AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782092580110
Éditeur : Nathan (14/06/2018)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Pour réparer leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux atterrissent en catastrophe sur une planète inconnue. La découverte de ruines d’une civilisation disparue ravive l’espoir de la capitaine : cette
nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? Mais une partie de l’équipage est prête à tout pour repartir au plus vite, malgré l’état du vaisseau…
La rencontre soudaine avec un peuple primitif qui les prend pour des dieux, les Sept Dormants, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Les_Hannibal_Lecteurs
  04 avril 2019
La planète des sept dormants est un livre de science-fiction. L'histoire est assez simple à comprendre mais l'auteur utilise un vocabulaire particulier de science-fiction . En effet, il parle d' »exosquelette », d' « empathe » etc.
Concernant les personnages, il existe plusieurs rivalités entre eux tout particulièrement entre le capitaine et un des deux lieutenants du vaisseau spatial. Les personnages ont des caractères opposés ce qui selon moi donne de l'intérêt à l'histoire. Mon personnage préféré est l'empathe (créature vivant dans les pensées) car il possède un pouvoir extraordinaire. de plus, j'apprécie son caractère, il est réservé, il voit souvent les choses avec objectivité. Dans ce livre, il n'y a ni méchant, ni gentil. La plupart des personnages visent leur intérêt personnel. L'auteur veut nous montrer que parfois sous l'aspect primitif de certains peuples se cache juste une civilisation différente.
Alexandre V.
-------------------------------------------------------------------------------------
La couverture du livre est sombre ce qui la rend mystérieuse, les personnages sont représentés
en noir. L’environnement paraît encore plus étrange. Tous ces éléments de mystère donnent envie de lire ce livre. J'ai trouvé que l'histoire était assez dure à comprendre car pour chaque chapitre l'auteur change de lieu. Il y a beaucoup d'actions. Il suffit de mal assimiler un chapitre pour perdre le fil de l'histoire et il y a beaucoup de retournements de situation.
Le vocabulaire est spécial, il y a beaucoup de termes scientifiques comme exosquelette, certains sont durs à comprendre .
Je pense que l'objectif de ce livre est de montrer que même si on pense que tout est perdu, il reste toujours une lueur d'espoir .
Je trouve que la description des personnages est trop longue lors des rencontres de l'équipage.
Par contre j'ai bien aimé l'action qu'il y avait, on ne s'ennuie jamais.
Arthur P.
.......................................................................................................
Ce roman avait tout pour être génial car l'histoire est très bien pensée et très attrayante. Le texte était riche en idée, comme le vaisseau qui est personnifié constamment en un corps humain. Le vaisseau est construit à partir de la biomécanique ce qui crée donc quelques passages assez morbides comme le cimetière qui est assimilé au pancréas du vaisseau. Ou bien le fait de créer une sorte de monde comme dans Star Wars avec plusieurs planètes et un empire galactique... Il y a eu beaucoup de suspense dans cette lecture avec l'assassinat anonyme d'un personnage au tout début du livre qui reste présent dans notre esprit jusqu'à ce que l'assassin soit révélé à la fin du roman... De nombreux termes liés à l'astronomie sont utilisés, cela donne une lecture riche et très agréable. Par contre, ce livre contient beaucoup de personnages ce qui rend un peu compliqué la lecture du début de l'histoire. A cause de cela, le lecteur est obligé de revenir au début du livre pour savoir qui est qui et pour comprendre le texte... De plus, chaque personnage réalise un trop grand nombre de métiers ce qui parfois peut prêter à confusion. La création de ce peuple autochtone est intéressante mais à mon avis, quand l'auteur a pensé et a écrit ce livre, il a eu la folie des grandeurs : pour les deux peuples différents du roman, les Sheninis et les explorateurs, l'auteur qui voulait certainement bien les détailler a décidé de créer beaucoup trop de personnages. De plus, le sexe des personnages n'est pas bien défini. Mais malheureusement, à cause de tout cela, on ne s'y retrouve pas. Je n'arrive pas à m'identifier aux personnages, certainement car ce roman manque d'action. Le personnage de Danco m'a captivé particulièrement. J'ai trouvé son métier d'Empathe linguiste fascinant. Dommage que ce métier ne soit qu'imaginaire. Ce roman contient beaucoup de descriptions qui ne semblent pas toujours très utiles pour la compréhension et peuvent ennuyer le lecteur. L'univers du livre permet au lecteur d'imaginer beaucoup de choses en marge de la description de l'auteur. On imagine ce que pourrait être la vie des personnages, le monde dans lequel ils vivent ou l'identité de la planète, ses caractéristiques. Tout cela dans le récit est à peine détaillé. L'illustration de la première et de la quatrième de couverture sont fascinantes. Elles nous transportent d'office dans un monde galactique mais avec une histoire et des légendes. Même si dans l'ensemble ce livre ne fait pas l'unanimité, ce roman mériterait un deuxième tome. Dans l'ensemble cette lecture est décevante. Pourtant, ce livre paraissait génial et très rythmé à la lecture de la 4ème de couverture et des quelques résumés que l'ont peut trouver.
Ilan S.
-------------------------------------------------------------------------------------
Dans ce livre, il n'y a pas d'images et je trouve que c'est bien car on peut s'imaginer le décor et les personnages. Il n'y a pas de description et j'aime bien cela. Je n'ai ressenti aucun suspens mais j'ai trouvé qu'il y avait assez d'action à mon goût. J'ai trouvé que le vocabulaire était un peu compliqué mais néanmoins ça m'a fait apprendre des mots nouveaux. J'ai adoré la couverture du livre, super bien dessinée. La taille de police, je la trouve un peu petite mais cela ne m'a pas gêné. La 4 ème de couverture était bien faite, je nai pas un personage préféré car je ne me suis identifié à aucun d'eux.
Xavier N.
----------------------------------------------------------------------------------
J’ai remarqué que Gaël Aymon faisait de nombreuses descriptions, schématisant parfaitement l’histoire aux lecteurs à partir de sa propre imagination. Il apportait beaucoup de suspens pendant les chapitres et les parties, en plaçant parfois des chutes terriblement frustrantes, ainsi que des actions coordonnées et très bien rythmées.
Le vocabulaire était très complexe, ce qui m’a permis d’apprendre de nombreux mots, tel qu’« abhorrer ». Il était également spécialisé dans le domaine de science-fiction.
J’ai adoré Danco dans son attitude, la manière dont il devinait les émotions des gens d’un simple regard et sa volonté d’aider l’équipage qui ne lui avait jamais donné une once d’attention. Son courage et son intelligence faisaient de lui ce qu’il était ; un personnage fabuleux ! J’ai également apprécié An-Mir, car elle agissait et ne s’appuyait pas sur Danco pour progresser dans la langue des otochtones. Sa décision à la fin du livre me parut judicieuse car il allaient de toute façon rester bloqués sur cette planète, autant se reproduire. J’ai trouvé Melae très lasse car c’est une capitaine et à partir du moment où ils ont atteri, elle est devenue inutile et irresponsable à mon goût, ne donnant que très peu d’ordres car elle ne contrôlait plus la situation.
J’ai trouvé la construction de l’histoire très simple, ce qui n’est pas habituel dans les romans de science-fiction ! Néanmoins elle est passionnante et entraînante.
Alaric P.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lunartic
  23 juin 2019
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un roman de science-fiction jeunesse du moins supposé l'être, même si je le classerais personnellement dans la catégorie des YA, La Planète des 7 Dormants. Je dois bien reconnaître que j'ai repoussé la rédaction de cette critique littéraire pendant des mois. La raison ? Vous n'allez pas me croire, mais je n'ai pas aimé ce livre. Si, c'est possible. C'est très rare que je n'aime pas l'une de mes lectures et, généralement, quand c'est le cas, j'arrive quand même à trouver des qualités au livre en question. Rassurez-vous, La Planète des 7 Dormants n'a pas su trouver grâce à mes yeux mais il avait tout de même du potentiel. Ce qui me désespère d'autant plus à son propos... Je remercie néanmoins les éditions Nathan pour ce magnifique envoi. En effet, si l'objet-livre a été superbement travaillée avec notamment cette couverture qui vendait clairement du rêve à la grande amatrice de space opera que je suis, le contenu, en revanche, ne m'a franchement pas convaincue...
Par où commencer ? Difficile de me décider... L'intrigue me semblait prometteuse, assez classique mais cependant efficace en temps normal : un groupe d'astronautes venant d'une planète dont je suis incapable de me rappeler le nom débarque sur ce qui était feu notre Terre et découvrent avec stupeur qu'elle est habitable et habitée. Alors que l'équipe se retrouve séparée, sept d'entre eux vont se faire passer pour les sept dieux représentés par les sept dormants ayant subsisté de l'ancien temps, d'où le titre (quelle logique !). D'habitude, j'aime ces histoires qui nous entraînent aux confins d'une galaxie qui plus est pétrie de tensions et menacée de guerre ou d'extinction. D'autant plus qu'ici, notre planète bleue a été ravagée et qu'il n'en subsiste presque rien. Il y avait là véritablement matière à faire, notamment en terme de message écologique parlant. Mais in fine, chaque idée que propose l'auteur retombe à plat tel un soufflé et mon enthousiasme initial a fini par faire de même.
Pourtant, et c'est là probablement le seul point positif que je retiens du livre, l'auteur avait de l'imagination à revendre et une belle idéologie à défendre, cela se sentait. C'était d'ailleurs la première fois que je rencontrais sa plume et cette dernière a su me séduire, contrairement à ce qui en a jailli. En effet, l'écriture de Gaël Aymon est fluide, elle est parvenue à me transporter malgré le vide intersidéral de l'intrigue et ça, c'est déjà un bel exploit pour un livre qui ne m'a pas du tout marquée. Je suis désolée de me montrer aussi dure mais c'est ainsi. Pour tout vous avouer, j'appréhendais ma lecture avant même de la commencer. Je me demandais comment l'auteur allait parvenir à développer son univers en un si petit nombre de pages, surtout que, pour ce qui est des littératures de l'imaginaire, cela prend beaucoup de temps d'immerger le lecteur dans un univers pratiquement crée de A à Z et de lui en faire comprendre tous les tenants et aboutissants, de l'étoffer et de le rendre suffisamment crédible et vraisemblable. In fine, mes craintes se sont confirmées car, selon moi, il aurait bien fallu le double de pages ou alors un tome deux pour que l'univers, les personnages et les rebondissements qui surviennent puissent être véritablement bien construits et percutants. Pour un livre qui se veut jeunesse/YA (la cible éditoriale n'est pas véritablement précisée et ce n'est pas plus mal, tout un chacun pouvant ainsi s'essayer à la lecture de ce livre) et donc suffisamment accessible, force est de constater que l'intrigue qu'il nous propose est tout simplement déroutante. Même pour l'habituée de la sci-fi que je suis, j'ai trouvé que la trame de la Planète des 7 Dormants était très confuse. Je ne parvenais plus à m'y retrouver entre la multitude de personnages, les diverses planètes et les sauts entre événements passés et présents. Pourtant, généralement, j'aime quand je me fais balader par le livre, autant dans le temps que dans l'espace, ainsi qu'avec les changements de points de vue. Justement, j'apprécie particulièrement quand un ouvrage sort des sentiers rebattus, quand il brise les codes et ne se contente pas de nous délivrer une simple narration linéaire. Mais ici, c'est résolument ce que Gaël Aymon aurait dû faire car, à vouloir trop en mettre, trop de personnages, trop de révélations, trop d'informations, trop de comportements différents, dans le but de tout caser et ce en un peu moins de trois cent pages, on finit par décrocher. Pour ma part, j'ai tenu jusqu'au bout car je souhaitais voir où cela allait me mener mais, honnêtement, j'ai réussi à trouver le temps long avec un petit livre (oui, pour moi, moins de trois cent pages, surtout pour de la SF, c'est un petit livre) aussi peu épais que celui-là. Une rareté qu'il fallait souligner.
Cependant, malgré le fait que ce roman et surtout ses protagonistes m'ont profondément agacée, je suis parvenue à discerner les petites perles de grande intelligence cachées dans tout ce gloubi-boulga. Elles étaient disséminées dans un tel chaos que leur éclat de lumière s'en est retrouvé sérieusement affaibli mais elles sont néanmoins bien là. J'ai par exemple été très touchée par la réflexion émise par l'auteur sur le pouvoir prodigieux de la connaissance face à l'ignorance monstrueuse des hommes qui a mené ceux de ce livre à la catastrophe, mais elle est si fugace, passant telle une étoile filante, que je me suis alors demandée si je ne l'avais pas rêvée. La Planète des 7 Dormants m'a sérieusement donné l'impression d'être un concentré d'occasions manquées.
Et parmi ces nombreuses opportunités à côté desquelles l'auteur est passé, j'y inclus également les personnages sortis de son imagination. Vous avez sûrement dû remarquer que je n'avais pas parlé plus en détails en ces derniers pour l'instant. La raison à cela est que je n'en ai retenu aucun qui soit marquant. Pour être tout à fait franche avec vous, même quand j'étais en pleine lecture de la Planète des 7 Dormants l'été dernier, j'étais obligée de me répéter constamment les prénoms de chacun afin de les garder en mémoire. Il m'arrivait en effet fréquemment de confondre un protagoniste avec un autre ou de devoir retourner en arrière pour me souvenir du nom d'un tel ou d'un tel. Moi qui me vante souvent d'avoir une excellente mémoire, ma vanité en a pris un coup. Et puis, désormais, vous allez certainement me dire que, presque un an après cette pénible lecture, il est normal de ne pas se rappeler des appellations de chacun de ses protagonistes mais, généralement, j'arrive à extraire de telles informations de ma mémoire même des mois après car je tisse des liens avec chaque personnage que je croise au cours de mes péripéties livresques, même avec ceux qui sont les plus détestables. le problème avec les personnages de ce livre, ce n'est pas qu'ils sont haïssables ou de vraies têtes à claque, c'est juste que... ils sont totalement inintéressants. On apprend bien des bribes d'histoire du passif mouvementé de chacun, mais cela n'a guère été suffisant pour attiser ma curiosité, et j'ai trouvé que leur personnalité respective n'était absolument pas marquée. On aurait dit des personnages-types qu'on pourrait retrouver dans n'importe quel autre roman du même genre, sans aucune consistance ou valeur ajoutée. Je sais, cela sonne très marketing mais après tout, un livre doit se vendre, être attractif, vanter ses arguments. Ici, j'avais l'impression d'avoir affaire à des personnages en carton pâte, qui expriment de temps à autre un semblant de sentiment histoire de nous montrer qu'ils existent, qu'ils ressentent des choses mais sans véritablement parvenir à nous convaincre de la force de leurs convictions, sans réussir à affirmer qui ils sont vraiment et surtout pas assez attachants pour que l'on puisse s'émouvoir de leur destin et notamment de la mort de certains d'entre eux. Ainsi, l'on se retrouve face à un simulacre de héros qui essaye de briser ses chaînes et de se détacher de son passé d'esclave issu d'une population opprimée, une commandante téméraire avec une équipe de bras cassés, une autre figure féminine qui m'a rappelé Kida de l'Atlantide (d'ailleurs, cette intrigue de colonisateurs qui découvre une sorte de terre promise reléguée aux oubliettes en tant que légende m'a fait penser à cela) mais en beaucooooooup moins bien, des astronautes qui piquent leur colère sans que l'on sache vraiment pourquoi et un roi manipulateur et un peuple sous le joug de traditions rétrogrades et trop sévères qui se fait complètement laver le cerveau entre autres. S'ajoute à cela les relations entre des membres de l'équipe d'exploration et les natifs de la planète des sept dormants qui se nouent beaucoup trop vite pour que cela puisse véritablement nous toucher et éveiller notre intérêt. Je pense qu'encore une fois, cela est dû au nombre très restreint de pages, à ce cruel manque de développement de l'intrigue et de tout ce qui la constitue. En toute honnêteté, j'admets qu'il n'y avait pas que du mauvais dans tout ce à quoi Gaël Aymon a donné naissance. Il y avait la possibilité d'extrapoler sur les thèmes de la manipulation des masses, de la colonisation, de la suprématie reliée à la question de l'ethnicité, ce qui nous amène ensuite à nous interroger sur la xénophobie, sur le poids des croyances religieuses et leurs dérives... L'auteur avait un véritable trésor entre les mains et, à la façon dont il a d'écrire, on remarque qu'il en a conscience. Et pourtant, il a réussi à manquer sa cible à chaque fois.
C'est du moins ma façon de voir les choses et c'est ainsi que je conclurai cette chronique, qui s'est révélée être de mon côté tout aussi laborieuse à écrire que l'a été ma lecture de ce livre. Très sincèrement, je ne vous recommande pas ce roman. Que vous soyez amateurs ou non de space opera, ou que vous souhaitiez simplement vous initier à ce genre très complexe et particulier, avec ce livre, vous seriez certainement déçus. Après, vous connaissez l'adage : on n'est jamais mieux servis que par soi-même et il est important de se forger sa propre opinion des choses. Tentez cette aventure spatiale si elle vous fait réellement envie. Pour ma part, je suis résolument restée sur ma faim et la seule chose qui me rende heureuse de posséder tout de même ce roman, c'est sa sublime couverture aux effets et à la calligraphie argentés qui me met aujourd'hui encore des étoiles plein les yeux. Ou quand le proverbe "Don't judge a book by its cover" se révèle être vrai mais dans le mauvais sens du terme...
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lysette
  22 août 2018
Une jolie découverte... mais un roman qui ne fera pas l'unanimité.
J'ai découvert ce roman grâce à une personne de mon cercle de lecture qui m'a assuré que la couverture me plairait... Elle avait raison, à peine ai-je découvert la couverture de ce livre que je l'ai acheté ! Clairement cette couverture est parfaite, que ce soit la colorimétrie, le titre, le relief, les dessins, tout est choisis avec soins et j'adore.
J'ai plongé dans l'histoire tête baissé, mais j'ai très vite compris que l'écriture ultra descriptive de Gaël Aymon, allait me poser problème. Autant vous prévenir ce roman est narratif. Il y a peu de dialogue et très peu d'action, le plus frustrant étant que certaines péripéties sont coupés et que le chapitre suivant reprends des jours, voir des semaines plus tard.
Au delà de cette écriture difficilement abordable, s'ajoute un nombre prolifique de personnages et un univers très nourrit, qui peut faire peur aux non-initiés. Les liens entres les personnages sont complexes et le tout demande un gros effort de concentration pour ne pas perdre le fil. Mais si cet aspect du roman peut-être un point négatif, je pense qu'il est aussi son point fort. Les personnages sont travaillés, l'univers est prolifique et plonger dans ce livre est une chose captivante. J'ai d'ailleurs été fasciné par le vaisseaux de notre équipage... C'est aussi étrange que grandiose !
A cela s'ajoute une intrigue fortement d'actualité, qui fait réfléchir, et qui ouvre le dialogue sur de nombreuses questions. J'ai retrouvé dans ce roman le même émerveillement que lorsque j'avais découvert la fin de la saga Traqué de Andrew Fukuda. C'est totalement ancrée dans la réalité, tout en proposant du magique ou du tragique.
Alors certes, la fin du roman est quelque peu expéditive, et j'aurais aimer un peu plus de développement, mais je ne désespère pas d'obtenir un second tome...
En bref, La planète des dormants est un roman riche et intense, mais qui hélas ne plairas pas à tous les lecteurs. Il est à conseiller avec prudence afin que chacun puisse profiter de l'expérience proposé !
Bonne lecture à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
argali
  02 juillet 2018
Vraisemblablement inspiré par la légende des Sept Dormants d'Ephèse, Gaël Aymon nous propose un récit de SF se déroulant dans un avenir lointain. Onze membres d'équipage posent en catastrophe leur vaisseau spatial sur une planète non répertoriée sur leurs cartes interstellaires. Ces explorateurs ont pour mission de rechercher une planète sur laquelle installer une colonie et développer des échanges commerciaux. Certains membres de l'équipage souhaitent repartir au plus vite, dès la réparation effectuée, d'autres, scientifiques, voudraient explorer les lieux. La découverte de sept sépultures sur lesquelles sont gravées des silhouettes humaines qui leur ressemblent étrangement suscite soudain de nombreuses conjectures.
Je ne suis pas fan de SF et donc je n'en suis pas spécialiste. Cependant ce récit au thème de départ peu original (la conquête d'une nouvelle planète habitable) m'a plu car il pose des questions plus sérieuses qu'il n'y parait au départ.
Grâce à des chapitres courts, l'auteur fait entrer le lecteur dans son univers. Si au départ, j'ai eu un peu de mal à y entrer, au fil des pages je me suis habituée aux personnages. La cohabitation, la promiscuité et la vie en vase clos pèsent sur certains d'entre eux, mais aussi les intérêts divergents de certains. Les tensions sont perceptibles. de plus, différentes questions se posent à eux : où sont-ils ? en territoire hostile ou ami ? d'où viennent les sépultures ? sont-ils seuls ?...
Au-delà du récit de leur exploration, Gaël Aymon nous amène à réfléchir sur des sujets sensibles comme la conquête de l'espace, le respect de l'endroit où l'on vit, la préservation des espèces, la rencontre d'autres humains et d'autres civilisations, le sacré, ainsi que la guerre, la violence, les dangers de la sur-technologie ou la transmission du savoir.
Un petit bémol vient cependant tempérer mon enthousiasme : le nombre de personnages empêche l'auteur de les développer tous et cela entraine parfois quelques confusions. D'autant que les noms choisis ne sont pas clairement sexués.
Mais malgré tout, l'imagination de Gaël Aymon, portée par une écriture dynamique, nous offre un chouette roman jeunesse d'anticipation qui fait froid dans le dos.
A découvrir dès 14 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
grievousgreg
  06 mars 2019
Difficile d'émettre un avis. J'oscille entre la satisfaction et la déception.
La satisfaction parce que j'aime la science-fiction et cette oeuvre nous y plonge. Nous sommes dans une aventure, avec des personnalités propres et des protagonistes intéressants, des intrigues et un thème de sciences-fictions qui fonctionne : la découverte d'une nouvelle planète et la rencontre d'autochtone. Plusieurs histoires s'entremêlent, des revirements de situations intéressants, bref, une belle aventure qui répond au contrat.
La déception parce que mes exigences étaient peut-être un peu haute. Rien n'est développé, tout me semble être traité en surface. Que ce soit sur le développement des personnages, de leur histoire passée et présente, que ce soit sur les peuples primitifs et leur passé, que ce soit sur l'environnement et ses descriptions géographiques et historiques ou encore sur les intrigues. Tout est traité, mais rien n'est développé vraiment à fond.
J'aurai aimé que l'idylle naissante soit plus travaillée, que les animosités entre personnages soient plus marquées. Que l'histoire de cette planète soit plus développée, afin de comprendre comment ils en étaient arrivés là. L'univers manque de fond, ce vaisseau biomécanique est étonnant, mais on ignore d'où vient cette technologie. Certes c'est indépendant de l'histoire mais cela donne du corps à l'ensemble. L'auteur ne rentre pas dans le détail. Or, en grand amateur de science-fiction ou d'aventure fantastiques, j'aime être en immersion totale. Cette immersion passe par l'approfondissement qui permet de nous identifier à certains personnages et qui nous permet une projection dans l'histoire. Tout est traité sans trop de profondeur et j'ai eu du mal à me projeter ou à aimer plus un personnage qu'un autre.
Je trouve ça dommage. Alors je dis que j'étais trop exigeant car j'ai compris à la fin de ma lecture que l'auteur est avant tout un auteur de jeunesse et je me suis dit qu'il ciblait un public d'adolescent peut-être. Dans ces conditions je comprends qu'il n'ait pas souhaité perdre ses lecteurs dans trop de détail pour se concentrer sur le déroulement de l'histoire principale.
Pour conclure, un bon petit roman de science-fiction mais qui ne restera pas dans les mémoires me concernant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
Telerama   06 août 2018
Les personnages loin d’être des héros d’airain ont chacun des fragilités de cristal, les femmes, bonne surprise, sont aux avant-postes. Et c’est dans cette singularité d’atmosphère, de ton et d’ambition littéraire que se déploie la beauté de ce roman tout en violence retenue, illuminé in fine par une histoire d’amour aux accents intemporels.
Lire la critique sur le site : Telerama
Actualitte   12 juin 2018
Une aventure sympathique qui met en scène des personnages troubles pris dans une supercherie qui pourrait bien leur sauver la vie… ou les condamner.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AvelineAveline   15 mai 2018
La foi, ce n’est pas croire aveuglément en des symboles et des légendes, mais savoir qu’en dépit et au-delà de tout cela, demeure une vérité que rien ne pourra abîmer. Ni la vanité des hommes, ni les faux prophètes, ni les prêtres impies.
Commenter  J’apprécie          40
LysetteLysette   22 août 2018
Il la fixa du regard si particulier des Empathes en Eveil, de ses yeux sans iris, dont les pupilles béantes fendaient horizontalement le globe oculaire. Un regard trop grand, à la fois fascinant et dérangeant, qui accentuait l'étrangeté de leur visage.
Commenter  J’apprécie          00
AzilisAzilis   08 janvier 2019
Les ondes de peur et l’adrénaline des autres membres de l’équipage parvenaient à Danco par bourrasques, au travers des parois de sa cabine, se nourrissant les unes des autres et contaminant sa propre panique.
Commenter  J’apprécie          00
LysetteLysette   22 août 2018
- La raison humaine s’accommode de bien des ajustements (...)
Commenter  J’apprécie          20
LysetteLysette   22 août 2018
- Il faut absolument se poser ici !
- Et tu veux qu'on s'y pose vivants ou tu t'en fous ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Gaël Aymon (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaël Aymon
L'Escale du livre 2020 en chaussons, pour une échappée confinée. Gaël Aymon lit “Et ta vie m'appartiendra” (Nathan) À la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs… Sans y croire, la jeune fille demande à devenir riche, ainsi que la dévotion absolue d'Halima, sa seule amie. Et ses souhaits se réalisent… Pourtant, cette existence de rêve se transforme vite en cauchemar…. Cette peau a traversé l'histoire - c'est bien la même dont parle Balzac - et, combinées aux dangers insoupçonnés de voir ses souhaits réalisés, les convoitises exacerbées sont prêtes à tout pour s'en emparer… Un thriller palpitant.
+ Lire la suite
autres livres classés : planèteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ma Réputation

Où vit Laura?

Berlin
Londres
Paris

16 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Ma réputation de Gaël AymonCréer un quiz sur ce livre