AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Le Boeuf (Traducteur)
ISBN : 2253140759
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1997)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 910 notes)
Résumé :
"Tu ne vaux pas mieux qu'un animal. Si tu restes où tu es, tu seras mort avant la fin de l'hiver. Si tu viens avec moi, je t'apprendrai à voler." Ainsi le vieux Yehudi s'adresse-t-il à Walt, neuf ans, un gamin misérable des rues de Saint Louis. Il tiendra sa promesse. à l'issue d'un apprentissage impitoyablement cruel, Walt deviendra un phénomène célèbre dans toute l'Amérique.
Et c'est elle - cette Amérique violente et misérable, sauvage et naïve des années v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  12 novembre 2017
J'avais entendu parler de la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, mais pas de Mr Vertigo. Merci à Val, du blog La Jument verte, pour ce cadeau. Cela m'aura permis de découvrir cet écrivain et ce fut plutôt une bonne surprise.
Je dois avouer qu'au départ, j'étais un peu sceptique concernant l'histoire : apprendre à un gamin à voler… soit on est dans le fantastique pur et dur, soit on se moque de lui… Pourtant, Maître Yehudi, qui va recueillir le jeune garçon, ne semble pas être sous l'emprise d'une quelconque drogue. Il a senti un don chez cet enfant désoeuvré et va l'aider à le développer. Un maître à penser qui recueille un enfant pauvre subissant des choses qui vont l'endurcir, on connaît déjà avec Hector Malot. Mais j'ai presque envie de dire que cet épisode n'est qu'un prétexte pour l'auteur afin de déployer quelque chose de beaucoup plus intéressant, – enfin, à mes yeux – , l'Histoire (avec un grand H) de l'Amérique.
J'ai aimé l'écriture de Paul Auster et je renouvellerai l'expérience, c'est certain.
Bon, alors, où ai-je bien pu mettre sa trilogie, hein ?
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          694
Crossroads
  03 mai 2012
Alors Mc Cartney , Cézanne, Les , Ricard , Isson...j'en connaissais pourtant des Paul mais d'Auster , point ! de plus , allez savoir pourquoi , j'avais toujours imaginé Auster en femme - Auster , Austen erreur bien compréhensible , vous en conviendrez...ou pas – mais allez pas lui dire hein , pour peu qu'il approche un bon double metre et soit adepte du free fight ! C'est pas que j'ai peur , c'est juste que j'ai la peau qui marque...Quoi qu'il en soit , une tres belle découverte en appelant d'autres dans un proche avenir...parce que dans un proche passé , ça parait fortement compromis...
Walt , jeune orphelin de neuf ans livré à lui-meme et certainement voué à un avenir plus que miteux , fait alors la rencontre de sa vie en la personne de Maitre Yehudi . Ce dernier , semblant déceler un potentiel hors norme chez ce mome sale et puant , lui promit qu'à force de travail et d'abnégation , il saurait voler ! Alors effectivement , des voleurs , on en connait tous : Riri la main froide , Jojo la Mitraille , Bébert le faussaire , Dédé le boucher de Belleville...j'en passe et des plus tarte mais là , vous faites fausse route m'sieurs dames ! Il va voler , voleter , voltiger l'gamin , tel le phénix des hotes de ces bois , assurant ainsi la fortune de ces deux touchants inséparables acolytes !
Franchement , tout comme ce jeune héros à la gouaille toute gavrochienne , j'ai trouvé que le récit peinait à décoller . Je me suis meme demandé – et connaissant ma quasi inexistante propension à l'interrogation , c'est jamais bon signe – si tout le bouquin n'allait pas etre qu'un laborieux apprentissage immanquablement couronné de succès . Et là , à ma grande honte , j'ai frissonné : brrrrrr ( note perso : retravailler le frisson ) . Gravissime erreur du triste lecteur impatient et fou-fou que j'étais ! Clément Marot déclama un jour au sortir de son PMU dominical : tout vient à point...et la caravane passe ! Comme il avait raison le bougre ! Si le récit patina à l'allumage , ce fut pour mieux me happer , me subjuguer et me transporter vers un plaisir de lecture stratosphérique !
Récit initiatique s'il en est . Magnifique conte parabolique sur la vie , ses choix , ses conséquences , ses désillusions , la faculté à se reconstruire apres avoir connu une gloire sans égale assortie d'une descente aux enfers toute aussi fracassante ...Tout y est , tout se tient avec brio ! Une pseudo biographie attachante prenant ses racines fin 1920 et s'étalant sur près de 60 ans . Etonnant ce postulat de départ voulant qu'un etre , à force de détermination et de ténacité , puisse maitriser l'art de s'élever dans les airs et pourtant j'ai adhéré totalement ! L'écriture est directe et puissante , mixant avec bonheur une foultitude de sentiments . Un récit parsemé habilement d'une kyrielle de faits historiques furtifs pour asseoir un peu plus une histoire deja captivante ! du Ku Klux Klan à la prohibition en passant par la crise , la guerre et le jeu , l'on jubile en découvrant Walt le prodige dans un périple parsemé d'embuches que l'on sent , cependant , déboucher sur une gloire sans égale , aussi éphémère que fondatrice ! Un récit magistral sur l'amitié , l'amour , la mort , la vie ! le ton alterne avantageusement sérieux et humour ! Les personnages suscitent une adhésion immédiate ! Walt le frondeur impétueux , Yehudi la droiture sereine , Slim – dit bas de plafond - en Oncle beaucoup plus intéréssé par l'argent que par les liens du sang , Mrs Witherspoon en modele drolatique de femme libérée , autant de personnages divers et complémentaires apportant leur écot nourricier à un récit de haute volée !
A découvrir sans plus attendre , vous ne le regretterez pas ! Foie... de veau !
Mr Vertigo , vers l'infiniiii et au-delààààà !
4.5 / 5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          524
latina
  03 juillet 2018
Je fais souvent ce rêve étrange et merveilleux que je vole...Je flotte, portée par les courants d'air, au-dessus des champs, je monte jusqu'aux nuages, je parle aux oiseaux...
Eh bien, l'histoire de Paul Auster, ou plutôt de son héros, un jeune garçon orphelin quasi enlevé par un mystérieux Mr Yehudi pour devenir quelqu'un hors du commun, reflète exactement mon rêve.
En effet, après une période d'initiation très cruelle mentalement et physiquement dans la campagne reculée du Midwest en compagnie de Maman Sue, une vieille Indienne, et d'Esope, un jeune noir tout cabossé mais très intelligent, Walt se lance ou plutôt s'élance vers les hautes sphères de la célébrité. de champ de foire en music-hall, il parcourt les USA en compagnie de son mentor pour montrer au monde qu'il peut voler. Nous sommes à la fin des années 20 et Charles Lindbergh vient de prouver la toute-puissance de l'homme et de la machine en reliant New York à Paris en solitaire. le nom de son avion, « Spirit of Saint Louis », rappelle furieusement à Walt sa ville de naissance, signe qu'il est fait pour voler comme Lindbergh mais sans aide technique d'aucune sorte.
Mais la vie est ainsi faite, elle est constituée de hauts et de bas et quand l'adversité survient, on retombe durement sur le sol. D'aventure en aventure, nous suivons Walt jusqu'à sa vieillesse, dans une narration pleine de verve d'une vie hors du commun à de nombreuses reprises, mais tellement humaine quand même.
J'ai donc suivi avec intérêt cette histoire d'engagement et de passion puis de volonté de s'en sortir, depuis ces années abondamment décrites précédant la 2e guerre mondiale jusqu'au détour des années 90. La fidélité au maitre, la persévérance, la célébrité, l'amour et la maladie sont des thèmes récurrents et bien exposés dans un langage fleuri et plein d'à-propos - Paul Auster reste Paul Auster ! – mais à vrai dire, l'histoire en elle-même ne m'a pas plus emportée que ça.
Curieux, allez-vous rétorquer, si vous vous référez à mon introduction. Mais l'effet Auster n'a pas pris totalement cette fois-ci, j'ai ressenti une certaine distanciation vis-à-vis des personnages.
N'empêche, je vais m'efforcer d'imiter Walt. Essayez aussi, peut-être y arriverez-vous !
« Il faut apprendre à ne plus être soi-même. Il faut se laisser évaporer. Laisser ses muscles devenir inertes, respirer jusqu'à ce qu'on sente son âme s'écouler hors de soi, et puis fermer les yeux. le vide à l'intérieur du corps devient plus léger que l'air alentour. Petit à petit, on finit par peser moins que rien. On ferme les yeux ; on écarte les bras ; on se laisse évaporer. Et alors, petit à petit, on s'élève.
Comme ça. »
.
.
.
Alors, ça a été ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          547
medsine
  18 mai 2012
Mr Vertigo est un roman surprenant à tous égards. Même si je suis loin d'être un spécialiste de Paul Auster, je crois qu'il s'agit d'un livre vraiment à part dans sa bibliographie et l'intrigue ne cesse de rebondir de surprise en surprise.
Le livre utilise le mode narratif de l'autobiographie. Walt est un enfant des bas-fonds, une sorte de David Copperfield, perdu dans le fin fond de trou-du-cul-land, aux prises d'un oncle violent. Il croise la route de « Maître » Yehudi, qui l'embarque avec lui en lui promettant de changer sa vie misérable pour devenir Walt le prodige. L'étranger fascine l'enfant, qui pourtant n'est pas né de la dernière pluie, et promet de lui apprendre à voler ! Comme il n'a rien à perdre et qu'il meurt de faim, Walt suit le Maître et rencontre ses proches, personnages aussi fascinants que ce dernier : Maman Sioux, Esope, Mrs Witherspoon.
L'apprentissage occupe la plus grande part du récit. Il est long, terrible, douloureux. On pense à l'enseignement tyrannique réservé aux enfants « prodiges ». le parallèle avec la vie du violoniste « prodige » Yehudi Menuhin vient à l'esprit – clin d'oeil de Paul Auster. L'enfant a le don en lui et brule de savoir quand il sera prêt. Encore un parallèle avec Yehudi Menuhin quand ce dernier dira à propos de son entrainement : « il faut le faire tous les jours, il faut que ce soit aussi facile et naturel pour l'artiste que de voler pour un oiseau, et on n'imagine pas un oiseau dire : eh bien, je suis fatigué aujourd'hui, je ne vais pas voler » …
Puis dans l'Amérique du Ku Kux Klan, de Lindbergh et de la grande dépression, le Maître et son élève vont traverser le pays à la recherche de la gloire.
Mr Vertigo est un roman surprenant. Drôle et émouvant. Historique et Surréaliste. Un roman d'apprentissage et d'amitié.
15 mai 2012
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Allantvers
  29 mars 2019
Quelle vie que celle de Walt, tiré tout gamin du ruisseau de Saint Louis par Maître Yehudi, élevé par lui, dans tous les sens du terme, jusqu'à son firmament, violemment retombé au sol, repartant de zéro, côtoyant la fange et tutoyant les anges, tout cela en traversant dans l'espace et dans le temps tous les mythes américains du 20ème siècle!
Cet Auster-là a été un petit bonheur à lire, et ce sur les multiples plans qu'il superpose : Qu'on l'aborde sous l'angle du roman d'aventures, du roman initiatique, sous l'angle historique, sous celui de la fantaisie pure ou encore sous celui de l'amour filial, que de rebondissements, de clés à découvrir et de saveurs dans ce récit!
Paul Auster s'est lâché sur ce coup-là, pour le plus grand bien du lecteur qui lâche prise avec lui et se laisse emporter par toutes les passions qui fourmillent dans ce livre : de la tendresse pour la relation maître à élève entre Walt le prodige et son parangon de bienveillance et de sagesse de maître à la violence des retournements de situations, de l'éclat de rire devant les facéties de ce titi gouailleur et bouillonnant d'énergie vitale à la tristesse face aux coups du sort qui s'abattent sur lui, jusqu'à l'extase absolue à contempler Walt prendre son envol.
La scène descriptive du spectacle dans lequel Walt s'élève de marches en cordes invisibles pour voler au-dessus des spectateurs du théâtre est et restera pour longtemps celle que je me rejouerai chaque soir, comme un enfant, pour m'assurer la plus belle des nuits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   10 octobre 2015
Du moment que je ne m'attardais pas sur les jours anciens, j'arrivais à m'abuser, à croire que j'avais un avenir. Regarder en arrière était trop douloureux, je gardais donc les yeux fixés devant moi, et chaque fois que j'avançais d'un pas je m'éloignais un peu plus de celui que j'avais été auprès de maître Yehudi. Le meilleur de moi gisait sous terre avec lui dans le désert californien.
Je l'y avais enterré avec son Spinoza, son album de coupures de presse sur Walt le Prodige et le pendentif contenant ma phalange, et même si j'y revenais chaque nuit en rêve, y penser en plein jour me rendait fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VALENTYNEVALENTYNE   30 novembre 2017
Je venais d’accomplir un double saut périlleux au bord de l’étang et j’attendais les commentaires du maître, mais au lieu de parler normalement, d’une voix calme, il me saisit le bras en un geste soudain de panique.

– Écoute, me dit-il. Et puis le répéta : écoute ça. Ils arrivent. Les salauds, ils arrivent. Je tendis l’oreille et, en effet, le bruit devenait plus fort. Quelques secondes passèrent, et je compris alors que c’étaient des chevaux, un fracas de sabots chargeant au galop dans notre direction.

– Ne bouge pas, fit le maître. Reste où tu es et ne bouge pas un muscle avant que je ne revienne.

Et puis, sans un mot explication, il partit en courant vers la maison, fonçant à travers champs comme un sprinter. Ignorant son ordre, je me lançai derrière lui à toute la vitesse de mes jambes. La maison se trouvait au moins à quatre cents yards mais avant d’en avoir parcouru cent nous apercevions déjà les flammes, une éruption de lueurs rouge et jaune dansant sur le ciel noir. Nous entendîmes des cris, des youyous guerriers, une rafale de coups de feu, et puis nous entendîmes sans doute possible des hurlements humains. Le maître courait toujours, augmentant régulièrement la distance entre nous, mais lorsqu’il arriva au bosquet de chênes qui se dressait derrière la grange, il s’arrêta. Je parvins à mon tour à la lisière des arbres, bien décidé à continuer jusqu’à la maison, mais le maître m’aperçut du coin de l’œil et me plaqua au sol avant que je fasse un pas de plus.

– C’est trop tard, me dit-il. Si on y va maintenant, on se fera tuer, c’est tout. Ils sont douze et nous sommes deux, et ils ont des carabines et des revolvers. Prie Dieu qu’ils ne trouvent pas, Walt. Nous ne pouvons rien pour les autres.

Et nous restâmes là, impuissants, derrière les arbres, à regarder le Ku Klux Klan dans ses œuvres. Une douzaine d’hommes sur une douzaine de chevaux caracolaient dans la cour, une meute d’assassins glapissants avec des draps blancs sur la tête, et nous étions incapables de nous opposer à eux.

Ils traînèrent Esope et maman Sioux hors de la maison embrasée, leur mirent des cordes autour du cou et les pendirent à l’orme au bord du chemin, chacun à une branche différente. Esope hurla, maman Sioux ne dit rien, et en quelques secondes ils étaient morts tous les deux. Mes deux meilleurs amis avaient été assassinés sous mes yeux et je n’avais rien pu faire que regarder en luttant contre mes larmes, avec la main de maître Yehudi cramponnée sur ma bouche. La tuerie terminée, l’un des hommes ficha dans le sol une croix de bois, l’inonda d’essence et y mit le feu. La croix brûla comme brûlait la maison, les hommes poussèrent encore quelques cris de guerre en tirant en l’air des charges de chevrotine, puis tous remontèrent sur leurs chevaux et repartirent en direction de Cibola. La maison était incandescente, une boule de feu, une fournaise de poutres rugissantes, et lorsque le dernier des hommes disparut, le toit avait déjà cédé et s’écroulait sur le sol dans une pluie d’étincelles et de météores. J’avais l’impression d’avoir vu le soleil exploser. J’avais l’impression d’avoir été le témoin de la fin du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laulauttelaulautte   19 novembre 2014
Un vieil adage affirme qu’on n’apprécie pas ce qu’on a tant qu’on ne l’a pas perdu. Si Juste que soit cette sagesse, je ne peux pas dire qu’elle s’applique à moi. J’ai toujours su ce que j’avais perdu […]. Pendant cinq semaines et demie, j’ai pleuré la perte de tout ce qui m’était bon et précieux, et je peux témoigner maintenant devant le monde entier qu’il n’existe rien de comparable à la douceur de retrouver ce dont on a été dépouillé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
miladomilado   14 mai 2012
On ne fait plus d'hommes comme maître Yehudi, et on ne fait plus non plus de gamins comme moi : stupides, susceptibles, cabochards. Nous vivions autrefois dans un monde différent, et ce que le maître et moi avons fait ensemble ne serait plus possible de nos jours. Les gens ne le toléreraient pas. Ils appelleraient les flics, ils écriraient à leur député, ils consulteraient leur médecin de famille. Nous ne sommes plus aussi coriaces que nous l'étions, et peut-être le monde est-il devenu plus habitable, je ne sais pas. Mais je sais qu'on n'a rien pour rien, et que plus ce qu'on désire est grand, plus il faut payer pour l'avoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alberthenrialberthenri   12 août 2015
C'est comme ça, quand on est dans le besoin. Tant qu'une chose manque, on ne cesse de la désirer. Si je pouvais seulement avoir cette chose là, se dit on, tous mes problèmes seraient résolus. Mais lorsqu'on l'obtient, lorsque l'objet de nos désirs nous est mis entre les mains, il commence à perdre son charme. D'autres besoins se manifestent, d'autres désirs se font sentir, et on s'aperçoit peu à peu qu'on est revenu au point de départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Paul Auster (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
Coffret Noël littérature étrangère https://www.lagriffenoire.com/100784--coffret-litterature-poche.html - Les inséparables de J. Cohen éd. Mercure de France - Miss Jane de Brad Watson éd. Grasset - Les fureurs invisibles du c?ur de J. Boyne éd JC Lattès - L'Arabe du futur - volume 4 (4) de R. Sattouf éd Allary https://www.lagriffenoire.com/125718-achat-bd-l-arabe-du-futur---volume-4.html - Indélébiles de Luz éd. Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/131207-achat-bd-indelebiles.html - Je vais m'y mettre de F. Oiseau éd Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html - Je suis Jeanne Hébuterne de O. Elkaim éd. Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html - Mille jours à Venise Mille jours à Venise de M. de Blasi éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/123385-poche-mille-jours-a-venise.html - Les Cygnes de la Cinquième Avenue de M. Benjamin éd. Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Hollywood Boulevard de M. Benjamin éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Valentine ou la belle saison de A-L. Bondoux éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html - le roi chocolat de T. Montoriol éd. Gaïa https://www.lagriffenoire.com/121462-divers-litterature-le-roi-chocolat.html - Habemus piratam de P. Raufast éd. Alma https://www.lagriffenoire.com/127247-divers-litterature-habemus-piratam.html - Vidocq, du bagne à la préfecture de B. Roy-Henry éd. Archipel https://www.lagriffenoire.com/133369-encyclopedie-vidocq--du-bagne-a-la-prefecture.html - Alain Decaux raconte l'histoire de France de A. Decaux éd. Perrin https://www.lagriffenoire.com/134981-article_recherche-alain-decaux-raconte-l-histoire-de-france.html - L'Affaire Rose Keller de L. Miserole éd. French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html - Ça raconte Sarah de P. Delabroy-Allard éd. de Minuit https://www.lagriffenoire.com/123573-divers-litterature-ca-raconte-sarah.html - 4 3 2 1 de P. Auster éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/102638-divers-litterature-4-3-2-1.html - J'ai couru vers le Nil de A. El Aswany éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html - L'immeuble Yacoubian de A. El Aswany éd. Babel https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html - Femme à la mobylette de J-L. Seigle éd. J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette.html - Chien-Loup de S. Joncour éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121299-divers-litterature-litterature-francaise---chien-loup.html - Tu t'appelais Maria Schneider de V. Schneider éd. Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html - Un fils obéissant de L. Seksik éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html - La Croisière Charnwood de R. Goddard éd. Sonatine https://www.lagriffenoire.com/131891-nouveautes-polar-la-croisiere-charnwood.html - Tout cela je te le donnerai de D. Redondo éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109560&id_rubrique=338 - Concours pour le Paradis de C. Renucci éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html - La vérité sort de la bouche du cheval de M. Alaoui éd. Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html - le douzième chapitre de J. Loubry éd. Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/124878-nouveautes-polar-le-douzieme-chapitre.html - Les fantômes du vieux pays de N. Hill éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-essai-les-fantomes-du-vieux-pays.html - Présumée disparue de S. Steiner éd. Les Ar
+ Lire la suite
autres livres classés : volerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
231 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre
.. ..