AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Louis_LUCAS


Louis_LUCAS
  30 avril 2017
"Le diable par la queue" est une véritable leçon pour ceux qui rêvent de vivre un jour de leur plume ! A travers son expérience personnelle, Paul Auster témoigne de la vie de l'écrivain dont il s'emploie à montrer les coulisses de le création littéraire.

Loin des prix littéraires, des échanges avec la presse, du soutien des lecteurs, l'écrivain américain nous raconte le doute, le travail incessant, la souffrance de l'accouchement, les remises en question qu'entraînent les refus, les doutes qui surgissent lorsqu'un projet tombe à l'eau.

Ecrivain, c'est une vocation, un choix de vie, celui de consacrer une partie importante de la sienne à coucher sur papier les fluctuations ingérables d'un esprit créatif, parfois inspiré, parfois asséché, tour à tour lucide, opportuniste ou exagérément exalté.

Avant d'atteindre le Saint-Graal, la reconnaissance publique et/ou critique, la route est plus ou moins longue, semée d'embûches, de faux espoirs, de grandes victoires et de défaites dont il faut tirer les enseignements. L'écriture nourrit rarement et plutôt tardivement son homme et nombreux auteurs ont dû multiplier les emplois alimentaires pour maintenir intact la flamme de leur passion.

"Le diable par la queue" s'intéresse à cette période de la vie de Paul Auster, celle qui précède la parution de son roman policier "Fausse balle", écrit sous le pseudonyme de Paul Benjamin.

Autobiographique mais jamais autocentrée, le livre propose une succession d'anecdotes romancée, chronologique mise en valeur par un style sobre qui rend la lecture particulièrement agréable, un plaisir renforcé par l'approche factuel de ces instants de vie dont certains seront largement développés et de façon plus introspective quelques années plus tard dans "Excursions dans la zone intérieure".

A aucun moment, Paul Auster n'entre dans l'intimité de son couple ni ne dévoile ses secrets, ses méthodes d'écriture, il nous parle seulement avec justesse des expériences professionnelles qui ont jalonné son parcours avant qu'il n'embrasse exclusivement une carrière littéraire. En découle une ribambelle de souvenirs et d'anecdotes qui démontre, si besoin était, ses talents de conteur.

De chaque étape de cette "avant-vie", Paul Auster semble avoir tiré des enseignements et ne jamais rien regretter. Ne dit-on pas que toute expérience est bonne à prendre et que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ? C'est en tout cas, les enseignements que l'on devine en filigrane, tout au moins ceux que l'auteur semble vouloir faire passer et, force est de constater, que cela fonctionne.

Il faut ajouter à ces deux maximes/proverbes que le hasard des rencontres fait parfois bien les choses et qu'il faut savoir saisir les opportunités, ne pas hésiter à remettre en cause les fondements de son "oeuvre" et surtout ne pas avoir peur d'abandonner un projet qui bat de l'aile même s'il est aussi saugrenu que de créer un jeu de cartes sur le baseball.

Malgré sa brièveté, "Le diable par la queue" est empli d'enseignements pour les écrivains en devenir et d'anecdotes - une rencontre furtive avec John Lennon, l'écrivain Harold L. Humes qu'il héberge un temps chez lui pour ne citer qu'elles - qui raviront les fans de l'auteur en quête d'éléments biographiques. Le livre est suivi de "Pourquoi écrire ?" qui réunit quelques souvenirs en une petite vingtaine de pages, de courtes nouvelles en quelque sorte dont la dernière surtout sort du lot.
Commenter  J’apprécie          140



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (13)voir plus