AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021003434
Éditeur : Seuil (20/08/2009)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
De sa petite enfance, Askia n’a conservé en mémoire qu’une image quasi biblique: son père, sa mère, un âne et lui, marchant sans fin dans la poussière. Il avait cinq ans. «Longtemps, nous avons été sur les routes, mon fils. Et partout, on nous a appelés les pieds sales. Si tu partais, tu comprendrais.» Répondant à cette injonction maternelle, Askia est parti à Paris où il est devenu chauffeur de taxi. Ses passagers qui l’épient dans le rétroviseur lui trouvent quelq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
saphoo
  29 avril 2016
Un peu étrange et déstabilisant comme roman mais intéressant, original carrément génial. L'histoire, je ne vais pas vous la conter, les 2 résumés déjà postés sont parfaits. Mais par contre je vous conseille de vous laisser emporter par ce récit étrange peuplé de fantômes ,d'une quête vers un père certes et aussi vers un pays qui n'existe plus ou pas pour tous les exilés. Ils errent entre le passé et un présent incertain, leur vie volée en éclats, fuir toujours inlassablement le long des routes, quémander l'hospitalité puis se voir chasser. En Afrique ou ailleurs, Askia comme Olia, deux êtres qui cherchent le chemin, des racines, un père, un visage. le récit est un peu comme une belle image qui volerait en éclats et morceaux par morceaux le lecteur finit par imaginer la beauté de ce paysage qui se dessine dans leur désir d'être tout simplement : eux quelque part sur leur terre avec leur famille, leurs amis et leurs souvenirs. L'auteur laisse des grands espaces nous invitant à deviner, susciter le récit à son besoin de savoir à quoi peut bien ressembler ce drôle de récit tantôt rêve, tantôt cauchemar. C'est sans doute un peu farfelu, mais tellement sensible, poétique aussi, presque trop court. On ressent ce besoin de recoller les morceaux mais avant il faut rassembler toutes les pièces, c'est un peu cela qu'Askia est parti chercher, un père qui détient le bout du fil d'Ariane de son histoire, de sa mémoire.
Une très belle découverte avec ce roman et cet auteur atypique je dois bien le dire mais tellement touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Malice
  08 novembre 2009
Dans Paris, Askia, chauffeur de taxi erre à la recherche du père absent Sidi Ben Sylla Mohammed, image fantôme de l'homme au turban. Cet homme qu'il n'a pas revu depuis trente ans, ce père parti rejoindre un soit disant lointain cousin qui travaillait dans une usine à Aubervillier comme ouvrier chez Simca. Il rencontre Olia , une jeune photographe d'origine bulgare, elle aurait pris son père, en photo ?
Askia vit dans un squat, il doit ce logement à Tony originaire lui aussi de Guiné. En parallèle, à Paris Edem Awumey, nous évoque les racines d'Askia, l'Afrique : Nioro en Guiné, le lieu de départ quand il avait cinq ou six ans. Il va souvent sur le parvis de Beaubourg où là il retrouve ses amis des pieds sales comme lui des hommes et des femmes, à la recherche d'identité ?
L'auteur fait référence à un grand classique de la littérature mexicaine autour de l'identité et la recherche du père : Pèdro Paramo de Juan Rulfo, entre autre, livre peuplé de fantômes. Mais Askia est aussi un Télémaque, la figure de Don Quichotte
est présente. Malgré que ce roman soit court, est d'une grande richesse en informations qui en font un roman fort passionnant . J'aime les romans qui demande au lecteur un travail d'imagination, nous sensibilise, nous fait ouvrir grand les yeux, en ce qui concerne l'autre l'étranger. En un mot un livre excellent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
5emedecouverture
  16 novembre 2009
Askia a quitté son pays à la fois pour fuir la Cellule (une organisation qui se charge de tuer les opposants au pouvoir (entre autres)) et pour retrouver son père qui les a quittés, sa mère et lui, il y a bien longtemps maintenant. Il rencontre Olia qui lui dit avoir pris des photos de son père, il y a quelques années. Elle ne retrouvera jamais ses photos, mais tous deux vont continuer de chercher ce fantôme dans Paris…
Voilà un roman qui se veut être une quête du père, cet homme au turban, et au-delà de ça, une quête d'identité. Où qu'aille Askia, il tombe sur quelqu'un qui a rencontré un homme qui lui ressemble, avec un turban. Alors oui, Askia est omnibulé par ce père parti si tôt et c'est pour cela qu'il le voit partout, mais moi, ça m'a fatigué. Et puis, il y a tant de choses dans ce roman qui ne fait que 150 pages que souvent certaines choses arrivent comme un cheveu sur la soupe (comme, par exemple, Zak de la Cellule) et que l'auteur ne semble pas aller au bout des choses. Cela m'a déstabilisé. Il y a quelque chose dans le style, un certain rythme que l'auteur a souhaité donner en imposant des coupures de phrase non traditionnelles, des monologues retranscrits sous la forme d'un dialogue où l'interlocuteur silencieux est symbolisé par trois petits points. L'écriture se veut poétique aussi. Mais étant donné que je n'étais pas dans l'histoire, ces effets m'ont plus irrité que raccrocher au wagon. Je crois vraiment que ce roman n'était pas fait pour moi !
Lien : http://5emedecouverture.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MaliceMalice   08 novembre 2009
La fille croyait que Sidi avait accepté de poser pour elle parce qu'il n'avait pas peur que l'objectif fit la lumière sur son âme et ses vies multiples. Parce qu'il espérait aussi que l'objectif le figerait à jamais sur le papier et lui permettrait d'échapper à la malédiction.

Sur le chemin, il regarda la fille et sentit la question : "Qui es-tu ?" revenir dans ses yeux. Alors il pensa que, pour dire et comprendre "Qui es-tu ?", il fallait qu'il remonte encore à très loin, aux tracés et bordures de ces routes de campagne qu'il avait parcourues lorsqu'il avait quitté le Sahel avec ses parents
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Edem Awumey (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edem Awumey
Visionnez la vidéo dans laquelle Edem Awumey explique la genèse de Rose déluge : « Un livre, avant de me mettre à l'écrire, je le porte souvent en moi, j'y réfléchis beaucoup. Ce sont des personnes, des lieux qui sont là de manière latente dans la mémoire et, petit à petit, ça prend forme. »
Il s'exprime aussi avec beaucoup de sensibilité à propos des thèmes qui lui sont chers et qu'il a choisi d'aborder dans son troisième roman : « Rose déluge est né à travers cette tentative d'essayer de briser un tant soit peu cette distance entre les rives africaines et celles sud-américaines. »
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre