AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226003894
Éditeur : Albin Michel (06/10/1976)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La méconnaissance des mystiques, qui sont nos premiers pères, est la grande faiblesse que présente l'exposé moderne de l'évolution de la pensée. Ainsi parlait Shrî Aurobindo, le plus grand penseur de l'Inde contemporaine, qui étudia en profondeur les multiples conceptions intellectuelles des Grecs, de Pythagore jusqu'à Platon, à la lumière de l'enseignement philosophique de sa propre tradition. L'lnde, en effet, bien des siècles avant nous, a parcouru tous les systè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
dbacquet
  03 juin 2018
Shrî Aurobindo est né à Calcutta, mais c'est en Angleterre qu'il fit ses études. Il avait donc une connaissance approfondie de la culture occidentale. Il renoua ensuite avec les écritures sacrées de l'Inde. de cette rencontre entre deux traditions est née une pensée originale, même si le mysticisme de Shrî Aurobindo, son rapport au divin, à la mère divine que représente la "Shakti", la dévotion intense du croyant qui s'abandonne à son pouvoir, sont résolument indiens. Shrî Aurobindo écrivit sur Héraclite un essai des plus stimulants qui est publié ici. Il établit des ponts entre le penseur grec et l'inde, notamment sur sa conception du Devenir, à partir d'un principe, le Feu vivant, d'une organisation, le Logos, d'un jeu cosmique qui s'articule selon des rythmes de destruction et de création. le penseur grec peut apparaître cependant comme un rationaliste et son pessimisme contredit la pensée indienne de Shrî Aurobindo pour laquelle le jeu cosmique est d'abord un jeu divin qui se déploie, en dépit de son obscurité, de ses imperfections, de ses pertes et de ses souffrances, dans une infinie félicité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Neshouma
  01 septembre 2017
Agréablement surpris par le contenu de ce petit livre. Sri Aurobindo est souvent plus laborieux à suivre que Vivekananda ou d'autres. Ici pourtant, le discours reste clair. Héraclite et les stoïciens sont plutôt un prétexte pour comparer Orient et Occident.
Le dernier texte, intitulé "La Mère", mérite l'attention de tous les passionnés de Vedanta. C'est une belle explication de ce qu'est la Shakti.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   21 avril 2018
La pensée européenne, suivant la ligne de la pensée d'Héraclite, s'est attachée à la raison et à la force et en a fait les principes vers la perfection desquels notre être doit aspirer.

La force est le premier aspect du monde : guerre, choc d'énergies; le deuxième aspect, la raison, émerge de cette apparence de force dans laquelle elle était d'abord cachée et se révèle comme une certaine justice, une certaine harmonie, une certaine intelligence et raison déterminante au cœur des choses ; le troisième aspect est un secret plus profond compris entre les deux autres : félicité, beauté, amour universels, qui, s'emparant des deux autres, peut établir quelque chose de plus élevé que la justice, de meilleur que l'harmonie, de plus vrai que la raison: unité et béatitude, extase de notre existence accomplie. De ce dernier pouvoir secret, la pensée occidentale n'a vu que deux aspects inférieurs, le plaisir et la beauté esthétique ; elle n'a trouvé ni la beauté spirituelle ni la félicité spirituelle.

C'est pour cette raison que l'Europe n'a jamais pu se faire une puissante religion qui lui soit propre ; elle a dû se tourner vers l'Asie. La science prend possession des mesures et des utilités de la force ; la philosophie rationnelle poursuit la raison jusqu'en ses dernières subtilités ; mais la philosophie et la religion inspirées peuvent s'emparer du secret suprême, uttamam rahasyam. (pp. 80-81)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   09 juillet 2017
Quand nous avons
dépassé les savoirs
Alors nous avons la connaissance
La raison fût une aide
La raison est l'entrave

Quand nous avons
dépassé les velléités
Alors nous avons le pouvoir
L'effort fût une aide
L'effort est l'entrave

Quand nous avons dépassé les
jouissances
Alors nous avons la béatitude
Le désir fût une aide
Le désir est l'entrave

Quand nous avons dépassé
l'individualisation
Alors nous sommes des personnes réelles
Le moi fût une aide
Le moi est l'entrave

Quand nous dépasserons
l'humanité
Alors nous serons l'homme
L'animal fût une aide
L'animal est l'entrave
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   09 juillet 2017
Rejetez aussi l’attente fausse et indolente que le Pouvoir divin accomplisse même la soumission pour vous. Le Suprême demande votre soumission mais ne l’impose pas. Jusqu’à ce que vienne la transformation irrévocable, vous être libres à tout moment de nier et de rejeter le Divin ou de revenir sur le don de vous-même, si vous êtes disposé à en subir les conséquences spirituelles. Votre soumission doit être libre et spontanée. Elle doit être la soumission d’un être vivant, et non celle d’un automate inerte ou d’un outil mécanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   09 juillet 2017
Une soumission heureuse, forte et utile est demandée pour que la Force divine puisse travailler, l’obéissance du disciple illuminé de la Vérité, du guerrier intérieur, qui combat contre l’obscurité et le mensonge, du fidèle serviteur du Divin.

Telle est l’attitude vraie, et seulement ceux qui peuvent la prendre et la garder sauront conserver une foi que les déceptions et les difficultés n’ébranleront pas, et passer à travers l’épreuve vers la victoire suprême et la grande transformation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NeshoumaNeshouma   01 septembre 2017
"L'univers n'est pas seulement une formule mathématique destinée à élaborer la relation des certaines abstractions mentales appelées nombres et principes, pour aboutir finalement à un zéro ou à une unité vide; il n'est pas non plus simplement une opération physique incarnant une certaine équation de forces. C'est la joie d'un Dieu amoureux de lui-même, le jeu d'un enfant, l'inépuisable multiplication de soi d'un poète enivré par l'extase de son propre pouvoir de création sans fin."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Sri Aurobindo (4) Voir plusAjouter une vidéo

Auroville, histoire d'une utopie
Fondée en 1968, Auroville, dans le sud de l'Inde, voulait être le lieu d'une vie communautaire universelle où chacun vivrait en paix, dans une totale harmonie, au-delà des croyances, des nationalités et des opinions politiques, à la recherche d'un homme nouveau. Ville expérimentale dont le nom est inspiré du philosopheindienSri Aurobindo? Utopie du XXe siècle? En 2008, comment a...
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre