AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Arlo Finch tome 1 sur 3
EAN : 9782745997524
380 pages
Milan (12/09/2018)
3.8/5   67 notes
Résumé :
« Je protège la nature
Je défends les plus faibles,
J’éclaire les sentiers,
Et cherche la droiture.
Esprits de la forêt, entendez-moi
Prononcer mon Serment du ranger »

Quand Arlo rejoint les Rangers de Pine Mountain, il n’imagine pas que, dans les mystérieux Longs Bois qui entourent la ville, certaines pistes le mèneront à la magie… et d’autres au danger.
Que lire après Arlo Finch, tome 1 : Le mystère des Longs BoisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 67 notes
5
10 avis
4
21 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
🎒 Premier tome de la série Arlo Finch.🎒


Arlo Finch est un jeune adolescent. Après de nombreux déménagements, sa mère décide de retourner sur le lieu de son enfance "Pine Mountain", où ses grands-parents lui ont légué une maison. Arrivé sur place avec sa soeur Jaycee, Arlo fait la connaissance de son oncle et d'un univers très éloigné de la ville.
Dans sa nouvelle école, il se lie rapidement d'amitié avec Wu et Indra et intègre les Rangers, un groupe aux valeurs scout un peu spécial. Dès leur première réunion, Arlo découvre la face cachée de Pine Mountain où le Merveilleux permet l'Extraordinnaire...
Malheureusement, la vie d'Arlo prend rapidement une tournure dangereuse quand des entités désirent le tuer par tous les moyens...😈


Avant de commencer, je dois vous dire que j'ai aimé cette lecture. Au départ, j'étais assez dubitative dans les premiers chapitres avec un univers qui me semblait avoir déjà été exploité par J.K. Rowling et sa saga Harry Potter. Tout comme totopinette, j'ai repéré de nombreuses ressemblances avec Harry Potter avec le signe distinctif d'Arlo (ses yeux vairons), une histoire de famille difficile, un duo d'amis, du danger, du merveilleux et une entité qui semble vouloir l'éliminer, les couleurs des différentes troupes. Mais, en toute franchise, ce n'est pas plus mal et cela permet ensuite de se focaliser sur les différences.


Autant Harry Potter se focalisait essentiellement l'intrigue dans le monde magique, autant dans Arlo Finch c'est le Merveilleux qui est intégré au monde normal. L'école, les amis, les lieux, les activités d'Arlo et de ses amis ne sont aucunement cachés dans un lieu mystérieux comme Poudlard, mais, elles se font dans une troupe de Rangers prônant des valeurs de courage, d'honneur et d'entraide. le Merveilleux n'est pas mis en avant dans sa vie ni priorisé comme étant plus important que sa vie de tous les jours. Au contraire, ce Merveilleux n'interfère pas dans la vie des protagonistes.
Autre point plutôt sympa, nous avons ici un héros qui suite à un traumatisme de son enfance cherche refuge dans autre chose. Arlo est un adolescent banal avec des problèmes de son temps. Il est même plutôt protecteur avec sa famille, cherchant par-dessus tout à prévoir les choses.


Côté intrigue, ce premier tome pose des bases plutôt intéressantes pour une suite. de nombreuses questions restent en suspens comme les raisons de vouloir tuer Arlo, la véritable personnalité de Rielle, le pacte passé par sa famille. Ses questions "merveilleuses" s'accompagnent également de questions concernant les pans "familiaux" de la vie d'Arlo comme le passé de son oncle, les raisons exactes qui ont entraîné le FBI à considérer son père comme traître. Bref, cela promet pour la suite.


Au final, un premier volet vraiment sympa et accrocheur. Certes, ce premier tome possède de nombreuses ressemblances avec Harry Potter de manière condensée, mais je suis sûre que les prochaines aventures devraient vite s'émanciper de ce personnage. le final avec la venue de Renard donne envie de lire le second tome rapidement.
Dans tous les cas, je tiens sincèrement à remercier Babelio et les éditions Milan pour cette découverte. D'ailleurs, bravo pour la couverture qui est superbe et le cheval-bélier en couverture ou en langage Merveilleux, le coche-Marre met en avant l'une des scènes les plus mouvementées du roman. 👍
Commenter  J’apprécie          12815
Avant de commencer ma critique, je tiens à remercier les équipes de Babelio ainsi que les éditions Milan pour m'avoir permis de découvrir ce roman jeunesse. Mon âme d'enfant aime toujours être alimentée par ce genre d'oeuvre. Malheureusement, en grandissant on oublie parfois ces mondes imaginaires qu'on se créaient. Grâce à ces romans, je reviens en enfance et j'aime beaucoup ça ! 

Dès les premières pages de ce roman, je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec la série Harry Potter. Il est évident que ce roman a été fabriqué sur le même modèle … pour ne pas dire recopié. Pourquoi ? Harry Potter a un signe physique très distinctif et peu commun : sa cicatrice en forme d'éclair. Arlo aussi : des yeux vairons. Évidemment, dans Harry Potter on parle de magie. Ici, aussi. Vous me direz, jusque-là, rien d'anormal ! Je continues donc ! Dans Harry Potter, les apprentis sorciers sont rassemblés à Poudlard. Ici, ils sont rassemblés dans un groupement appelé les Rangers. Et puis, me direz-vous ? Comme dans Harry Potter, le monde réel touche le monde magique à un lieu précis. Ça y est, vous vous souvenez du quai à la gare. Ici, c'est dans une forêt. Harry Potter a deux amis : Hermione et Ron. Arlo a deux amis : Indra et Wu … Deux garçons pour une fille. C'est un hasard, pensez-vous ? Je continues. Les romans d'Harry Potter sont parsemés de créatures étranges, qu'on appelle « les animaux fantastiques ». Les animaux qui peuplent le roman Arlo Finch sont étrangement semblables à eux. Dans Harry Potter, il y a des matchs de Quiddich. Ici, il y a des matchs de derby. Coïncidences, croyez-vous ? Harry Potter a un grand géant qui prend soin de lui : Hagrid. Arlo a un imposant oncle (si imposant qu'il le compare à un ours) : Wade. Dans Harry Potter, les apprentis sorciers sont classés dans différentes maisons. Dans Arlo Finch, ils sont classés par couleurs (la rouge correspondant aux serpentards). Et ce n'est pas finit ! Harry a une chouette apprivoisée. Arlo rêve d'avoir un faucon apprivoisé. Harry parle le fourche-langue. Arlo parle la langue du monde magique. Vous voyez où je veux en venir ? On reprend ! Hermione, dans Harry Potter, est une encyclopédie vivante. Devinez ! Indra aussi ! Harry a une cape d'invisibilité. Arlo sait faire des NEUT pour se rendre invisible. Dumbledore, à la fin des tomes, remet toujours des points aux différentes maison. Dans Arlo Finch, on remet des insignes.

Je pense que vous l'avez compris, au-delà de prendre modèle, il s'agit de légers remplacements de personnages et de faits. Ce n'est pas très léger, d'autant plus que tous les enfants ont déjà lu Harry Potter. J'avoue qu'à force, je me suis prise aux jeux des ressemblances. Lire ce roman est devenu une quête aux similitudes. C'est dommage que l'auteur n'ait pas fait ça plus subtilement. Les enfants sont des enfants, mais ils ne sont pas bêtes et verront parfaitement ces trop nombreuses ressemblances. Voguer sur un succès, pourquoi pas, mais recopier, là je dis non ! 

J'ai noté également quelques petites incohérences. Pas très graves, mais quand même. Vous vous imaginez, vous, à douze ans, découvrir que vous êtes capable de voir un chien fantôme ? Personnellement, je mourrais de peur. Et, je ne pense pas être la seule. Pas Arlo ! Non, lui il trouve ça normal. À douze ans, vous étiez nombreux à savoir créer un traineau aérodynamique ? Parce que Wu, lui, semble être un ingénieur né. C'est prendre quelques facilités, je trouve.

Cela-dit, je me suis quand même bien amusé à lire ce roman. L'écriture est légère, et l'oeuvre se lit très rapidement. J'ai trouvé ça plutôt futé d'intégrer des explications de mots pour les enfants (comme la taxidermie). C'est très pédagogique. J'adhère à ce principe ! Puis, construire une histoire autour d'un dérivé des Scouts, c'est très original. Il ne me semble pas en avoir lu d'autres. Ni même en avoir entendu parler. Pour le public visé, l'oeuvre est satisfaisante. Attention, toutefois dans les prochains tomes à ne pas rééditer du Harry Potter. Ce serait bien d'innover … Au moins, un petit peu !
Commenter  J’apprécie          110
Une chouette lecture jeunesse pleine de surprises et de péripéties ! Commencé et terminé dans la journée, j'ai avalé ce roman avec grand plaisir, retrouvant le temps du récit mon âme d'enfant .

Arlo arrive à Pine Mountain avec sa mère et sa soeur pour s'installer dans la maison de famille, une maison délabrée, habitée par son oncle Wade, un homme bourru et singulier qui fait commerce de taxidermie. L'endroit est isolé, au milieu de la forêt, coupé de toute connexion internet ou téléphone mobile au grand dam des enfants dont l'ordinateur est la seule façon de garder contact avec un père résidant en Chine.
Nouvelle maison, nouvelle école et nouveaux camarades, Arlo très vite intègre les Rangers, un groupe de jeunes proches de la nature, organisés en quatre patrouilles avec des rites et de codes bien spécifiques, des grades et des écussons, une hiérarchie qui n'ont pas été sans me rappeler les scouts et les éclaireurs que j'ai fréquentés petite ....une petite madeleine enrobée de fantaisie et de rêves !
Dans la patrouille bleue, Arlo va trouver des camarades loyaux et dévoués : Indra, Wu, Connor. Ces derniers vont l'aider à assimiler leur fonctionnement et à décrypter tout ce qu'il ne comprend pas.

Très vite, Arlo est confronté à des phénomènes étranges, il aperçoit autour de la maison un chien qui rode mais que personne ne peut voir, il s'aperçoit que les Rangers baignent dans le Merveilleux et manipulent tout un tas de savoirs étonnants et passionnants qu'il a hâte d'acquérir à son tour. La forêt recèle des dangers insoupçonnés, elle s'ouvre sur les Longs Bois, un endroit mystérieux dont on ne sort pas facilement et où l'espace devient flou et imperceptible.

D'anciennes disparitions mystérieuses, des secrets, des créatures étranges, l'organisation d'un Derby entre Patrouilles, des épreuves périlleuses, des révélations, de la magie et le danger qui semble se focaliser sur Arlo..... on se s'ennuie pas un instant dans ce roman très rythmé. C'est vivant, c'est prenant, plein d'inventions : volutes, Coche-marre, neut de pendu, claque-lumière, de quoi captiver les jeunes lecteurs et alimenter leur imagination.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Milan pour ce roman jeunesse qui m'a permis de passer un bon moment de lecture.

Lien : https://chezbookinette.blogs..
Commenter  J’apprécie          130
La couverture ne laisse pas présager l'ambiance bonne enfant de début d'aventure, et vice versa.

La 1ère de couverture donne plutôt dans le registre Fantastique sombre, dirait-on et pourtant, encore une fois, sur les 1ères pages du livre rien ne laisse supposera la possibilité d'évoluer dans ce sens.

Les premiers chapitres sont d'un ton accessible, sympathique et léger à l'identique d'un Percy Jackson plutôt qu'un Épouvanteur.



Arlo, 12 ans, emménage un peu en urgence avec une partie de sa famille chez un oncle taxidermiste qu'il ne connait pas encore, dans des circonstances qu'on vous laisse découvrir.

Nouveau collège, nouveaux copains et nouvelles habitudes pour l'ado'.



Rapidement, nous en arrivons aux faits.

L'univers fantastique s'impose d'une manière décalée comme une chose quotidienne somme toute banale.

Les enfants sont tous Rangers ( scout, dirions-nous, pour ce petit coin perdu charmant et montagneux de Pine Mountain) et sont dans une mission de préservation d'une faune très très spéciale et exotique dont Arlo n'a jamais entendu parlé ( nous non plus, pour vous dire sincèrement).

Un point d'humour.

Les enfants de Pine Mountain inverse les rôles.



Tout s'expliquera par l'univers de Pine Mountain lui-même ou plus exactement l'intrusion dans les zones des Longs Bois.

On ne veut rien gâcher de la découverte mais ce qu'il faut savoir c'est qu'il vaut mieux être Ranger pour ne pas s'y perdre à jamais.



N'y a t'il pas d'adultes pour vous mettre en garde et vous préserver?

Faut-il encore que les adultes de Pine Mountain se souviennent.

Les enfants entretiennent ainsi simplement ce secret dans le loisir partagé qui consiste en quelque sorte à maîtriser sa connaissance des Longs Bois.



Petit point d'intrigue, Arlo, brave garçon peu doué dans sa scolarité, semble en revanche ici dans la capacité exceptionnelle de resituer les choses perdues, plus exactement les gens disparus.

Cela accroche donc rapidement notre intérêt, en plus du ton attachant distillé par la jeune troupe de nouveaux copains.

Il nous tarde de cerner les parfaits contours de cette dimension étrange des Longs Bois, puis de passer de l'autre côté du miroir de façon bien équipée.



John August raconte l'aventure sur une narration indirecte mais toutefois vue à la hauteur d'Arlo, il respectera son ton. Ses observations sur le langage employé par chacun et qui le désarçonne comme du non sens, une incompréhension momentanée du monde qui l'entoure, nous font sourire et en font un personnage plus fin qu'il ne le croit.

Avec le mystère des Longs Bois, il aura de quoi s'interroger. Il fera parfois doucement l'impasse pour ne pointer le doigt que sur l'essentiel, il a une bande de copains! Enfin!

Cette dimension est distrayante et compense l'absence de descriptions de personnages. Leur caractère et les faits les entourant importent plus.



Le bois est rempli de mystères. C'est intrigant, amusant, Arlo est promu évidement à un drôle de destin.

Il est à découvrir.

Commenter  J’apprécie          40
Surprise de "boîte à livres" : ce roman ados qui m'a bien plu. le dosage entre récit de jeunes, aventures fantastiques et histoires de familles fonctionne bien. le pitch est simple. Arlo, sa soeur et sa mère s'installent chez leur oncle au coeur d'une forêt (le père étant loin pour des raisons, on va dire professionnelles). Préjugés, doutes et ragots s'entremêlent jusqu'au moment où Arlo est invité à rejoindre "Les rangers". Ce groupe est un mélange entre scoutisme, école de sorcier (sans trop de magie) et académie de mini super-héros (sans trop de superpouvoirs). La compétition est au centre du récit qui se voit perturbé par des événements magiques surprenants. le manuel du ranger (et ses créatures fantastiques) est aussi amusant qu'intriguant. Les scènes d'action sont souvent "ralenties" par la confusion entre le monde réelle et les dimensions magiques et/ou parallèles. Parfois, c'est fluide, mais il faut tout de même s'y faire. Se figurer les situations dans le feu de l'action n'est pas toujours évident. Cela n'a pas gâché mon plaisir. Certes, le côté "Prophétie" ne pousse pas vers l'originalité, mais l'aspect "social" du propos (oncle taxidermiste attendant une commande, mère intérimaire en post burn out au sein d'une start-up), donne une autre couleur à ce style fréquemment colonisé par les gosses de riches s'ennuyant dans la vie. Je ne crois pas que je pousserai la découverte plus avant, mais si je recroise un "Arlo" ici ou là, je n'hésiterais pas.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Arlo trouva son oncle en train de fermer son atelier avec un cadenas. il lui demanda comment s'appelait le chien.
— Quel chien ? s'enquit Wade, perplexe.
Arlo lui décrivit l'animal, les aboiements silencieux et sa course dans la forêt.
— Oh, lui, c'est Cooper. Tu l'as vu ? Ça fait longtemps qu'il ne traîne plus par ici.
— A qui est, ce chien ? voulut savoir Arlo.
— A nous, mais c'était il y a des années.
— Il s'est enfui ?
— Non, il est mort, répondit oncle Wade. Il était vieux. Les chiens, ça ne vit pas très longtemps, tu sais.
Commenter  J’apprécie          650
— [...] On est de retour !
— Mais où, exactement ? s'enquit Jonas.
— Pas au Canada, j'espère ! s'inquiéta Julie.
Wu s'était éloigné du traîneau, à la recherche de quelque chose entre les arbres. Soudain, il écarquilla les yeux :
[...]
— C'est là qu'on a vu l'ours. Rappelez-vous, j'étais partie faire pipi ! Là, près de cet arbre.
— Comment tu le sais ? l'interrogea Indra.
— Parce que je marque toujours mes initiales. (Il désigna un HW tracé dans de la neige jaunie.) "Henry Wu"
— Tu es dégoûtant, commenta Indra en le serrant dans ses bras.
Commenter  J’apprécie          370
[...] C'est facile de trouver des raisons de dire non. C'est beaucoup mieux de trouver des raisons de dire oui.
Commenter  J’apprécie          660
À la fois perplexe et émerveillé, il regarda autour de lui et remarqua tous les petits détails qui avaient changés. La porte était surmontée d'un panneau vert lumineux. Mais au lieur d'y lire SORTIE, il avisa une suite de symboles sans queue ni tête. Sur le mur du fond était accroché un grand poster du serment du Ranger, sauf que les lettres étaient devenues méconnaissables.
Commenter  J’apprécie          40
Le faisceau de sa lampe éclaira la zone juste sous la fenêtre, sans toutefois atteindre l'endroit où Arlo avait vu le chien. Tout à coup, il imagina le spectacle qu'il offrait vu d'en face, ce qu'une créature verrait depuis la forêt : une lumière brillante à la fenêtre du premier étage, allant lentement d'un côté puis de l'autre.
Ca pourrait ressembler à une invitation.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : rangersVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (134) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1501 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..