AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815907873
232 pages
Éditeur : L'Aube (02/05/2013)
4.29/5   7 notes
Résumé :
"Mes yeux sont sourds, mes paupières restent closes et ma bouche, éteinte. Car je suis bel et bien mort. Mais c'est avec stupéfaction que je comprends que je vais tout entendre de leurs discours. Et que mon enfer durera quarante longs jours."

Le narrateur est mort, certes, mais il est bel et bien le personnage principal de la tragi-comédie qui va suivre ! Condamné au silence, il assiste, impuissant, au pugilat entre ses femmes et à la détresse de sa m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
claraetlesmots
  27 juin 2013
Un jeune homme de trente-cinq ans est mort à Paris. Il est le narrateur de ce récit. Son corps et rapatrié au Maroc la terre de sa famille. Bien que né en France, c'est à Fès que son corps sera gardé en attendant l'arrivée de ses parents selon le rite musulman. Son corps est exposé pour la venue des voisins, des amis, de la famille. Il entend tout le bien, comme le mal, les mensonges comme les pleurs. Il sait comment se déroule les funérailles. Mais il a peur. Pas de la mort mais que son existence en France soit mise à nue. Et elle l'est.
Une attente qui va durer quarante jours, autant de journées où tout s'effondre, où la vérité prend un autre visage. . de Paris, trois femmes qui ne se connaissent pas arrivent affirment chacune être sa compagne. de son sont statut de mort pleuré, il devint un objet de honte. Impuissant, il raconte ses propres mensonges qu'il a brodé tout la comme vie qu'il disait mener. Mais l'arrivée surprise des compagnes n'est pas la dernière en révélation inattendue.
L'auteure alterne habilement les traditions marocaines et toute une famille qui va se confronter elle-même à ses propres secrets et la vie du narrateur. Deux styles où poésie et lyrisme contrastent avec une langue actuelle sans concession. Entre traditions et modernité, ce roman s'élève comme un chant où colère, honte et rédemption dominent. Et les désillusions de jeune homme nous sautent à la gorge comme le témoignage de ses rêves inaccomplis.
Même si ce roman n'est pas parfait, l'écriture de Samira El Ayachi est un chant à elle tout seule. Elle réussit ce pari d'intégrer la mort comme entité, les coutumes religieuses et de nous pendre la main par cette histoire dont la dimension fait réfléchir.
Une lecture qui sort des sentiers battus !
http://fibromaman.blogspot.fr/2013/06/samira-el-ayachi-quarante-jours-apres.html
Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bibu
  21 juin 2017
Mieux vaut tard que jamais! Je suis enfin allée chercher ce livre hier... et je viens de le terminer.
Une plume magnifique, j'ai été touchée comme je ne l'avais pas été depuis longtemps par une lecture... Au fil des pages, je suis passée par toutes les émotions, j'ai quitté ce récit à regrets, tard dans la soirée, parce qu'il était l'heure. Et aujourd'hui, à peine le travail quitté, je l'ai laissé m'emporter à nouveau.
Incroyable lecture, des mots et justes et une histoire prenante, je suis complètement soufflée.
Il est des lectures qu'on a envie de partager, de faire connaître... et celle-ci est une perle que je ne peux que conseiller à chacun de découvrir au plus vite
Commenter  J’apprécie          00
anniefrance
  17 août 2019
lu à sa sortie; j'ai oublié les détails mais il s'agit des 40 jours de deuil prescrit par la religion; le mort entend tout ce qui se dit de lui.
Commenter  J’apprécie          40
Cherrine
  23 juin 2013
Mon Coup de Coeur ! Excellent roman, dans un style très différent du premier de cette jeune auteure. Entre France et Maroc, l'histoire d'un jeune homme mort autour duquel tout le monde se rassemble. Il va vivre l'enfer car il entend tout ce qu'il ne se dit ordinairement pas chez les vivants . Une histoire bien ficelée et une remarquable maitrise de la langue. Lu en deux nuits. Auteur à suivre.
Commenter  J’apprécie          00
Sara-Noor
  16 mars 2014
excellent
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CherrineCherrine   23 juin 2013
J’ai déjà assisté à des funérailles musulmanes. Je sais que le pire moment va survenir en ce troisième jour après ma mort. Dans toutes les pièces de la maison, chambre ou salon, dans les escaliers pentus, sur la terrasse du dernier étage, les voisins, proches ou lointains, accourront dès le petit matin jusque tard dans la nuit afin de présenter leurs condoléances à la famille. Ils resteront pour déjeuner, goûter, dîner, dormir ici ou là à mes pieds en voie de décomposition. Au petit jour, on leur servira même un petit déjeuner. Le service interminable se répétera jusqu’à ce que le dernier visiteur s’en soit allé. Pendant ce temps-là, dans la cuisine, des femmes déposeront leurs fesses lourdes sur des planches installées à la va-vite à même le sol. Elles retireront leur ceinture pour être plus à l’aise dans leurs mouvements. Le buste penché au-dessus de bassines en plastique, elles éplucheront par kilos des oignons rouges. Par seaux entiers elles videront leurs larmes de mère en deuil sur le sol froid, et les bonnes racleront le carrelage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmotsclaraetlesmots   27 juin 2013
Et je me demande " Qu'ont donc tous ces gens? " N' y a t-il pas endroit plus propice à déballer ses petite affaires que sur la table de mes funérailles ? Depuis ma mort, chacun se hâte de décharger sa conscience en me rapportant comment, toute sa vie durant , il ou elle manœuvré pour dissimuler une partie de son identité. Surtout, je comprenais que dans le moindre recoin de ce pays , toute chose est autorisée tant qu'elle demeure, clandestine, calfeutrée dans le psyché de l'individu. C'est le règne de la vie souterraine, au détriment de la vie révélée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

Videos de Samira El Ayachi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samira El Ayachi
Les Matinales présentées par Sandrine Sebbane. Thème : Les femmes avec Samira Al Ayachi, auteure de « Les femmes occupées », La bajon, humoriste, Louise Ebel, auteure de « Excessives ! », Fernanda Barth et Régis de Martrin-Donos, comédienne et auteur de la pièce « Des femmes ».
autres livres classés : roman philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
374 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre