AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de l-ourse-bibliophile


l-ourse-bibliophile
  14 juillet 2019
Même si je trouve particulièrement difficile de chroniquer des classiques – que dire de plus ? –, ce sont des lectures que j'apprécie au même titre qu'un roman plus moderne. Aussi j'ai bien envie de partager cela avec vous et, qui sait, de faire naître quelques envies de lecture. Je souhaite à présent que ma tendance à la procrastination lorsqu'il s'agit de classiques disparaisse et qu'ils soient un peu plus présents dans mon quotidien de lectrice. J'ai lu bon nombre de classiques avant d'ouvrir le blog, ce qui explique leur relative absence parmi mes précédentes chroniques. Toutefois, entre les envies de découvertes et de relecture, nul doute qu'ils auront leur chance d'apparaître ici.
Longue introduction, excusez-moi, mais j'arrive enfin au sujet du jour : Emma.

Je dois avouer que je suis partiale sur le sujet car j'aime beaucoup les romans de Jane Austen (même si je n'ai pas tout lu car je n'ai encore jamais eu l'occasion de découvrir Northanger Abbey et Mansfield Park). Après avoir revu l'excellente mini-série BBC d'Orgueil et Préjugés, cette relecture d'Emma m'a semblé toute naturelle pour rester un peu plus longtemps dans l'univers austenien.
Si la société dans laquelle évoluent les personnages de Jane Austen n'aurait, si je devais y vivre, pas beaucoup de charme (les classes sociales, les histoires de fortune, de mariage, les bals, leur quotidien assez étriqué… tout cela ne serait guère ma tasse de thé), elle en acquiert étrangement bien davantage lorsque je la rencontre dans des livres. Je prends un plaisir non dissimulé à voir évoluer cette petite société de gens aisés, à étudier leur mode de vie et leurs petites habitudes. Ces romans sont des fresques qui racontent une époque, un microcosme relativement fermé avec les codes, les loisirs, les joies et les soucis d'une classe sociale favorisée.
Nul besoin d'une action à cent à l'heure ; rencontres, malentendus, petites intrigues et mésaventures du quotidien me suffisent amplement. le roman est bavard, certes, il prend son temps, mais c'est tellement fin et plein d'humour qu'il serait dommage de se priver !

Lire un roman de Jane Austen est toujours une occasion de se régaler avec les portraits mordants qu'elle dépeint chapitre après chapitre. Portraits psychologiques et non physiques. Que le personnage soit fascinant, attachant ou horripilant, l'autrice s'attache à décrire mille petits gestes et regards, mille paroles, mille actions qui rendent les protagonistes particulièrement vivants.
Le soucieux Mr. Woodhouse, si préoccupé par sa santé et celle des autres, un malade imaginaire qui voit dans la moindre fenêtre ouverte un acte diabolique, mais qui est aussi si prévenant qu'on ne peut moquer son ridicule qu'avec gentillesse. L'insupportable Mrs. Elton, bruyante, sans-gêne, fausse, condescendante, convaincue de sa propre importance et du désespoir qui s'emparera tout un chacun s'il a le malheur d'être privé de sa compagnie : cette nombriliste est d'autant plus risible que l'on sait, nous lecteurs et lectrices, qu'elle n'est pas le personnage central et que c'est bel et bien cette Emma qu'elle déteste qui nous intéresse tant. Je ne vais pas m'arrêter sur tous les personnages, vous avez compris l'idée : je m'amuse beaucoup en lisant la plume acérée de Jane Austen.
Emma détonne par rapport aux autres héroïnes de Jane Austen (dans les romans que j'ai lus bien sûr) car elle est indépendante : elle n'a pas besoin de se marier pour assurer sa subsistance comme doivent le faire les soeurs Bennet ou Dashwood (Orgueil et Préjugés et Raison et Sentiments), son mariage n'est donc pas un projet pour elle. Emma est aussi une héroïne que l'on n'apprécie pas toujours. Elle aimerait écrire ses propres histoires, sauf que ses personnages sont ses ami·es qu'elle tente de marier souvent à tort et à travers. Elle est invasive, régulièrement sûre d'elle jusqu'à la prétention, alors qu'elle se trompe sur les sentiments des autres tout aussi fréquemment, ce qui conduit à bon nombre de malentendus. Elle est aussi très soucieuse des convenances et redoute particulièrement des alliances et relations dégradantes pour elle comme pour ses proches. Bref, elle est souvent agaçante (mais aussi drôle malgré elle). Malgré tout, Emma n'est pas une idiote et elle peut se révéler parfaitement responsable (notamment vis-à-vis de son père), il est donc difficile de la détester. de plus, ses erreurs successives la poussant à un peu plus de raison, elle ne fait que devenir de plus en plus attachante.

Jane Austen est une autrice que je ne peux que vous conseiller. Sa plume vive – dont le style soutenu ne nuit en rien à la fluidité du récit –, son ironie et la finesse psychologique de ses personnages font de ces livres de superbes moments de lecture. Grâce à Jane Austen (ou les soeurs Brontë, ou Elisabeth Gaskell), j'oublie bien volontiers mes réticences à lire des histoires romantiques.
Lien : https://oursebibliophile.wor..
Commenter  J’apprécie          113



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (11)voir plus