AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782754810739
88 pages
Futuropolis (05/06/2015)
3.64/5   106 notes
Résumé :
Comment devenir libre quand tout vous prédestine à la soumission ? Itinéraire d’une jeune fille musulmane d’aujourd’hui, Confidences à Allah est un témoignage direct, cru, et cependant plein de poésie et d’humour, sur l’oppression des femmes. Eddy Simon et Marie Avril adaptent le monologue fiévreux de Saphia Azzeddine, portrait sans concession d’une jeune femme qui rêve d’émancipation et refuse de se soumettre.


Jbara vit les montagnes du Mag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 106 notes

marina53
  26 octobre 2016
À 16 ans, Jbara, bergère, n'a rien connu d'autre que Tafafilt. Dans ce petit village marocain perdu au coeur des montagnes, la jeune fille vit très modestement avec sa maman qui s'occupe d'elle et de ses sept frères et soeurs, de son père qu'elle n'aime pas et de ses brebis. Dans ce trou perdu, elle se dit qu'Allah ne voit pas les parties de jambes en l'air qu'elle s'octroie en échange de quelques yaourts, biscuits ou chewing-gum. Jbara, bien qu'elle ne le sache pas, est une très belle jeune fille. Priant souvent Allah, elle lui supplie qu'il se passe quelque chose dans sa vie. Tous les mercredis et les samedis, elle guette le car de Belsouss. Ce jour arrive enfin où une valise en tombe. Une belle valise rose avec de magnifiques vêtements de jeune fille et de l'argent. Heureuse qu'il lui arrive enfin quelque chose. Malheureusement, Jbara se découvre enceinte. Aussitôt, ses parents, déshonorés, lui ordonne de partir. La jeune fille va devoir dorénavant faire ses propres choix...
Adapté du roman éponyme de Saphia Azzeddine, cet album dresse le portrait saisissant et étonnant de Jbara, une jeune bergère qui, dans un pays aux fortes traditions, refuse de se soumettre à celles-ci et rêve d'une certaine liberté. Sans tabou, dans un langage le plus souvent cru et sur un ton assez léger, Jbara s'adresse à Allah, dans un monologue en voix-off. de sa bergerie de Tafafilt aux riches demeures de Belsouss, cette jeune fille au fort caractère mène sa vie comme elle l'entend, disposant librement de son corps. Un album original, surprenant et un brin amoral. Graphiquement, Marie Avril magnifie ce portrait de femme libertine, décomplexée et émouvante : un trait subtil et de superbes couleurs orientales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          706
carre
  27 juillet 2015
Jbara rêve d'une vie meilleure, mais comme la majorité des femmes dans ce coin reculé du Maroc, l'autorité des hommes impose soumission et silence. Mais le jour, ou la jeune femme est rejetée par les siens, elle est bien décidée à vivre comme elle l'espère. En ayant à rendre compte de ces choix qu'à Allah. Et si la route de Jbara est cruelle et difficile, c'est celle qu'elle assume. Très belle adaptation du roman de Saphia Azzedine, avec un portrait saisissant à la fois dur et cru d'une femme prête à assumer ces choix, quitte à heurter les consciences, à remettre en cause un patriarcat intransigeant. Les dessins magnifiques de Marie Avril renforcent le parcours tumultueux de la jeune femme, et la rende à la fois charismatique et terriblement émouvante. Au coeur d'une religion qui suscite beaucoup de débats, le livre comme la BD apportent un regard intéressant et difficile sur nos croyances. Une belle réussite.
Commenter  J’apprécie          580
Harioutz
  24 mars 2019
Trop d'injustice, trop d'exploitation, trop de passivité, trop de rejet, trop de sexe subi, trop de désespoir, trop peu d'estime pour soi-même et trop de religion pour tenter de faire passer tout ça ... je n'ai pas aimé cette histoire, vraiment trop déprimante !
Commenter  J’apprécie          490
boudicca
  24 août 2015
Après le théâtre c'est au tour de la bande dessinée de proposer son adaptation du roman de Saphia Azzeddine qui nous relate dans « Confidences à Allah » le destin de la belle Jbara. Née dans un petit village miséreux et presque totalement coupé du monde, la jeune bergère âgée de seize ans se désespère de son quotidien et de ses perspectives d'avenir limitées. Un désespoir dont elle parle régulièrement à Allah à l'occasion de monologues crus mais néanmoins touchants lors desquels la jeune fille n'hésite pas à entretenir son Dieu des détails les plus intimes de son existence : « Pardon Allah de te parler aussi crûment, mais comme tu entends tout ce qu'on pense au profond de nous, ce n'est pas un mot déplacé ou deux qui vont t'offusquer, n'est-ce pas ? ». le dégoût que lui inspire son père et les religieux du coin, ses expériences sexuelles, son goût pour le luxe, ses envies de liberté..., autant de sujets que Jbara aborde sans aucun tabou, confiante dans l'amour de son Dieu, quand bien même elle avoue avoir pleinement conscience que certaines de ses décisions risque de le décevoir. Car en dépit de ses croyances et de sa stricte éducation, la jeune fille n'entend pas se laisser enfermer par les carcans définis par la religion et la société. L'héroïne de Saphia Azzedine est bouleversante d'humanité et de sincérité et on s'attache sans mal à cette magnifique jeune femme au tempérament déterminé et volontiers joyeux qui évoluera au fil du récit d'une confiante et touchante naïveté à un nécessaire pragmatisme qui se transformera en une forme de cynisme résigné.
Il faut dire que Jabara accumule les coups durs, notamment à cause des convoitises qu'elles ne manquent pas d'attiser chez les hommes. Que ce soit pour payer son loyer, se nourrir, garder son travail, voire seulement pour continuer à recevoir les petites friandises dont elle raffole, l'héroïne comprend vite qu'il lui faudra abandonner son corps. Ce qui n'est d'abord qu'une question de survie va peu à peu se transformer en ce qu'elle considère comme une formidable occasion de pouvoir s'élever au dessus de sa « condition ». Si les hommes sont prêts à payer pour son corps, pourquoi, après tout, ne pas en profiter pour avoir accès à tout ce dont elle a été privé la majeure partie de sa vie ? Les scènes de sexe sont ainsi très nombreuses et, si elles font bien souvent naître une certaine mélancolie chez Jbara, celle-ci se garde toutefois de s'apitoyer sur son sort. Les dessins de Marie Avril ne sont pour leur part jamais voyeurs ou gênants pour le lecteur qui ne manquera pas, comme la plupart des personnages, de rester admiratif devant la beauté qui se dégage de l'héroïne. Outre la qualité des graphismes, l'ouvrage séduit aussi et surtout par l'originalité et le culot avec lesquels sont abordés des sujets pourtant peu évidents à traiter. A l'heure où des fanatiques n'hésitent pas à tuer et détruire au nom d'Allah, on découvre notamment par les yeux de Jbara un Dieu tolérant, bienveillant et aimant, à mille lieues de l'image que beaucoup s'en font aujourd'hui. La question du statut de la femme est également au coeur de l'ouvrage même si l'histoire de la jeune fille ne laisse cette fois guère de place à l'optimisme.
Marie Avril et Eddy Simon signent avec cette adaptation du texte de Saphia Azzedine un très bel ouvrage mettant en scène une héroïne décomplexée cherchant par tous les moyens à s'émanciper et qui tirera l'essentiel de sa force de son amour pour Allah. Une histoire difficile mais touchante et finalement porteuse d'espoir. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Crossroads
  24 décembre 2017
Jbara ne doit jurer que par Rebelle, le délicat et sensuel parfum de Rihanna.
D'ailleurs Riri, si tu me lis, merci pour les royalties, eu égard à la pub gratos susmentionnée.
Née dans un bled, destinée à y mourir aussi pauvre et inéduquée que ses parents sous le regard d'Allah visiblement hermétique à la moindre de ses prières.
Qu'à cela ne tienne, le changement, c'est maintenant, qu'elle s'est dit la gamine de seize printemps attirée par le brillant de la ville.
Foi en Allah avec qui elle converse journalièrement, ok, mais surtout foi en ses courbes affriolantes susceptibles de lui faire changer de tranche d'imposition en quelques coups de reins grassement rétribués.
La mode est au support BD dès lors qu'un bouquin a plutôt bien marché.
Pourquoi pas, au regard de la qualité indéniable de ce récit sublimé par un graphisme léché, forcément, aux couleurs diaprées.
Joli portrait de femme qui aura choisi de jouir de la vie plutôt que de la subir, au risque de s'aliéner quelques esprits chagrins, fervents adeptes d'un conservatisme séculaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   19 août 2015
Je me doute que tu n'aimes pas tout ce que je fais, que tu ne cautionnes pas et c'est normal ! Mais quand même, j'ai une question. Si j'étais née dans une famille bien, dans une ville bien, avec une éducation bien, j'aurais forcément été une fille bien, Allah. Je me serais mariée avec un homme bien et j'aurais fait des enfants bien. Mais c'est pas comme ça que ça s'est passé au départ. Tu avoueras que je suis parties avec vachement plus d'emmerdes ! Comment tu vas faire pour me juger ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
carrecarre   12 juillet 2015
Je l'aime ma mère. Je l'aime parce qu'elle me fait pitié. Elle met des oignons dans tous ses plats, pour pouvoir pleurer en paix.
Commenter  J’apprécie          580
marina53marina53   26 octobre 2016
Il y a toujours des petits détails qui nous trahissent et nous rappellent d'où l'on vient.
Commenter  J’apprécie          320
marina53marina53   26 octobre 2016
Est-ce que j'aurai un plus beau jour de ma vie, moi ? En fait, ce que je veux te dire, Allah, c'est : est-ce qu'on peut échapper à son destin ?
Commenter  J’apprécie          153
blandine5674blandine5674   05 février 2017
Mais j’ai déjà de beaux habits, je mange les restes pratiquement tous les jours et ma chambre, je l’ai pour une dizaine de fellations par mois. J’ai déjà économisé 1 000 dinars. Merci Allah !
Commenter  J’apprécie          93

Videos de Saphia Azzeddine (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saphia Azzeddine
Saphia Azzeddine - On n'est pas couché 4 juillet 2020 #ONPC
On n'est pas couché  4 juillet 2020 Laurent Ruquier sur France 2 #ONPC
Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-est-pas-couche/
Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel
Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2
autres livres classés : prostitutionVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Bilqiss - Saphia Azzeddine

En quelle année ce roman a t-il été publié ?

1990
1995
2000
2010

14 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Bilqiss de Saphia AzzeddineCréer un quiz sur ce livre