AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756003182
Éditeur : Delcourt (31/10/2007)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 227 notes)
Résumé :
Acte VIII. Explorant les étranges cimes nuageuses de l'immense îlot d'Oxymore, messieurs de Maupertuis et Villalobos retrouvent enfin le mystérieux Maître d'Armes. Mais l'homme a le sang chaud, le verbe haut, la lame prompte... comment va-t-il réagir aux provocations d'Eusèbe? Acceptera-t-il de réorganiser la défense du royaume sélénite? L'heure est grave car le fourbe prince Jean et l'infâme Mendoza ourdissent de sinistres projets: sur le paisible astre lunaire pla... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  12 mai 2012
De Cape et de Crocs, après un suspense "rixm-assourdissant", nous dévoile enfin le Maître d'Armes, personne central éponyme de ce huitième tome de la série.
Cet album est particulièrement riche, tant en humour qu'en alexandrins et surtout en péripéties. Tout commence avec quelques cases en noir et blanc, désormais typiques des passages qui ne nécessitent pas de véritables illustrations et cela finit sur un fort goût de tragique : il y a donc de tout dans cet acte huit. de plus, le dessin se fait bien plus intense que dans les tomes précédents : les planches sont de plus en plus originales et magnifiques, mention spéciale d'ailleurs aux chimères servant de montures célestes et à la bataillée particulièrement colorée.
Bref, on atteint le summum de la série avec le Maître d'Armes : on rit, on pleure et on pleure de rire. S'affranchissant des défauts des tomes précédents, l'épisode présent dépasse les limites du pastiche théâtral pour nous ravir toujours davantage. Une complète réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Vexiana
  03 juillet 2019
Un huitième tome magistral à l'histoire dense et virevoltante.
Les auteurs nous font voyager d'un bout à l'autre de la lune pour nous emmener, finalement, au coeur d'un champ de bataille avec tout le brio qui les caractérise. le tout au rythme bien étudié des alexandrins.
Le dessin est magistral, avec de très jolies planches et une mise en couleur parfaitement maitrisée.
On remarquera de nombreux clins d'oeil à la littérature, bien sur, mais aussi à l'art : la scène des pirates sur le radeau et la gravure représentée sur les pages de reliure sont absolument délicieuses.
Commenter  J’apprécie          120
badpx
  04 juillet 2018
Même si les tomes se ressemblent toujours un peu, il y a un petit quelque chose qui fait une défférence et qui m'insite à poursuivre la lecture de cette série.... Est ce juste le plaisir des alexandrins ? le besoin de connaitre enfin la vraie histoire d'Eusèbe ? je ne sais pas ce qui provoque cette addiction, mais pour le moment je me délecte, donc je ne compte pas m'arrêter.
J'avais juste oublié que l'intérieur de la couverture du précédent tome, était à lire, et donc je n'ai pas vu tout de suite que cette partie de l'histoire se passait aussi dans la couverture du tome 8..... j'ai donc lu ces deux planches à la fin... c'est un peu dommage.
Dès demain, j'emprunte le tome 9......
Commenter  J’apprécie          90
bdelhausse
  05 juin 2019
C'est la guerre. Les troupes levées par Mendoze pour le compte du Prince Jean se sont mise en mouvement. le Prince attend sa représentation avec impatience, laissant les trivialités de la guerre à d'autres. Pour immobiliser Callikitinopolis la capitale mobile du royaume, les "méchants" ont recours à d'innommables astuces... dissoudre la pierre... Rien qui puisse plaire aux Pierres Vives.
Le Maître d'Armes se révèle extrêmement doué en alexandrins et en rapière. Il maîtrise la botte "Un-Deux-Trois"... et on apprend qu'il a croisé le père de de Lope. Ce personnage haut en couleur, même s'il est blanc de blanc, va-t-il céder aux requêtes des compères?
L'amour, toujours l'amour, et un peu d'effluves de parfum féminin va décider de l'avenir du royaume... quelle dérision, n'est-ce pas?
Le tome 8 est un grand tome épique, tragique. Cela commence par le rire et les rimes, et cela se termine dans les larmes et l'incertitude. L'heure est grave. le Raïs Kader aura-t-il enfin droit à son duel? Comment mettre fin aux sombres desseins de Mendoza? Saura-t-on enfin pourquoi Eusèbe a été condamné aux travaux forcés?
A tout cela s'ajoute que les charmes de Sélène et d'Hermine laissent peu de monde indifférent et que les prétendants s'additionnent aussi sûrement que 2 et 2 font 4. Bref, donnez-moi le tome 9, illico...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AireLibre
  07 janvier 2008
Avis aux amateurs de chansons de geste médiévales, de romans de cape et d'épée, d'aventures maritimes, de théâtre en vers et de poésie, et surtout, car c'est le plus important, d'humour. le comique de situation se mêle sans arrêt aux subtiles jeux de langage.
Vous dénicherez des références en pagailles : le Roman de Renard, Molière, Dumas, Jules Verne et surtout Cyrano de Bergerac, et sans doute encore d'autres qui m'ont échappées.
Vous l'aurez compris, cette série est un véritable régal, pour peu que l'on aime les bons mots et la fantaisie. Car il y a en effet bien peu de rationnel dans cette aventure et c'est portés par les rêves et les chimères que l'on suit nos savoureux personnages.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   07 mai 2012
Le Maître d'armes : Sentez-vous cet effluve infectant le zéphyr ?
Fi ! L'infâme fumet ! Je ne puis le souffrir !
Je flaire en de grands airs, sous une mine altière...
Relents de chiens mouillés et parfums de tanière !

Don Armando : Parbleu ! Mais ! ... Il nous brocarde !

Le Maître d'armes : Des outrages reçus mon ton reste en deçà :
Une odeur m'indispose, un lapin m'offensa.
Si j'ajoute à son trait de musc de sauvagine,
C'est par deux fois, ce jour, qu'on flétrit ma narine !

Don Lope : Si j'ai bien saisi... il dit qu'on pue ?

Don Armando : En alexandrins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Dionysos89Dionysos89   07 novembre 2012
C'en est trop !... Vous vous fâchez tout rouge pour un simple mot de travers, vous menacez de m'estourbir; une fois votre fureur retombée vous ne prenez pas même la peine de vous en excuser, et voici que vous me gourmandez à cause d'une initiative à laquelle vous devez peut-être la vie sauve ! Vous… vous… vous n'êtes pas gentil !

Commenter  J’apprécie          150
boudiccaboudicca   12 mai 2012
-Nous n'aurions pas du devenir corsaires.
- Épargnez-moi votre couplet sur les flibustiers libres et indomptés! Croyez-vous que je sois devenu pirate par vocation? Je n'ai pas eu le choix moi, je suis né dans le ruisseau.
- Seigneur dieu! Madame votre mère n'aurait jamais du se baigner dans son état!
Commenter  J’apprécie          130
Florian07Florian07   26 septembre 2015
J'ai cru saisir un mot mais je dus mal entendre.
À le redire ici sauriez-vous condescendre ?
Pourriez-vous, mon ami, formuler derechef
Ce mot qui, lourd de sens, en dit long, s'il est bref ?
Ma patience s'émousse ! Allons, parlez, que diable !
Préférez des aveux au silence coupable !
L’offensant substantif qu’hardiment vous venez
de me jeter au front, c’est ? …
- … nez ?
Je pourrais vous servir un cartel de prestige,
Un discours imagé ponctué de « que dis-je ! »
Jouant au géographe, évoquer le contour
D’une carte marine ; incarner tour à tour
L’érudit, le précieux, le burlesque ou l’acerbe
Pour river une pointe au tranchant de mon verbe
Et d’un ample revers que conclut un coup sec,
Sous vos pieds faucher l’herbe en vous clouant le bec.
Mais je n’en ferai rien. Pour prix de votre audace,
Vous vous contenterez de mon gant dans la face !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dionysos89Dionysos89   23 novembre 2012
Andréo : J'aime Hermine… et elle ne m'aime point…
Le Maître d'armes : Pourtant tu es beau ?
Andréo : Mais lâche.
Le Maître d'armes : Pourtant tu t'es porté volontaire ?
Andréo : Par désespoir.
Plaisant : Et moi qui suis lâche, mais l'assume, comme un âne, je l'ai suivi !

Commenter  J’apprécie          110
Videos de Alain Ayroles (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Ayroles
De l?ancien au Nouveau Monde, la fabuleuse épopée d?un vaurien en quête de fortune? En 160 pages au très grand format, le dessinateur de Blacksad et le scénariste de de Cape et de Crocs nous offrent cet album d?exception qui constitue leur Livre d?Or !
Scénariste : Alain Ayroles Illustrateur : Juanjo Guarnido
Résumé : Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu?on appelait encore les Indes au siècle d?or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l?Amazone, jusqu?à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l?Eldorado !
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/indes-fourbes.html
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782756035734&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782756035734&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782756035734&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox