AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782260054788
Julliard (19/08/2021)
3.84/5   94 notes
Résumé :
Liouba est une jeune journaliste qui parcourt le monde à la recherche de reportages sur le changement climatique. En Jordanie, elle croise la route de Talal, un photographe qui suit les populations réfugiées. Entre eux, une amitié se noue qui se transforme vite en attirance. D’année en année, le destin ne cessera de les ramener l’un vers l’autre, puis de les séparer, au gré de rencontres d’hommes et de femmes engagés pour la sauvegarde de la planète, et de passages ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 94 notes
5
17 avis
4
25 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
0 avis

Le fond et la forme. Ou la recherche ultime du lecteur qui cherche à vibrer à l'unisson d'une écriture et d'une histoire, vecteurs d'émotions.

Les confluents portent un sujet fort, le désastre planétaire à venir lié au dérèglement climatique, sujet passionnant mais qui n'a pas pris en moi, mon intérêt se délitant au fil des pages.

Il y a pourtant de belles idées dans ce premier roman. A commencer par le découpage en quatre chapitres pour quatre lieux, chacun un univers en soi qui fait voyager : désert jordanien de Wadi-Rum, forêt du mont Nimba en Guinée, forêt boréale de Dvinsky en Russie puis forêt primaire de Mazumbai en Tanzanie, à chaque fois une nature menacée par la déforestation ou le réchauffement climatique, et à chaque fois de très beaux personnages de sentinelles écologiques. J'ai découvert ainsi avec grand bonheur les stratégies des peuples autochtones pour faire face au réchauffement climatique et à l'exploitation forestière. Ainsi la technique originaire du Sahel, le zaï, ici pratiquée par les bédouins de Jordanie :

« Ils creusent le sol de petits trous dans lesquels ils ajoutent des matières organiques en décomposition pour le fertiliser. Les débris attirent les termites. Ils s'installent dans les cavités et creusent des galeries souterraines qui permettront de conserver des réserves d'eau lors des épisodes orageux. La clé est de sélectionner au préalable des essences d'arbres adaptées, présentes à cet endroit il y a des millions d'années. Cela permet ainsi de reconstituer une forêt native. Si les oiseaux s'y installent et apportent avec eux de nouvelles graines, c'est gagné. »

Malheureusement, j'aurais pu trouver ces informations dans un article de presse. Je n'ai pas trouvé de réelle plus-value littéraire à cette lecture car les personnages principaux ne m'ont pas parlé. Liouba et Talal sont reporters, elle journaliste intéressée par les forêts et les sujets climatiques, lui photographe oeuvrant dans les zones de guerre auprès des réfugiés. Ils se rencontrent en Jordanie, créent un lien très fort, comme une boussole, un point d'ancrage à leur dérive autour du monde, à la recherche d'un certain apaisement voire d'une thébaïde. J'ai trouvé leur histoire d'amour assez fade et leurs atermoiements à se donner à l'autre agaçants alors que j'aurais voulu y lire un certain romantisme.

Je ressors déçue de cette lecture. Je reconnais la totale sincérité de l'auteure à vouloir incarner les enjeux environnementaux liés à la déforestation, à la montée des eaux et à la hausse des températures. Les questions qu'elle pose sur les liens entre l'Homme et son écosystème sont justes. Mais j'ai trouvé la proposition à la fois trop démonstrative, trop convenue et trop raisonnable. J'avais envie de folie disruptive comme dans les extraordinaires Lorsque le dernier arbre de Michael Cristie ou Indice des feux d'Antoine Desjardins, sur le même thème. L'écriture très scolaire et appliquée ne permet pas le décollage. Reste que les passages de l'arc narratif secondaire situé en 2040 sont vraiment très réussis, eux, intrigants, mais trop peu nombreux pour susciter mon adhésion à l'ensemble.

Lu dans le cadre de la sélection 2022 des 68 Premières fois #10

Commenter  J’apprécie          1117

Dans les années 2010, Liouba, journaliste environnementale, est venue chercher en Jordanie, dans le désert du Wadi Rum, une histoire. Elle veut raconter comment les hommes vivent avec leur écosystème, s'y adaptent et sont marqués par lui.

Elle va passer un mois dans un village bédouin du Wadi Rum et écrire un article sur un homme qui plante une forêt dans le désert.

Sur le point de rentrer à Paris, Liouba croise par hasard Talal, photoreporter, de retour d'un reportage dans la bande de Gaza.

C'est le début d'une histoire d'amour et le destin ne cessera de ramener ces deux personnes l'une vers l'autre puis de les séparer. l'une s'intéresse aux forêts et au sujet climatique et l'autre aux déplacements de populations dans les zones de guerre. Liouba et Talal vont ainsi développer un lien très fort, lien qui sera comme une ancre, une boussole dans leur dérive autour du monde.

En parallèle, une intrigue secondaire se déroule en 2040 avec Aslam et Jaya qui sont frère et soeur. Tous deux luttent chacun à leur manière contre la montée des eaux, l'action quant à elle se situant entre l'Indonésie et le Groenland.

Les confluents, premier roman de Anne-Lise Avril, s'il est un superbe documentaire sur des thèmes essentiels de l'actualité tels que le réchauffement climatique ou la barbarie exercée sur les populations dans les pays en guerre, est également un magnifique roman d'amour.

Ces confluents, ces points de rencontres entre les humains, entre les cultures, entre les peuples, avec la Nature, avec la Terre, Anne-Lise Avril a su les rendre passionnants.

Elle nous fait découvrir le désert jordanien, la forêt guinéenne, des univers très différents, avec des chantiers et des projets riches en promesses, mais aussi la nuit tout autant russe que syrienne.

C'est avec beaucoup de poésie que Anne-Lise Avril raconte le parcours très lent, parfois trop à mon goût, de ces deux âmes en peine, toujours en fuite, domiciliés dans l'ailleurs « Entre deux pays. Entre deux mondes. Entre deux vies. », à la recherche d'un quelque part pour pouvoir se poser. le trouveront-ils et accepteront-ils de s'établir enfin dans un même lieu ?

Véritable ode à la nature, car c'est elle que l'auteure célèbre en lui donnant une place de personnage à part entière, ce roman m'a entraînée vers des terres lointaines, m'a fait rêver et entrevoir pourquoi pas, une raison d'espérer. Il suffirait peut-être que l'homme parvienne à retrouver le lien avec la Terre, à renouer avec l'écosystème … Les exemples positifs relatés montrent qu'il y a des possibilités, si l'homme veut bien essayer de trouver de nouveaux moyens d'habiter différemment la planète.

Inspirée par ses nombreux voyages et le fait, de par son métier dans la reforestation, d'être confrontée au quotidien aux enjeux environnementaux actuels, Anne-Lise Avril nous offre un roman d'actualité, vivant, engagé, un appel au réveil des consciences, un roman grave et mélancolique, un roman qui interpelle, qui appelle à la réflexion, le tout porté par une écriture poétique magnifique.


Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          1003

Embarqué dans une histoire collant au grand thème de ce réchauffement climatique qui n'affole pas grand monde alors que cela menace tout simplement la survie de notre humanité, j'ai moyennement apprécié ce premier roman signé Anne-Lise Avril.

Cette jeune autrice me balade entre 2040 et 2009 jusqu'à 2013. En 2040, c'est la fournaise, la montée inéluctable des eaux et Jaya quitte son île dévorée par la hausse du niveau des océans. Tornades, ouragans, épidémies, fonte des glaces, pollution, tout y est et c'est peut-être ce qui nous attend si nous continuons à vivre comme aujourd'hui.

2009 permet de faire connaissance avec Liouba, jeune femme qui tente de s'imposer dans le journalisme avec des reportages dans des lieux où la vie est difficile et où quelques humains très courageux tentent de retarder l'inéluctable.

Liouba est d'abord aux confins de la Jordanie. Elle qui est née à Moscou où ses parents ont été assassinés parce qu'ils déplaisaient au régime, part dans le désert, le Wadi Rum. Là, Babak Majali plante des arbres : figuiers, grenadiers, oliviers, frênes, genévriers, chênes, sapins, pins… S'il pleut, le désert refleurit. Sinon, la forêt en cours de plantation ramène un peu d'espoir.

Vient enfin la rencontre avec Talal, dans un café, à Aqaba. Ce photographe parle français et leur rencontre sera déterminante pour la suite.

Plus tard, je retrouve Liouba à Monrovia car elle a vraiment pris goût aux déplacements. Elle va découvrir la forêt du mont Nimba, en Guinée, où la lutte contre les braconniers est vitale pour sauver ce milieu naturel. Talal l'accompagne et j'apprends qu'il est né à Istanbul, qu'il a une femme, Alda, que ses parents sont morts alors qu'il n'avait que trois ans et qu'il habite Berlin.

Après deux détours en 2040, voilà Liouba à Arkhangelsk. Elle rejoint quelques courageux qui essaient d'empêcher l'exploitation des hydrocarbures, une plaie pour la nature et un billet direct pour le réchauffement climatique.

Ainsi, Les confluents se poursuit jusqu'à cette fameuse île, en Indonésie, où Liouba et Talal prennent des vacances. Hélas, pour elle, comme pour lui, il est très difficile d'oublier le bruit des bombes.

Que se passera-t-il sur cette île ? Je n'en dirai pas plus car il faut parler du style d'Anne-Lise Avril. Son écriture est très soignée, presque trop littéraire. Elle m'a abreuvé de noms de lieux, de rencontres plus ou moins probables mais elle m'a fait découvrir des endroits où des femmes et des hommes tentent de retarder, voire d'inverser le cours des choses.

Avec cela, elle bâtit une histoire d'amour et des rencontres entre deux êtres très attirés l'un par l'autre mais dont l'un freine des quatre fers pour éviter l'inéluctable. On y croit ou pas. Personnellement, cette lecture a été difficile, à la limite de l'ennui mais je salue le talent d'Anne-Lise Avril et son souci de nous alerter sur ce qui menace de plus en plus l'humanité.

J'ajoute que Les confluents est en lice pour le Prix des Lecteurs des 2 Rives dont ses concurrents déjà lus m'ont beaucoup plus passionné.


Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          992

« Un confluent est un point de rencontre, de communication, de réunion, entre deux consciences qui se trouvent, qui se nouent, qui apprennent à s'aimer, et qui, au contact de l'altérité, se renouvellent, se modifient, se fortifient, tout comme le cours d'eau, né de la confluence de deux autres, prend parfois un nom nouveau ». Cette phrase ouvre ce délicat livre et en contient toute l'essence.

Ce livre, premier roman de Anne-Lise Avril, est intrication. Il est point de rencontre entre des cultures et des peuples différents, entre le désert et la forêt, entre la nature et son environnement. Entre un homme et une femme. le confluent est voyage, amour, il est adaptation et survie, il est hélas aussi parfois confrontation et saccage. le confluent est aussi point de jonction et donc infime entre deux, l'infini et le lointain, la peur et l'espoir, la foi et l'abandon de toute certitude. Il est charnière, quand le possible est encore là, ténu, avant l'inéluctable. Il est intrication possible entre la nature et l'humain, et nous donne à voir l'intrication ratée, en soulevant un peu le voile.

Voici là un livre délicat, riche, engagé sur une thématique écologique : celle du réchauffement climatique et de ses conséquences dont la montée des eaux. Sans ton moralisateur mais avec beaucoup de douceur et de poésie, le livre entremêle deux périodes charnières : le futur, autour de l'année 2040, où la montée des eaux est devenue réalité, faisant disparaitre certaines iles et rivages du globe. Nous suivons le combat d'un frère et une soeur, indonésiens. Lui tente de replanter des arbres dans la mangrove pour faire barrière, combat titanesque dans la fournaise, opposant la puissance végétale à l'océan et son appétit grandissant ; elle mène son combat à l'échelle internationale en faisant partie d'un groupe comprenant scientifiques et habitants concernés dont les actions se déroulent en colloques et expéditions sur la banquise en dégel. « La soeur et le frère comme deux parties d'une même sphère – le monde et son noyau ».

« En proie à la violence du sentiment de deuil. Cendres de ces univers aimés et connus, désormais disparus. L'ère de l'exil sonnait le glas d'une humanité perdue ».

Et le présent, autour de 2010, la période des possibles, encore, que nous appréhendons via un couple Liouba, journaliste grand reporter, et Talal, photographe de guerre. Désert jordanien, forêt africaine, forêt sibérienne, errance moscovite, nous sont offerts tels des voyages immobiles d'une grande beauté, d'une grande violence parfois aussi. Liouba veut raconter comment les hommes vivent avec leur écosystème, s'y adaptent et sont marqués par lui, elle nous montre par exemple, en plein désert, l'adaptation des végétaux au manque d'eau et à la sécheresse. Elle explique, elle dessine, elle déchiffre le monde. Pour le transmettre et éveiller les consciences. Talal, lui, s'intéresse aux mouvements des populations, à l'exil des peuples pour survivre ailleurs, exil qui s'amplifie avec le réchauffement climatique. Il aime montrer avec pudeur la douleur inracontable, il aime traquer la parcelle de vie et d'innocence dans l'horreur, des instants de vie simple au milieu de la guerre.

« Tu t'attaches à ceux qui partent, et moi à ceux qui restent, observa Liouba. Dans les deux cas, c'est la force d'adaptation de l'être humain qui est en jeu ».

Le livre offre des réflexions puissantes sur l'information, la transmission de messages pour toucher les consciences, le moyen le plus approprié pour le faire, l'écrit, le dessin ou la photographie.

« C'est pour cette raison, reprit Talal, que j'ai choisi la photographie. Elle transmet parfois la poésie de façon plus immédiate que le récit. C'est peut-être plus facile d'y croire, quand on l'a directement sous les yeux ».

Il donne à voir également ces différentes parties du monde, leur adaptation face aux menaces, leur poésie, leurs odeurs, leurs bruits. C'est une ode aux voyages, à la rencontre, au respect. A l'émerveillement. Et la plume pour décrire cette vie et ces errances prend de l'ampleur et de la puissance au fur et à mesure du récit. Ce qui me parut un peu timide au début du roman m'a émerveillée de plus en plus au point de m'arrêter par moment pour lire et relire certains passages, l'échelle de ma notation ne cessant de grimper d'étoiles en étoiles…

« À l'inertie de l'attente, elle préférait ses errances urbaines. Les boulevards ombragés par le front des palmiers qui opposaient leur verticalité à l'étendue plate de la mer Rouge. Les voiles colorés des femmes, soulevés par le vent marin. Les effluves de pomme sur les étals des marchés et de narguilé aux terrasses des cafés. Un peu plus au nord, il était possible d'apercevoir la ville dans son entier, ses bâtisses blanches nichées entre l'immensité des montagnes rouges et celle de la mer ourlée d'écume, les formes élancées des minarets, et, de l'autre côté du golfe, les contours d'Eilat, sa voisine israélienne, à quelques kilomètres à peine, et pourtant aussi distante d'Aqaba que peut l'être un monde radicalement différent ».

J'ai été très intéressée par la façon qu'a le roman de nous montrer, dans les détails, comment certains peuples tentent avec ingéniosité de s'adapter au réchauffement climatique sans quitter leurs terres. Certaines expériences sont étonnantes et à la fois pleine de sagesse. Je remercie l'auteure pour cette transmission passionnante.

Enfin, surtout peut-être, l'histoire d'amour entre Loubia et Talal vient apporter lumière, sensualité et désir à ce beau roman. A l'image du livre, la délicatesse des sentiments est de mise, la confluence est narrée avec une pudeur puissante. D'autant plus troublante. Une très belle histoire d'amour dans l'Histoire de l'humanité.

J'ai beaucoup aimé ce livre après, je l'avoue, l'avoir commencé un peu distante. Ce livre est « l'intrication ultime du végétal et de l'humain », ces deux piliers qui sont la base de nos vies. Un premier roman engagé et poétique de la part d'une jeune auteure à qui, je l'espère, on puisse donner voix en cette rentrée littéraire foisonnante !

Commenter  J’apprécie          7529

Ce livre parle de sujets ô combien et tragiquement actuels : le réchauffement climatique et ses impacts sur la planète, et les guerres, et conséquence des deux, les réfugiés. Ce sont des thèmes graves, qui pourraient faire craindre un livre noir, pessimiste. Il n'en est rien.

Sans éluder aucun des deux sujets, l'auteure nous livre un livre subtil, riche de personnages, de paysages, d'échanges et d'amour.

Liouba allie dans son métier de journaliste environnementale celui de ses deux parents, un père botaniste, une mère journaliste, tous deux assassinés pour leurs actions. Talal est photographe de guerre : la photographie « transmet parfois la poésie de façon plus immédiate que le récit. C'est peut-être plus facile d'y croire, quand on l'a directement sous les yeux. »

Ils vont se croiser et se recroiser au gré de leurs reportages : l'une raconte des histoires de forêts, l'autre photographie des guerres et des réfugiés.

Les deux sont orphelins : « Elle se demandait si les orphelins s'attiraient naturellement, où qu'ils soient dans le monde, comme s'ils émettaient entre eux un signal reconnaissable, à leur insu. »

Ce livre aux sujets graves nous conte l'espoir, malgré tout, l'espoir de ces hommes qui plantent inlassablement des arbres ou étendent des draps blancs sur les glaces pour limiter leur réchauffement, l'espoir de ces hommes et femmes qui décident un jour malgré tout de fonder une famille. Il nous conte aussi la nature, décrite de façon si poétique parfois, si tragique à d'autres moments. Et il nous conte aussi l'amour, celui qui unira Liouba et Talal, qui s'exprimera lentement, même s'ils se sont reconnus dès la première rencontre. L'amour aussi entre eux et ceux qu'ils rencontrent au cours de leurs voyages et dont ils relatent les combats.

Un très beau roman, que j'ai lu lentement, pour mieux savourer l'écriture si belle.

Merci aux éditions Julliard pour ce partage #Lesconfluents #NetGalleyFrance

Commenter  J’apprécie          6810

Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation

D’une rencontre de hasard, deux années plus tôt, était né quelque chose de plus, un lien hésitant et pourtant naturel, évident. Ils étaient deux membres d’une nation d’observateurs qui parcouraient la planète, inlassablement, pour en traquer les failles, pour en saisir les conflits, pour en enregistrer l’écho et s’en faire les porte-voix. Pouvant chacun comprendre que tout déplacement géographique se doublait inévitablement d’un long voyage intérieur, d’une intimité qui lui était propre, d’un état à part. Des envoyés, en transit, s’informant mutuellement de l’exil qu’ils partageaient et qu’ils avaient volontairement choisi. À lui, les confins des déserts, les frêles embarcations au clair de lune sur les plages de Méditerranée, les camps de tentes dans les prairies balayées par les vents. À elle, les forêts humides, les jungles de l’intérieur, les villages aux toits de chaume, les sentiers à peine tracés parmi les lianes et les graminées.

Commenter  J’apprécie          380

Vue de la mer, la maison avait déjà un air d’abandon. Elle semblait s’effondrer, s’écrouler sur elle-même, comme une coquille vidée de sa substance, de la vie qui tenait debout les murs et ouverts les volets. En l’apercevant ainsi de loin, Talal ressentit la même détresse que celle qui qui s’insinuait en lui face aux objets abandonnés, oubliés, déchus. Il songea qu’il était bien possible d’aimer un lieu, de l’investir d’une âme, de pleurer pour lui. L’amour ne se réservait pas aux êtres doués de conscience. L’amour s’accrochait à tout. Il était possible de pleurer pour une fleur qui se fane, pour un appareil photo qui se brise, pour une maison en ruine. La sensation de trahison restait la même. La perte et l’abandon. Certaines choses ne pouvaient simplement pas être remplacées.

Commenter  J’apprécie          330

- Quelles sont les ressources principales, demanda Liouba, qui sont exploitées dans l’Arctique ?

- Le gaz naturel, le charbon, le pétrole. Mais aussi le nickel, le cuivre, le cobalt. Des millions de tonnes transportées par des centaines de navires, entre le détroit de Béring et la mer de Kara. Le port d’Arkhangelsk est l’une des portes d’entrée de ce que les Chinois appellent désormais la route de la soie polaire.

- l’État russe travaille main dans la main avec Pékin, précisa Esya en se retournant vers eux. Nos économies bénéficient directement de la fonte des glaces. C’est scandaleux. D’autant plus que l’exploitation de la nouvelle route du nord va elle-même accélérer le réchauffement climatique.

Commenter  J’apprécie          300

Je m’intéresse principalement aux mouvements des populations. Comprendre la difficulté des hommes à coexister, ce qui les pousse à quitter leur monde familier pour se réinventer, ou parfois seulement survivre, ailleurs. Comprendre comment le mouvement, la découverte de la nouveauté et la douleur de la perte les métamorphosent sans cesse. L’être humain a toujours été une espèce migratrice, mais ce mouvement s’accentue aujourd’hui au fil des changements climatiques, de la montée des eaux, des conflits croissants.

Commenter  J’apprécie          320

- Tout a changé, maintenant, dit-il. Le gouvernement impose aux familles bédouines de demeurer au même endroit. De fonder des villages. De construire des maisons plutôt que de tisser des tentes en poil de chèvre. Ils creusent des puits pour nous et bâtissent des écoles, mais en perdant la vie nomade, nous avons perdu quelque chose qui était notre liberté. Nous avons dû apprendre à devenir ceux qui restent, et non plus ceux qui s’en vont.

Commenter  J’apprécie          320

Videos de Anne-Lise Avril (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Lise Avril
Librairie Mollat À l'occasion des Correspondances de Manosque, rencontre avec Annelise Heurtier autour de son ouvrage "La fille d'avril" aux éditions de Casterman.
autres livres classés : écologieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4780 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre