AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781026812907
160 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (27/10/2017)
Résumé :
1929, les États-Unis en pleine Prohibition. Lou Pirlo, jeune torpedo à la solde de Joe « The Boss » Masseria, est envoyé en Virginie s'assurer la collaboration d'Hiram Holt, l'un des meilleurs producteurs d'alcool de contrebande du pays. Une mission taillée sur mesure pour le jeune tueur à gages un peu trop impatient de faire ses preuves car, à sous-estimer la famille Holt, Lou s'apprête à frayer avec plus fort et bien plus effrayant que lui...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Sebthocal
  23 novembre 2017
« Vous pouvez m'expliquer ce qui se passe dans ces collines ? » (p. 96)
Ça commence avec trois gars bien bâtis et armés jusqu'aux dents. Ils portent des costumes des années 30, qu'on attribue facilement aux gangsters. Ils découvrent une cache sur une montagne boisée, avec tout le matériel pour produire de l'alcool de contrebande. Nous sommes en 1929, aux États-Unis, en pleine prohibition. Et qui dit prohibition, dit pègre. le décor est planté. le problème est que ces trois gars vont finir décapités, non pire littéralement déchiquetés... Étrange...
Entre en scène alors Lou Pirlo, jeune et beau ténébreux tueur à gages, qui a pour mission d'obtenir d'Hiram Holt, producteur réputé d'un alcool d'une exceptionnelle qualité, un contrat juteux pour son patron Joe Masseria. Celui-ci compte bien distribuer le breuvage irrésistible dans tout New-York.
Si l'on ajoute la blonde fatale, et les blacks exploités qui chantent du blues au coin du feu, tous les ingrédients d'un bon scénario américain typiquement crise de 29 sont réunis...
Mais, il n'y a pas que ça. Beaucoup de mystères règnent aussi sur ces collines. Comme cette petite fille qui joue à la poupée, ou cette femme à moitié sorcière vaudou, ou bien Enos, le frère de Tempest, la blonde capiteuse, ou encore Annabelle, la soeur disparue de Lou, et surtout cette grosse bête poilue qui rôde avec ses gros muscles saillants et ses grandes dents... Certains aiment ça, mais Lou pas du tout.
A réserver aux amateurs du genre, car ce cadre n'est qu'un prétexte à des scènes de violence gore, et une intrigue fantastique terrifiante. N'étant pas un aficionado de ce genre, je ne sais pas si je lirais la suite, mais je reconnais l'excellence du scénario, et plus encore celle du dessin et d'une mise en scène époustouflante ! À lire donc, mais à ne pas mettre sous toutes les dents...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Presence
  26 mai 2020
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il comprend les épisodes 1 à 6, initialement parus en 2016/2017, écrits par Brian Azzarello, dessinés, encrés et mis en couleurs par Eduardo Risso, avec l'aide de Cristian Rossi pour les couleurs. le lettrage a été réalisé par Jared K. Fletcher. Ce tome contient également les couvertures originales de Risso et les couvertures alternatives réalisées par Frank Miller, Dave Johnson, Jock, Lee Bermejo, Juan Doe, Jill Thompson, Cliff Chiang.
Dans les années 1920, dans la forêt de Spine Ridge, en Virginie Occidentale, trois agents du FBI progressent, le fusil à la main, deux avec une hache, l'autre avec une lanterne. Ils découvrent une petite cabane dans une clairière, à l'intérieur se trouve un alambique et tout ce qu'il faut pour produire de l'alcool de contrebande. Un grondement sourd retentit. Ils se font mettre en pièce, sous la clarté de la pleine lune. À New York, il y a quatre jours, Lou Pirlo a été convoqué dans le bureau de Joe Masseria, le parrain du gang pour lequel il bosse. Masseria lui a fait goûter un alcool de contrebande qui s'est avéré excellent. Il a missionné Lou Pirlo pour aller décrocher un contrat d'approvisionnement avec Hiram Holt, le contrebandier, selon les conditions pas forcément très favorables imposées par Masseria. Au temps présent, Lou Pirlo se trouve devoir répondre à un appel de Masseria et lui expliquer que le contrat n'est pas encore signé. Masseria espère que Pirlo a rendez-vous avec Hiram Holt le jour-même, ce que Pirlo lui confirme. Dans la réalité, il se trouve dans un village des Appalaches, et il doit se rendre en voiture jusqu'à la ferme des Holt, sans possibilité de prendre rendez-vous.
Lou Prilo s'habille d'un élégant costume comme s'il était toujours à New York et sort dans la rue principale. Il demande à un gamin où il peut manger. Il se rend dans l'unique diner de la ville et se voit servir un plat dont la couleur ne correspond pas à ce qu'il attendait. Il commence à engager la conversation avec l'unique employé, et à essayer de flirter avec les deux jeunes femmes en train de manger il se fait remettre à sa place. Après son repas, il prend sa voiture et emprunte la route qui mène dans les collines boisées, jusqu'à la ferme des Holt. Il arrête sa voiture devant l'unique bâtiment, en descend et s'adresse aux deux hommes sur le porche. Il indique qu'il souhaite voir Hiram Holt. En réponse à la question de l'un d'eux, il explique qu'il vient de New York de la part de Joe Masseria avec une proposition d'affaires. L'homme avec un oeil blanc rentre dans la maison et rapporte un petit pot contenant de l'alcool de contrebande qu'il tend à Pirlo, puis re-rentre. Celui-ci le boit et le savoure. Un homme nu sort des bois : il est rattrapé par Tempest Holt et emmené dans une grange. Elle promet de ne rien dire à leur père. L'homme borgne ressort de la maison et indique qu'il est Hiram Holt. Il propose à Lou Pirlo de rentrer à l'intérieur pour parler affaires.
Bien évidemment, le lecteur est enthousiasmé à l'idée de retrouver le duo de créateurs, auteurs de la série 100 Bullets, 100 épisodes de 1999 à 2009. La première séquence annonce la couleur : l'histoire se passe pendant la prohibition aux États-Unis (1920-1933) et une créature surnaturelle rode dans les bois. La deuxième séquence met en oeuvre des conventions de genre : gangsters, crime organisé, parrain, citadin transplanté chez les bouseux, dans un endroit reculé. Azzarello a opté pour une sorte de mélange entre crime organisé et surnaturel dans les années 1920, dans un coin reculé des États-Unis. Comme à son habitude, il ne dit pas tout dès le départ, mais sa narration est beaucoup moins cryptique que pour 100 Bullets. le principe est très simple : Lou Pirlo, beau gosse, doit réussir à conclure un contrat avec Hiram Holt pour le compte d'un parrain peu porté sur la discussion. Les personnages ne sont pas trop nombreux : ils sont faciles à reconnaître, faciles à mémoriser. le lecteur éprouve une petite appréhension quand Lou Pirlo indique qu'il abuse régulièrement de la boisson et que dans ces cas-là, il ne se souvient pas de ce qu'il a fait la veille. Mais le scénariste n'abuse pas de cette particularité pour complexifier son histoire. Dès la troisième page, la créature surnaturelle est dévoilée avec ses crocs et sa fourrure, et là encore il n'y a pas de mystère quant à son identité. Sans surprise non plus, Hiram Holt n'a aucune intention d'accepter les termes du contrat imposé par Joe Masseria, et Lou Pirlo se retrouve dans une situation particulièrement délicate.
C'est un vrai plaisir de retrouver les dessins si personnels d'Eduardo Risso. Dans la première case, les agents se découpent en ombre chinoise, au milieu des arbres eux aussi en ombre chinoise, sur un fond bleu pétrole. L'artiste est un maître dans l'utilisation du clair-obscur, avec des aplats de noir marqués, au contour assez fluide, tranchant avec le reste de l'image. Ainsi le lecteur apprécie l'ombre portée du chapeau de Joe Masseria mangeant les deux tiers de son visage, le contraste entre la pénombre de l'habitacle de la voiture de Pirlo et la luminosité des bois environnants, la lumière qui filtre au travers des planches non jointives de la grange, les ombres dansantes générées par le feu dans le campement des afro-américains… et tout ça rien que dans le premier épisode. Risso sait donner une personnalité visuelle incroyable à ses personnages. Lou Pirlo a une classe naturelle épatante, avec une assurance apparente qui fait des ravages. Il est beau comme une gravure de mode dans son costume de ville, mais il conserve une forme de grâce même quand il n'est pas à son avantage, par exemple en train de fuir à quatre pattes. Joe Masseria est obèse bien calé dans son fauteuil, avec des expressions qui montrent qu'il doit être obéi. Les hommes de main dépêchés par Masseria valent le coup d'oeil : Fat Tony, Other Tony, Duck et le tueur à gages sinistre L'Ago. Bien évidemment la famille Holt vaut le déplacement aussi : Enos un peu décharné, Hiram patriarche en force de l'âge inquiétant avec son oeil mort laiteux, Frye et Zach, sans oublier Tempest Holt, femme fatale magnifique et dangereuse.
Eduardo Risso ne se limite pas à donner de la personnalité à ces individus. S'il y fait attention, le lecteur se rend compte que chaque personnage, figurant ou personne apparaissant juste dans une case avec une réplique, vaut le coup d'oeil : Cissy (une enfant qui vit dans l'hôtel où loge Pirlo) qui semble vivre complètement dans son monde, le jeune garçon avec une clef à molette et son regard condescendant adressé à Pirlo ignorant venu de la ville, les deux belles demoiselles dans le diner qui envoient promener Pirlo séducteur se croyant irrésistible, la douzaine d'afro-américains dansant atour du feu dont celui avec son banjo… et tout ça juste dans le premier épisode. L'artiste se montre tout aussi élégant et plein de caractère dans les séquences de dialogue que les séquences d'action. le lecteur scrute le visage des interlocuteurs pour essayer de se faire une idée de leur état d'esprit, pour déterminer s'ils bluffent ou s'ils sont directs. Quant à l'action, la première apparition de la créature surnaturelle se déroule en 6 cases page 3, avec une économie de moyen incroyable par rapport à l'effet impressionnant. Par la suite, le lecteur sourit en voyant des enfants capturer une tortue tout en souffrant pour elle. Il prend peur avec Pirlo alors que Tucker Holt conduit sans beaucoup regarder la route de nuit, manquant d'heurter un chevreuil. Il retient sa respiration alors que Pirlo manque de se noyer dans la rivière. Il manque de s'étouffer alors que les Holt tiennent Pirlo pendant qu'un autre le fait ingurgiter de force des litres d'alcool. Il ressent tous les cahots de la route défoncés pendant une course-poursuite en voiture sur la route sans revêtement dans les bois.
Rien qu'avec la narration visuelle, le lecteur est comblé, apprécie un divertissement de qualité, avec une bonne dose de sadisme des auteurs vis-à-vis du pauvre Lou Pirlo. Cela n'empêche pas que Brian Azzarello ne se contente pas d'aligner des clichés de bouseux et de créature qui rôde, il raconte une vraie histoire. Alors qu'il supposait que Lou Pirlo allait devoir s'en sortir tout seul chez les ploucs, le lecteur découvre que l'impatience de Joe Masseria l'amène à dépêcher une équipe au bout de quelques jours. D'un autre côté, tout ne roule pas tout seul au sein de la famille Holt. Il reste aussi l'interrogation qui plane sur une éventuelle allégeance des habitants du village. À l'évidence, les choses ne vont pas bien se passer, et l'escalade est inévitable entre la famille Holt et le gang de Masseria. Tout en s'étant calmé dans les dialogues tout en sous-entendus inintelligibles, Brian Azzarello sait faire passer la personnalité des uns et des autres dans leur réplique, ce qui les rend plus incarnés. de temps à autre, il écrit le flux de pensées de Lou Pirlo qui apparaît dans des cartouches, peu nombreux et pas envahissants. le lecteur bénéficie donc d'un ancrage émotionnel dans chaque séquence.
Avec ce premier tome, Eduardo Risso & Brian Azzarello indiquent dès les premières pages qu'ils racontent une histoire de genre, mélangeant gangsters pendant la prohibition, trafic d'alcool de contrebande, avec une touche de surnaturel. Eduardo Risso est dans une forme graphique éblouissante, que ce soit pour les personnages, la direction d'acteurs, la photographie, et les plans de prise de vue : un régal de bout en bout. Brian Azzarello a mis la pédale douce sur ses tics d'écriture, pour un récit intelligible, une intrigue plutôt linéaire, des dialogues explicites sans patois indéchiffrable, et un récit plein de charme pittoresque angoissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Under_the_Moon
  04 juin 2020
En pleine Prohibition, Lou Pirlo quitte la "famille" (mafieuse) pour laquelle il travaille, direction la Virginie pour faire affaire avec un certain Hiram Holt, un producteur d'alcool que le capo aimerait avoir comme associé. Seulement, s'il ne s'agissait que d'un simple voyage chez les bouseux avec quelques balles tirées par ci, par là, ce serait bien trop simple.
Il semble en effet que des phénomènes étranges et une bête inquiétante soient dans les environs et qu'il est illusoire de penser qu'on peut y échapper.
C'est un tome d'introduction avant tout qui permet de présenter les personnages, l'intrigue et l'environnement dans lequel évoluent les personnages. Les graphismes facçon années 90/fin des années 80 donne un côté vintage supplémentaire à cette histoire forte en testostérone et en adrénaline.
Un mélange des genres original.
Commenter  J’apprécie          200
le_chartreux
  24 octobre 2020
En 1929, les États-Unis tombent sous le coup de la Prohibition. Il n'en faut pas moins pour générer un terreau suffisamment riche pour permettre de faire lever rapidement les graines de la pègre et du crime ; la fabrication d'alcool de contrebande a commencé derechef, les filières d'import-export des spiritueux et celles de la vente d'alcool - frelaté ou bien de qualité – se sont montées en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et le FBI débarque pour mettre de l'ordre dans ce beau bazar…
Les négociations tournent court. Les clans s'affrontent. le sang coule.
Normal, ce sont les règles de la mafia.
Mais - et c'est là le trait de génie de cette bande dessinée - lorsque les blessures ne ressemblent plus à des blessures par balles ou bien provoquées par tout autre objet contondant, lorsque les morts n'ont plus tous leurs abattis afin de se faire beaux le jour du jugement dernier, lorsqu'au détour d'un rai de lune, une bête poilue et griffue apparait en contre-jour, la tension monte d'un cran.
Moonshine est une création réussie de Brian Azzarello et d'Eduardo Risso !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Yradon4774
  26 janvier 2019
"Moonshine T.1" de @brianazzarello et Eduardo Risso chez @UrbanComics
Synopsis : 
"1929, les États-Unis en pleine Prohibition.
Lou Pirlo, jeune torpedo à la solde de Joe « The Boss » Masseria, est envoyé en Virginie s'assurer la collaboration d'Hiram Holt, l'un des meilleurs producteurs d'alcool de contrebande du pays. Une mission taillée sur mesure pour le jeune tueur à gages un peu trop impatient de faire ses preuves car, à sous-estimer la famille Holt, Lou s'apprête à frayer avec plus fort et bien plus effrayant que lui..."
Vous l'aurez compris, nous parlerons des aventures de Lou Pirlo, à la solde de Joe "The Boss" Masseria, dans son roadtrip au fin fond de la Virginie. En pleine prohibition, le boss de Lou cherche par tous les moyens, les meilleurs alcools de contre-bande à vendre afin de se faire le plus de profits possibles. C'est ce qu'il va découvrir en dégustant celui de la famille d'Hiram Holt. L'amour des mafieux pour les très bons alcools sous la prohibition n'est plus à démontrer, donc vous pouvez imaginer dans quel pétrin se jette notre ami, d'autant plus que la famille Holt cache bien son jeu. Dans une ambiance so année 30, aromatisée de bullets épicées et d'alcool non frelaté, Lou vous entraînera dans la plus palpitante aventure sous la prohibition.
Qu'est-ce que j'en pense de ce tome ? :
Ayant entendu parler de cette série depuis un certain temps et à l'occasion de la sortie du Tome 2, je me suis lancé afin de découvrir pourquoi il y avait autant de bruit autour de cet opus. Quelle bonne idée j'ai eu. En effet, ce premier tome ouvre un arc narratif très intéressant mêlant prohibition, mafia, alcool et surnaturel. le héros, un peu paumé, est intéressant à suivre dans les méandres de la mission confiée par le boss de la mafia de New-York. le côté surnaturel, qui se découvre au fur et à mesure de l'histoire, rajoute ce petit quelque chose qui pimente cette magnifique histoire. C'est donc une petite merveille que je vous incite vivement à dévorer. Et ce n'est pas rien de le dire.
Points Positifs : 
Lou ;
la prohibition ;
la mafia ;
le surnaturel ;
Tempest ;
Hiram Holt ;
Brian Azzarello ;
Eduardo Risso.
Points Négatifs :
 J'ai longtemps réfléchi mais je n'en vois pas.
 
Note Tome 1 : 18/20.
Comme toujours, suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d'ouvrir un #insta et un compte @Babelio pour ce blog à retrouver sous le #nametag : yradon4774 (insta) et Paul4774 (Babelio).
See you soon sur les ondes...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (4)
BoDoi   05 décembre 2017
Un tome d’ouverture déjà dense qui, s’il laisse le suspense ouvert, agit comme un parfait teaser. On en reprendra volontiers une lampée.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   20 novembre 2017
Thriller à l’atmosphère envoûtante et d’ores et déjà palpitant, Moonshine avance vite et fort, témoignant de la maitrise narrative de ses auteurs.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
ActuaBD   17 novembre 2017
Thriller à l’atmosphère envoûtante et d’ores et déjà palpitant, Moonshine avance vite et fort, témoignant de la maitrise narrative de ses auteurs.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   19 septembre 2017
Eduardo Risso est un grand artiste, il le prouve une nouvelle fois ici. Il nous plonge dans l'atmosphère très particulière de ce récit en nous offrant quelques scènes sensuelles, mais surtout violentes et gores. Et le "gunfight" final est un grand moment.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   23 novembre 2017
– Pardon, Lou, si tu as peur, tu n’aurais pas dû me suivre.
– Poupée, est-ce-que tu t’es regardée ? Je pourrais te suivre jusqu’en enfer.
– Même s’il est impossible d’en revenir ?

Page 104, Urban Comics, 2017.
Commenter  J’apprécie          220
SebthocalSebthocal   23 novembre 2017
– Dans ce business, la gentillesse n’existe pas.
– Ma foi, j’aime à penser que si... qu’il s’agit davantage de relations que d’argent.
– C’est pas plutôt l’un ou l’autre, si on veut survivre ?

Page 20, Urban Comics, 2017.
Commenter  J’apprécie          90
SebthocalSebthocal   23 novembre 2017
– Je ne veux dire que je suis quelqu’un de religieux, parce qu’à chaque fois que je m’y mets, un curé me demande une obole.

Page 25, Urban Comics, 2017.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Brian Azzarello (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian Azzarello
J'ai rencontré Brian Azzarello
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
675 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre