AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782844140203
51 pages
Éditeur : L'Association (30/11/-1)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Le "Haut-Mal" ? Il y a bien longtemps, au Moyen Âge, c'est ainsi que l'on nommait l'épilepsie. Cette maladie mystérieuse qui frappe Jean-Christophe, le frère du narrateur. Le récit démarre dans les années soixante, dans une petite ville des environs d'Orléans. On entre dans l'intimité du quotidien d'une famille bouleversée par le drame qui frappe le fils aîné. Une famille qui mettra tout en oeuvre pour trouver une solution, ballottée entre des médecins qui ressemble... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
jamiK
  31 janvier 2018
Pierre-François décide de changer de nom et de se faire appeler Fafou. Cette bande dessinée est remplie d'actes symboliques aux proportions inimaginables, c'est fort, violent, le traitement noir et blanc accentue encore cette ambiance de tensions. David doit se construire sur la maladie de son frère, la perte de repère des parents, il évoque de nouvelles références littéraires et son oeuvre toute entière prend ici un sens, un sens de révolte, de colère. On quitte peu à peu le monde de l'enfance, ce n'est pas qu'un témoignage autobiographique, c'est aussi une oeuvre initiatique qui est d'autant plus forte qu'elle est vraie. La notion de “mondes fantastiques” des littératures de l'imaginaire prend ici une nouvelle dimension, je n'ouvrirai plus un livre de fantastique de la même manière. 4ème tome de cette BD qui ne faiblis pas, bien au contraire. Une petite citation pour vous mettre dans l'ambiance : “Et j'ai envie de tuer le monde entier”
Commenter  J’apprécie          190
Vexiana
  01 avril 2017
La couverture parle d'elle même : plus aucun espoir...toute la surface est à présent recouverte de maux/monstres/démons.
Comme le dit Pierre-François devenu David : "Maintenant je sais qu'il ne guérira plus". Tout le monde dans la famille le comprend et on sent, dans ce tome, que même les plus déterminés, comme la mère, baissent tout doucement les bras.
De nouveau je suis touchée par la franchise de David B...
J'aime aussi beaucoup les trois compagnons qu'il s'est choisi : le diable, un mort et un chat magique, qui évoluent avec lui, derrière lui, et qui, parfois, répondent à sa place.
Le dessin est toujours impeccable et intelligent.
Commenter  J’apprécie          30
TwiTwi
  01 septembre 2010
L'Ascension du Haut Mal est l'histoire autobiographique d'un petit garçon fasciné par l'histoire et les grandes batailles, dont le grand frère est sévèrement épileptique. La dynamique familiale est toute entière accaparée par la maladie du fils aîné et va façonner la vision du monde de Pierre-François, de façon plutôt torturée.
David n'est autre que le Pierre-François du début de l'histoire, qui changera de nom en grandissant. Cette histoire vraie est poignante de justesse et d'introspection. Dans les tomes où il est enfant, le lecteur pourra littéralement ressentir ses sentiments d'enfant face à la maladie de son frère et l'obsession de sa guérison qui oriente toute la famille dans une même direction. Il parle par association d'idées, un peu comme s'il se trouvait sur le divan d'un psychanalyste. Car on sent dans cette série dessinée le besoin d'exorciser ce malheur qui a conditionné sa vie.
Enfant il nous raconte son attirance pour les grandes batailles, adulte il nous fait part de ses rêves. Tout cela avec une honnêteté qui lui vaudra même de se disputer avec ses parents après la parution du troisième tome.

Le dessin est en noir et blanc, pesant, surtout les pages où il raconte ses rêves. Des monstres animent fréquemment les planches, ces démons intérieurs et la personnification de l'épilepsie de son frère aîné. On pourra littéralement voir sur le dos des bandes dessinées, ainsi que sur la couverture et la quatrième de couverture "l'ascension du haut mal". le haut mal étant le nom ancien donné à l'épilepsie.
L'Ascension du Haut Mal n'est pas une lecture facile mais c'est une lecture nécessaire pour les vrais amateurs de bandes dessinées, de part l'originalité du dessin mis au service du fond et pour ceux qui s'intéressent aux "tranches de vie".

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gregor
  30 octobre 2011
Un classique du neuvième art tiré de faits bien réels. Des trouvailles narratives à la pelle. Cette série a marqué de nombreux lecteurs par son expression émouvante et passionnante. David B. est d'ailleurs aujourd'hui un auteur reconnu par son style onirique et la force de ses récits. Celui-ci est certainement le plus intime, le plus incarné aussi. Raconter la maladie et l'inquiétude qui va avec demande toujours beaucoup de recul et de gravité. David B. s'y emploie avec brio et un aplomb intrinsèque. Ses pages sont pour moi l'exposé d'un refuge, le parcours d'une souffrance latente, le témoignage d'une enfance privée d'insouciance. Il affronte des fêlures intérieures inguérissables.
Commenter  J’apprécie          10
Juliedlbrt
  27 septembre 2016
Dans l'Ascension du haut mal, David B. (également cofondateur de la très chouette maison d'édition L'association) nous raconte la vie familiale qu'il a connu, de son enfance à l'âge adulte, alors que son frère Jean-Christophe souffre d'épilepsie. Il nous y décrit notamment les sentiments qu'il a éprouvé face à la maladie alors qu'il était enfant ainsi que les innombrables traitements subis par son frère, mais aussi parfois par le reste de la famille, dans l'espoir d'une guérison.
Les graphismes, tout en noir et blanc, sont exceptionnels. Une très chouette lecture.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
VexianaVexiana   01 avril 2017
Elle me dit : "Avant tu dessinais continuellement des chevaliers en armure, maintenant tes personnages ont tous des complets noirs. C'est ta nouvelle armure." Mon armure c'est la nuit
Commenter  J’apprécie          40
mandarine43mandarine43   22 janvier 2012
Il essaie en vain pendant toute l'après-midi. Pourtant, quand il avait dix ans, il s'en était dessiné un.
Je me demande ce qui est pire, le fait de vouloir dessiner un drapeau nazi ou celui de ne plus en être capable.
Commenter  J’apprécie          30
alouettalouett   20 décembre 2010
Il y a beaucoup de nouvelles pistes pour guérir l’épilepsie de Jean-Christophe, et tant que ma mère ne les aura pas toutes essayées, elle s’en voudra
Commenter  J’apprécie          10
mandarine43mandarine43   23 janvier 2012
Je me sens seul.
L'armure protège, mais elle isole aussi.
Commenter  J’apprécie          30
mandarine43mandarine43   01 février 2012
C'est excitant de faire partie d'une société secrète mais en faire partie par correspondance c'est décevant.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de David B. (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David B.
David B. et Giorgio Albertini en interview sur planetebd.com
autres livres classés : epilepsieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre