AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070408477
Éditeur : Gallimard (01/03/2001)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 49 notes)
Résumé :
« À quoi bon ma vie immobile dans ce trou noir, je me dis, quand partout alentour s'agitent des ingénieurs en aéronautique, parcourent en tous sens la planète Messieurs les Administrateurs des Îles Éparses et que des experts assermentés près les tribunaux expertisent tandis qu'ailleurs attaquent formidablement des banques des bandits prodigieux ? Vrai, comment ne pas se demander ce que l'on est venu faire là au milieu et d'où nous vient cette audace de respirer le m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  29 octobre 2016
Un auteur que je découvrais. Ces récits m'ont paru tellement insipides et inintéressants que j'ai abandonné ma lecture à la page 45, pas même la moitié du livre! Poursuivre cette lecture plus avant aurait été pour moi une perte de temps. Je n'ai éprouvé aucune émotion, aucun plaisir, pas même de la curiosité ni de l'étonnement. Je n'ai rien appris... donc le plus sage a été de refermer définitivement le livre. Presque sans culpabilité d'ailleurs, car si je n'aime pas abandonner une lecture, je me suis raisonnée mettant en avant le cas de force majeure!
Commenter  J’apprécie          210
nadejda
  16 février 2011
J'aime bien Pierre Autin-Grenier et ses petits volumes de textes courts, mine de rien très travaillés. Ils abordent la gravité de la vie quotidienne en la traitant par l'absurde, sont d'un humour décapant et d'une mélancolie désabusée.
Commenter  J’apprécie          210
Herve-Lionel
  14 juin 2014

N°208
Juillet 1999

TOUTE UNE VIE BIEN RATEE - Pierre AUTIN-GRENIER -Editions GALLIMARD.

Le titre avait tout pour m'attirer et me plaire. Cela correspondait tellement à l'idée que j'ai de ma propre vie! J'ai donc lu ces nouvelles ou plutôt ces « récits » puisque c'est comme cela que le livre les présente. Je le dis tout simplement, je n'ai pas aimé! Cela vient sans doute de moi, de ma façon de voir les choses de la littérature. Je me suis dit que Pierre Autin-Grenier avait eu bien de la chance de publier chez Gallimard et que c'est sûrement moi qui ne suis plus en phase avec mon temps! Je ne dois pas être capable de reconnaître de la bonne littérature et sûrement encore moins d'apprécier le talent de l'auteur. Ma faculté de rêver à propos d'un texte doit bien être émoussée au point que ce livre publié dans une maison d'édition qui est pour le moins une référence ne m'a provoqué aucune émotion. Je l'ai lu presque par devoir parce que j'en avais entendu parler à la radio et qu'on en disait du bien! Je me disais que tout cela devait être une référence et qu'il convenait de ne pas passer à côté d'un chef-d'oeuvre. Il n'empêche, j'ai été déçu par le style, par le ton des récits, par l'histoire qu'ils racontaient et à laquelle je n'ai guère accroché.
N'allez surtout pas croire que je tiens la prose d'Autin-Grenier pour rien. Cela je ne me le permettrais pas et je sais d'expérience que lorsqu'on noircit une page blanche c'est avant tout parce qu'on a quelque chose à dire et même si dans la littérature comme dans tous les autres arts il y a place pour la fumisterie, je me garderai bien d'employer ce terme pour cet ouvrage.
C'est que je lui reconnais quand même de l'humour qui, dit-on est la politesse du désespoir. C'est vrai que la vie n'est pas forcément belle, qu'elle ne ressemble sûrement pas à ce qu'on voudrait qu'elle soit même si on tente de l'enjoliver avec ce qui en fait, dit-on les plaisirs. On m'objectera sans doute que, lecteur inattentif, je n'ai rien saisi de sa philosophie de l'existence et qu'il vaut mieux rire de tout cela qu'en pleurer et que, somme toute nous ne sommes sur terre que de passage et, au regard de l'éternité, pour bien peu de temps. Il vaut donc mieux prendre les choses comme elles viennent et ne pas chercher partout ce qui ne s'y trouve pas simplement parce qu'on est insatisfait.
Certes, mais quand même, j'attendais autre chose.
Mais pourquoi estime-t-il que sa vie est bien ratée. Parce qu'à la mi-temps de son existence (dit-il!), à l'heure des bilans(on peut toujours le dire de chaque période) il constate qu'il a mené une existence oisive d'écrivain(de poète même), tout juste capable de regarder passer le temps en s'accommodant de l'odeur moite des estaminets et du goût du blanc sec. Peut-être? Pourquoi pas? mais la vie est ainsi faite que ce n'est pas en s'affairant maladivement chaque jour au risque de friser la crise cardiaque, qu'on peut légitimement penser qu'on la remplit bien, qu'on la réussit comme on dit maintenant. Tout cela est affaire d'appréciation personnelle. C'est bien cela, réussir!
Nous n'avons qu'une vie, nous ne sommes que de passage mais il faut impérativement brûler quelques cierges sur l'autel de la réussite, même si l'on doit sacrifier ceux qui sont sur notre route, et cela pour avoir beaucoup d'argent, de notoriété, jouir de la considération générale... Vieux débat, vaste programme!
Pierre Autin-Grenier nous raconte ici ce qu'il en pense, l'air de rien. Bref, sur le fond je serais assez d'accord avec lui mais la forme me paraît à moi plus contestable car j'aime bien en littérature ce qui est bien dit.
©Hervé GAUTIER
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GuyMontag
  14 octobre 2016
Je n'aime pas dire du mal d'un livre, mais là... que faire d'autre ? Il ne s'agit que de mon avis, mais je trouve ce livre inutile. L'écriture est impeccable, mais où est le supplément d'âme ? J'ai lu une succession de scènes sans aucun intérêt, sans aucun rapport entre elles. C'est ça le "truc" pour nous faire appréhender le ratage de la vie du narrateur ? Pour moi, "Une vie bien ratée" est avant tout un livre bien raté, je suis désolé de l'écrire, mais ne perdez pas votre temps à lire ce petit ouvrage, c'est du temps de lecture en moins pour d'autres ouvrages qui eux en valent la peine. Pour moi, il n'y a rien dans ces pages totalement insipides. Je n'aime pas avoir la dent dure, j'ai lu beaucoup de livres, énormément, mais là...
Il est tout de même possible que j'aie raté quelque chose, après tout je ne suis qu'un pauvre humain faillible...
Commenter  J’apprécie          44
edwige31
  21 août 2014
Petites nouvelles acides sur la vie quotidienne sous formes de brèves de comptoirs : un bon franchouillard parle de la nostalgie, de nos craintes, de notre ennui ou bien même du service militaire avec un humour décapant et pince sans rire. J'ai souvent souri sur les jeux de mots qui ont une ceratine similitudes avec les sketchs de Raymond Devos : jouer avec virtuosité avec la langue française, ce n'est pas donné à tout le monde.
Un bon moment.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
MClo85MClo85   19 décembre 2011
Les anges son souvent assez indulgents
Hier j'ai failli craquer. J'avais mal et il pleuvait. J'étais comme un escargot livide peinant sur son vélo dans la grimpée du Ventoux. J'avais beau penser à une assiette de tripes avec, autour, des petites patates toutes simples mouchetées de persil, rien n'y faisait. Ainsi l'existence, la plupart du temps, c'est un chapelet de balivernes aux doigts des innocents. Mais pendant la nuit j'ai entendu une petite voix qui me suppliait d'aller jusqu'au bout. Oui. Alors, au matin, j'ai appuyé très fort sur les pédales et la vie, clac ! d'un coup s'est remise sur le grand braquet. C'était miracle et s'était tant mieux!
C'est un ange, que je ne connais pas vraiment, mais qui vient comme ça, quand s'est trop escarpé (ou que je réclame pour mon âme sensible une crème adoucissante qui calme les démangeaisons), pousser la bicyclette par la selle et alors, malgré les pluies froides d'automne, le vent qui s'obstine, les douleurs et les blessures, machinalement ça avance à nouveau, à cinq à l'heure, pas plus, vers cet horizon indécis, là-bas derrière les rideaux de verdure où tout s'évanouit et tout recommence aussi ; enfin c'est ce que l'on dit. Je n'y suis jamais allé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nadejdanadejda   16 février 2011
Avec toutes les allumettes que j'ai grattées pour embraser des bouts de mégots ou inaugurer une cigarette fraîche roulée, je crois que des bergers cévenols ou bien de jeunes vachers lozériens un peu habiles de leur dix doigts pourraient sans peine, l'hiver à la veillée, confectionner des centaines de tour Eiffel modèles réduits qui feraient ensuite la fortune des magasins de curiosités de Saint Flour. Je crois même, s'ils voulaient bien unir leurs efforts, qu'ils pourraient réaliser une maquette grandeur nature de la tour Eiffel et l'installer alors à la Bourboule où des curistes bronchitiques et déplumés en auraient aussitôt le souffle coupé pour de vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AgatheDAgatheD   26 décembre 2016
Réflexions, maximes, sentences et aphorismes c'est par kyrielles que je les aligne; d'une page l'autre j'en fais d'étourdissants chapelets de saucisses fumées. Rien ne m'échappe en somme, mais de toutes ces notes je ne fais rien non plus. Elles restent figées dans mon carnet comme des litrons renversés sur un hérisson à bouteilles. Inutiles.
Commenter  J’apprécie          130
nadejdanadejda   16 février 2011
Vraiment, le petit poète blanc aurait préféré être un grand nègre et cabrioler aux trois quarts nu de traboules en savanes dans l'intimité des zébus et la frayeur des éléphants, plutôt que d'être né de cet Occident moqueur et roturier qui compte et recompte ses privilèges dans l'arrière-salle d'une boutique depuis longtemps naufragée. Alors parfois, je lui dis comme ça : "Est-ce que tu aurais épousé un nègre ?... ---Oui, elle répond sans hésiter, si c'était toi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
araucariaaraucaria   29 octobre 2016
Je passe mon temps à prendre des notes sur le petit carnet quadrillé gainé de cuir noir qui partout m'accompagne. Ca commence à faire une paye que je trimballe ce carnet avec moi, je ne saurais même plus compter les années; peut-être ne vaudrait-il mieux pas d'ailleurs. Toute la sainte journée je note des trucs bizarres là-dessus ou alors des pensées qui viennent zigzaguer à travers ma cervelle cabossée et que, dans l'instant, je trouve prodigieuses. Si je croise dans la rue un éléphant triste, je le note, si j'aperçois un touriste japonais trafiquant dans une pharmacie de Knokhe-le- Zoute, je le note aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Pierre Autin-Grenier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Autin-Grenier
Interview à l'Escale du Livre 2010 de Bordeaux de l'auteur Pierre AUTIN-GRENIER pour son livre "C'est tous les jours comme ça", en librairie à partir du 16 avril 2010 (Editions Finitude)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15250 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre