AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Arnauld d'Andilly (Traducteur)Odette Barenne (Traducteur)
ISBN : 2070320219
Éditeur : Gallimard (05/01/2006)

Note moyenne : 3/5 (sur 16 notes)
Résumé :
suivi de "Le Ciel et la Terre"

Traduction du latin par Arnauld d'Andilly, établie par Odette Barenne.

Que faisait Dieu avant de créer le monde ? À partir de quoi et comment l'a-t-il créé ? Le temps existait-il avant la création du monde ? Comment le mesurer ? Qu'est-ce que l'éternité de Dieu ? Le passé est-il différent du présent et du futur ou n'est-ce qu'une réalité subjective ? Le ciel au-dessus de nos têtes est-il le même que de le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
darkviki
  01 avril 2016
Dans ces extraits des Confessions, Saint Augustin nous signe ici une oeuvre visionnaire pour l'époque avec des tendances théologiques et métaphysiques. J'ai beaucoup apprécié toute cette théorie sur le temps et le fait que tout se rattachait pour lui au présent, tout en distinguant tout de même l’existence de trois temps passé, présent et futur.
Pour ce qui est de la partie théologique et métaphysique, cela concernait davantage la création du monde se référant également à la bible. En effet, Saint augustin avait de nombreuses références sur la création du monde en sept jours sans pour autant la remettre en cause. Par contre, il s'interrogeait sur certains points, sur ce qui n'était pas mentionné. Voici mes interrogations que j'ai retenu pendant ma lecture. De quoi donc a été formé la terre et le ciel? D'une forme informe et ténébreuse? Mais cette forme informe et ténébreuse est déjà quelque chose, qu'est-elle dans ce cas? J'emploie "métaphysique" puisque l'auteur a parlé de la matière à plusieurs reprises. J'ai aussi noté que l'auteur faisait une distinction entre le ciel et la terre dans la création, en affirmant que le ciel était supérieur à terre. Est-ce une comparaison du paradis pour le ciel et de l'enfer pour la terre comme dans de nombreux mythes?
J'ai beaucoup apprécié ces extraits qui étaient pourtant un peu difficile à lire. La vision de Saint Augustin sur la matière dans la création du monde est déjà de l'ordre du métaphysique et la partie sur le temps était vraiment passionnante. Saint Augustin présente, bien avant le Moyen-Âge, une vision novatrice sur le temps, la création et les écritures saintes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
euphemie
  22 mai 2016
Un discours philosophique et parfois scientifique qui interroge, dans le désir d'ouvrir l'autre à la pensée multiple, loin d'enfermer dans le dogme par celui qui a été considérer comme un des pères de l'église, sur la notion du temps et comment appréhender la création.
Commenter  J’apprécie          70
brigetoun
  01 août 2010
Que l'on soit croyant ou non, le déroulement, le creusement, de la pensée d'Augustin affronté à la notion de temps et de la matière est un régal. Et le style d'Arnauld d'Andilly y contribue fortement.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   01 août 2010
Mais je sais bien que nous prévenons souvent par notre pensée nos actions à venir, et que cette préméditation est présente, encore que l'action que nous préméditons ne le soit pas, parce qu'elle n'est pas encore advenue et qu'elle ne le sera que quant nous aurons entrepris, et commencerons de faire cette action que nous avions préméditée, parce qu'alors elle ne sera plus future mais présente.
... Or ce qui est déjà n'est point à venir, mais présent. Ainsi lorsqu'on dit que l'on voit les choses futures, ce ne saurait être elles-mêmes, puisqu'elles ne sont pas encore ; mais c'est peut-être leur cause ou leur signe que l'on voit lesquels sont déjà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
brigetounbrigetoun   01 août 2010
afin que ... me détachant de cette multiplicité des jours dans lesquels je vivais selon le vieil homme, je me rejoigne à l'unité souveraine et oublie toutes les choses passées, non pour me porter à celles qui sont à venir et qui passeront comme ont fait les autres, mais pour m'attacher à celles qui sont devant moi et qui subsistent toujours, afin que demeurant ferme dans elles, au lieu de m'écouler avec elles je poursuive sans cesse ma course, non par une vague dissipation d'esprit, mais par une application stable
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigetounbrigetoun   01 août 2010
Que s'il n'y a point eu de temps qui ait précédé le ciel et la terre, pourquoi demande-t-on ce que vous faisiez alors, vu qu'il n'y avait point d'alors où il n'y avait point de temps, et que ce ne peut être par le temps que vous précédez le temps, puisque si cela était, vous ne précéderiez pas tous les temps ? mais vous précédez tous les temps passés par l'éminence de votre éternité toujours présente, et vous êtes élevé au-dessus de tous les temps à venir, parce qu'ils sont à venir, et qu'ils ne sont pas plutôt venus qu'ils seront passés ; au lieu que vous êtes toujours le même, et que vos années ne cesseront jamais d'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
darkvikidarkviki   28 mars 2016
c'est que les choses futures et les passés ne sont point, et qu'à proprement parler on ne saurait dire qu'il y ait trois temps, le passé, le présent et le futur: mais peut-être on pourrait dire avec vérité, qu'il y a trois temps, le présent des choses passées, le présent des choses présentes, et le présent des choses futures. Car je trouve dans l'esprit ces trois choses que je ne trouve nulle part ailleurs: un souvenir présent des choses passées, une attention présente des choses présentes, et une attente présente des choses futures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
darkvikidarkviki   28 mars 2016
Mais comment pouvons-nous mesurer le temps présent, puisqu'il n'a point d'étendue? Nous le mesurons lorsqu'il passe, et nous ne le mesurons point lorsqu'il est passé, puisqu'il n'est plus pour pouvoir être mesuré. Mais quand nous le mesurons, d'où, par où, et où passe-t-il? D'où sinon du futur? Par où sinon par le présent? Et où sinon dans le passé?Ainsi il va de ce qui n'est point, par ce qui n'a aucune étendue, dans ce qui n'est déjà plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Saint Augustin (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saint Augustin
Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, sort de l?oubli un étrange personnage : Ambroise de Milan. Dans « La Trace et l?aura »(Editions du Seuil), il raconte la vie d?Ambroise, écrivain, poète, évêque du IVème siècle, qui fut le maître de Saint-Augustin.  Dans ce livre passionnant, Patrick Boucheron retrace plus de dix siècles d?histoire.
>Histoire et géographie de l'église>Histoire et géographie de l'Eglise>Période des conciles, 325-787 (16)
autres livres classés : création du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1194 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre