AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Josie Salesse-Lavergne (Traducteur)
EAN : 9782267019254
393 pages
Christian Bourgois Editeur (07/06/2007)
3.45/5   75 notes
Résumé :
Les "Juvenilia" regroupent des textes composés lorsque Jane Austen était encore adolescente. Certains, comme "Catherine", préfigurent les romans de la maturité, tandis que d'autres, à l'image d' "Histoire d'Angleterre", laissent surtout s'exprimer librement un goût de la dérision, de la parodie et même de l'absurde. À la lecture des "Juvenilia", l'on s'étonne du sens de l'humour et de la lucidité de cette si jeune fille. Ces oeuvres, moins connues et plus spontanées... >Voir plus
Que lire après JuveniliaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 75 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
1 avis
Je suis une fervente admiratrice de l'oeuvre de Jane Austen. Pour cette raison, j'ai toujours désiré lire Juvenilia, recueil de ses oeuvres de jeunesse, voilà chose faite ! Et avec un énorme plaisir !

Juvenilia comporte plusieurs « livres » constitué chacun de plusieurs histoires, très différentes les unes des autres. En effet, le lecteur découvre successivement des romans (parfois volontairement inachevés), des contes, des romans épistolaires, des pièces de théâtre, des poèmes ou encore des prières, tous dédiés à un membre de sa famille ou à un ami ; bref, la richesse de ce recueil est considérable !

J'ai beaucoup aimé toutes ces histoires, je leur ai trouvé de nombreuses ressemblances avec les oeuvres majeures de Jane Austen, notamment la présence d'un personnage féminin jouant un rôle majeur ; mais j'ai également constaté des différences, certaines histoires de la Jane Austen « adolescente » étant beaucoup moins joyeuses que celle de la Jane Austen que l'on connait tous, mais tout aussi dignes d'intérêt !

Je retiens un élément important qui revient à de nombreuses reprises dans ce recueil : l'ironie de Jane Austen. Sa plume témoigne déjà d'une grande force de caractère, et son écriture constitue une critique féroce de la société ainsi que des coutumes de son époque, ce que l'on peut lire surtout dans les oeuvres Histoire de l'Angleterre ou Evelyn.

Juvenilia est donc un livre que j'ai beaucoup apprécié, car il m'a permis de voyager dans le temps, à l'époque de Jane Austen où les mésaventures pouvaient se produire, tout en admirant la plume de la romancière et dégustant ainsi chaque histoire avec grand plaisir. Bref, une fois ma lecture terminée, je ne peux être qu'encore plus admirative du travail de cet auteur que j'estime beaucoup. Ainsi, je conseille bien évidemment ce livre à tous, car il met en évidence l'immense talent (qui fût donc précoce) d'une romancière formidable.

A lire !!
Commenter  J’apprécie          402
Juvenilia est un recueil d'écrits de jeunesse de Jane Austen. le plus souvent, des écrits tout juste commencés et jamais terminés. Certains ne font qu'une page.
A leur lecture, on découvre déjà la manière de voir le monde de Jane, et son ironie d'autant plus mordante qu'à cet âge-là elle n'a pas encore pris le pli de suggérer plutôt que d'insister, comme elle saura le faire plus tard dans ses grands romans.
A ses débuts, elle ne mâche pas ses mots et joue avec l'absurde :
- "Belle dame, si gracieuse et charmante, malgré le repoussant strabisme, les tresses grasses et la bosse qui vous affligent et dépassent en horreur tout ce que l'imagination peut peindre ou la plume décrire, je ne puis m'empêcher de vous exprimer le ravissement que m'inspirent les séduisantes qualités de votre esprit qui rachètent amplement l'effroi que le visiteur étourdi ne peut manquer d'éprouver en vous voyant pour la première fois." (Frédéric et Elfrida).
et aussi :
" ... tout le monde admira dans le groupe des hommes un masque qui représentait le soleil. Les rayons que lançaient ses yeux évoquaient ceux de ce glorieux corps lumineux, quoi qu'ils leur fussent infiniment supérieurs. Leur intensité était telle que personne n'osait s'aventurer à moins d'un demi-mile, et notre masque en arrivait à monopoliser la majeure partie du salon, la taille de ce dernier n'excédant point trois miles en longueur et un demi-mile en largeur. Jugeant finalement la fureur de ses rayons fort gênante pour la foule qui se voyait forcée de s'entasser dans un coin du salon, le gentleman consentit à fermer à-demi les yeux ..." (Jack et Alice)
Du coup, ces écrits nous présentent un tableau non retouché d'une certaine partie de la société dans laquelle Jane Austen évoluait :
"- Lucy, quand vous connaîtrez mieux ma chère Alice, vous ne vous étonnerez plus de la voir abuser quelque peu du vin, car elle le fait quotidiennement. Elle est dotée de nombreuses qualités, aussi rares que charmantes, mais la sobriété n'en fait point partie. En fait, toute sa famille témoigne d'une fâcheuse tendance à boire... et je suis navrée de devoir dire en outre que je n'ai jamais rencontré trois joueurs aussi acharnés, Alice surtout. " (Jack et Alice)
Nous y trouvons déjà des scènes qu'elle reprendra dans ses romans, en particulier la chasse au mariage à tout prix, pour l'homme comme pour la femme :
"... c'est un vieillard (il a dans les trente deux ans), très laid, si laid même que je ne puis supporter sa vue. Il est extrêmement désagréable et je le hais plus qu'aucun autre homme en ce monde. Il possède une grosse fortune et il me fera une rente considérable, mais il est en parfaite santé. En un mot, je ne sais que faire. Si je le repousse, il offrira sa main à Sophie puis à Georgina en cas de refus de Sophie, il me l'a clairement signifié."
Et enfin une phrase étonnante sous la plume d'une si jeune fille :
"Vous avez à ce jour cinquante-cinq ans, et si une femme peut jamais se dire à l'abri de l'acharnement des amants scélérats et des cruelles persécutions des pères obstinés, ce doit être à pareille époque de la vie."
On sourit donc souvent à cette lecture, on aime y trouver déjà dans de nombreux passages la finesse de description et l'intelligence de Jane Austen.
Commenter  J’apprécie          100
Dans Amour et amitié, on suit les rocambolesques aventures de Laura : son mariage, son veuvage, la perte de ses parents, de ses amis, de sa fortune. « Je peux, sans être interrompue par des visites inopportunes, me complaire dans la solitude mélancolique de mes incessantes lamentations après la mort de mon père, de ma mère, de mon mari et de mon amie. » (p. 58) Tout cela vous semble tragique ? Ça le serait sous une autre plume que celle de Jane Austen. Ici, Laura et ses amies ne font que s'évanouir à la moindre émotion, positive ou négative. Et c'est absolument hilarant. « Méfiez-vous des malaises… même si sur le moment, ils semblent rafraîchissants et plaisants, à la fin, croyez-moi, si trop souvent répétés à des saisons inappropriées, ils s'avéreront destructeurs pour votre constitution. » (p. 49)

Dans Les trois soeurs, Mary ne sait si elle doit répondre favorable à la demande en mariage de Mr Watts. « C'est un homme d'un âge avancé, environ trente-deux ans, et très laid, tant et si bien que je ne peux souffrir de poser mon regard sur lui. Il est extrêmement désagréable et je le déteste plus que quiconque. Sa fortune est immense et j'hériterais ainsi d'une rente considérable ; mais il faut savoir qu'il est en excellente santé. » (p. 65 & 66) Ce serait pourtant tellement délicieux d'être la première mariée, avant ses soeurs et les filles Dutton. Alors, s'il faut s'accommoder d'un époux détestable, soit. Mais à l'unique condition qu'il accepte de changer la couleur de sa voiture !

Dans Jack et Alice, il y a un jeune homme trop imbu de ses qualités, une femme qui s'adonne trop à la boisson, une veuve contradictoire, une ambitieuse, une coquette et une innocente amoureuse. « Je n'attends rien de plus de mon épouse que ce qu'elle trouvera en moi – la perfection. » (p. 117 & 118) À l'occasion d'un séjour à Bath, les tensions accumulées explosent : les innocents trinquent, mais les vilains n'obtiennent que ce qu'ils méritent.

Il y a dans ces textes de jeunesse tout le potentiel des autres oeuvres de l'auteure. Elle y aiguisait déjà son talent pour les portraits courts et incisifs de personnages que l'on adore mépriser. Et elle savait déjà dépeindre la campagne et la société anglaise comme personne. Je pense qu'il n'est pas faux de prétendre que Jane Austen a inventé le concept de drama queen : d'évanouissements en égos démesurés, ses personnages féminins sont des modèles du genre, et c'est tout à fait délicieux !
Commenter  J’apprécie          120
Juvenilia, c'est le nom donné au recueil qui réunit tous les textes de jeunesse de notre chère Jane qui ont pu être retrouvés et réunis, mais aussi un "plan de roman", les critiques sur Mansfield Park et Emma listées par l'auteure ainsi que quelques prières. Je dois dire que la lecture de Jane Austen, passions discrètes, m'a beaucoup aidée à bien appréhender ce livre. J'ai plus facilement compris les petits traits de critique et de satire de Jane, qui aimait rire et faire rire. Ces textes ne sont absolument pas à prendre au sérieux, bien au contraire ! Leur but était de divertir, et certainement, d'entraîner la future auteure, quoiqu'elle n'en ait peut-être pas eu conscience à l'époque. On sait qu'elle lisait ces petits textes et pièces à sa famille et sûrement à son entourage proche en général, et j'imagine bien les rires sans fin qu'elle a pu déclencher ! Je pense par exemple à Henry et Eliza, qui m'a vraiment beaucoup fait rire. L'histoire est complètement absurde, mais d'un comique extraordinaire ! Parfois les personnages sont d'un ridicule à se tordre de rire, absolument délicieux, comme Lady Williams dans Jack et Alice. Beaucoup de textes sont volontairement inachevés par l'auteure. Tous sont dédicacés à des membres de sa famille ou des amis. J'ai vraiment adoré Catherine ou la charmille, et j'aurai beaucoup aimé qu'il fût plus long et développé ! Il m'a tout l'air d'être inachevé, mais il n'y a aucune indication quant à savoir si c'était volontaire ou si l'auteure a simplement arrêté en estimant qu'elle en avait assez écrit. Il méritait bien sûr d'être retravaillé, car il est loin d'être exempt de défaut, mais on sent très fort le potentiel de l'auteure, sa capacité inouïe à nous faire vibrer avec ses histoires. Il préfigure totalement ce que seront ses plus beaux romans. le défaut principal, ce sont les personnages. En dehors de l'héroïne et de ses deux amies que nous n'avons même pas, nous lecteurs, l'honneur de rencontrer, tous les gens rencontrés sont bourrés de défauts, sans aucune qualité pour relever le niveau. je ne saurais dire qui j'ai le plus méprisé : sa vieille tante stupide et vieille fille pleine de préjugés et aveugle aux qualités de sa nièce ou la jeune cousine tellement infatuée qu'on la balancerait bien par la porte du carosse à la première occasion.

J'ai adoré son Histoire d'Angleterre, et mon grand regret a été de ne pas mieux la connaître pour mieux savourer la façon dont Jane la détourne. Quand je pense qu'elle n'avait que 16 ans en la rédigeant ! Qui aujourd'hui à 16 ans connait aussi bien l'histoire de son pays ? Très peude personnes je crois. Heureusement, j'ai pigé quelques trucs toute seule, et grâce aux notes éclairantes en fin de livre j'ai bien réussi à suivre. Très bon boulot à ce niveau-là d'ailleurs. J'ai beaucoup aimé aussi les Opinions sur Mansfield Park et sur Emma. En tant que personne qui aime écrire et essaie de produire des machins d'un minimum de qualité, j'aime beaucoup recevoir des avis constructifs sur mes écrits, et je les consigne tous dans un document à part. Certaines opinions sont complètement loufoques, et vu la façon dont elles ont été retranscrites par Jane Austen, elle savait bien que certaines personnes sont trop stupides pour apprécier à leur juste valeur ses romans ! Mais d'autres témoignent d'un enthousiasme et d'un intérêt qui font vraiment plaisir. Je regrette qu'elle n'ait pas fait la même chose pour les autres romans publiés de son vivant ! Et j'ai souri en voyant que déjà à l'époque, Orgueil et préjugés était le plus fréquemment cité en préféré. J'ai moins apprécié les pièces de théâtre, si courtes étaient-elles, car je suis très exigeante sur ce genre. À part Shakespeare, Molière, Corneille, Racine et Anouilh, je suis rarement fan. Je ne me risque pas à juger des ses poésies, car je n'y connais rien, je n'y comprenais pas grand-chose à l'école et ça n'a pas changé. Il faut aussi penser qu'elles ont été composées pour un évènement particulier dont on ignore comment Jane Austen l'a vécu, et dont on ignore même parfois ce qu'il était exactement. En outre, il est extrêmement difficile de traduire de façon satisfaisante de la poésie dans une autre langue (on sent bien la frustration du traducteur sur ce point d'ailleurs !!). Quant aux quelques prières qui terminent le recueil, j'avoue les avoir lues très rapidement. Je n'ai jamais été véritablement croyante et la seule chose que je peux dire de la religion c'est que je respecte qu'on puisse en avoir une, mais surtout, surtout, ne venez pas m'emm***** avec. Étant passionnée d'Histoire, je comprends son importance dans les siècles passés et ne me rebiffe pas dès qu'un ecclésiastique entre en scène dans un roman ou autre, mais dans le monde d'aujourd'hui, c'est pas ma tasse de thé.
Je finirais en disant que je regrette les nombreuses coquilles présentes dans l'édition qu'on m'a prêtée et que j'ai acheté récemment (Christian Bourgeois éditeur, collection Titres). En tout cas, j'ai vraiment beaucoup apprécié cette découverte et je la conseille aux fans austeniens, mais attention, pas de premier degré !
Lien : http://sans-grand-interet.co..
Commenter  J’apprécie          00
Apres avoir lu le deuxième livre des oeuvres de jeunesse de Jane Austen en avril dernier, je finis les ''Juvenilia'' en lisant le premier et le troisième livre dont j'ai trouvé l'intégrale (donc les trois livres) dans les éditions 10/18. Cela faisait donc bien longtemps que je n'avais pas lu l'une de mes autrices préférées (neuf mois c'est long) et cela pour une raison simple: il ne me reste plus grand chose à lire d'elle, et je n'ai pas hâte d'en finir tant je prends plaisir à me plonger dans sa plume. Bref, il ne s'agit certes pas ici de sa meilleure plume, mais le plaisir est tout de même très présent. Son humour parodique n'a jamais été aussi présent que dans les ''Juvenilia'', c'est même un humour parfois complètement absurde, loufoque, et ça fonctionne avec moi. Il y a de nombreuses histoires dans ces deux livres, il y a donc forcement une inégalité dans la qualité comme dans le volume de chaque histoire d'ailleurs, mais c'est dans l'ensemble à la hauteur de mes attentes. le coté absurde de ses histoires est beaucoup moins présent ou du moins beaucoup plus subtil dans livre III, et l'on peut déjà sentir dans ''Catherine ou la Charmille'' la future autrice de ''Emma'' ou de ''Mansfield Park''. Mais les histoires du livre I, bien qu'enfantines dans son humour et dans son déroulement, m'ont tout de même beaucoup fait rire ou au moins sourire. Un/e admirateur/trice de Jane Austen retrouvera donc forcément à un moment ou un autre des ''Juvenilia'' ce qui lui plait tant dans ses oeuvres majeures. La toute fin de livre III m'a en revanche très peu intéressé, ce sont des poésies et des prières et je suis rapidement passé dessus. Il ne me reste plus que deux de ses oeuvres à lire, ''Lady Susan'' et ''Sandition''. J'ignore encore si je vais me limiter à un par an pour faire durer encore deux ans ou si j'enchainerai avec ''Lady Susan'' en cours d'année.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
A Miss Jane Anna Elisabeth Austen,

Ma chère nièce,

Bien que vous ne soyez pas encore tout à fait sortie de l'enfance, vous grandirez et serez un jour, j'en suis persuadée, capable de lire un manuscrit grâce aux bons soins de vos chers parents. C'est la raison pour laquelle je vous dédie les divers textes que voici, convaincue que si vous lisez sérieusement, vous en tirerez des enseignements importants pour votre conduite dans la vie, et si mon espoir n'est point déçu, je ne regretterai jamais, sachez-le, les nuits et les jours passés à composer à votre intention ces traités de morale. Je suis, ma très chère nièce,
Votre tante très affectionnée, l'auteur.
Commenter  J’apprécie          40
Afin que vous soyez à même de juger de ses mérites et qe sa situation, je vais vous faire de ce Mr. Watts une description parfaitement détaillée : c'est un vieillard ( il a dans les trente-deux ans), très laid, si laid même que je ne puis supporter sa vue. Il est extrêmement désagréable et je le hais plus qu'aucun autre homme en ce monde. Il possède une grosse fortune et il me fera une rente considérable , mais il est en parfaite santé. Si je le repousse, il offrira sa main à Sophie, il me l'a clairement signifié. Je ne pourrais supporter de voir l'une de mes sœurs mariées avant moi! Si j'accepte, je me condamne à un malheur perpétuel, j'en suis sûre, car il est affreusement désagréable, hargneux, terriblement jaloux et si pingre que c'en est invivable. (...) Je crois que je vais accepter.
Commenter  J’apprécie          10
Monsieur, comment pouvez-vous souhaiter me voir épouser votre fille ? Laissez-moi esquisser, brièvement vos portraits, à vous et à votre fille. Dans l'ensemble, Monsieur, je vous tiens, pour un brave homme...un vieux chien d'ivrogne, certes, mais cela n'a aucune importance à mes yeux. Votre fille n'est ni suffisamment belle, ni suffisamment aimable, ni suffisamment spirituelle, ni suffisamment riche pour moi, Monsieur, Je n'attends de ma femme rien de plus que ce qu'elle trouvera en moi : la perfection.
Commenter  J’apprécie          20
Quand on est malheureux, rien n'est plus doux au coeur que d'entendre parler d'une détresse égale à la sienne. (Recueil de Lettres)
Commenter  J’apprécie          20
« C’est un homme d’un âge avancé, environ trente-deux ans, et très laid, tant et si bien que je ne peux souffrir de poser mon regard sur lui. Il est extrêmement désagréable et je le déteste plus que quiconque. Sa fortune est immense et j’hériterais ainsi d’une rente considérable ; mais il faut savoir qu’il est en excellente santé. » (p. 65 & 66)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jane Austen (169) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jane Austen
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • Ce que je sais de toi de Eric Chacour aux éditions Philippe Rey https://www.lagriffenoire.com/ce-que-je-sais-de-toi.html • La promesse de l'aube de Romain Gary, Hervé Pierre aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-promesse-de-l-aube-premiere-partie.html • le jongleur de Agata Tuszynska aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/le-jongleur.html • a fille d'elle-même (Romans contemporains) de Gabrielle Boulianne-Tremblay aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/la-fille-d-elle-meme.html • Les muses orphelines de Michel Marc Bouchard et Noëlle Renaude aux éditions Théatrales 9782842602161 • Oum Kalsoum - L'Arme secrète de Nasser de Martine Lagardette et Farid Boudjellal aux éditions Oxymore https://www.lagriffenoire.com/oum-kalsoum-l-arme-secrete-de-nasser.html • le pied de Fumiko - La complainte de la sirène de Junichirô Tanizaki , Jean-Jacques Tschudin aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/le-pied-de-fumiko-la-complainte-de-la-sirene.html • Amour et amitié de Jane Austen et Pierre Goubert aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/amour-et-amitie-1.html • L'homme qui vivait sous terre de Richard Wright et Claude-Edmonde Magny aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/l-homme-qui-vivait-sous-terre.html • Maximes et autres textes de Oscar Wilde et Dominique Jean aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/maximes-et-autres-textes.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #editionsphilipperey #editionsfolio #editionsstock #editionsjclattes #editionstheatrales #editionsoxymore
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (259) Voir plus



Quiz Voir plus

Mr Darcy fan club quiz

Elizabeth Bennet est immédiatement conquise par le charme et l'intelligence de Mr Darcy.

Vrai
Faux

10 questions
2405 lecteurs ont répondu
Thème : Orgueil et préjugés de Jane AustenCréer un quiz sur ce livre

{* *}