AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253086762
Éditeur : Le Livre de Poche (04/10/2017)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Désespéré, Ted McKay est sur le point de se tirer une balle dans le crâne lorsque le destin s’en mêle et qu’un inconnu sonne à sa porte. Et insiste. Jusqu’à lui glisser un mot sur le palier.
Un mot écrit de la propre main de Ted, et on ne peut plus explicite : Ouvre la porte. C’est ta dernière chance.
Ted ne se souvient absolument pas avoir écrit ce mot. Intrigué, il ouvre à l’inconnu, un certain Justin Lynch. Et se voit proposer un marché séduisant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  20 avril 2017
Ted McKay est bien décidé à mettre fin à ses jours. Sa femme et ses filles sont au loin, le testament est signé, le petit mot préconisant à sa femme de ne pas laisser entrer les filles dans son bureau est collé sur la porte... il lui suffit donc de prendre le révolver et d'appuyer sur la gâchette. Rien ne pourra enfin se mettre entre lui et son désir de mourir... Mais voilà, quelqu'un frappe à la porte avec insistance et lui propose un autre moyen d'en finir....

Ce roman est schizophrénique dans sa conception et complètement inclassable. Thriller ? Roman psychologique ? Et ce titre.. cela interpelle !!! Federico Axat nous propose au travers de quatre parties une plongée dans l'univers psychique de Ted McKay et, tout comme lui, le lecteur ne saura plus faire la différence entre le réel et l'imaginaire. Dans l'opossum rose, nous avons des personnages instables, un cadre fictionnel constamment changeant et des révélations à la pelle au fil du récit. le lecteur ne s'ennuie pas puisqu'il est constamment sollicité par l'auteur, doutant de tout... que cela soit des personnages, des lieux, des informations données. le récit se présente comme une intrigue en kit où vous avez toutes les pièces en main mais pas le mode de montage. Les révélations sont distillées avec efficacité à des moments clefs du récit... et même ses révélations entraînent de la peur du lecteur de la suspicion.
Un roman complètement décalé qui accroche le lecteur. le seul bémol à mon sens vient de ce sentiment d'insatisfaction qu'entraîne cette fin brutale. L'auteur nous révèle tout (personnellement j'avais un gros soupçon dès la troisième partie et la rencontre entre Ted et le personnage) mais ne développe pas. C'est frustrant de ne pas comprendre les raisons des actes.
Une lecture complètement atypique se situant dans une autre dimension. J'ai énormément apprécié le style vicieux de l'auteur. Il nous balade de manière nonchalante dans le cerveau de son personnage et dans cet univers un peu à la Alice au pays des Merveilles Freudien de manière magistrale 😈
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Ariane84
  30 juin 2017
Un roman époustouflant, à la construction narrative originale et parfaitement maîtrisée.
C'est un thriller psychologique qui vous entraîne au coeur des pensées de Ted, héros de ce livre, interrompu dans sa tentative de suicide par un mystérieux inconnu.
Pas de bains de sang ni de violence ici, mais un récit palpitant qui distille petit à petit les éléments importants de l'histoire.
L'auteur a dû s'amuser à écrire son roman, et il est bien souvent difficile de distinguer la réalité de l'imagination.
L'histoire est riche et entraîne le lecteur à se questionner en permanence.
C'est un véritable coup de coeur, qui en plus d'être original offre une lecture plaisante de bout en bout, l'épilogue permettant à tous les éléments de s'imbriquer entre eux.
Je conseille à tous les amateurs de thrillers psychologiques mais également à tous ceux qui aiment être surpris lors de leur lecture.
Un auteur à suivre...
Commenter  J’apprécie          220
Annabelle19
  10 décembre 2016
J'ai gagné ce livre lors d'un concours organisé par les éditions Calmann-lévy, c'est bien la première fois que je gagne quelque chose à ce genre de jeu... merci à eux, donc !
Je dois dire que je suis bien contente d'avoir eu l'occasion de découvrir l'Opossum rose, un thriller psychologique assez fou qui m'a pas mal bluffée. J'ai même envie de qualifier ce récit de tour de force, tellement sa construction est labyrinthique, complexe et si bien ficelée. On est baladés de fausse piste en fausse piste, on se retrouve véritablement dans la tête du personnage et, pour le coup, le moins que l'on puisse dire, c'est que le chemin va être tortueux.
L'histoire, c'est celle de Ted McKay. Quand on le rencontre, il est sur le point de se suicider. Mais un homme frappe à sa porte et insiste jusqu'à ce qu'il réponde. L'homme est au courant de ce qu'il s'apprêtait à faire et lui propose un drôle de marché. C'est là que commence une histoire délirante. Ted se retrouve à tuer un homme, puis deux... avant de revenir en arrière pour s'apercevoir que les deux sont encore en vie ! Mais le sont-ils vraiment ? Laquelle de ces réalités est la bonne ? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui est faux ? Ted a-t-il commis un acte irréparable sur l'un de ses proches ? On va devoir suivre Ted dans ses "vues de l'esprit" alors qu'il cherche à dénouer les fils qui l'embrouillent et à se souvenir de qui il est réellement. Avec, régulièrement, l'apparition du fameux opossum, symbole généralement que Ted est en train de dériver sérieusement vers la folie.
Tout cela peut paraître complètement dingue (ça l'est, d'ailleurs), mais le roman se révèle vraiment passionnant. Comme Ted, on n'y comprend rien, au début en tout cas, on est plongé dans toute cette folie tête la première et on accède par étapes à plusieurs versions de la réalité. Un complot ? Un jeu tordu ? Une maladie mentale ? Une faille spatio-temporelle ? le récit nous retourne le cerveau et nous fait nous creuser les méninges pour tenter de donner du sens à ce que nous lisons.
Lorsque, vers le milieu du bouquin, les pièces du puzzle commencent à s'assembler, c'est le début d'un nouveau jeu de piste, pour comprendre l'origine des problèmes de Ted.
La vérité se dessine pas à pas, par cycles, comme ceux dans lesquels est coincé Ted. Chaque fois que l'on croit avoir compris, le récit change complètement de direction. L'intrigue est un peu construite comme une partie d'échecs, jouée contre un adversaire imprévisible, qui a chaque fois plusieurs coups d'avance sur nous et nous laisse totalement perplexe. Peu à peu, l'esprit tortueux et rempli de trompe-l'oeil de Ted se dévoile dans toute sa splendeur. On est tellement trimballés de piste en piste, l'auteur nous fait tellement tourner en bourrique, que quand les pièces du puzzle s'emboîtent finalement, on ne peut qu'être soufflé. Parce que tout s'aligne à la perfection, sans fausse note, comme un tour de magie spectaculaire.
La quatrième de couverture évoque des références cinématographiques (Shutter Island et The Game), j'en rajoute d'autres auxquelles j'ai pensé au fil de ma lecture : Memento, Vanilla Sky, Eternal Sunshine of the spotless mind. C'est le genre de livre où les références ne nous permettent pas de deviner l'intrigue, au contraire, on tente de les utiliser pour résoudre une énigme insoluble, sans jamais tomber juste.
Conclusion : j'ai adoré comment tout était ficelé, la manière dont les choses sont révélées, petit à petit, sans jamais nous perdre. La partie flash-back est très bien amenée et permet d'appréhender une nouvelle facette de Ted, jusqu'à le rendre plus ambigu. Jusqu'à la toute fin il est, je pense, impossible de deviner où le récit nous emmène, et la conclusion de toute l'histoire.
C'est un roman vraiment haletant, qu'on a du mal à lâcher avant d'avoir eu le fin mot de l'histoire. Petit ralentissement sur l'épilogue que j'ai trouvé plus long que nécessaire, mais sinon rien à redire, et je recommande chaudement cette lecture à quiconque aime les thriller en forme d'énigme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
belette2911
  09 mai 2017
Ted McKay en a marre de la vie, le révolver est prêt, il va se tirer une balle dans la tête… Merde, on sonne ! Merde, on insiste, en plus !
Qui pourrait venir te faire chier quand tu ne veux pas être dérangé ? le percepteur des contributions de Raymond Devos ? Les témoins de Jéhovah ?
Non, un type avec LA solution pour en finir plus proprement, mais avant, faut juste accomplir un petit truc… Heu, tu vas quand même le faire, Ted ??
Voilà un roman que je qualifierais de foutraque dans le sens où des tas de genres viennent se mélanger, harmonieusement, je précise, pour nous donner un roman inhabituel qui m'a fait passer un très bon moment de lecture.
Afin de mieux le vendre, les gars du marketing ont sans doute exagérés un brin (ou fumé la moquette) car ils nous disaient que pour la recette, on avait pris quelques ingrédients hitchcockiens, un peu de l'audace de Jules Verne, deux ou trois astuces du Mystère de la chambre jaune, quelques personnages façon Stephen King, l'atmosphère de Shutter Island, les scripts de Christopher Nolan, The Game et quelques épisodes de Lost.
Laissez tomber les phrases inventées par les gars du marketing, c'est pas ainsi qu'ils vendront des livres et entrez dans ce roman totalement détendu, puis laissez les tensions lentement gagner votre corps et votre cerveau patauger dans la semoule en tentant de comprendre avant le mot « fin » de quoi il retourne. Vous n'y arriverez pas.
Si au départ je me suis demandée où l'auteur comptait m'emmener, si j'ai eu peur à un moment donné qu'on n'ait rembobiné la K7 au point de départ, j'ai vite compris qu'il n'en était rien et je me suis laissée faire.
De temps en temps, l'auteur me bousculait un coup, mais j'étais bien campée dans mon divan ! Et puis, soudain, le coup fut plus violent, plus fort, plus déstabilisant… Et à chaque fois, je le sentais me frapper plus fort, jusqu'à terminer avec la batte de base-ball. K.O.
Si l'écriture ne révolutionnera rien, le scénario, lui, en revanche, à dû être une prise de tête pas possible pour l'auteur afin d'arriver à nous produire une poupée gigogne où toutes les figurines devaient s'emboiter parfaitement, le tout présenté sous forme de toile d'araignée, sans que le lecteur y perde son fil d'Ariane.
Ou son fil de Ted McKay car c'est tout de même lui le personnage principal, lui qui nous emmène dans son histoire, et lui qui, tout comme nous, se prendra quelques révélations dans la gueule. Sacré Ted… Quel truc de ouf on vient de vivre, tout les deux !
Un roman psychologique que j'ai terminé avec la tête en vrac, des pétillements dans les yeux, car j'avais été menée dans un labyrinthe démoniaque jusqu'à ma rencontre avec le Minotaure et là, j'ai applaudis des deux mains parce que nom de dieu, qu'est-ce que c'était bon de perdre ses points de repères, ses certitudes, son latin.
Un roman bluffant, un roman que je n'aurais sans doute pas lu sans les critiques élogieuses de mes petits camarades (Yvan, Ju Lit, Pierre), un roman dont les 200 dernières pages (la moitié, quoi) ont été bouffées d'un seul coup, me faisant aller au lit à minuit alors que lundi, faut aller bosser…
Pas de regrets, le scénario hyper bien ficelé qui en valait la peine !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Killing79
  27 décembre 2016
La couverture de ce roman m'a tout de suite interpellé. En voyant la photo et le titre assez original « L'opossum rose », je ne savais pas à quoi m'attendre mais ça laissait présager une histoire plutôt intrigante. Et en effet, aussitôt embarqué dans les premiers chapitres, j'ai perdu le contrôle, déstabilisé. Sans préliminaires, on entre dans la tête du personnage principal, qui est pour le moins dérangé. Les faits qu'il nous rapporte ne sont pas complètement cohérents et l'architecture du récit semble se déliter au fil des pages. Mais tout est bien maîtrisé par l'auteur et on divague dans cet esprit comme hypnotisé.
Dans la deuxième partie du livre, on sort de la tête de Ted Mc Kay pour revenir sur terre. Et là, c'est le travail de psychanalyse qui intervient. Federico Axat continue alors à nous balader entre délire et factuel pour essayer de comprendre ce qui est arrivé. Il maintient un suspense constant par la quête de la vérité. On sait qu'il s'est passé des faits dramatiques mais on reste dans un flou, qui se dissipe petit à petit. Malgré la confusion mentale omniprésente qui désempare parfois, j'ai été comme envoûté, impatient de découvrir la suite des évènements.
Pour résumer, mon premier contact avec cet auteur a été une vraie réussite. Il m'a pris par la main et m'a emporté aux frontières de la folie sans jamais m'égarer. J'ai pris beaucoup de plaisir grâce à une plume agréable et à une narration maîtrisée et parsemée de fausses pistes. Ce roman est donc un thriller psychologique que j'ai particulièrement apprécié et que je recommande aux adeptes du genre. « L'opossum rose » est la quatrième oeuvre de Federico Axat et la deuxième traduite en français. Je ne le connaissais pas avant mais je suis aujourd'hui impatient de lire le reste et je serai aux premières loges pour accueillir le prochain qui sortira !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144

Les critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   05 décembre 2016
À quelques semaines de la période des fêtes, ce très noir roman a réellement réussi à nous emballer.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   18 avril 2017
— Tu sais quoi ? Ça ne change pas grand-chose, d’être fou. Je veux dire par là que ça n’excuse pas tes gestes. Au lieu d’aller en prison, tu te retrouves dans un endroit comme celui-ci, mais il y a toujours une part de toi qui se sent coupable de ne pas avoir su contenir l’autre part. Et une part de toi le sait. Elle sait tout.
Commenter  J’apprécie          290
Souri7Souri7   19 avril 2017
La folie est une autre dimension[...]. Un monde qui a ses propres règles, comme les rêves.
Commenter  J’apprécie          321
ValettesangpagesValettesangpages   27 octobre 2016
Ted Mc Kay allait se tirer un balle dans le crâne lorsque la sonnette retentit. Avec insistance.
Il attendit. Impossible de presser la détente avec quelqu'un à la porte.
Qui que tu sois, va-t'en.
Mais le visiteur insistait.
- Ouvrez ! Je sais que vous m'entendez ! hurla-t-il.
La voix raisonna dans son bureau si clairement, curieusement, que Ted douta un court instant de sa réalité.
Il regarda autour de lui comme pour chercher une preuve de ce cri dans la pièce déserte-ses livres de comptes, la reproduction du tableau de Monet, le bureau et, pour finir, la lettre où il expliquait tout à Holly.
-Ouvrez-moi, s'il vous plait !
A quelques centimètres de sa tête, le Browning était de plus en plus lourd. Si l'inconnu entendait le coup partir et appelait la police, son plan tomberait à l'eau. Holly et les filles étaient à Disney World et il ne voulait pas qu'elles apprennent la nouvelle de sa mort aussi loin de chez elles. C'était hors de question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ludi33ludi33   11 avril 2017
À cet instant, dans les rayons de lumière qui filtraient à travers les sapins, il découvrit à quelques mètres de lui la forme bien reconnaissable d’un fer à cheval. Il n’eut même pas à se lever, il lui suffit de ramper pour l’atteindre. Il le prit à deux mains, émerveillé de sa ressemblance avec celui de Miller (au fond, il savait que c’était le sien).
Que faisait cet objet au beau milieu de la forêt ? Il l’observa longuement, puis le glissa dans la poche de son pantalon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
roma1005roma1005   28 avril 2017
À l'heure où je vous parle, je suis certainement chauve 😜.
La raison :CE livre.
Je ne me suis jamais autant arrachée les cheveux avec un bouquin !!
On se fait trimbaler, on ne sait plus si c'est réel ou sorti tout droit de la tête de Ted, mais c'est tellement bien fait, que l'on en redemande.
L'auteur a parfaitement maîtrisé son sujet 👍.
Ted est sur le point de se suicider quand quelqu'un frappe à sa porte. Il ne veut pas répondre, mais la personne insiste...
Un petit bout de papier posé sur la table attire son attention, il l'ouvre et lit : Ouvre, c'est ta dernière chance.
Et là c'est parti pour 424 pages de pur délire psychologique 😜
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Federico Axat (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Federico Axat
Federico Axat presenta su más reciente libro "La última salida".
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .