qui fera » honte à la peur des hommes », la hinja qui dirige dans le désert la caravane des femmes. Selon la tradition, ces femmes hikuyus voyagent en temps de guerre ou de disette afin de ravitailler les villages affamés ou les familles isolées. Elizabeth, fille de Mary, guerrière engagée dans la lutte pour l'indépendance, et sa fille qui court comme une gazelle, infatigable.

Toute cette histoire est contée par « Nous autres », fantômes de cette terre kenyane, témoins et souffle profond, parole du fond des âges, qui donne à ce récit une puissance et une ampleur inégalées.
J'ai beaucoup aimé l'écriture de Stéphane Audeguy. J'avais déjà lu « Fils unique », « La théorie des nuages », et « Petit éloge de la douceur ».
On sent dans ce livre, la présence inquiétante des grands fauves, on entend le claquement des mâchoires des crocodiles, l'odeur pestilentielle des charognes. On y entend aussi la pulsation monocorde et insupportable de la misère, de l'injustice sociale et des fractures profondes causées par l'histoire et la corruption.
J'ai été subjuguée par le voyage qu'offre Stéphane Audeguy, par cette parole qui avertit « …et le vent le plus fou ne nous fera pas taire ».

Lien : http://www.litterama.fr/arti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ay_guadalquivir
  02 août 2010
Nous autres serait presque un passage étrange parmi les textes de Stéphane Audeguy. Etrange par le lieu, le Kenya, car même si la 4ème indique qu'il pourrait se passer n'importe où, il ressort de ce texte une réelle vision de l'Afrique dans le monde : la fin tragique de Michel sur le sol africain malgré lui victime de la globalisation, le rapport à la mort si particulier. Et puis, Audeguy nous raconte des individus, qui sont prets à changer devie dans une circonstance particulière. Michel, son fils, Rob, tous sont prêts à saisir la vie quand elle se présente. Doucble sentiment de la vie qui s'offre totalement, et des événements pourtant contre lesquels parfois on ne peut rien...
Commenter  J’apprécie          40
Sandrion
  22 mai 2016
"Nous autres", c'est en quelque sorte le choeur antique, les "80 milliards de morts" qui portent leur regard tout à la fois bienveillant, désenchanté, malicieux ou grave sur notre monde. Ce regard se pose sur un personnage en particulier, Pierre, débarquant au Kenya pour y rencontrer pour la deuxième fois de sa vie un père qui n'a été qu'un géniteur, Michel. Cette rencontre a lieu à la morgue de Nairobi : suicide ? assassinat ? Pierre, au départ distant et presque indifférent, plonge à la rencontre de ce père fascinant, figure emblématique pour les pauvres du bidonville de Kibera, et de ce pays en pleine mutation, rencontrant sur son passage son demi-frère qui étudie les crocodiles, la championne de marathon Anyango (dont l'auteur retrace, au fil du roman, la généalogie, ce qui lui permet de balayer l'histoire du Kenya depuis le XIXe) ou Abderramane, le Kényan qui a accompagné Michel dans son parcours.
La langue est très belle, portée par un souffle souvent poétique, des vers surgissent d'ailleurs de la prose si on lit à haute voix : "Du fond des nuits aveugles au sang versé des bêtes, les doux frémissements de longues agonies traînées vers les grands acacias" (vous les entendez les 2 alexandrins et l'octosyllabe ?!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yv1
  29 mars 2012
Oserais-je avouer que j'avais peur en ouvrant ce livre : peur parce que je n'avais pas aimé La théorie des nuages du même S. Audeguy, peur parce que le sujet ne me tentait pas et que je sentais un certain élitisme de mauvais aloi ? Que nenni ! Je suis entré dans ce livre pour ne plus en sortir (sauf à la fin, bien sûr !). Quel style ! le chapitre 0 est à mon sens le plus beau dans l'écriture alors qu'il raconte ce que Pierre vit de pire dans ce pays : un safari. Il émane des ces lignes une poésie qui incite à continuer sa lecture. La suite, si elle est moins poétique, témoigne de la beauté de l'écriture de Stéphane Audeguy. de belles phrases, souvent longues. Pas toujours de verbes. L'histoire n'est pas en reste et pour qui n'aime pas particulièrement le Kenya, rien de rebutant, bien au contraire : on apprend énormément de choses sur ce pays sans avoir la sensation d'assister à un cours d'histoire. L'idée d'utiliser les voix des morts de la Terre est lumineuse et prolonge la poésie du livre.
Le rythme est lent volontairement, s'adapte au climat du pays et nous permet d'y voyager en douceur. Rien à voir avec la soi-disante indolence africaine, concept qui n'a court que dans l'hémisphère nord, parce si nous, nous parcourons le Kenya au rythme des longues phrases de l'auteur, les Kenyans eux vivent vite, conduisent vite sur leurs routes cabossées et courent vite, notamment Anyango, championne de marathon, comme d'autres des ses compatriotes. Quant à cet élitisme évoqué plus haut, j'admets que ce livre n'est sûrement pas le plus facile que j'aie lu, mais il est largement lisible par le plus grand nombre.
Interlignes a questionné l'auteur pour un autre roman

Lien : http://www.lyvres.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
patatipatatapatatipatata   18 janvier 2013
Très loin du Kenya, en Angleterre et en Hollande, de grands groupes horticoles ont refait cent fois leur calculs, et ces calculs indiquent avec certitude qu'en raison de l'augmentation des frais de fonctionnement des serres chauffées dans toute l'Europe occidentale, laquelle est directement fonction de celle du pétrole, il est devenu rentable de s'en aller cultiver des fleurs dans des zones plus chaudes et plus ensoleillées que les banlieues holandaises ou les campagnes anglaises, et dont la main d'oeuvre, incidemment, se révèle moins couteuse.
/.../
En 1989 une nuée de sous-traitants s'abat sur la vallée du Rift. Le site de Naivasha est assez proche de l'aéroport internationnal de Nairobi, une fleur cueillie à l'aube sur les bords du lac peut donc orner le soir même la table d'un restaurant de charme du centre d'Eindhoven. Une demi-douzaine de fermes agricoles exhalent leurs effluves de fertilisants et empestent le ciel. Leurs pompes à eau sont si puissantes que les alevins et les petits poissons, ne pouvant résister à leur aspiration, meurent asphyxiés au pied des grans rosiers. Les fermes elles-mêmes avalent goûlument, dans toutes les campanes avoisinantes, les paysans misérables qui rêvent d'un salaire; cinquante mille hommes pénêtrent dans ces serres, sans compter ceux qui viennent attendre devant les grands portails une embauche hypothétique, cinquante mille hommes, et pour les plus chanceux l'entreprise fournit logement et nourriture, c'est une économie sur la masse salariale, et parfois même le grand luxe d'une crèche qui permet aux femmes de tenter leur chance; mais les autres, infiniment plus nombreux, vivent dans des baraques sans nom, déboisent les collines environnantes pour se chauffer, chaque jour manquant d'eau potable, les fleurs mieux abreuvées que les hommes, d'autres encore n'ont pas trouvé à s'entasser dans les baraques, font chaque jour dix kilomètres à pied pour venir travailler, dix kilomètres à pied pour s'en retourner, le grand désert blanc des serres assèche non seulement le lac mais aussi la région tout entière, attire des centaines de camions, déverse dans le lac des engrais qui tuant les poissons ruinent tous les pêcheurs , et sous les bâches blanches, le bromure de méthyle qui brûle les yeux et les mains, qui s'infiltre dans les reins, et, selon les variations des marchés et des cours, laissant en mai des milliers de journaliers sans travail pour les réembaucher à la Saint-Valentin, à la Fête des mères, le Kenya produisant maintenant le tiers des fleurs européennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zorazurzorazur   21 février 2012
Elle n'a pas cessé d'aimer courir. Elle préfère les marathons urbains à la monotonie des pistes synthétiques, mais par-dessus tout les courses dans les bois, le vent sur son visage, reconnaître le parcours, repèrer les endroits où l'on peut lâcher ses adversaires, et s'élancer enfin dans la joie de la course à travers les souffrances qu'on sait pouvoir vaincre, les paliers imprévisibles des nausées, les fringales insensées, les vagues de douleur qui balaient tout le corps, et l'extase curieuse du finish des victoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NadinePestourieNadinePestourie   10 janvier 2009
Cependant dans cet embouteillage étrange, dans la fumée bleue des diésels, le guépard se met à tousser atrocement, c'est une toux déchirée, écartelée entre deux tons, l'attaque est rauque mais elle finit dans des aigus grotesques, dénaturée. Il sonne comme un gros chat malade et castré, et désormais Pierre est au bord des larmes, il a fait taire d'un geste excédé le chauffeur qui lui soufflait shoot, shoot, il écoute ce cri comme s'il s'agissait d'y reconnaître des paroles inouïes, ce cri est la détresse du guépard et comme l'expression parfaite de la tristesse qui maintenant unit l'animal aux hommes, aux silhouettes torturées des grands acacias, et même aux griffures glacées des nuages du soir, le cri des êtres sans langage touche au fond sans paroles du langage des hommes. Seule la honte d'être là sauve Pierre des larmes, la honte qui nous sépare des hyènes et des vautours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
patatipatatapatatipatata   18 janvier 2013
C'est son premier mort. En tant que photographe il n'a jamais couvert de guerres, ni de faits-divers terribles. Certes d'improbables chercheurs ont calculé que dans son pays, entre leur naissance et leur majorité, les jeunes gens voient plusieurs milliers d'assassinats et d'accidents à la télévision, même sans compter les morts fictives, et nous savons de source sûre qu'aucune génération dans aucune civilisation n'en a vu autant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChouchaneChouchane   11 avril 2012
Au commencement du XXième siècle, les premiers Kényans blancs s'installent autour du lac. On leur a promis que ces terres seraient désertes ; il y a bien des indigènes, mais ils sont incapables de produire le moindre document attestant leur propriété sur cette plaine où depuis deux mille ans ils paissent leurs troupeaux.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Stéphane Audeguy (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Audeguy
Stéphane Audeguy - Une mère : élégie
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre