AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754800808
Éditeur : Futuropolis (25/08/2011)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Conflit Israélo-palestinien, guerre du Golf, Afghanistan, Irak… Les conflits entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient sont nombreux. Dans cette première partie, Jean-Pierre Filiu et David B. reviennent sur les origines historiques de ces altercations.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Junie
  24 décembre 2016
On peut pleurer sur le sort d'Alep.
On peut se lamenter devant les cohortes de réfugiés massés aux frontières et dans des camps, se révolter face aux milliers de morts, hurler contre les Puissances qui accablent un peuple exsangue, et celles qui laissent faire.
On peut aussi se creuser la cervelle pour essayer de comprendre comment les choses en sont arrivées là. Car depuis des décennies, le Moyen Orient nous offre des images de villes détruites, de populations prise en otages, de guerres civiles soutenues et alimentées par les armements et les intérêts occidentaux. Vaste échiquier où se joue une partie de jeu de massacres.
Beyrouth, Bagdad, Kaboul, Mossoul, Alep, villes martyres aujourd'hui. Villes de cauchemar qui firent autrefois l'émerveillement de leurs visiteurs venus rechercher l'exotisme oriental. Villes de rêve d'où provenaient la soie, les épices, le musc et le jasmin, les agrumes, l'ivoire et l'ébène d'Afrique, les pierres précieuses, les perles fines, les délicates porcelaines de Chine, les majoliques et les tapis d'Orient.
Les rues sont maintenant tapissées de bombes et recouvertes de gravats, les enfants jouent à la guerre ou se cachent sous terre, on se bat pour un sac de farine ou un bidon d'eau. Les écoles sont fermées, les hôpitaux détruits, les villages pillés ou désertés.
Pendant ce temps, des hommes (et seulement des hommes) font la guerre au nom de la foi, du profit, de l'honneur, de la patrie, du pouvoir, de la haine de l'autre. Ils se combattent souvent, puis signent des traités qu'ils ne respectent jamais, se défient, se menacent, se trahissent, font d'autres alliances, et se battent à nouveau.
Pendant ce temps, d'autres hommes (et surtout des hommes) font des fortunes colossales en vendant des canons, du pétrole, des avions, des navires de guerre, et des mines et des roquettes et des missiles et des fusils mitrailleurs et des drones et des bombes et du gaz toxique et des tanks et des camions blindés et des uniformes et des balles, et tout ce qui peut exploser, éventrer, écrabouiller, déchiqueter des êtres humains.
Pendant ce temps, la Croix-Rouge et le HCR distribuent des pansements et du mercurochrome.
Pendant ce temps, des lecteurs lisent avidement les trois volumes de Jean-Pierre Filiu et David B. "Nos meilleurs ennemis".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2710
trust_me
  04 avril 2012
Vous saviez que le début des relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient remonte au 18ème siècle ? Moi pas. En même temps je ne suis pas du tout un spécialiste de la question. Pour tout dire, le sujet m'intéresse moyennement. Heureusement, j'ai gagné le Loto BD de Mo' et c'est elle qui m'a fait parvenir cet ouvrage. Je dis heureusement car sans cela je ne me serais jamais lancé dans la lecture de cet album et j'aurais perdu l'occasion d'approfondir mes connaissances en géopolitique qui sont pour le moins médiocres.
Tout commence avec Gilgamesh. Les points communs entre son épopée il y a 2400 ans et l'invasion américaine en Irak en 2003 y sont soulignés de manière stupéfiante. Dans le second chapitre est abordée la guerre menée par la flotte américaine contre la piraterie « barbaresque » en méditerranée. Les premières captures de bateaux de commerces américains par les musulmans datent de 1785. A cette époque, 20% du budget de l'état est consacré à l'achat de la paix avec les barbaresques. Difficile de comprendre pourquoi la jeune nation américaine emploie autant d'énergie (et d'argent) pour régler un conflit relativement mineur se déroulant à des milliers de kilomètres de son sol. Une question d'orgueil, déjà !
Le troisième chapitre est sobrement intitulé « Pétrole ». Il revient sur l'alliance entre l'Arabie saoudite et l'Amérique de Roosevelt en 1939 qui sera le point de départ de l'exportation du pétrole saoudien vers le pays de l'Oncle Sam. le dernier chapitre se focalise sur la question iranienne et se déroule entre l'immédiat après-guerre et le coup d'état contre Mossadegh en 1953. La politique moderne entre en scène et les officines américaines (notamment la CIA) y jouent un rôle fondamental.
C'est ce dernier chapitre qui m'a le plus intéressé. On découvre l'intelligence avec laquelle les américains ont mené leur barque pour apparaître comme des alliés du Moyen-Orient en opposition aux grandes puissances coloniales honnies (France et Grande-Bretagne). Évidemment, il ne faut pas donner à cette bonne volonté de façade aucune dimension philanthropique. Si les américains sont autant actifs dans la région, c'est, d'une part, pour le pétrole, et, d'autre part, pour développer une politique impérialiste qui va peu à peu les entraîner dans un engrenage dont ils ne sortiront pas indemnes.
Jean-Pierre Filiu, professeur à sciences po, est un spécialiste du monde arabo-musulman. Autant vous dire que son texte allie rigueur historique et clarté. C'est en rencontrant David B. au festival de Blois que l'idée lui est venue de mettre en images une histoire des relations entre l'Amérique et le Moyen-Orient.
Niveau dessin, il n'est pas évident de représenter autant d'événements et de situations d'un simple coup de crayon. David B. suggère, il illustre, sans jamais vraiment être dans la narration. Il y a quelques trouvailles graphiques intéressantes et de superbes scènes de bataille mais j'avoue que je me suis davantage focalisé sur le propos de Jean-Pierre Filiu et que j'ai parfois eu quelques difficultés à bien cerner la relation texte/image.
Au final, j'ai beaucoup apprécié cette traversée de quelques siècles focalisée sur l'évolution de la politique américaine au Moyen-Orient. Surtout, cette BD m'a rendu moins ignorant que je ne l'étais sur la question. Et rien que pour ça, je remercie chaleureusement Mo' pour la pertinence de son choix.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Meps
  06 mars 2018
La bande dessinée a longtemps été pour moi, comme pour beaucoup d'enfants je pense, le domaine privilégié de l'amusement pur, dans lequel je détestais que se glisse une volonté de me cultiver, considérant la démarche comme une tentative d'arnaque contre ma volonté de me divertir.
J'ai petit à petit appris à apprécier les bandes dessinées qui cherchaient d'abord à m'apprendre des choses avant de me faire rire ou frémir devant les aventures des héros.
C'est le cas de cette série Les meilleurs ennemis, vraie réussite pédagogique qui parvient en quelques pages à nous en apprendre plus que beaucoup d'émissions de débats télé sur les sources de la politique actuelle au Moyen Orient. La caution du spécialiste du monde arabo-musulman Jean-Pierre Filiu qui dirige l'ouvrage y est sans doute pour beaucoup. Des combats des pirates musulmans en Méditerranée fin 18ème début 19ème, aux prémices des relations Américano-saoudiennes, j'ai beaucoup appris avec cette bande dessinée. Je connaissais mieux le contexte iranien, mais les illustrations ont vraiment permis de vivre l'épisode de Mossadegh, dirigeant iranien qui aurait sans doute permis à son pays de se développer hors de l'intégrisme si les intérêts économiques occidentaux n'avaient pas cherché à se débarrasser de lui.
Les choix de dessins, remplis de symbolisme pour illustrer les idées autant que L Histoire en elle-même, sont vraiment très réussis, et on ne peut que recommander cette série à ceux qui s'intéressent aux enjeux politiques de notre temps dans cette région du globe. Je lirais avec plaisir le deuxième tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
jamiK
  22 mai 2018
Il faut lire cette BD, parce qu'elle nous permet de comprendre comment on en est arrivé là au Moyen Orient, comment la situation entre Etats Unis, Arabie Saoudite, Israël, Iran, Libye... sont ce qu'elles sont aujourd'hui. C'est sans concession, il est question de guerres, d'influences, d'alliance, de haine, de complots, d'argent, de pétrole… Un livre d'Histoire en bande dessinée, facile à comprendre, complet. Un livre qui démontre la dimension monstrueuse de la politique internationale. C'est servi par un dessin contrasté, subtil, jouant de symboles, d'images fortes, prégnantes. La compréhension en est d'autant plus évidente. A lire absolument !
PS. Je possède chez moi une version de Tintin au Pays de l'Or Noir dans sa version d'avant 1972, et là je viens de découvrir dans “Les meilleurs ennemis”, quelques nouvelles clés qui y rajoutent encore de l'intérêt.
Commenter  J’apprécie          150
Vexiana
  31 mai 2018
J'ai commencé cette BD sans trop de motivation. La géopolitique et la politique n'étant pas vraiment des thèmes de prédilection ni même, je le pensais, des thèmes de fond pour une BD. J'avais tord!
C'est juste passionnant!
Cette BD dissèque les relations entre le Moyen-Orient et, d'abord, l'Europe puis les Etats-Unis et je suis consternée de me rendre compte que j'en sais si peu sur un sujet d'une telle actualité. !
Les faits sont racontés sans concession et avec un regard critique.
Le tout est mis en dessin par le talentueux David B. dont le style symboliste est parfaitement à propos pour illustrer les faits mais aussi donner une dimension inédite à un personnage, un acte de guerre ou une pensée.
Plus qu'intéressant, c'est édifiant!
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (6)
BulledEncre   21 octobre 2011
En mêlant anecdotes et récits historiques, cet album de la collection « Regards sur le monde » apporte un nouveau point de vue aux férus de géopolitique et aux autres…
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   15 septembre 2011
Bonne introduction à des relations qui ont forgé l'époque moderne, Les meilleurs ennemis est tout à fait recommandable.
Lire la critique sur le site : BDGest
LaLibreBelgique   13 septembre 2011
David B. et Jean-Pierre Filiu signent un brillant essai historique dessiné. Deux siècles de relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Edifiant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeMonde   02 septembre 2011
Le talent de dessinateur de David B. emporte tout sur son passage. Festival de turbans et de keffiehs, chorégraphie de felouques et de pur-sang, ses planches sont autant de compositions graphiques rendues lumineuses par le choix du noir et blanc.
Lire la critique sur le site : LeMonde
BoDoi   31 août 2011
Riche et passionnante, cette bande dessinée historique conte donc les relations entre la première puissance mondiale (qui ne l’a pas toujours été) et un Orient d’abord effrayant, puis sous la coupe européenne.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   23 août 2011
Les meilleurs ennemis est un livre intelligent et passionnant qui comblera les amateurs férus d’histoire comme les simples curieux qui ont envie d’apprendre. A lire sans faute ! Un livre très Futuropolis.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MepsMeps   06 mars 2018
Roosevelt ouvre les négociations en évoquant la tragédie des Juifs européens. Pour lui il y a une nécessité morale de leur accorder le droit de libre immigration en Palestine.
- Alors donnez aux Juifs et à leurs descendants les meilleures terres et les maisons appartenant aux Allemands qui les ont opprimés. C'est ainsi que nous réglons les problèmes en Arabie, dit Ibn Saoud, en punissant le coupable et sa famille et pas en se retournant contre des personnes extérieures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
VexianaVexiana   30 mai 2018
Les anglais laissent entendre aux Algériens que l'Amérique étant devenue un état indépendant, ses navires ne sont plus protégés par la flotte britannique. C'est ce qu'en Angleterre on appelle le fair-play.
Commenter  J’apprécie          80
NievaNieva   16 juin 2014
Il y a des choses que nous connaissons, et nous savons que nous les connaissons — c'est le connu connu. Il y a des choses dont nous savons que nous ne les connaissons pas — c'est l'inconnu connu... Il y a l'inconnu inconnu : les choses dont nous se savons pas encore que nous ne les connaissons pas. Et que cela nous apprend-il ? Que le monde où nous vivons est dur et vaste, un monde compliqué, où le déni et la manipulation sont monnaies courantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GregorGregor   05 janvier 2012
Cette mer nous appartient. C'est le droit et le devoir de tout Musulman de mener le jihad contre les infidèles. La servitude est le lot naturel des infidèles.
Commenter  J’apprécie          10
GregorGregor   17 novembre 2011
Dans l'Orient compliqué de l'époque, la plupart des gens ignorent jusqu'à l'existence du continent américain.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de David B. (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David B.
David B. et Giorgio Albertini en interview sur planetebd.com
autres livres classés : moyen-orientVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3371 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre