AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Bommarlat (Traducteur)
ISBN : 2258084008
Éditeur : Les Presses De La Cite (24/03/2011)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 306 notes)
Résumé :
Des millions de fans à travers le monde l'attendaient depuis neuf ans ! Ayla, notre ancêtre à tous, est de retour dans le sixième et dernier volet de la formidable saga préhistorique " Les Enfants de la Terre ".

La petite orpheline Cro-Magnon recueillie par des Neandertal a fait bien du chemin depuis Le Clan de l'Ours des Cavernes, le premier tome de ses aventures. Elle vient de mettre au monde une petite fille, et a été peu à peu adoptée par les memb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  18 octobre 2013
Un bon moment au cœur de l' Europe glaciaire ..
Difficile de commenter sans en dévoiler trop !
Je pense qu'il faut en dire le moins possible car trop de lecteurs attendent depuis trop longtemps et il ne faut pas leur gâcher le plaisir ! ou le déplaisir ( humm ) .
C'est vraiment la fin du cycle en tous cas .
Ayla poursuit son initiation et de ce fait nous l'accompagnons dans sa formation et dans des voyages entre le Périgord noir et l'aire la plus au sud des grottes ornées ...
Sur l'aspect romanesque : je dirais que l'auteur n'a rien perdu de sa capacité à faire vivre des personnages denses et attachants ..
Dans le tome précèdent je commençais à m'inquiéter sur les traits du personnage de Jondalar qui menaçait de devenir un peu trop anxieux ... voire même assez geignard ..
Dans ce tome l'auteur nous proposes ( comme à son habitude ) des personnages équilibrés et réalistes ...
On peut faire à juste titre ( pas toujours à juste titre selon moi ) quelques reproches à l'auteur notamment sa tendance à la répétitions de passages précédents ou encore sa tendance à faire en sorte que ses personnages se lancent parfois ( lors de rencontres et échanges ) dans de longues présentations qui finissent par se répéter et au final à alourdir le récit ..
Dans le pays des grottes sacrées l'auteur ( après la première centaine de pages ) fait l'effort de réduire ces aspects répétitifs qui sont potentiellement gênants pour certains lecteurs ..
De fait il y en a de deux sortes .. ceux dont on a déjà l'habitude et par ailleurs il y a une nouvelle façon de s'y prendre ! : à savoir : des rappels plus courts avec de nouveaux mots qui sont très utiles pour situer les personnages dans les rapports les uns par rapport aux autres ou bien ces passages présentent une réelle utilité dans la construction des personnages ou dans l'élaboration du contexte ..
Personnellement j'ai beau bien connaître ce cycle ... je dois dire que certains rappels ne m'ont pas fait de mal et m'ont permis de mesurer à quel point certaines subtilités étaient bien enfouies dans ma mémoire ( trop profondément d'ailleurs ) ..
Ces brefs rappels permettent ( il faut le souligner ! ) de lire ou de relire tous les volumes dans l'ordre que l'on choisis et ce en toute liberté pour le lecteur ...
Sur le fond nous avons les thématiques et modes de vie habituels mais ce tome porte très bien son titre ...
Nous visitons un paquets de grottes peintes ou gravée ...
Si le lecteur le souhaite il peut tout à fait les retrouver et se lancer dans une merveilleuse exploration virtuelle ..
Sans rapports étroits avec ce bouquin ... je conseille de visiter virtuellement les grottes de Lascaux .. D'Altamira et de Fond de Gaume et même Rouffignac ...
Cela simplement pour mesurer le caractère somptueux ( pas d'autres mots ! ) de certaines des réalisations artistiques évoquée dans cette superbe fiction ...
Cela permettra entre autre au lecteur de mesurer à quel point nous sommes face à des civilisations élaborées qui émanaient de gens très loin des stéréotypes simiesques que nous proposent d'autres fictions préhistoriques que je ne citerais pas !! ( hum ! )
L'auteur est comme à l'accoutumée excessivement bien documenté ..
J'apprécie beaucoup l'approche à laquelle elle adhère concernant ces aspects culturels et cultuels ..
Dans sa vision nous sommes ( dans ce volume ) face à une grande aire culturelle unique qui va du Périgord noir à l'Espagne atlantique ..
L'auteur nous présentes une religiosité teintée de chamanisme mais ces pratiques chamaniques sont intégrées à une religion qui est déjà organisée et qui ( comme en atteste les découvertes archéologiques ) va évoluer et se diversifier par la suite et ce jusque l'arrivée des indo-européens ( celtes et germains ) qui modifieront définitivement le paysage religieux de l'Europe ...
C'est un délice de lire cette fiction où beaucoup de ces aspects sont gérés au millimètre près ..
Beaucoup de lecteurs se contenteront de cette superbe fiction pleine de vie et de couleurs !
Mais d'autres voudront marcher dans les pas de l'auteur et comme elle ils voudront se documenter .
Pour ce faire voilà quelques pistes ! :
Le livre fondamental qui peut accompagner le lecteur et faire le lien avec la vision de l'Europe préhistorique dans la pensée de l'auteur : le langages de la déesse de Marija Gimbutas , mais aussi :
Le travail d'un éminent préhistorien français qui accompagnera avantageusement le lecteur dans le long voyage : Les hommes de Lascaux : civilisations paléolithiques en Europe de Marcel Ottes
Sur le climat et la paléo faune : le quaternaire : climat et environnement de Alain Giret .
Sur nos cousins néandertaliens : Les néandertaliens : biologie et culture de Vandermeersch ( collectif )
Par honnêteté je mentionne Les chamanes de la préhistoire de Jean Clotte je trouve que l'auteur est relativement excessif dans sa démarche qui contient malgré tous des idées très intéressantes ( même si elle est trop unidirectionnelle ) avec son chamanisme outrancier et anachronique ...
Par ailleurs ce texte est solidement construit et ces arguments sont aussi fouillés que honnêtes et accessibles à tous les publics , mais autour de ce texte il faut bien admettre que c’est le « grand silence « ...
.................................................................................................................,
Une autre fiction préhistorique centrée sur les néandertaliens que je recommande très (très ) chaudement : Rachel Tanner " le rêve du mammouth " faites une recherche Google c'est excellent de chez excellent !
....................................................................................................................
Bref : un superbe cycle qui se termine par un très bon roman et qui m'a apporté d'énormes satisfactions ... des émotions intenses et tellement d'agréables moments ...
PS: je serais tenté de mettre 4 étoiles et pas 5 à cause d'un paragraphe sur le rapport , supposé timoré des néandertaliens avec les grottes profondes auquel je n'adhère pas du tout , avec éléments de fouilles à l’appui , mais ce commentaire est peut-être déjà trop long ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          369
Dixie39
  15 mars 2017
Franchement, je suis assez partagée après la lecture de ce dernier tome. Face au réel plaisir de retrouver Ayla, Jondalar, les Zelandonis et la multitude de personnages qui compose cette série superbe, un profond ennui m'a traversé à intervalle régulier que seul un réel désir de découvrir la fin de cette saga m'a fait ignoré. Beaucoup de redites, de descriptions,... même si tout cela est fort bien écrit, j'ai trouvé que cela alourdissait la lecture.
200 pages en moins n'auraient pas été de trop.
Vous allez me trouver dure, mais je le pense sincèrement.
Ceci dit, comme beaucoup d'autres lecteurs, le savoir avant, ne m'aurait pas empêché de lire le pays des grottes sacrées tant je ne me voyais pas faire l'impasse sur ce dernier tome.
Voilà pour le point négatif (mais qui aura beaucoup compté dans mon appréciation) car pour le reste, on ne peut que saluer le génie et la passion d'Auel qui sait vraiment retranscrire ses recherches menées sur nos lointains ancêtres, les récentes découvertes et la beauté des sites préhistoriques qu'elle a visités, accompagnée de nombreux experts en ce domaine.
Beaucoup des préoccupations des Zelandonis mises en lumière par l'auteure semblent tellement proches de ce qui aurait pu être, qu'on en vient à s'imaginer les choses comme elle nous les livre : le chamanisme, les structures et le mode de fonctionnement des différentes cavernes (social, économique, …), les mouvements de populations (les causes, leurs conséquences), sans oublier la signification des peintures rupestres auxquelles elle donne vie, au fur et à mesure de la formation d'Ayla.
Les personnages et l'histoire passent donc en second plan dans ce dernier tome, tout entier voué à la beauté et au mystère des grottes sacrées…
"Les Enfants de la Terre étaient heureux, la Mère pouvait se reposer un peu."
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
selena_974
  07 septembre 2012
Dernier tome tant attendu de la célèbre saga préhistorique Les Enfants de la Terre, c'est suite à quelques jours de vacances dans le Périgord que je me lance dans cet ouvrage (histoire de rester un peu dans l'ambiance)... J'ai en effet eu l'occasion de visiter entre autres Rouffignac et Lascaux, quoi de mieux que d'y mettre des personnages qu'on a déjà appris à connaître et à aimer tout au long des 5 premiers tomes ?
C'est donc avec un réel plaisir que je retrouve Ayla, tout juste mère, et son compagnon Jondalar, qui se sont bien habitués à la vie parmi les Zelandonii. Les multiples talents de la jeune femme ont piqué l'intérêt de la Première (grand chef spirituel), qui décide de la former afin qu'elle prenne sa succession plus tard. On va ainsi suivre Ayla tout au long d'une formation enrichissante, parfois pénible et au détriment de sa famille, mais qui va lui permettre de prendre conscience de beaucoup de choses et de faire évoluer son peuple à sa manière.
J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. La première moitié du roman est pleine de longs rappels à propos de faits, de coutumes, de techniques qui avaient déjà été expliquées en long, en large et en travers dans les tomes précédents, au détriment de l'histoire elle-même qui du coup a mis du temps à démarrer. Lorsqu'Ayla commence enfin son périple de doniate, ça devient plus intéressant, malgré quelques longueurs qui restent dans le texte... C'est principalement cette longue formation spirituelle d'Ayla au coeur des grottes préhistoriques qui nous est d'abord racontée, avec des descriptions très poussées et complètes des lieux qu'elle visite, des peintures, des ornements de ces grottes si représentatives aujourd'hui de la préhistoire. Heureusement vers le milieu du tome tout s'accélère et j'ai enfin pu entrer dans l'histoire et retrouver tout le plaisir que j'avais eu à suivre la jeune femme dans les tomes précédents. Malgré toutes ses longueurs et le fait que, de toute la saga, c'est le tome que j'ai le moins apprécié, le Pays des grottes sacrées a le mérite d'offrir une fin digne de ce nom à cette magnifique saga préhistorique, Les Enfants de la Terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Lady_K
  12 septembre 2011

Il faut savoir que j'adore cette série (comme pratiquement toute ma famille d'ailleurs …) mais je ne savais pas qu'un sixième tome était prévu. Je ne l'ai découvert que très récemment et je n'ai donc pas eu le temps de m'imaginer une suite et de voir mes espoirs « anéantis ». Ce livre était pour moi un bonus, en tous cas je l'ai pris comme tel. Il m'a permis de me replonger avec plaisir dans ce monde, dans cette époque.
Ce point est important car j'ai lu beaucoup d'avis de fans déçus par ce sixième et dernier tome. Moi je
ne le suis pas totalement. C'est vrai qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue. Ou plutôt, que l'intrigue change totalement de ce qu'on pouvait trouver dans les tomes précédents. L'auteur nous avait habitués à de l'action, des découvertes, des rencontres extraordinaires. Ici ce n'est plus vraiment le cas, Ayla et Jondalar ont fini leur Grand Voyage et sont de retour. Ils sont finalement arrivés à destination et sont installés.
Personnellement j'ai pris ce sixième tome comme un moyen d'être, pour quelques heures supplémentaires, en compagnie d'Ayla et Jondalar. de me fondre dans cette période et d'observer la façon dont nos ancêtres vivaient. Car il faut l'avouer, c'est ce qui fait la force du récit : l'exactitude de ce que Jean Auel écrit. En conséquence, il y a beaucoup de descriptions. Comme dans les tomes précédents bien sûr. Cependant, comme le nom du tome l'indique, ce sont principalement des descriptions de grottes. Je ne doute pas que ce soit merveilleux, transcendant et totalement sublime à voir. Toutefois, le lecteur lui n'est pas à côté d'Ayla et ne voit pas ce qu'elle voit. Trente pages de descriptions d'une seule grotte c'est un peu longuet. du fait donc de ces descriptions, mon rythme de lecture ressemblait un peu à des montagnes russes. Je dévorais le livre, puis mon rythme de lecture diminuait devant une description pour finalement reprendre, et ainsi de suite.
Il y a également beaucoup de répétitions. Certaines sont utiles, puisqu'elles rappellent au lecteur ce qu'il doit se souvenir des tomes précédents, mais d'autres ne font que rajouter une certaine redondance, ce qui est dommage.
Comme dit plus haut, Jean Auel insiste beaucoup sur la visite des grottes sacrées qui rentre dans le cadre de l'apprentissage d'Ayla. J'aurais préféré que cela soit plus centré sur les épreuves que doit subir Ayla pour devenir Zelandoni. Épreuves qui sont simplement évoquées, alors qu'elles auraient pu rendre le récit un peu plus vivant, ce qui manque le plus dans ce tome.
Les 200 dernières pages sont finalement les meilleures, on quitte les descriptions de grotte pour s'intéresser un peu plus aux personnages, à leur psychologie et à leurs sentiments. Cette partie de l'histoire est donc beaucoup plus palpitante, le rythme s'accélère et il est impossible de reposer le livre avant de l'avoir terminé.
En conclusion, bien que mon avis paraisse assez mitigé, je vous conseille de le lire si vous aimez cette saga. J'ai vraiment beaucoup aimé pouvoir retrouver Ayla, Jondalar, Loup et les chevaux. Cependant après avoir tourné la dernière page, j'avais vraiment un sentiment de vide. Quelque chose venait de se terminer, plus jamais je ne pourrais les retrouver – à moins de relire la saga. Toutefois, je trouve que la fin laisse beaucoup trop de portes ouvertes pour être vraiment « finale » … l'auteure nous préparerait-elle un tome 7 ?
Lien : http://antredeslivres.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Samuel_Brisseau
  12 septembre 2011
Le pays des grottes sacrées
Ayla est installée chez les Zelandonis et doit suivre sa formation de Zelandoni. L'idée me semblait alléchante. On allait pouvoir détailler la structure socio-religieuse de nos ancêtre et la confronter à Ayla et ses idées novatrices...
Malheureusement, ce sixième tome reste très plat. On suit Ayla et sa famille sans vraiment avoir de quoi entrer dans l'histoire. Les personnages sont très nombreux mais cruellement superficiels.
J'ai l'impression d'avoir lu un collage de plusieurs morceaux d'histoires écrits indépendamment les uns des autres. le début relate une réunion d'été quasi identique à celle du tome 5. On passe ensuite sans transition au voyage initiatique qui est une accumulation d'occasion manquées et de visites de grottes trop descriptives où l'émotion est complètement noyée dans le flot de peintures. le livre ne décolle qu'après 450 pages pour retomber sur des situations déjà lues dans le tome 3 sans la moindre profondeur psychologique.
C'est bien écrit, très documenté mais définitivement le livre de trop! On referme le livre en se demandant où est la plus-value... Les idées sont là, mais ne sont jamais exploitées. Les difficultés de la formation d'Ayla ne sont qu'effleurées et se noient dans la description du quotidien. Sa 'découverte' arrive beaucoup trop tard dans le récit pour pouvoir en développer les conséquences. Se limiter à une seule visite de grotte aurait pu en accentuer l'impact émotionnel tout en laissant suffisamment d'espace pour étoffer le reste.
Une triste fin pour une saga extraordinaire !

Les enfants de la Terre.
Une saga extraordinairement crédible et documentée qui suit le destin d'une petite fille Cro-Magnon recueillie par un clan Neandertal. On vibre en la voyant grandir dans un monde différent, se rebeller et être bannie. Sa rencontre avec Jondalar et leur retour vers le pays d'origine de celui sont l'occasion de découvrir la vie des nos ancêtres préhistoriques.
Jean Auel nous confronte tout au long de sa saga aux thèmes éternels de l'humanité, place de l'homme et de la femme, rapport à la différence et à l'inconnu... le tout avec une description extrêmement fine de la vie de tout les jours en pleine glaciation!
PS: Les fréquents flash-back permettent de lire ou relire les différents tomes indépendamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39Dixie39   18 février 2017
Jondalar et Zelandoni se regardèrent sans savoir quoi dire. De temps à autre, Ayla émettait un commentaire qui leur donnait un aperçu de la vie qu'elle avait menée avec le Clan et les amenait à comprendre combien son enfance avait été différente de la leur. Cela leur faisait aussi prendre conscience que le peuple du Clan était à la fois semblable et différent d'eux.
Commenter  J’apprécie          230
Lilou08Lilou08   31 juillet 2013
— Je vous présente Ayla des Zelandonii, mère de Jonayla, Protégée de Doni, Acolyte de Zelandoni de la Neuvième Caverne, Celle Qui Est la Première parmi Ceux Qui Servent la Grande Terre Mère. Elle a pour compagnon Jondalar, fils de Marthona, ancienne Femme Qui Commande de la Neuvième Caverne, et frère de Joharran, son Homme Qui Commande actuel. Auparavant, elle était une Mamutoï du Camp du Lion, les Chasseurs de Mammouths qui vivent loin à l’est, et Acolyte de Mamut, qui l’avait adoptée comme fille du Foyer du Mammouth, leur Zelandonia. Elle a aussi été Choisie et marquée dans sa chair par l’Esprit du Lion des Cavernes, son totem, et elle est Protégée de l’Ours des Cavernes. Elle est l’amie des chevaux Whinney et Rapide, de la pouliche Grise et du chasseur à quatre pattes qu’elle appelle Loup.
Ayla ne savait pas si elle avait été acolyte du Mamut du Foyer du Mammouth, mais il l’avait effectivement admise dans son foyer et l’avait formée. La Première n’avait pas mentionné qu’elle avait aussi été adoptée par le Clan, ceux que les Zelandonii appelaient Têtes Plates. Elle y avait fait simplement allusion en disant qu’elle était protégée par l’Esprit de l’Ours des Cavernes. Ayla doutait que la Première comprît pleinement que cela signifiait qu’elle avait appartenu au Clan, du moins jusqu’à ce que Broud la répudie, la maudisse et la force à partir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08Lilou08   31 juillet 2013
Les conflits étaient rares entre les Zelandonii et leurs voisins, en partie parce que les terres étaient si vastes et les populations si faibles, également parce que leur survie en dépendait. Lorsqu’une Caverne devenait trop peuplée, un petit groupe la quittait mais n’allait pas plus loin que le lieu accueillant le plus proche. Peu voulaient s’établir très loin de la famille ou des amis, non seulement à cause des liens d’affection mais aussi parce qu’ils voulaient rester près de ceux sur qui ils pouvaient compter dans l’adversité. Là où la terre était riche et capable de les nourrir, ils avaient tendance à vivre en groupes nombreux, mais il existait de grandes étendues inhabitées où ils n’allaient que pour des expéditions de chasse ou de cueillette.
Le monde de l’âge glaciaire, avec ses glaciers étincelants, ses rivières aux eaux claires, ses cascades grondantes, ses troupeaux gigantesques, était d’une beauté spectaculaire mais terriblement dur, et les rares êtres humains qui y vivaient avaient conscience de la nécessité absolue de maintenir des liens puissants. Vous aidiez quelqu’un aujourd’hui parce que vous auriez probablement besoin d’aide demain. Voilà pourquoi s’étaient développés des coutumes, des usages, des traditions qui tendaient à atténuer l’hostilité entre personnes, à apaiser les ressentiments et à maîtriser les émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08Lilou08   07 août 2013
— Je vois que tu as trouvé le crâne. J’allais vous le montrer, dit la Gardienne.
— Des membres du Clan sont venus ici ? s’enquit Ayla.
— Des membres du Clan ? répéta la Gardienne en secouant la tête.
— Ceux que vous appelez les Têtes Plates.
— C’est curieux que tu poses la question. Nous voyons effectivement des Têtes Plates par ici, mais seulement à certaines périodes de l’année. Ils font peur aux enfants ; nous sommes cependant parvenus à une sorte de compréhension mutuelle, si tant est que ce soit possible avec des animaux. Ils gardent leurs distances et nous les laissons tranquilles dans la mesure où ils veulent seulement entrer dans la caverne.
— Je dois d’abord te dire que ce ne sont pas des animaux mais des humains. L’Ours des Cavernes est leur principal totem, ils disent être du Clan de l’Ours des Cavernes, fit remarquer Ayla.
— Comment peuvent-ils dire quoi que ce soit, ils ne parlent pas, répliqua la Gardienne.
— Si, ils parlent, mais pas comme nous. Ils emploient certains mots, mais parlent surtout avec les mains.
— Comment fait-on pour parler avec les mains ?
— Ils font des gestes avec leurs mains et leur corps.
— Je ne comprends pas, avoua la Gardienne.
— Je vais te montrer, dit Ayla en tendant sa torche à Jondalar. La prochaine fois que tu verras quelqu’un du Clan qui souhaite entrer dans la caverne, tu pourras lui dire ceci : « Je te salue et je tiens à te dire que tu es le bienvenu dans cette grotte, demeure des ours des cavernes. »
Elle accompagna ces mots des gestes appropriés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   07 août 2013
Jondalar avait confectionné des sagaies pour Ayla aussi bien que pour lui et il les lui donna pour qu’elle les marque de son abelan. Elle les compta ; il y en avait deux fois dix, vingt. Elle traça quatre lignes rapprochées sur chaque hampe. Sa marque personnelle. Puisqu’elle n’était pas née parmi les Zelandonii, elle avait choisi elle-même son abelan et opté pour des marques semblables aux cicatrices laissées, enfant, sur sa jambe par un lion des cavernes. C’est ainsi que Creb avait décidé que le Lion des Cavernes serait son totem.
Les marques servaient ensuite à identifier le chasseur qui avait abattu tel ou tel animal afin qu’il puisse lui être attribué et que la répartition de la viande soit équitable. Non pas que la personne qui avait tué la bête recevait toute la viande, mais elle choisissait en premier les morceaux qu’elle voulait et, plus important, on lui attribuait le mérite d’avoir fourni de la viande. Cela voulait dire louanges, reconnaissance et obligation de rendre. Les meilleurs chasseurs distribuaient souvent la majeure partie de leur viande uniquement pour accumuler du mérite, parfois à la grande consternation de leur compagne, mais on s’attendait à une telle attitude de leur part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean M. Auel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean M. Auel
Jean Auel parle de la série "Le clan de l'ours des cavernes"
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Enfants de la Terre, tome 1: Le Clan de l'Ours des Cavernes

Quel âge a Ayla au tout début du livre?

4 ans
5 ans
8 ans
10 ans

15 questions
164 lecteurs ont répondu
Thème : Les Enfants de la terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes de Jean M. AuelCréer un quiz sur ce livre
.. ..