AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791038800380
256 pages
Éditeur : Ex Aequo (01/11/2020)
4.5/5   8 notes
Résumé :
Octobre 2018.
Né en Roumanie de père inconnu pendant le communisme, Arthur qui a passé toute sa vie en France habite depuis deux ans à Bucarest où il file le parfait amour avec Iulia.
Alors que le jeune homme se prépare, non sans quelque difficulté, à devenir père, il connaît toute une série de déboires. Accusé tout d’abord d’avoir commis plusieurs assassinats, il peine à prouver son innocence tandis que la découverte d’une curieuse note rédigée par sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  21 novembre 2020
Excellent, lu d'une traite, une grande réussite !
Ce roman policier est dédié, entre autres, (p. 253) : « À celles et ceux qui souhaitent découvrir la Roumanie autrement ». C'est sous cette forme très populaire que l'auteur parvient très habilement à exprimer son amour pour ce pays qu'il connaît si bien comme en attestent subsidiairement les 48 notes de bas de pages toutes très pertinentes.
Pour qualifier cette réussite, il y a même cette phrase qui sonne comme une habile mise en abîme : « Arthur Weber lui permet encore une fois de connaître les frissons d'une palpitante intrigue policière » (p. 186). C'est donc le personnage de Ana Valsan qui résume le mieux cette histoire assez complexe, mais d'une lecture si aisée.
J'ai particulièrement aimé cette façon si naturelle de présenter L Histoire et la culture roumaines, par le truchement d'un haletante enquête policière. Quelques exemples mémorables : en moins d'une page (p. 184-185) est résumée toute L Histoire mouvementée du pays des dernières 85 années, l'introduction du personnage (réel) de Andrei Voiculescu, petit-fils du célèbre poète Vasile Voiculescu et de la truculente anecdote qu'il rapporte (cf. page 175), le 10 août 2018 et la manifestation anti-corruption (p. 12), l'incontournable conte populaire recueilli par Petre Ispirescu, « Jeunesse infinie et vie éternelle » (cf. p. 43-46) restitué ici dans un tordant morceau d'anthologie (« mini-cours de littérature en langue caillera »), l'idée « qu'en Roumanie, toute admiration à l'égard d'un pays considéré comme civilisé ne supporte pas la moindre nuance », (p. 65), la question des chiens errants (p. 150), la mention du cas Paul Goma (p. 142), le rôle de Radio Free Europe, la mention de Monica Lovinescu, ou celle du roman de Marin Preda, « Cel mai iubit dintre pământeni » (p. 205).
J'ai aussi savouré l'humour du romancier, ainsi que l'habilité avec laquelle il cite non seulement des auteurs antiques, mais Charles Baudelaire et Louise Labé.
Je conseille vivement la lecture de ce tome II des aventures d'Arthur Weber, après le tome I « Du rififi à Bucarest ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          960
SZRAMOWO
  26 décembre 2020
Ce polar roumain manquait à ma culture du polar européen. Un ouvrage écrit avec amour maestria et culture.
Les personnages :
Le héros et narrateur, Arthur Weber, un franco-roumain qui attire la poisse, en l'occurrence des meurtres sont commis sur son passage avec des objets contendants qui lui appartiennent.
Pour l'horrible inspecteur Radulescu, l'affaire ne fait aucun doute et il n'a de cesse de coffrer Arthur, de le transformer en « Meursault des Carpates ! »
Iula, épouse d'Arthur, enceinte de jumeaux et déjà mère d'un enfant né d'un premier mariage adopté par notre héros.
Vasile, son beau-père, ami de Carmen Micu, rencontrée au mitard, « aussi féru de San Antonio que de philosophie antique » ; membre fondateur de « l'AIUREA, l'Association des Indignés Unis pour la Réintégration par l'Education et l'Activisme. », une association de réinsertion.
Razvan, le fils de Iula « (…) ce loustic sur vitaminé est toujours dans une forme olympique.(…) cet enfant de huit ans [déguisé en] l'ouvrier le plus célèbre des jeux-vidéos, Super Mario en personne ! »
Carmen Micu, « Avocate du barreau de Bucarest. (…) cette Jacqueline Maillan matinée d'Arletty (…) pétroleuse aux allures de bourgeoise.»
Radu le Balafré et Liviu le Bégue, les ex taulards réinsérés gardes du corps d'Arthur par l'AIUERA, « côté discrétion, plus proches de Rammstein que de Carla Bruni » ; amateurs de Dvorak et Ravel.
L'intrigue et la motivation principale des meurtres et des personnages résident dans le contrôle politique et social du régime via son bras armé la Securitate de sinistre réputation. Comme dans de nombreux pays d'Europe Centrale, le passage au capitalisme a entériné des règles de contrôle et de domination sous une autre forme mais souvent avec les mêmes acteurs.
Outre l'intrigue et les personnages dont je ne vous dévoilerai pas davantage, l'intérêt du roman est la grande place qu'il accorde au contexte social roumain et à l'apport d'informations documentées au lecteur.
Pas moins de 42 notes explicatives introduisent dans le court du récit des éléments fondamentaux de l'histoire politique et sociale de la Roumanie. La grève des mineurs de 1990, la lutte pour le pouvoir entre les ex communistes Ion Iliescu et Nicolas Ceaucescu (dont les surnoms fleuris ne sont pas écartés – Génie des Carpates ; Danube de la pensée ; Grand Architecte), Les méfaits de la Securitate, les relations particulières entre Moscou et Bucarest, la Casa Poporuili abritant le Parlement plus grand bâtiment administratif après le Pentagone, les origines roumaines de Radio Free Europe, les différents mouvements de contestation littéraires, musicaux, politiques, syndicaux, du régime communiste et comment après la chute de Ceaucescu, ils ont été mis sous l'éteignoir.
Comme il est dit dans les remerciements « Ce livre n'est pas dédié aux imbéciles qui pensent encore en 2021 que Bucarest est la capitale de la Bulgarie. »
Un romain contemporain qui nous initie de façon humoristique mais avec sérieux à l'histoire immédiate de la Roumanie. A découvrir !

Lien : https://camalonga.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Yumiko
  25 juin 2021
Quand cet ouvrage m'a été proposé à la lecture, j'ai eu envie de le découvrir, car la Roumanie est rarement au coeur des histoire que je lis. Je me suis dit que ça pouvait être chouette de voyager un peu là-bas, de changer un peu de décor, et quoi de mieux que de le faire avec un bon polar ?! C'est donc avec une certaine curiosité que j'ai entamé ma lecture et que j'ai fait la connaissance d'Arthur, notre personnage principal.
Autant dire que le pauvre va passer par toutes les émotions dans ce roman. Pris dans la tourmente et se retrouvant lié à de drôles de meurtres, il ne comprend pas trop ce qui lui arrive et qui est derrière tout cela. Pourquoi tout l'accuse à chaque fois ? Y a-t-il un lien avec certains secrets bien cachés par sa maman ? Qu'a-t-elle vécu par le passé ? Quel lien y a-t-il avec ce qui lui arrive maintenant ?
Tant de questions et si peu de pistes au départ ! Arthur aura fort à faire pour essayer de démêler cette pelote et il lui faudra l'aide de nombreuses personnes pour tenter d'y voir plus clair. Certaines vérités vont alors commencer de faire surface. Elle le mettront face à une réalité qu'il n'imaginait pas et face à des secrets sombres et qui vont faire remonter un passé familial compliqué dont il n'avait pas idée.
Ce roman est en fait une suite. S'il peut être lu indépendamment du premier tome, je pense quand même que de commencer par le premier opus pourrait être un plus pour bien cerner certains personnages et comprendre les sous-entendus ou les liens fait avec ce dernier. J'aurais vraiment aimé l'avoir découvert avant.
En ce qui concerne l'enquête, elle est bien ficelée et très intéressante à suivre. Elle nous plonge au coeur de la vie en Roumanie et plus précisément à Bucarest dans les années où Ceausescu est au pouvoir. C'est un retour dans le passé passionnant et qui nous permet d'en apprendre plus sur ce pays que je connais si peu. Rien que pour cela, l'ouvrage vaut vraiment le détour !

Au niveau des personnages, ils sont intéressants à suivre et à découvrir, bien que je n'aie pas réussi à m'attacher à eux autant que je l'aurais souhaité. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais si j'ai passé un bon moment avec cette lecture et que j'ai trouvé l'enquête très intéressante, je ne suis pas pleinement entrée dans le récit et je suis restée un peu sur le bord du chemin. Dommage pour moi, mais que cela ne vous empêche pas de découvrir cette histoire malgré tout, car elle sort du lot.
En bref, malgré sa toile bien tissée et son récit qui vaut le détour, je n'ai pas été totalement emportée par ce roman. Mais cela n'en reste pas moins un bon polar!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VeroniqueHallier
  08 décembre 2020
Qu'est-ce qu'il a de particulier ce livre ? D'abord, il est drôle. L'auteur vacille toujours entre le langage courant et le langage familier pour nous dépeindre le franc-parler de ses personnages hauts en couleur. Des situations rocambolesques voient le jour au fur et à mesure qu'on lève le voile sur l'intrigue à double tranchant : la partie où l'on suit Arthur en quête de son père et celle où on cherche à savoir qui lui en veut au point de le faire plonger dans une sinistre cumulation de meurtres divers. le ton et l'humour noir de l'auteur m'ont souvent fait sourire, on plonge dans un univers croustillant mais surtout incisif dans lequel le suspens n'est pourtant pas laissé de côté, en voilà une idée originale !
Pourquoi du suspens ? Parce que tout du long, la plume nous guide au travers une série de meurtres dont Arthur va être suspect. L'homme qui tombe à pic n'est pas vraiment son nom, et il serait plus adéquate de parler de l'homme qui tombe toujours mal. Souvent au mauvais endroit au mauvais moment, on se rend compte assez vite en tant que lecteur que, finalement, il est en proie à une vieille rancune de famille. On fait, par son biais, la connaissance d'un groupe « de vieux » fort sympathiques et pleins d'entrain qui vont tenter de le dépatouiller de ce fourbis avec l'âme d'enquêteurs que l'auteur leur prête. du coup, là encore, l'écrivain ne manque pas d'humour et d'imagination pour nous offrir un panel de caractères différents pour une troupe marginale d'inspecteurs amateurs.
Mais finalement, qui est Arthur ? Cet homme qui ne connaît pas son père et a du mal à se reconnaître au sein d'une famille qu'il sait incomplète. Il est bien évidemment en quête de remplir cette lacune pour pouvoir expliquer à ses futurs enfants qui il est. le premier, étant déjà âgé de huit ans, se trouve être un vrai petit lascar à la langue bien pendue et au langage acéré. Ce jeune garçon en soif d'apprendre n'est pas étranger à la technologie berçant ses années de vie et fait des vidéos Youtube pour vulgariser des contes et légendes anciennes. J'ai été quelque peu désarçonnée, mais amusée par sa façon de s'exprimer, elle reste juvénile tout en donnant une logique et une façon de penser d'un vrai jeune homme. Cet amalgame est bien pensé, surtout bien mené et laisse apercevoir à travers ce jeune les différents aspects d'une jeunesse qui s'intéresse un peu à tout, y compris « aux problèmes d'adultes » sans se départir des amusements de son âge.
Arthur va être de nouveau papa, de jumeaux cette fois-ci. C'est d'ailleurs quand nous apprenons cette nouvelle que l'histoire en elle-même s'enchaîne, comme si le « nouveau souffle » de ce parent nous entraînait dans une aventure tout autre que celle de la parentalité. Nous entamons donc notre voyage entre la France et la Roumanie, bercés entre passé et présent.
Du coup ce livre, il nous invite au voyage qu'il soit historique (via les notes de l'auteur), géographique ou encore généalogique. À travers le spectre des générations qu'Arthur connaît très mal, nous avons là un panel d'histoire conté sous diverses narrations. Tantôt à la première personne (Arthur lui-même) tantôt via rapports entre diverses forces armées ou encore des lettres. C'est là qu'on voit que l'auteur ne manque pas de ressources pour donner des informations tranchées sur la vie de son personnage, et c'est un réel plaisir de voir ce mélange relativement bien ficelé, même si pour ma part, il y a quelques longueurs dans les échanges de rapports.
Vous l'aurez donc compris, j'ai passé un bon moment de lecture devant les lignes de Sylvain Audet et j'en remercie la maison d'édition Ex Aequo qui m'a fait découvrir sa plume originale et pleine de fraîcheur. Entre humour décalé, anecdotes et histoire prenante, nous avons là un livre qui n'a de petit que sa taille. J'ai beaucoup accroché à la plume, et l'originalité de l'intrigue ne m'a pas laissée de marbre. La façon enjouée de détourner des crimes en situations rocambolesques m'a laissé un p'tit goût de reviens-y en bouche. Je relirai sans doute du Sylvain Audet quand ma PAL aura désenflé 😀
N'hésitez pas à jeter un oeil à l'entrée en matière du livre qui est assez surprenante ! 🙂
Bonnes lectures !
Lien : https://jetdemot.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
catmo0105
  03 décembre 2020
J'ai terminé hier soir ma lecture de Micmac à Bucarest, suite de "Du rififi à Bucarest" de Sylvain Audet-Găinar paru dans la Collection Rouge des Éditions Ex Æquo et je suis triste de quitter Arthur ! Personnage ô combien attachant et truculent de cette saga franco-roumaine. J'ai adoré le passage de son évanouissement au moment de l'échographie qui lui révèle sa future paternité... de jumeaux. Cet éternel casse-cou va d'ailleurs se fracasser le crâne à de multiples reprises (mais il survit à tout...ouf !) le polar aborde bien entendu l'histoire trouble de la Roumanie à travers les enquêtes de son héros et on le suit dans les méandres de la Securitate (avec des passages qui m'ont rappelé l'excellent film "La vie des autres") le moment où il se retrouve au milieu d'une bande de vieillards qui vont l'aider dans son enquête est un morceau d'anthologie ! Je ne sais pas où l'auteur va chercher tous les surnoms dont il les affuble ! J'en ris encore ! Je vous recommande donc chaleureusement les 2 tomes des enquêtes d'Arthur. Vous passerez un bon moment ! J'attends la suite avec impatience !
Vous aurez plus d'infos sur les livres en suivant ce lien : https://editions-exaequo.com/micmac-a-bucarest-sylvain...
Le booktrailer est ici : https://www.youtube.com/watch?v=xQJHlkU8oNQ
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   18 novembre 2020
Tandis que cette année [2018] encore, des centaines de milliers de Roumains désabusés quittent le pays pour aller tenter leur chance ailleurs, Arthur Weber décide, lui, de s'y installer et d'y fonder un foyer.
(p. 13)
Commenter  J’apprécie          320
TandaricaTandarica   22 novembre 2020
Dans la physionomie de ces deux gardes du corps, autant d'angélisme que de probité dans les comptes de n'importe quelle institution publique de Roumanie. Et côté discrétion, on est plus proche d'un concert de Rammstein que de Carla Bruni !
(p.76)
Commenter  J’apprécie          281
Francharb3Francharb3   23 novembre 2020
–Tu sais, Arthur, Bion de Borysthène a dit une chose très juste. « Il est inutile de s'arracher les cheveux quand nous sommes plongés dans la douleur car en pareil cas, la calvitie n'est point un remède efficace ».
(p. 240)
Commenter  J’apprécie          30
Francharb3Francharb3   23 novembre 2020
– On dirait presque, Arthur, que tu regrettes que la société civile roumaine soit enfin sortie de sa léthargie ?
(p. 237)
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Sylvain Audet-Gainar (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Audet-Gainar
Bande-annonce de Micmac à Bucarest
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2190 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre