AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2825147036
Éditeur : Contemporains (05/10/2017)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Trois destins de femmes, se croisent se mêlent s'entremêlent.
La première, Madeleine actrice torturée, cocaïnomane, dépressive et seule tente de renouer avec le succès que son premier film lui a amené. Puis Emeline écrivaine en herbe, obsessionnelle et désabusée par sa vie, elle quitte son emploi dans un cabinet conseils pour se consacrer à l'écriture d'un roman, espérant le succès. Et enfin Victoria, la bobo écolo, en couple avec le même garçon depuis le ly... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
  09 octobre 2017
J'adore les bonnes surprises. Les découvertes imprévues. Comme celle-ci. D'abord un message de l'auteur qui pense, d'après ce qu'elle a lu sur mon blog que son roman pourrait me plaire. Puis l'illustration de "une" qui me plaît beaucoup mais la quatrième de couverture assez sèche qui promet le meilleur comme le pire... J'entre dans le livre sur la pointe des pieds, je fais connaissance avec les personnages, je m'adapte à la langue (il faut dire que je sors d'une incursion dans des romans du 19ème siècle, il faut revenir aux années 2000), et je m'aperçois que le texte me parle, que les situations des protagonistes ne me sont pas inconnues... bref, me voilà embarquée.
C'est un roman à quatre voix, celles de trois jeunes femmes en quête de célébrité et celle de Théo, jeune prodige du cinéma tout juste révélé et déjà adulé. Il forme avec Victoria, depuis l'adolescence un couple que désormais tout le monde envie ou jalouse. Tandis que sa partenaire, la très belle Madeleine de Beaupré cherche à profiter au maximum de l'exposition médiatique dans laquelle ce duo à l'écran la propulse et que dans l'ombre, Émeline fantasme une relation improbable avec lui. Superficiel ?... Je vous arrête tout de suite, ce roman n'a rien d'une histoire pour midinettes, seul le décor est là pour illustrer le propos issu d'une observation lucide des périls de notre société de l'image. A travers les aventures de ce quatuor qui peut symboliser la superficialité et l'attrait des paillettes, l'auteure dresse un tableau tout à fait juste d'une génération plus attirée par les apparences que par le fond. Une génération sans véritable vocation, prise au piège du règne de l'éphémère et de la dictature de l'image.
Théo est doué mais sa réussite est déjà menacée par l'attrait du public pour la nouveauté. Victoria vit dans son ombre alors que ses aspirations la portent vers des univers à plus forte valeur ajoutée, Madeleine cherche dans les paradis artificiels le courage de continuer à jouer le rôle que tout le monde attend d'elle. Quant à Émeline, sa quête de célébrité lui a fait quitter son job de consultante pour écrire un roman chargé de la propulser au panthéon médiatique. Mais que se passe-t-il lorsqu'on arrive au sommet, que l'on regarde autour et que l'on ne trouve que du vide ?
Bien sûr, le personnage d'Émeline est particulièrement touchant. Celui d'une jeune femme qui a peur de vivre dans la réalité et se cache derrière de multiples phobies pour justifier son isolement et une forme de sauvagerie. Une jeune femme qui préfère fantasmer un idéal, au risque de ne même pas arriver à l'assumer et à le vivre s'il se transforme en réalité. "La génération Y dans le bourbier" est le titre du roman écrit par Émeline... ce pourrait être aussi bien le titre de ce livre qui parvient à capter avec acuité quelque chose de notre époque. Moi qui sortais de Mary Barton et de la condition sociale des ouvriers au 19ème siècle, je me suis pris de plein fouet le contraste entre ces deux périodes qui fait ressortir une certaine vacuité de la société dans laquelle nous vivons. Pourtant, ce ne sont pas les combats qui manquent.
Lecteurs curieux, sortez donc des grosses productions de la Rentrée littéraire pendant quelques heures et découvrez ce roman bien ficelé et reflet implacable d'une génération.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
yv1
  04 décembre 2017
Tour à tour ces trois jeunes femmes prennent la parole ou la plume pour dire ce qu'elles ressentent, ce qu'elles vivent et ce qu'elles désirent. Il y a un peu de désillusion, un peu de cynisme, de l'humour, du détachement, mais aussi une envie folle d'exister par elles-mêmes, de se réaliser dans ce qu'elles ont au plus profond d'elles. Elles semblent prêtes à prendre des risques pour y parvenir. Trois femmes de ce qu'on appelle la génération Y (nées entre 1980 et 1995) que l'auteure connaît bien puisqu'elle même en fait partie, appelée aussi notamment aux Etats-Unis, les "natifs numériques". Si je ne suis pas de la même génération, les questionnements et les envies des Y peuvent ressembler à ceux que j'avais au même âge.
Bien que jeune écrivaine, Suzanne Azmayesh se pose beaucoup de -bonnes -questions sur l'écriture et les tourments d'un écrivain : le style, le fond, la description des lieux et des personnages, etc, sur la création artistique en général. Elle décrit ses femmes assez finement, Madeleine, Émeline et Victoria, aux ambitions et aux moyens d'y parvenir différents, elles se complètent. En fine bouche, on peut regretter que le roman se déroule dans le milieu un peu idéalisé de l'écriture et du cinéma, et ne soit pas vraiment ancré dans la réalité, mais sans doute pour cette génération -et c'est encore pire avec la suivante- ce monde-là est-il un rêve, la gloire et la notoriété à portée de tous, d'un clic ?
Pas mal de remarques, apartés et réflexions intéressants sur les différentes obligations faites aux femmes dans nos sociétés, sur une certaine superficialité du monde actuel, principalement dans les milieux ci-dessus-nommés. Ce n'est pas révolutionnaire, Suzanne Azmayesh le dit elle-même d'ailleurs par l'une de ses héroïnes, mais ça a le mérite d'être dit et plutôt joliment. C'est un roman dans lequel les femmes ont le quasi monopole des pages. Est-ce pour autant un roman féminin ou féministe ? Je ne sais pas. Sans doute, mais que les hommes ne fuient pas, le féminisme est aussi notre affaire.
L'autre bonne surprise de ce roman c'est qu'il est bien écrit ; la romancière fait preuve d'un évident talent d'écriture, alternant descriptions et dialogues, les styles aussi, en fonction de l'état d'esprit de la narratrice. Chaque femme est bien décrite et ce que dit l'une ne lui va qu'à elle pas aux autres, très différentes. Bien mené également, c'est un roman à quatre -car Theo fait de courtes apparitions- entrées qui se lit très agréablement. Une belle découverte que cette auteure qui signe là son deuxième roman après un polar.
PS : le titre me faisait de l'oeil, me disait kekchose sans que je puisse savoir quoi exactement. Et puis, tac, éclair de génie (bon, très dirigé par Suzanne Azmayesh, page 45) : "Je soupire. Plus que quelques mètres, et le calvaire sera terminé. Je vais prendre le métro. Rentrer toute seule. Prendre mon Xanax. Ecouter de la musique. Éric Satie. Les Gymnopédies. Trois morceaux en forme de poire. M'injecter mon héro (sic). Me coucher." Bon dieu, mais c'est bien sûr le titre d'une oeuvre de Satie que je mets en lien (ici). Un peu plus de temps ? Ecoutez aussi les Gymnopédies et les Gnossiennes du même compositeur, elles sont dans le ton du livre, simples de cette simplicité qui pousse à raisonner, mélancoliques et légères, parfois tristes parfois moins. Oui, la petite musique de Satie est celle qu'il faut écouter en le lisant.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WhiteRose
  07 octobre 2017
Tout d'abord merci à Babelio et aux Éditions L'Âge d'Homme qui m'ont permis de découvrir ce roman via l'opération Masse Critique.
Ce n'est pas un coup de coeur, mais ce fut quand même une lecture agréable, le genre de livre qui me permet de me détendre. J'ai aimé le ton léger de certaines parties et les petites touches d'humour, l'écriture simple et fluide. Ce roman se lit très bien, très vite, et on passe un bon moment.
Trois femmes, trois destins qui s'entrelacent. Emeline quitte son emploi dans lequel elle ne s'épanouit pas pour devenir écrivain mais peine à trouver un éditeur pour son premier roman, Madeleine, actrice torturée, rencontre des difficultés à décrocher des rôles et sombre peu à peu, quant à Victoria, elle ne réussit ni en tant que peintre ni en tant qu'actrice, elle vit la célébrité par procuration via son petit ami Théo, l'acteur à succès du moment. Elle aspire cependant à autre chose, à l'opposé de ce monde artificiel, travailler dans l'humanitaire. Toutes les trois sont donc en quête d'épanouissement, de succès ou de célébrité.
Au-delà de l'histoire qu'il raconte, ce roman peut aussi mener à se questionner, ce qui est intéressant. Pourquoi recherche-t-on la célébrité ? Qu'est ce qui nous attire ? S'en fait-on une fausse idée ? Est-ce qu'elle nous change ? Et surtout rend-elle vraiment heureux ? En réponse à cette dernière question, personnellement je ne le crois pas. Travaillant moi-même dans le milieu artistique, je n'ai en tout cas jamais aspiré à tout ça. Je voulais juste pouvoir vivre mes passions, et mener une vie simple.
Ce livre en tout cas décrit plutôt bien le monde de paillettes (mais au fond un peu superficiel) qui peut faire rêver, mais qui peut aussi faire déchanter quand on voit l'envers du décor.
Pour terminer, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, ils ne m'ont pas particulièrement touchée, exceptée Emeline. J'ai trouvé sa personnalité intéressante, un peu complexe, elle m'a aussi fait sourire à plusieurs reprises et je l'ai trouvée attachante. Son cheminement tout au long du livre m'a intéressée, et puis j'ai trouvé avec amusement des petites similitudes avec mon propre parcours (entre autres j'ai aussi quitté mon emploi à un moment donné pour tenter de vivre de mes passions artistiques), et des ressentis que moi aussi j'ai pu avoir à différentes époques de ma vie.
En revanche je n'ai pas trop aimé la toute fin du livre (les dernières pages), c'est dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Analire
  04 novembre 2017
Le titre et la couverture énigmatiques, alliés à un résumé alléchant : il ne m'en fallait pas plus pour être tentée de découvrir cet ouvrage. Un grand merci à l'auteure, Suzanne Azmayesh, de m'avoir proposé son titre en lecture.
Quatre destins vont se mêler, s'emmêler et s'entremêler. Trois femmes et un homme. Théo Nadea est un acteur célèbre et reconnu. Beau garçon, il est le fantasme de nombreuses femmes. Mais son coeur est prit depuis quelques années, puisqu'il partage sa vie avec Victoria, sa compagne de l'ombre. Victoria souhaiterait se construire par elle-même et arrêter d'être sans arrêt caractérisée comme « la petite amie de Theo Nadea ». D'un autre côté, nous avons Madeleine, actrice également, qui a partagé l'affiche avec Theo. Malheureusement pour elle, le manque de rôle principal l'a fait tomber dans les affres de la drogue. Un soir de débauche, Madeleine va faire la rencontre de Emeline, une jeune écrivaine qui fantasme depuis longtemps sur Théo. Madeleine va faire en sorte de réaliser le rêve de Emeline et de programmer une rencontre entre elle et Théo.
J'ai tardé à écrire mon ressenti sur ce roman, puisque je suis assez embêté : je n'ai ni bien aimé, ni pas aimé. Je suis resté en-dehors de l'histoire, je n'ai rien ressenti de particulier à la lire. D'autant plus qu'aucun des personnages ne m'a touché. L'auteure alterne les points de vue dans la narration : un chapitre est tantôt dédié à Théo, tantôt à Madeleine, ou Emeline… Personnellement, je n'aime pas trop ce type de construction narrative, puisque cela coupe l'histoire et ne permet pas une totale incursion des lecteurs dans l'histoire personnelle de chacun. Mais ce n'est pas le seul bémol qui a gêné mon attachement aux personnages : j'ai trouvé que leurs caractéristiques n'étaient pas pas assez consistantes et qu'il aurait fallu approfondir un peu plus chacune de leurs personnalités.
C'est vrai que j'en ressors un peu déçue. L'histoire est agréable à lire et se lit d'ailleurs très rapidement. le problème, c'est qu'elle est assez quelconque et s'évapore très vite de l'esprit des lecteurs. La preuve : deux semaines seulement après avoir fermé la dernière page de ce livre, il ne me reste plus qu'un vague souvenir de toute l'histoire. Et toujours une question qui reste sans réponse : je n'ai pas réussi à comprendre le sens caché du titre…
Une histoire agréable à lire pour passer le temps, mais qui manque clairement de consistance.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Elanorlessien
  28 octobre 2017
Je ne savais pas à quoi m'attendre lorsque j'ai commencé ce livre, je savais simplement qu'on allait suivre trois femmes totalement différente l'une de l'autre. Les premiers chapitres nous mettent directement dans l'ambiance, on y découvre le portrait de ces trois femmes, d' Emeline qui rêve d'écrire son premier livre mais qui se retrouve bloqué dans l'écriture de celui-ci, Victoria lassé de sa vie et qui aspire à faire autre chose de plus intéressant et enfin Madeleine qui nous montre ce qui se cache derrière son masque d'actrice glamour.

Puis survient Théo, cet acteur dont tout le monde parle, j'ai été intriguée par le rôle qu'il avait à jouer dans la vie d' Emeline, de Madeleine et de Victoria ? Qui est-il ? Pourquoi son personnage est-il si important ? Ce sont les questions que je me suis posée sans arrêt pendant ma lecture mais quand on nous le présente enfin, il s'est avéré qu'il était plus ordinaire que je ne l'aurai cru. Il aime le cinéma, c'est même plus que ça, il vit pour le cinéma, il est né pour être acteur et pourtant la vie lui réserve des surprises, un tournant qu'il ne peut absolument pas éviter. Néanmoins, c'est je pense le personnage qui m'a le plus touché, ses réactions ne sont peut-être pas celle que quelqu'un d'autre auraient choisi mais j'ai été surprise de voir qu'au final je l'aimais bien en tant que personne.

J'ai quand même remarqué qu'il y a dans ce livre un manque de communication entre les personnages, tout se joue sur des impressions et des fausses vérités. J'avais l'impression qu'il était impossible pour eux d'avoir une relation normale, pas de discussions, pas d'expression de réelle envie, rien de tout ça, comme si le non-dit avait une plus grande importance que le dialogue. Ça m'a agacé pendant ma lecture, j'avais envie de les secouer et de leur dire mais parlez-vous franchement, qu'est-ce que vous avez à perdre ? j'avais envie d'une bonne discussion franche qui pouvait mener à une dispute par rapport à qui veut vraiment quoi dans la vie. Je ne sais pas si c'était voulu par l'auteure mais quand je suis arrivée à la fin et que j'ai vu les conséquences de tous ces non-dits, je n'ai pas réussi à me réjouir de ce que je lisais, comment les personnages ont pu laisser cette situation s'installer ?

J'ai quand même aimé ma lecture même si elle s'avérait compliqué sur le départ, mon point de vue a évolué au fil des pages, j'ai eu quelques surprises sur les personnages, des choses que je ne pensais pas voir, des situations qui évoluent différemment de ce que j'avais imaginée.
Lien : https://mesgrimoiresblog.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AnalireAnalire   28 octobre 2017
La fidélité, j'y ai cru moi aussi. Je condamnais l'adultère, ou n'importe quelle absence de scrupules, je trouvais ça terrible. "Si mon copain me trompe, je le quitte tout de suite. Et moi, je ne tromperai jamais celui que j'aime." Voilà, je répétais ça. Je parlais de fiabilité, d'honnêteté, d'amour. "L'infidélité est une preuve de l'échec du couple. Si ça arrive, il faut faire ses bagages et partir. Trouver la force de quitter." Et j'y croyais. J'étais sincère. Et puis, ça m'est arrivé.
J'ai été infidèle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   21 octobre 2017
Une femme jolie, qui se pense jolie et attache de l'importance à cette joliesse, vieillira avec un poids sur les épaules. Il n'y a rien de pire que de voir décliner et dépérir un attribut auquel on attache une si grande valeur.
Commenter  J’apprécie          80
AnalireAnalire   22 octobre 2017
Le point commun des artistes est sans doute là : dans une perpétuelle course contre la mort, pressés d'accomplir une oeuvre avant qu'il ne soit trop tard.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Suzanne Azmayesh (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Suzanne Azmayesh
Vidéo de Azmayesh Suzanne
autres livres classés : imageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Suzanne Azmayesh (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1556 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre