AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246720911
279 pages
Grasset (03/06/2009)
3.79/5   119 notes
Résumé :

En 1969, Peter March, bon marin, père de famille, amateur de défis, se lance dans l'aventure : participer à la première course en solitaire, autour du monde et sans escale. Pas seulement pour y inscrire le nom de Sailahead, le trimaran révolutionnaire que cet électronicien fantasque a construit de ses mains. Mais pour revenir en pleine gloire. S'inventer un destin. " Ici, je suis libre, personne pour me contrarier, pour exiger quoi que ce soit. C'est comme s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 119 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

"Dans les yeux de ma mère" 🎵🎶🎵🎶chante Arno de sa belle voix éraillée.

Peter March, lui, est fasciné par les yeux de la mer...

Plus féru d'électronique que de navigation, infatigable en calcul mathématique pour établir ou ..supputer une position, tracer ou...imaginer une trajectoire maritime, mais peu enclin à grimper au mât quand les drisses s'y emmêlent, à calfater une coque qui prend l'eau , à réparer une batterie noyée , Peter March, marin romanesque et fantasque,homme velléitaire et présomptueux, plutôt qu'endurant et courageux, se met en tête de faire le tour du monde en solitaire à la voile et d'en revenir victorieux .

Il se sent fort de deux atouts, de deux audacieuses innovations: un multicoque, son trimaran, le Sailahead, et le recours, pour naviguer, à la technologie nouvelle de l'époque : la fée informatique.

Il a le sentiment d'être à la pointe de l'innovation en matière de navigation. Et il l'est, effectivement. N'a-t-il pas équipé son bateau du dernier cri en matière d'informatique?

Enfin, il compte l'en équiper.. car il part tout à trac, sans mettre la dernière main à tous ces préparatifs sophistiqués, l'ordinateur de bord toujours en kit, en vrac même, dans un bazar ambiant assez inquiétant.

Il part , dans une précipitation qui n'a d'égale que son impréparation.

Il est suivi, à terre, par une petite groupie inconditionnelle :sa fille, Eva, qui assure le commentaire de ce périple vu du quai. Et vu du côté de la raison. Eva, c'est son amer.

Car en mer, le capitaine du Sailahead part très vite à la dérive.

Loin de la course, loin de la terre, loin de la raison, loin de lui-même.

Dans les yeux de la mer...

Il se perd dans les yeux de la mer, le père sans amer.

Terriblement efficace- Isabelle Autissier est dans son élément, et la navigatrice rigoureuse qu'elle est sait et fait mesurer à son lecteur, atterré, c'est le mot, ce que coûte chaque erreur de pilotage, chaque manquement à la dure discipline de la navigation solitaire.

Ce roman d'une dérive, d'une supercherie et d'une folie sur fond d'océan agité prend aux tripes et ne se lâche pas.

Inspiré de l'aventure de Donald Crowhurst en 1969 , le personnage de Peter March fait comprendre a contrario , de quelle trempe doivent être ceux qui se risquent dans de telles courses, et quels sont les marins -ou les marines- qui peuvent regarder les yeux de la mer ...au fond des yeux.

Sans sombrer.

Merci à Nameless qui fut, une fois de plus, de bon conseil! J'ai dévoré !

Commenter  J’apprécie          6614

C'est la première fois que je ne sais pas comment commencer une critique. Isabelle Autissier est une grande dame, elle a vécu la mer ; moi aussi, à un petit niveau ( voile côtière) ; donc, ce roman me prend aux tripes !

La supercherie, la folie et le drame de Donald Crowhurst, lors de la première course à la voile en solitaire et sans escale en 1968, est connu. Isabelle Autissier, en changeant les noms, a fidèlement repris ces événements, mais en ajoutant, avec un style brillant et émouvant, les pressions médiatiques, ainsi que les conséquences psychologiques et financières dramatiques pour l'entourage du navigateur.

.

J'ai lu des ouvrages des protagonistes décrits dans ce livre : le rigoureux Francis Chichester, ou l'homme libre Bernard Moitessier qui est une personne que j'admirais ado...

J'ai subi une très forte tempête entre Guernesey et Cherbourg... On pense autrement après ça ;

avec ancre flottante et à sec de toile, notre voilier de 13 mètres "Tigre" était une coque de noix sur la Manche déchaînée ...

.

Je ne sais pas quoi écrire, j'aurais mille détails à souligner, mais je suis sous le choc ...

.

C'est pas l'homme qui prend la mer...

Commenter  J’apprécie          5010

Peter March, ingénieur en petite électronique de marine, n'a qu'un rêve : faire de sa vie un exploit. C'est pour cela qu'il s'inscrit à la course en solitaire autour du monde et sans escale, organisée par le Sunday Times. Marin, il l'est mais navigateur solitaire et affronter les océans du monde sont d'autres défis auxquels il devra faire face...

Nous, lecteurs, confortablement installés dans notre fauteuil préféré, suivrons jour après jour, et pendant environ huit mois (d'octobre 1968 à juin 1969), le parcours de ce navigateur solitaire face aux éléments et à lui-même. Pour cela, deux narrations nous seront nécessaires, d'abord celle du journal de bord de Peter March relatant ses états d'âme et ceux de son trimaran et celle de sa fille, Eva, à travers son journal personnel. Deux versions pour une même traversée. Deux versions pour comprendre ce qui a poussé Peter March à enfreindre une loi : tricher sur ses positions.

Un très bon roman d'Isabelle Autissier, que j'ai eu plaisir à suivre à nouveau, bâti à partir d'une histoire vraie, celle de Donald Crowhurst.

Une histoire pour comprendre la complexité d'un individu et la part de rêve qui sommeille en chacun de nous.


Lien : http://mespetitesboites.net
Commenter  J’apprécie          320

Les Anciens affirmaient que le monde est peuplé de vivants, de morts et de marins. La navigatrice, Isabelle Autissier, en tant que marin, nous rapporte, dans Seule la mer s'en souviendra, l'histoire de l'un des siens, Peter March.

Les évènements se déroulent à la fin des années 60. Peter est ingénieur. C'est un homme toujours enjoué qui fait en permanence le pitre. Il vit dans le sud de l'Angleterre avec sa femme, sa fille aînée et deux garçons. Il travaille dans une entreprise fabricant des équipements électroniques pour les bateaux. Peter aime l'innovation et croit au dieu de la technologie. Alors quand il découvre que l'on peut s'inscrire librement à la première course au large, en solitaire et sans escale, il passe le pas, convaincu que ses capacités d'ingéniosité lui permettront de fabriquer un navire révolutionnaire qui lui permettra, peut-être pas d'arriver premier mais d'être le plus rapide sur le trajet. Alors Peter s'investit et investit. Il s'endette malgré les sponsors pour partir à temps. Il sait naviguer dans la Manche. Seulement c'est une chose de régater dans la baie, cela en est une autre de naviguer des mois au large seul et sans assistance.

Il partira avec son trimaran, bateau à l'époque décrié pour ne pas tenir la mer. Appareillant en automne, il va affronter rapidement les premières tempêtes, celles du golfe de Gascogne. Petit à petit, Peter se met à douter. Aspiré par ce milieu rugueux, il ne peut compter que sur lui-même. Au fur et à mesure qu'il avance, nous découvrons l'homme véritable. Celui qui utilise l'humour pour cacher ses secrets et ses frustrations. Son passé a créé en lui une volonté de reconnaissance et quand les réalités maritimes prendront le dessus sur ses rêves, ses fantasmes, alors il ne lui restera que le mensonge pour protéger les siens, mais surtout, à mon avis, pour protéger sa propre estime.

Pour raconter cette histoire vraie, Isabelle Autissier alterne les passages du journal de bord de Peter et le carnet intime d'Eva, sa fille aînée, qui rapporte le vécu de ceux qui attendent à terre. L'auteure décrit un milieu qu'elle connaît bien, l'Océan, et les sentiments qui assaillent ceux qui naviguent en solitaire. Elle sait qu'il faut la technique et le savoir-faire du navigateur pour composer avec les courants et les vents. Elle sait que le marin doit se faire accepter par les éléments s'il veut, lui, le perturbateur, tracer sa route sain et sauf. N'est-ce pas parfois ainsi dans la vie ? Alors nous suivons un Peter, pas encore mort mais qui sait qu'il n'est pas marin, errer sur l'Océan, navigant entre mensonge et envie de vérité, entre peine, angoisse et joie pour tenter de rester parmi les vivants.

C'est un très beau roman, adapté au cinéma, que je vous conseille.

Commenter  J’apprécie          140

Eva a quatorze ans lorsque son père Peter March embarque le 31 octobre 1968 à bord de son trimaran révolutionnaire « Sailahead » pour participer à la première course autour du monde en solitaire et sans escale. Mais ce n'est que quinze ans plus tard qu'elle lit les carnets écrits par son père pendant son périple, et qu'elle ressort le journal qu'elle tenait à l'époque.

Le récit se construit à deux voix, à travers les souvenirs d'Eva et le texte de son père pour nous faire vivre une superbe et terrible histoire de mer directement inspirée de faits réels.

Eva raconte son père, qu'elle présente comme quelqu'un de gai, avec qui la vie paraissait facile et joyeuse. Quelqu'un d'entreprenant, d'imaginatif, fourmillant d'idées au point de créer sa société d'électronique de mer. C'est par sa voix que se dessine le projet de Peter de se lancer dans cette aventure inédite, persuadé de pouvoir construire le navire performant capable de boucler le tour du globe le plus rapide, et confiant dans ses compétences de navigateur. Il attend de ce futur exploit la renommée pour « Sailahead Ltd » et les retombées financières qui ne manqueront pas.

Une grande partie du récit est basée sur la transcription fidèle des carnets de Peter relatant au fil des jours le déroulement de sa navigation, faisant rapidement apparaître de multiples problèmes dus à la sous-estimation de l'envergure du projet par un navigateur pas aussi expérimenté et solide psychologiquement qu'il le pensait, et à la réalisation d'un bateau dans la précipitation, révolutionnaire dans l'intention seulement, et finalement mal conçu et pas assez testé.

Ce qui est le plus impressionnant, c'est la lente dégradation psychique de Peter March, des phases par lesquelles il passe dans sa longue dérive océanique, seul face à un destin qu'il ne maîtrise plus et une mer qu'il n'a jamais maîtrisée, en proie aux doutes et à la peur de l'échec qui vont l'emmener loin dans l'errance.

Isabelle Autissier, en grande dame de la mer qu'elle est, et grâce à une superbe écriture, m'a tenu littéralement scotché jusqu'à la toute fin de l'histoire de cet homme qui avait oublié l'essentiel : « on ne ment pas à la mer, jamais ».

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
On ne ment pas à la mer, jamais. Je peux vivre librement. J'ai tant souffert de toujours cacher, de paraître gai, entreprenant, battant, alors que j'avais tant de peine à simplement me sortir du lit.
Commenter  J’apprécie          250
Si j’avais pu continuer mes études, j’aurais été un bon mathématicien. J’ai toujours été fasciné par ces langages. Le mathématicien n’a rien que son crayon et sa feuille et il invente des mondes. Rien ne lui résiste, il lui suffit de poser quelques théorèmes et il dompte la réalité, la met en formules et en équations. Qui d’autre jongle tous les jours avec le zéro et l’infini ? La mathématique est l’art le plus créateur jamais sorti de l’esprit humain. La trigonométrie, l’algèbre, le calcul différentiel, la théorie des ensembles, les nombres complexes, chacun de ces langages fait sens dans l’univers. En le décrivant, il le crée.
Commenter  J’apprécie          50
La vie est un grand jeu. Nous avons des cartes dans les mains à la nais sance, mais rien n’empêche de piocher dans le paquet, d’essayer de se mettre dans une autre peau. Vous voyez, mes chéris, il faut parfois inventer les règles au fur et à mesure que l’on joue. Ce serait trop triste que tout soit déterminé à l’avance. Il faut tenter des expériences, on peut toujours y découvrir quelques clés inattendues de l’existence.
Commenter  J’apprécie          60
Les événements qui se sont produits à cette époque étaient si inattendus et déchirants, que je ne les ai longtemps pas regardés en face. Ils me réveillaient certaines nuits comme on l’est par un robinet mal fermé dont le discret ploc-ploc s’insinue au fond du cerveau. Je les chassais ensuite de mon quotidien.
Commenter  J’apprécie          60
Je n'arrive pas à croire ce que je lis. Cela ne ressemble tellement pas à papa. Il a toujours été si enthousiaste, énergique. Est-ce possible qu'une personne soit deux choses si différentes à la fois ?
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Isabelle Autissier (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Autissier
Auteur de près d'une cinquantaine de livres et d'une quarantaine de scénarios pour le cinéma et la télévision, membre de l'Académie de Marine, président des Écrivains de Marine, Didier Decoin nourrit aussi une véritable passion pour la navigation. En invitant Isabelle Autissier, Isabelle Carré et un invité surprise à sa carte blanche, le président de l'édition 2022 Du Livre sur la Place réunit toutes ses passions.
Isabelle Autissier, "Le Naufrage de Venise" (Stock) Isabelle Carré, "Le jeu des si" (Grasset) Didier Decoin, "Le Sang des Valois, tome 1 - L'Homme du fleuve" (Glénat)
Une rencontre animée par Françoise Rossinot, le 9 septembre 2022 à l'Opéra national de Lorraine.
+ Lire la suite
autres livres classés : merVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
350 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre