AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'expérience de la pluie (49)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ladybirdy
  23 mars 2019
Camille est autiste Asperger, tout comme son petit Arthur âgé de 6 ans. Ils vivent tous deux en apesanteur à distance des gens et du monde qui les entoure. Leur harmonie tient à peu de choses, pas de contact à moins de deux mètres, c'est très important sinon c'est la crise pour Arthur et les angoisses pour Camille. Dans leur monde, il y a beaucoup d'amour, beaucoup de patience, une compréhension presque sans faille entre mère et fils. Il y a aussi l'expérience de la pluie. Dans leur bulle, les expériences sont importantes, elles permettent d'éloigner les peurs parce que les choses de la vie sont testées et apprivoisées. Camille remet la main sur son lexique qu'elle complétait étant petite. Tous les mots y sont répertoriés selon sa propre définition, une armoire pour l'autiste qu'elle est ne peut avoir de compréhension qu'à travers l'expérience qu'elle en a faite.

Dans le parc où Arthur et Camille passent leurs après-midi, il y a Aurélien assis sur un banc. Il regarde ce joli couple qui semble différent des autres mais surtout très vrai. de fil en aiguille, ils vont se rencontrer et essayer de cohabiter dans un monde barricadé. « Il n'y a pas de recette ni de mot magique, lorsque l'on est hypersensoriel. Il n'y a que des essais, des grimaces, et beaucoup de ténacité. »

La prochaine expérience pour Camille sera Aurélien. Mais rien n'est simple quand on est autiste ou hypersensoriel, se laisser approcher, se laisser aimer peut relever du parcours du combattant. Aurélien trouvera-t-il la bonne distance, la bonne mesure pour que la pluie rassemble ceux qui s'aiment...

Un joli roman sur l'autisme, sur les difficultés à approcher ce que l'on ne comprend pas sur fond de résilience et avec beaucoup de tendresse. Juste un peu trop de longueurs à mon goût, un sentiment qu'il n'y avait pas vraiment d'histoire dans ce roman, juste une balade dans une contrée inconnue. Avec un peu plus de liens et d'émotions, j'aurai été conquise.


#LexpérienceDeLaPluie #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8516
Eve-Yeshe
  17 avril 2019
Ce roman nous permet de faire la connaissance de Camille, atteinte du syndrome d'Asperger, tout comme son fils, Arthur, et de leur quotidien : comment réagir dans les situations quotidiennes alors qu'on est enfermé dans une bulle, où les contacts avec les autres sont difficiles, qu'il s'agisse simplement de tenter de se toucher du fait de l'hypersensibilité qui oblige à garder un espace entre les peaux…

« Il tend la main, paume offerte. Je place la mienne au-dessus à quelques millimètres. Ce geste, je l'avais inventé quelques heures après sa naissance, sans savoir qu'il était déjà si indispensable. »

Comment réagir aussi quand les factures arrivent et qu'on ne peut pas ouvrir les enveloppes, ou quand le contrôleur impose des rendez-vous alors que même écouter le répondeur, entendre sa voix est source d'anxiété.

Camille et Arthur savent l'un comme l'autre où arrêter un geste pour qu'il n'envahisse pas la bulle, la couleur fétiche des vêtements, notamment les cirés rouges et jaunes ou encore l'épreuve terrible qui consiste à prendre une simple douche. La nudité n'est pas un problème, mais l'eau qui s'écoule du robinet est un défi colossal.

Aurélien arrive à entrer peu à peu dans cette bulle, avec moult précautions certes, mais il a l'habitude, Lucile, la fille d'Éloïse, la personne qui l'a élevé à la suite d'un drame familial n'est pas simple non plus. Rien n'est simple autour d'Aurélien non plus… car Éloïse perd la mémoire et tente de s'isoler volontairement.

Le titre est une invitation au voyage : Camille progresse dans sa manière de « s'adapter » au monde qui l'entoure par ce qu'elle appelle des expériences. Ici, il va s'agir pour Arthur de laisser la pluie mouiller son corps, établissant un contact… Enfant elle avait noté ses expériences dans un lexique.

Ce qui m'a perturbée un peu, c'est la capacité d'Aurélien à trouver le chemin pour établir un contact vrai, sincère avec Arthur comme avec Camille : soit il est très doué, soit il a été sensibilisé à ce syndrome auparavant, quoi qu'il en soit, c'est un personnage attachant, plein d'empathie, tant vis-à-vis de Camille et Arthur que dans son attitude envers Éloïse ou Lucile….

J'ai un ressenti bizarre en refermant ce livre que j'ai trouvé plein de poésie, une belle histoire certes, très lumineuse, mais un peu trop « romance » à mon goût. Je retiens la solitude de Camille, incomprise par ses parents qui ont baissé les bras, voulant souvent passer en force.

Je ne sais pas si cette approche du syndrome d'Asperger reflète vraiment le vécu des personnes qui en sont atteintes ou si on est dans les Bisounours. On sait comment est la prise en charge des troubles du spectre de l'autisme en France…

Je remercie vivement NetGalley et les éditions Plon qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

#LexpérienceDeLaPluie #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          548
SabiSab28
  07 avril 2019
J'ai fait l'expérience de l'écriture de Clélie Avit qui n'est pas désagréable mais pas transcendante non plus ...

Elle met en scène une mère et son fils Asperger, qui laisse entrer dans leur vie Aurélien, et tentent de s'adapter au monde malgré leur hypersensibilité.
Aurélien a lui aussi quelques fantômes qu'il va se résoudre à affronter.

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire, l'auteur étant énigmatique sur certains aspects, sans doute pour laisser la découverte, mais cela manque encore d'effets.

Je trouve tout à son honneur de mettre en avant le syndrome d'Asperger, mais c'est une tâche difficile car il y a presque autant de profils différents que de personne atteinte de ce syndrome. Elle décide donc de mettre l'accent sur une particularité l'hypersensibilité sensorielle et principalement celle du toucher. Elle aurait dû différencier un peu plus ses deux personnages en leur donnant des profils différents qui auraient permis de comprendre encore mieux les différentes difficultés de ces personnes.
Je trouve qu'elle les a confiné dans cette hypersensibilité au toucher, ce qui est dommage.

L'auteure a été un peu trop "gourmande" en prêtant à beaucoup de personnages, un passé ou un avenir difficile, qu'elle n'a pu développer dans tout son roman.
Il aurait fallu faire un choix, soit développer ses personnages de la mère et du fils, et alléger ses autres personnages, soit l'inverse mais le résultat est qu'il est léger sur tous les points.

Au delà de cela, l'écriture est agréable, le livre se lit très vite et j'ai apprécié l'influence du Petit Prince avec son insistance sur deux notions phares : "ephémère" et "apprivoiser".

#NetGalley
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Valmyvoyou_lit
  25 avril 2019
Camille et son fils de six ans sont atteints du syndrome d'Asperger. Ils souffrent, tous les deux, d'hypersensibilité physique, aussi, tous les contacts leur sont douloureux. le hasard leur fait rencontrer Adrien, un homme très délicat. Il va entrer dans leurs vies sur la pointe des pieds.


L'auteure montre la difficulté lorsque tous les contacts sur la peau sont douloureux et montre les obstacles pour répondre aux diktats de la société. Au début de l'histoire, j'étais très sensible aux épreuves que vivent Camille et Arthur, d'autant plus qu'une maladie fait que je connais ce problème, mais essentiellement sur une seule partie de mon corps, et d'intensité beaucoup moins forte. Aussi, j'étais emplie d'empathie pour cette famille et j'avais envie d'écouter le message de l'auteure.


Aurélien est un homme qui m'a touchée par sa sensibilité et son attention aux autres. Cet homme a ses propres souffrances et, pourtant, il est plein d'égards et de bienveillance pour ceux qui l'entourent.


Est-ce que j'avais trop d'attentes au sujet ce livre ? J'avais tellement adoré Je suis là de Clélie Avit. Malheureusement, alors que j'ai lu ce roman avec une grande envie de l'aimer, j'ai été déçue. Après un début prometteur, j'ai senti que je décrochais, j'avais des périodes d'ennui. Je ne ressentais plus d'émotion, j'avais l'impression d'être à côté du sujet, de ne plus m'investir. Par moments, une étincelle se ravivait, mais mon coeur ne s'attendrissait pas comme le sujet aurait dû le faire. J'ai eu la sensation qu'il me manquait des clés. Peut-être était-ce...


La suite sur mon blog
Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Leslecturesdemamannature
  16 avril 2019
Avec ce roman, l'autrice nous fait découvrir avec beaucoup de délicatesse et de douceur les difficultés de l'autisme dans un monde « normal » en mettant l'accent surtout sur l'hypersensibilité. Tout ce qui peut nous paraitre simple comme prendre une douche, s'habiller, prendre le bus devient alors une expérience à vivre et à apprivoiser. Comme l'expérience de la pluie qui peut être « trop » si faite trop tôt. Camille n'a pas trouvé sa place avec ses parents, ils ne se comprenaient pas, ne parlaient pas le même langage, alors Camille a créé le sien. le temps a passé et malgré les difficultés, elle s'est acclimatée et travaille dans un centre pour autistes afin de partager son expérience. Elle accompagne aussi son fils à vivre ses propres expériences. Ils vivent dans leur bulle, sans maitriser les codes de la société. Mais quand sa route croise celle d'Aurélien, un lien va se créer instantanément et il va entrer dans la bulle de la mère et de son fils petit-à-petit. L'histoire ne fait que commencer et les expériences vont s'enchainer. Sous forme de roman chorale, nous retrouvons tour à tour Aurélien et Camille qui ont chacun leur vision de leur rencontre et j'ai vraiment aimé voir leur frustration parfois commune à cause de mauvaises interprétations.

Une jolie histoire pour autant je l'ai trouvée survolée, pas assez approfondie. Les jours passent parfois les semaines sans que nous nous en rendions compte et même après un moment clés, on passe au suivant sans trop comprendre. Au fil de la lecture, nous comprenons qu'Aurélien est un homme blessé, il a dû faire face un drame dont il n'est pas encore reconstruit mais l'auteur n'abordera pas cela, elle évoquera juste l'éventualité qu'il fasse des certaines choses sans aller au bout. Les autres personnages comme Lucile et sa mère Éloïse, si importante dans le vie d'Aurélien ne sont pas assez explorées à mon sens surtout avec les révélations faites lors de l'histoire.

J'ai apprécié ma lecture fluide et rapide mais je n'ai malheureusement pas réussi à m'attacher réellement aux personnages, les bonds dans le temps m'ont déstabilisé ainsi que certains points évoqués trop rapidement à mon goût. Par contre j'ai beaucoup aimé l'épilogue où Arthur est le personnage principal. Et surtout le sujet m'a vraiment très intéressé, l'autisme est traité avec bienveillance et délicatesse et c'est ce que je veux retenir! Je remercie NetGalleyFrance et les Éditions Plon pour m'avoir permis de le lire.
Lien : https://leslecturesdemamanna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
mallaurylit
  10 avril 2019
Chère Clelie,
Aujourd'hui, dans notre normalité instituée du quotidien, j'ai quelquefois l'impression que l'on se perd un peu, parce que tout se fait rapidement, de plus en plus vite, parce qu'on parcourt la vie sans y prêter attention, absorbé par la frénésie environnante, cherchant à tout maitriser, à avancer sans à-coups. Et on finit par oublier de prêter attention à ce que nous ressentons, d'écouter nos sens alors qu'ils influent, modifient, complexifient ou magnifient nos rapports aux autres. Peut-être parce qu'ils impliquent un effort d'adaptation, qu'on les voudrait uniformes entre tous, nous permettant ainsi d'évoluer en terrain connu…
Ton roman commence ce jour où Aurélien est coupé dans son élan, et dès qu'il se relève, difficilement, ses perceptions semblent s'éveiller…
Aurélien c'est celui qui voyait mais ne regardait pas vraiment, celui qui écoutait distraitement sans tout entendre, celui qui ne paraissait plus gouter à la vie, en recherche d'une vérité, qu'il n'avait pas entrevu…
Et là apercevant Camille et Hugo il se met à observer, à contempler ce duo fusionnel et hypersensible, attiré inexorablement vers eux. Lentement un lien se crée, une évidence qui intensifie la prise de conscience, et sans qu'ils ne se touchent physiquement, mais avec sensualité, la connexion s'établit, les sens sont exacerbés et tout se ressent, de plus en plus fort, la compréhension de l'autre, le sentiment de trouver sa place, un nouvel éveil des sens pour lui, une nouvelle expérience pour elle.

Ton roman, c'est un instant de douceur, une bulle qui se crée et où on se sent bien, où on veut prendre le temps, attentif à tout, à cette rencontre pleine d'espoir, ces instants de poésie, de tendresse, autorisant de nouvelles perspectives, une compréhension renforcée de soi pour être en harmonie avec l'autre, l'acceptation d'une différence qui favorise l'échange, le partage et qui autorise tous les possibles. Une si belle que j'ai aimé ressentir.

Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
autempsdeslivres
  03 avril 2019
Douceur voilà le mot qui m'est venu à l'esprit en lisant ce livre. Tout en douceur malgré des passages d'une violence exacerbée surtout quand ces scènes touchent deux hyper sensoriels.

Une histoire d'amour mais pas que. Lorsque le contact physique devient douleur, comment apprivoiser un amour naissant, comment le communiquer sans être frustré et sans frustré l'autre ? Et surtout comment l'accepter ? Telle est la question de Camille.

Une histoire de famille où Camille se bat pour prouver qu'elle peut être une mère comme les autres et qu'elle peut conserver la garde de son fils et ainsi prouver que l'autisme n'est pas un frein au développement d'un enfant.

Une histoire d'oubli où une mère va peu à peu oublier son passé, son entourage et qui décide de s'éloigner tout en faisant face à sa maladie.



Tout ces personnages sont touchants dans leurs faiblesses et leurs quête de vérité, d'amour, de confiance. Mention spéciale à Arthur, petit bout de chou qui va voir sa vie changer, qui nous met du baume au coeur et nous fait sourire, qui assiste spectateur à l'amour naissant entre sa mère et Aurélien.



Un roman feel-good mais qui ne devient jamais niais où l'absence de contact entre les deux personnages centraux, Camille et Aurélien, rend cet amour naissant bien plus sensible et vrai. Un roman où le nom d'une maladie n'est jamais prononcée mais que l'on comprend parfaitement. Ce roman permet de se faire du bien, de sourire !
Lien : https://autempsdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
StefEleane
  18 novembre 2019
Et si on entrait dans le monde fermé de l'autisme. Clélie Avit nous ouvre une porte sur ces hypersensibles.

Ce livre, c'est une rencontre entre les personnages et le lecteur. Entre notre quotidien et celui d'un autiste. Alors, ici, les autistes ne sont pas complètement coupés du monde, mais ils apprennent,chaque minute, à vivre avec les autres et les éléments extérieurs.

Aurélien fait la rencontre de Camille mais surtout d'Arthur, 6 ans. Eux n'ont pas un regard pour lui. Aurélien est sous le charme des non-dits, d'être ensemble sans se toucher. Lui qui fuit son quotidien, sa vie, il ressent un quiétude et une envie de les protéger.

A force de trop chercher ses yeux, j'en perds son corps. Arthur s'accroupit et se glisse entre mes jambes, son pull frottant à peine le tissu de mon pantalon. Ce jeu, nous l'avons pratiqué des dizaines de fois, pour apprendre. Pour moi, c'était facile, j'ai eu trente ans de plus que lui pour me faire à l'hypersensibilité.

On ressent énormément de respect et d'amour dans les mots de l'auteur. Camille et Arthur sont attendrissants dans leur apprentissage de la vie. Leur volonté de s'ouvrir au monde et leur besoin de protection. Quant à Aurélien, on pourrait croire qu'un tel challenge soit impensable et le fasse fuir. Mais il a foi en l'avenir et surtout l'avenir avec eux.

Un très beau roman que nous offre Clélie Avit. C'est une histoire d'amour de l'autre, quel qu'il soit. Une magnifique leçon de vie.
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sharon
  25 avril 2019
J'ai voulu lire ce livre parce que le sujet – l'autisme – m'intéressait. Et le problème n'est pas Camille et Arthur, une mère et un fils tous les deux autistes Asperger hypersensoriels, mais le problème est toutes les personnes qui les entourent. Trop, c'est trop : toutes les personnes de leur entourage ont un problème grave ou très grave, et à force, je me suis sentie noyée dans le trop de douleurs, comme si je me retrouvais moi-même hyper sollicitée par chacune de ses histoires qui se juxtaposent, se superposent les unes aux autres. C'était peut-être l'effet recherché, cependant, je n'ai du coup ressenti aucune empathie pour les personnages secondaires comme Eloïse ou Lucile – pour ne pas dire Caroline.
Puis, nous avons l'effet inverse : le pas-assez. Nous n'avons pas suffisamment d'informations pour appréhender le personnage d'Aurélien, ou alors ces informations viennent trop tard, un peu comme pour Lucile. Parfois, nous n'avons même aucune information, j'ai eu l'impression de rester dans un flou artistique concernant les relations entre certains personnages, les non-dits. Or, comme je suis quelqu'un de très terre à terre, j'ai vraiment besoin d'un minimum d'explication pour comprendre certains faits, surtout quand j'ai droit à des commentaires philosophiques et répétitifs.
Je n'ai pas oublié Camille et son fils Arthur. L'un des faits qui m'a étonné n'est pas qu'Arthur ne soit pas scolarisé mais qu'à aucun moment ( ou alors, j'ai mal lu), on ne lui propose un(e) AESH : tous les élèves atteints de troubles du spectre autistique que je connais en ont un(e), et cette présence a grandement favorisé leur scolarité, leur socialisation. Puis, Camille et Arthur sont autistes Asperger et ont strictement les mêmes troubles, ce qui me semble assez rare. Il est intéressant de mettre en avant l'hypersensibilité, cependant ce n'est pas le seul trouble dont ils peuvent être atteints – et j'ai trouvé souvent qu'Arthur avait un langage très mature pour son âge.
Pour résumé, en dépit d'un sujet intéressant, j'ai un peu l'impression d'être passée à côté de ce livre.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Nadael
  09 mai 2019
Un bus bondé, des gens pressés sur un trottoir, des enfants agités dans un parc, des bras qui trop enserrent, le jet d'eau de la douche sur le corps, les vêtements qui frottent la peau, autant d'intrusions, de déferlements de douleurs pour Camille et son fils Arthur, tous deux atteints du Syndrome d'Asperger et souffrants d'hypersensorialité. Chaque jour, ils redoutent qu'on les bouscule. Même les caresses les agressent.
Mère et fils passent beaucoup de temps à se protéger, à se rassurer, au creux de leur bulle. Une bulle dans laquelle personne d'autre n'entre. Avec soin, Camille apprend à son fils à apprivoiser ses peurs à l'aide d'expériences. Braver la pluie en est une… car les gouttes, en tombant juste sur leur épiderme provoquent en eux des sensations violentes et douloureuses.
Évidemment, leur maladie les met à distance du monde, les isolent, les différencie des autres. On ne sait rien du père d'Arthur, mais Camille semble l'élever seule. Même ses parents à elle ne lui sont d'aucune aide. Ils n'ont jamais compris sa réalité. Elle a dû affronter les obstacles et faire ses expériences en s'écoutant. Petite, Camille avait noirci les pages d'un carnet, écrivant ainsi un lexique pour qu'on comprenne sa maladie et ses conséquences mais personne jusqu'ici le l'a lu…
Une rencontre va bouleverser la vie de cette mère et de son enfant. Un homme, Aurélien, gagné depuis des années par la mélancolie, va se glisser à leur côté, les soutenir, et insuffler dans leur quotidien de l'air et de la lumière.
Aurélien a été littéralement absorbé par la vérité toute nue dégagée par Camille et Arthur. Deux personnes qui semblent vivre dans l'angoisse et l'éphémère et qui pourtant sont dans le vrai, la sincérité la plus profonde… Cette authenticité, Aurélien la cherchait depuis si longtemps.
Avec patience, tendresse et bienveillance, il va s'approcher d'eux, les entourer, les apaiser, apprendre à les connaître. Changer doucement leurs habitudes, essayer d'adapter leur monde au Monde. Et de ses signes de ses gestes des ses mots naîtront des sentiments d'amour.
Un roman solaire malgré la pluie, une histoire d'amour, l'évocation d'une maladie méconnue, la force de la différence… Certains passages sont très émouvants, d'autres traînent en longueur, j'ai parfois eu des doutes sur la vraisemblance, mais malgré ce flou les personnages ont su me toucher.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3650 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..