AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246101116
Éditeur : Grasset (30/11/-1)
3.53/5   19 notes
Résumé :
Les femmes convenables sont toutes les mêmes. Aussitôt qu'elles s'énervent, les voilà parties à rêver de lanternes rouges et du diable sait quoi ! Est-ce qu'il y a besoin de se mettre la cervelle à l'envers pour être heureux dans l'amour ?


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  12 février 2012
Lucienne est mariée à Moreau, celui-ci exerce le métier de joaillier et il est plus âgé qu'elle. Lucienne est une femme de tempérament, elle méprise et malmène Duxin, le paisible boucher de la rue, mais elle est attirée par sa force et sa vigueur. Elle mène tout son petit monde à la baguette jusqu'à l'irréparable. L'épilogue est inattendu et étonnamment moral. Cette pièce fourmille de seconds rôles, tels que le fils de Duxin et la fille de Moreau secrètement amoureux. C'est un morceau de théâtre réjouissant.
Commenter  J’apprécie          101

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   12 février 2012
Alfred.-
Un boucher, ce n'est jamais une compagnie agréable. On a un tablier taché de sang, on manie de la viande, on trimbale des bêtes qui vous saignent sur les bras...on sent la viande et la sciure de bois...Ah ! ce n'est pas comme dans la bijouterie !
Madeleine.-
Oh ! vous savez, la bijouterie...D'abord, ce sont mes parents qui sont dans la bijouterie, moi je ne suis rien...J'attends...
Alfred.-
Tout de même, quand on a grandi dans les pendules de marbre, c'est autre chose que d'avoir toujours vu de la viande. Dans la bijouterie, on a de la conversation, on sait se faire écouter...Il y a de la différence, allez...La preuve en est que Mr Moreau ne peut pas s'accorder avec mon père...
(extrait de la scène VI de l'acte I)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   07 mai 2011
Les femmes convenables sont toutes les mêmes. Aussitôt qu'elles s'énervent, les voilà parties à rêver de lanternes rouges et du diable sait quoi! Est-ce qu'il y a besoin de se mettre la cervelle à l'envers pour être heureux dans l'amour?
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   07 mai 2011
On n'a pas grand mérite à prendre patience quand on est incapable d'un mouvement de colère... de juste violence...
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   07 mai 2011
Il y a des brutes qu'on n'apprivoise pas. On les dompte.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marcel Aymé (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Aymé
Marcel Aymé : “Le passe-muraille”, suivi de “La carte” (1957 / France Culture). Photographie : La statue du “Passe-muraille” de Jean Marais, d'après l’œuvre de Marcel Aymé à Paris, Montmartre • Crédits : Jean-Didier Risler / Only France - AFP. Lecture du soir par le comédien Philippe Dumas : “Le passe-muraille” et “La carte” de Marcel Aymé, une émission diffusée pour la première fois sur France Culture le 19 août 1957. Dans le journal « La vie doloise » du 27 octobre 1967, Charles Laurent, un ami d'enfance de Marcel Aymé, racontait : « J'ai eu l'immense privilège de lire “Le passe-muraille” en cellule, à la prison de la Butte ! Peu de lecteurs de Marcel Aymé ont eu, si j'ose dire, cette chance. Ceux qui l'ont lu le soir, en pantoufles, chez eux, au coin du feu, se sentent moins concernés par les aventures de Dutilleul que le taulard qui en est à son quatre-vingt dixième jour à l'ombre. » Le recueil de nouvelles auquel “Le passe-muraille” donna son titre fut publié en 1943. Tous les récits qui le composent, à l'exception d'un seul, ont été rédigés pendant la guerre, et portent, d'une façon plus ou moins discrète, sa marque. “La carte”, la troisième nouvelle du recueil, est écrite à la façon du journal d'un certain Jules Flegmon, qui nous raconte comment, après qu'il a entendu parler d'une prochaine mise à mort des consommateurs improductifs, est bientôt rassuré par un ami conseiller à la préfecture de la Seine : « Naturellement, lui dit ce dernier, il n'est pas question de mettre à mort les inutiles, on rognera simplement sur leur temps de vie. » Lorsque l’on songe que cette nouvelle a été publiée pour la première fois en avril 1942, on mesure à quel point l’humour et la fantaisie côtoient souvent, chez Marcel Aymé, une noirceur profonde. Pour une « lecture du soir », Philippe Dumas lisait “Le passe-muraille” et “La carte” et en rendait brillamment l'humour, la mélancolie et la noirceur dans une émission diffusée pour la première fois le 19 août 1957 sur les ondes de France Culture.
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marcel Aymé

En quelle année est né Marcel Aymé?

1880
1897
1902
1910

10 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel AyméCréer un quiz sur ce livre