AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280980768X
Éditeur : L'Archipel (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Joseph Staline (1878-1953), secrétaire général du PCUS de 1922 à 1952 et dirigeant de l’URSS jusqu’à sa mort, a établi en Russie un régime de terreur totalitaire, marqué par le culte de la personnalité. Les historiens lui attribuent la responsabilité de la mort de plusieurs millions de personnes. Mais son souvenir est également associé à la victoire militaire contre l’Allemagne nazie, qui lui conféra, après-guerre, un immense prestige et permit au successeur de Léni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
RusenRusen   09 août 2016
De la prise du pouvoir par Lénine et les siens jusqu'à la fin de l'URSS ou presque, l'histoire de ce nouvel Empire russe se résume à la volonté absolue de plaquer des théories préétablies sur une réalité qui ne lui correspond pas, quelles qu'en soient les conséquences humaines. Autrement dit, et ce sera encore plus vrai avec Staline, c'est à la société de s'adapter à l'analyse qui en est faite, quelles que soient les approximations. Et non pas à l'analyse de rendre compte de son état réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   05 décembre 2017
Dur et insupportable est le sort de la classe ouvrière. Lourdes et accablantes sont les souffrances des travailleurs. Esclaves et maîtres, serfs et seigneurs, paysans et grands propriétaires fonciers, ouvriers et capitalistes, opprimés et oppresseurs – ainsi s’édifia le monde à travers les siècles, tel qu’il demeure aujourd’hui encore dans l’immense majorité des pays. Des dizaines et des centaines de fois les travailleurs ont tenté tout au long des siècles de secouer le joug de leurs oppresseurs et de se rendre maîtres de leur destinée. Mais, chaque fois, battus et déshonorés, ils ont dû reculer, avec, au fond du cœur, l’offense et l’humiliation, la colère et le désespoir, et les yeux levés vers un ciel impénétrable, où ils espéraient trouver la délivrance. Les chaînes de l’esclavage demeuraient intactes, ou bien les vieilles étaient remplacées par de nouvelles, aussi lourdes, aussi humiliantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   05 décembre 2017
« Il y a aujourd’hui sur la terre deux grands peuples qui, partis de points différents, semblent s’avancer vers le même but : ce sont les Russes et les Anglo-Américains. […] L’Américain lutte contre les obstacles que lui oppose la nature ; le Russe est aux prises avec les hommes. L’un combat le désert et la barbarie, l’autre la civilisation revêtue de toutes ses armes : aussi les conquêtes de l’Américain se font-elles avec le soc du laboureur, celles du Russe avec l’épée du soldat. Pour atteindre son but, le premier se repose sur l’intérêt personnel et laisse agir, sans les diriger, la force et la raison des individus. Le second concentre en quelque sorte dans un homme toute la puissance de la société. L’un a pour principal moyen d’action la liberté ; l’autre, la servitude. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 décembre 2017
Si une nation est maintenue par la force dans les frontières d’un État donné, si, malgré le désir exprimé de sa part – peu importe que ce soit exprimé dans la presse, dans des assemblées populaires, dans les résolutions des partis ou dans des émeutes et des soulèvements contre le joug national –, on ne lui accorde pas le droit de trancher par un vote libre, sans la moindre contrainte, après l’évacuation totale de l’armée de la nation à laquelle elle est rattachée (ou en général d’une nation plus forte), la question des formes de son existence politique, alors son rattachement est une annexion, c’est-à-dire une conquête et un acte de violence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 décembre 2017
 La guerre est un accélérateur de l’Histoire. » Elle révélera en effet toutes les contradictions de la société russe contre lesquelles, par des moyens divers, nombre d’hommes et de femmes se sont levés jusqu’alors en vain, notamment en 1905. Mais personne ne croit à une révolution imminente.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : 1917Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Expressions populaires (2)

En rang...

de poireau
d'oignon
d'échalote
de ciboulette

10 questions
1564 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , expressions imagées , langue françaiseCréer un quiz sur ce livre