AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,62

sur 75 notes
5
3 avis
4
19 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
palamede
  23 octobre 2019
Les hommes partis à la guerre, les femmes les suppléèrent dans de nombreux domaines, même les plus inattendus. Ainsi en 1920 à Londres, un groupe de voleuses, trafiquantes d'opium, proxénètes, kidnappeuses de bébés, et même tueuses, les 40 éléphants (du nom de leur quartier d'origine, Elephant & Castle), dirigé par Kate Bishop, concurrence un clan masculin décimé par la guerre, au nom évocateur des 40 voleurs. Mais à la différence des hommes dont elles ne veulent plus dépendre, Kate et ses « éléphants » écument Londres parfois avec un souci de justice sociale.

Tout n'est pas rose cependant au sein du groupe. Aux luttes intestines s'ajoutent la traque d'une police de plus en plus performante, et la résurgence des 40 voleurs qui va provoquer une guerre des gangs. C'est ce que découvre Florrie « doigts de fée » une nouvelle recrue, très douée pour subtiliser les portefeuilles et autres valeurs, qui va se révéler plus complexe qu'il n'y parait...

Kid Toussaint et Virginie Augustin ont su servir par un texte précis et un dessin élégant joliment coloré cette aventure étonnante de femmes hors-la-loi et féministes après la Première Guerre mondiale. Leur histoire inspirée de faits authentiques est digne d'un vrai roman noir dont il me tarde de connaître la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
Alfaric
  02 novembre 2017
Avril 1920, Elephant & Castle, Londres. Durant la WWI les hommes sont partis au front, et en les remplaçant dans toutes les tâches les femmes se sont émancipées en apprenant à se débrouiller toutes seules, donc quand « papa » revient du front il y a de nombreuses frictions... y compris et surtout dans le domaine du crime, donc on n'est pas loin de la guerre des gangs entre les 40 éléphants de Queen Kate et les 40 voleurs d'Art Stocker, Jane ayant son mari Jim dans l'autre camp ne cessant de jeter de l'huile sur le feu ! C'est ainsi que nous suivons la jeune pickpocket Florrie Doigts de Fée prise en main par la voleuse Esther qui la fait entrer dans sa bande exclusivement féminine. Elle s'intègre rapidement et découvre les membres ainsi que les us et les coutumes de sa nouvelle famille sauf que SPOILER

J'ai retrouvé absolument toutes les belles thématiques et les belles tragédies du polar hongkongais (remember le trilogie "Le Syndicat du Crime" ou "Infernal Affairs" ^^), ici transposées dans le Londres des années folles, le féminisme en plus ! ** & ***
Ici je ne suis pas spécialement fan des dessins de Virginie Augustin assistée aux couleurs par Hubert, mais on reconnaît le travail impeccable d'une ancienne élève de l'École des Gobelins : la fluidité et l'expressivité sont remarquables, et rendent l'ensemble d'autant plus agréable qu'on a plus l'impression de visionner un film d'animation que de lire une bande dessinée ! **** J'applaudis des deux mains !!!


* : à une époque ou la procréation assistée n'existe pas le kidnapping d'enfants est une activité très lucrative, et plusieurs scandales ont défrayé la chronique comme l'Affaire Lindbergh (sans parler de cette saloperie de Franco qui éleva ces crimes odieux au rang d'industrie avec la complicité des prêtres, des policiers, des médecins et des démocraties occidentales en faisant enlever au moins 300000 enfants) MDM

** : cette BD vient contredire de A à Z ce gros cliché venu des USA communautaristes, qui consiste à affirmer qu'on ne peut s'identifier qu'à des personnages qui nous ressemblent... Si une bonne histoire est portée par un bon personnage, tout le monde peut s'y reconnaître (les fans de Laureline, Natacha et Yoko Tsuno n'était pas forcément des femmes paysannes, hôtesses de l'air ou électroniciennes !) : aujourd'hui on suit aveuglément les tendances yankees et on se retrouve coincé entre white washing et color washing qui ne sont que les deux faces de la même pièce communautariste ! MDM

*** : en BD aussi la femme est l'avenir de l'homme ! Difficile de dissocier les idées de Virginie Augustin qui s'est souvent positionnée sur le sujet de celles de Kid Toussaint que je connais très peu finalement... Dans tous les cas les auteurs sont plus productifs en réalisant cette BD au lieu de hurler avec les loups en dézinguant le machisme du milieu ultradominateur jusque qu'à ce que les choses commencent à changer les années 1970 (un grand merci Laureline, Natacha et Yoko Tsuno !), car c'est plus facile de taper sur les auteurs pris au piège de la censure que sur les éditeurs sexistes dont les rejetons font toujours la pluie et le beau temps dans le milieu... MDM

**** : le vivier de talents en scénaristes, dessinateurs et animateurs européens est aujourd'hui sans limite, donc l'Europe possède largement les moyens de devenir le plus grand bassin d'animation du monde loin devant les USA et le Japon... oui mais non, on doit se coltiner des quarterons de décideurs à la con qui singent les yankees sont en avoir l'ambition ou l'intelligence ! MDM
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          305
tchouk-tchouk-nougat
  12 mars 2018
Dans le Londres des années 20 opère un groupe de voleuses professionnelles : les 40 éléphants. Un nom de gang pas très féminin? Peut être mais en tout cas des féministes qui ont pris le créneau laissé par les hommes partis en guerre. Et elles n'ont pas l'intention d'abandonner leur territoire!

Nous faisons connaissance avec Florie, dite "doigt de fée", une nouvelle recrue des 40 éléphants. Mais on va vite apprendre que la jeune femme était bien autre chose avant d'être voleuse. Elle cache son jeu et ses secrets. Un personnage très intéressant et attachant.
Une super intrigue bien plus complexe que nous le laisse penser le début de l'histoire. On rentre dans ce groupe de femmes, avec leur fragilité et leur force, leur conviction et leur rivalité, et leurs nombreux secrets... le Londres des années 20 est bien retranscrit. Une bonne lecture.

Le trait de Virginie Augustin est fin, léger et expressif. S'il passe bien au niveau des personnages, je trouve les décors bâclés, brouillons ou inexistants. L'intérieur des maisons fait souvent un peu vide et manque de détails. Dès que les plans sont plus larges, plus lointains, on perd encore plus en précision. D'ailleurs l'album commence par un une pleine page de Londres qui permet certes de planter le décors, mais qui est franchement moche... Dommage ça rate la première impression!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
blandine5674
  23 mars 2018
Dans la majorité des cas, banditisme, meurtre, vol, proxénétisme, etc. sont commis par des hommes. Eh bien dans cette BD ce sont des femmes, ce qui en fait son originalité. Londres, années 20. Cette organisation de 40 'pétroleuses' fonctionne bien jusqu'à ce qu'à l'arrivée de Florie surnommée doigts de fée qui devient vite attachante de par son physique et son passé. Une intrigue bien menée qui fait dire : Vivement la suite…
Commenter  J’apprécie          150
MarquePage
  26 novembre 2017
D'après toutes ces bonnes critiques j'avais envie de découvrir cette BD.
Les premières pages cachent bien leur jeu. On croit que l'intrigue est simple. Mais on découvre peu à peu plus de complexité, sur bien des aspects. Que ce soit sur l'histoire de Florrie mais aussi des autres. Des rebondissements bienvenus.
Le contexte des années 20 avec le retour des hommes, le début du féminisme, est toujours agréable et permet un peu plus de profondeur à l'histoire.
Les personnages sont principalement des criminelles, plutôt attachantes. Ca change. Bien sur on ne connaît pas les 40. J'ai aimé les suivre et les découvrir. Florrie est assez énigmatique, elle semble un peu passive au début et on la découvre forte et déterminée.
Les dessins sont très agréables, sympathiques, le trait est fin. Même si les détails ne sont pas très fournis.
Commenter  J’apprécie          151
badpx
  04 juillet 2018
Le critère de sélection de cette BD était le titre..... Je me demandais quelle était cette histoire avec 40 éléphants. Cela se passait il dans un cirque ? en Afrique ?
Et donc je fut bien surprise, du décors et du récit lui même.... mais le sous-titre aurait du me mettre la puce à l'oreille.
J'ai bien aimé, mais sans plus :il y a beaucoup de personnages, avec des caractères bien trempés, mais je trouve qu'on ne passe pas assez de temps avec chacun. J'ai donc un sentiment de survol.
Mais en même temps, ce premier tome semble être une introduction à une histoire très interessante. J'espère donc que les tomes suivants me permettront de mieux faire connaissance avec ces personnages.
Commenter  J’apprécie          80
Vexiana
  11 juillet 2018
Une BD prometteuse :
- des personnages attachants et plutôt intéressants.
- un contexte riche : celui des milieux interlopes de l'entre-deux-guerre
- des femmes qui n'ont pas peur d'en découdre
En berf, un terreau fertile pour une histoire un brin trop courte, avec toutes ces données et leur potentiel on en voudrait plus!
Bref, pas le choix, il faut mettre la main sur le tome 2 (quel chance, il vient de sortir).
Côté dessin, ce n'est pas vraiment un style que j'adore mais c'est bien fait et ça tient la route.
A suivre donc.
Commenter  J’apprécie          70
mimouski
  03 août 2019
La couverture donne le ton et la période dans laquelle nous allons être propulsé. Avec ces 40 éléphants, j'ai fait une très bonne découverte des années 20 après-guerre où les femmes ont pris le pouvoir en milieu souterrain. le personnage principal de Florrie et l'intrigue lancée sont bien plus complexes que suggérés dans les premières pages.. et ça j'aime beaucoup quand un retournement de situation est complètement inattendu et si bien fait. Une série à suivre pour ma part!
Commenter  J’apprécie          60
MissAlfie
  09 juin 2019
Dans cette série, les auteurs les mettent en scène pendant l'entre-deux-guerres, à une époque où les femmes refusent de retourner dans leurs foyers maintenant que les hommes sont rentrés de la guerre. Deux gangs s'affrontent donc pour le contrôle du sud de Londres : les 40 Éléphants, et les 40 Voleurs. A la tête côté femmes, Queen Kate, qui mène son affaire d'une main de maître. Côté hommes, le fourbe et violent Art Stocker. Qui l'emportera ? Les auteurs mettent en scène des femmes sombres, troubles, sans scrupules, des femmes qui utilisent les mêmes codes des hommes quand il s'agit d'escroquer, voire même de tuer.

Graphiquement, j'ai crains de ne pas me retrouver dans le au début de ma lecture, mais je me suis finalement laissée emporter par cette guerre de gangs, appréciant notamment les vignettes façon croquis qui viennent parfois rompre le graphique et contribuent à créer l'atmosphère de l'ouvrage.

Voilà donc une chouette découverte que je vais m'empresser de poursuivre, avec un seul petit bémol qui concerne la fin du second tome que j'ai trouvé un peu rapide à mon goût !
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
celosie77
  21 mars 2019
Mais qui sont donc ces 40 éléphants ? Non, non, rien à voir avec les éléphants du PS ^^ ici il s'agit de 40 voleuses, tueuses, receleuses ou empoisonneuses qui ce sont associées pendant la première guerre mondiale et dont les activités perdurent après. Oui mais après, les hommes reviennent du front, ils reforment le gang des 40 voleurs et ils ont des velléités de pouvoir. Ils voudraient bien redevenir les maîtres du quartier mais les femmes ne l'entendent pas de cette oreille...
C'est en compagnie d'une nouvelle recrue, Florrie-doigts-de-fée, que nous entrons dans ce monde de la misère et de la débrouille du Londres de l'entre-deux guerres. Je me suis tout de suite attachée à Florrie, personnage central et bien plus ambiguë qu'on ne l'imagine au départ, et j'ai suivi ses aventures avec beaucoup d'intérêt. Il y a aussi de nombreux personnages secondaires, chacune des femmes du groupe ayant une fêlure cachée, certaines étant plus violentes que d'autres, tout ce petit monde étant gouverné par la "reine" Catherine.
Les dessins sont agréables, certains vignettes étant plus détaillées que d'autres : les scènes de rues sont esquissées, par contre les expressions des personnages beaucoup plus travaillées.
J'ai bien envie de poursuivre cette série, j'espère qu'elle tient ses promesses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4176 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre