AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253933473
Éditeur : Le Livre de Poche (15/05/2002)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Dans tous les domaines où prévalaient autrefois l'intelligence, le bon sens, l'esprit critique et constructeur, c'est par quelque singularité facilement accessible à la sensibilité bourgeoise qu'un homme se fait maintenant apprécier.
Dans son milieu, on ne juge plus guère un individu sur ses capacités professionnelles, sur ses talents d'organisateur ou sur ses vertus familiales, mais sur des nuances de son tempérament, des aptitudes mineures et exquises, des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BVIALLET
  29 avril 2012
Une suite d'entretiens philosophiques, un peu dans la tradition classique, sous la forme de dialogues (de sourds quelquefois...) entre l'auteur et un certain Monsieur Lepage, petit bourgeois borné et réactionnaire qui condamne avec la plus grande vigueur les dérives de la littérature et de la poésie moderne, toutes deux égarées dans les marécages du romantisme, du surréalisme, de l'existentialisme et de toutes sortes de perversions en isme. D'après lui, tout a commencé par les romantiques pour en arriver à sa bête noire, le grand pervertisseur, Charles Baudelaire et aller ensuite de mal en pis avec des auteurs comme Valéry, Gide ou les poètes hermétiques. Progressivement, le mal s'est étendu à la peinture avec Picasso et consorts puis à toutes les formes d'art avant de contaminer jusqu'à la substance même de la civilisation. Résultat : le bourgeois ne croit plus du tout en lui-même et en arrive à bêler à l'unisson de ses pires ennemis : les communistes.
Un essai politico-socio-philosophique assez particulier marqué au coin du bon sens et dans lequel Marcel Aymé se garde bien de prendre parti. Mais c'est un esprit fin, roublard, un peu anar et un tantinet retors. Il profite de ces dialogues faussement socratiques pour asséner quelques vérités bien envoyées tout en montrant le ridicule d'une théorisation tranchée et même poussée jusqu'à l'absurde. Ecrit en 1949, ce texte assez court (150 pages) n'a pas pris une ride. La sottise et le pédantisme tiennent toujours le haut du pavé aujourd'hui...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gill
  22 février 2012
Cet essai est un propos supposé entre l'auteur et Mr Lepage, un interlocuteur imaginaire quelque peu obtus et réactionnaire.
Ces réflexions sur les milieux intellectuels, bourgeois et artistiques permettent à Marcel Aymé d'égratigner, avec un sourire souvent moqueur et parfois cruel, la société de son époque et, de considérer avec ironie les nantis et les bien-pensant.
Cet ouvrage paru en 1949, n'a pas pris une ride et démontre, s'il le fallait, de la modernité de l'oeuvre de Marcel Aymé.
Commenter  J’apprécie          90
Bobinou
  17 mai 2014
Mon premier Marcel Ayme, je pioche dans la pléiade et voilà que son nom. Dans les rangées de ma librairie, 3 choix s'offrent à moi, je choisi le Confort intellectuel. Pour ma tête, le confort ne fut par certain au début, dictionnaire aux aguets, relecture de phrase, mais passé le cap, j'ai adoré.
Le sujet? le romantisme et son utilisation excessive des superlatifs en tout genre pour qualifier les choses les plus abstraites. L'utilisation de mots pour une poésie assoiffée de musicalité peu soucieuse du caractère étymologique. Jacques Audiberti serait ravit.
À dire vrai, je trouve ce dialogue entre deux hommes imaginaires encore juste de nos jours, où l'on s'extasie devant des choses insignifiantes. Quel est le véritable camp de l'auteur? Il tente de nous le cacher même si, par son histoire personnel, on se doute de son camp.
J'ai aimé et je lirais très vite un autre de ses ouvrages d'une richesse littéraire remarquable.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
lanardlanard   15 juillet 2010
Page 117 :
Autrefois, l’art était tout bonnement une façon de faire. Il y a un peu plus de trois cents ans que le mot a commencé à se draper dans un brouillard majestueux et par la suite, il s’est tellement sublimé qu’il est devenu je ne sais quelle angoisse cosmique. quel infini indivisible dont le principe imprégnerait certaines créations de l’homme. Tout ça me paraît fleurer la mysticité et ressemble fort à une invention de cuistres laïques en mal de religion. L’Art majuscule, prétexte à com­bien de doctrines, théories, invocations, prédica­tions, et qui a ses rites et ses augures, je lui trouve un air de famille avec le Bon Dieu. Et quant à l’art sans majuscule, quant à ce participe divin dont les initiés éprouvent si vivement la présence dans un poème ou dans un tableau, ne vous semble-t-il pas qu’il est au chef-d’œuvre ce qu’est l’âme à la chair d’un chrétien? Je vous dis que ce ne sont pas là des façons claires de parler. Quand on parle de l’Art, tout le monde se comprend et personne ne sait au juste de quoi il s’agit. Voilà bien le pire danger. Se comprendre à demi-mot entre initiés tout en ne comprenant rien, c’est, je crois, le véritable mal du siècle — un mal qui n’est peut-être pas particulier à la bourgeoisie, mais dont elle est tout de même seule à crever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gillgill   22 février 2012
On devrait pouvoir dire à propos de la littérature ce que la déclaration des droits a dit de la liberté de l'individu. Quoi de plus simple et plus logique ?
"La liberté de la littérature finit où commence celle des autres activités humaines."
- Ce serait une définition bien vague, dis-je. Si la littérature devait s'insérer entre les autres activités humaines, j'ai idée qu'elle serait plutôt à l'étroit. Son rôle deviendrait bien effacé.
- Pourquoi donc ? Elle serait l'huile qui graisserait les rouages de la machine sociale. Elle aurait là un rôle plus estimable, du reste beaucoup plus difficile à tenir, que celui de la nébuleuse divinité qu'elle s'est assignée depuis cent cinquante ans. Il y faudrait au moins autant de talent et de génie et, à coup sûr un sens plus profond et plus complet de l'humain..
Je crois aussi que l'art n'aurait rien à y perdre. Mais je vous concède que ma définition n'est pas tout à fait au point. Disons plutôt : "la liberté de la littérature finit où commence celle des autres activités de l'esprit." Voilà qui n'est pas mal...
(extrait du chapitre VII)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLETBVIALLET   29 avril 2012
Pourquoi diable, dans leurs assemblages invertébrés et insignifiants, croient-ils devoir supprimer les points et souvent jusqu'aux majuscules qui pourraient imposer à l'esprit du lecteur l'idée de pause, de respiration ? Ne savent-ils donc pas que la musique est d'abord ponctuation ? 
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLETBVIALLET   29 avril 2012
Mais les riches sont souvent insatiables. Il ne leur suffit pas d'être installés dans leurs abus et d'en jouir avec lucidité. Il leur faut encore le frisson du pauvre. C'est un luxe qui finit par leur coûter cher et, en premier lieu, leur confort intellectuel. 
Commenter  J’apprécie          40
KichigaiKichigai   28 février 2016
[ ... ] Quand vous y aurez soigneusement réfléchi, vous vous demanderez peut-être si le romantisme d'un homme intelligent et sensible n'est pas préférable au bon sens.d'un confortable et prudhommesque imbécile et si la bourgeoisie aurait tellement à gagner en échangeant son cheval borgne mais tout de même assez fringant, contre une vieille carne aveugle.

pp. 173-4
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Marcel Aymé (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Aymé
Emission "Une vie, une oeuvre" du 4 juillet 1991 consacrée à Marcel AYME. Une émission proposée par Pascale CHARPENTIER qui retrace à travers une série d'interviews, d'archives et de lectures, la vie et l'oeuvre de Marcel AYMÉ. Ecrivain de gauche puis de droite, il fut décrié et traité de collabo par l'inteligentsia de l'époque. Coupable ? Collabo ? Il n'en reste pas moins un auteur à l'humour féroce. Avec les romanciers, Jacques LAURENT et Alphonse BOUDARD, le metteur en scène Georges WILSON, l'écrivain et petit-fis de Louis Ferdinand Céline Jean-Marie TURPIN, le professeur d'histoire Pascal ORY et Michel LECUREUR, professeur et biographe. Avec les voix de Marcel AYME, Gen PAUL , Antoine BLONDIN et ARLETTY.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : pamphletsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marcel Aymé

En quelle année est né Marcel Aymé?

1880
1897
1902
1910

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel AyméCréer un quiz sur ce livre