AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2035866073
Éditeur : Larousse (29/08/2012)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Amadou Hampâté Bâ
La querelle des deux lézards et autres contes africains
Pourquoi le roi veut-il tuer tous les vieux ? Qui a déterré le cadavre de Hyène-Mère ? Comment deux petits lézards peuvent-ils parvenir à bouleverser l'ordre établi et le bonheur familial ?
Les trois contes initiatiques proposés dans ce recueil posent de drôles de questions. Plongé dans le monde imaginaire de l'Afrique traditionnelle, où les animaux et les hommes se mêlent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
babel95
  10 juillet 2014
Amadou Hampâté Bâ, écrivain malien du XXème siècle, mort en 1991, a consacré sa vie à recueillir des contes traditionnels peuls.
Le petit ouvrage de la collection Larousse nous en présente trois, dont le principal, qui donne son titre au petit livre : La querelle des deux lézards.
J'ai beaucoup aimé découvrir les trois contes, et en particulier : le Roi qui voulait tuer tous les vieux. Sa conclusion "Je viens de comprendre qu'un roi dépourvu de vieux conseillers est semblable à une force aveugle qui cogne sans mesure et va droit au suicide. Voyager par une nuit obscure n'est pas dépourvu de danger ; or un pays privé de vieux sages est comme un voyage par une nuit sans lune" est claire, et donne tout son sens au conte.
Le sommaire de l'ouvrage, ainsi que les notes regroupées sous la rubrique "Pour approfondir" permettent à tous ceux qui aiment l'Afrique et sa littérature de découvrir Amadou Hampâté Bâ et la tâche immense qu'il a réalisée. Elles donnent également des renseignements précieux sur les contes eux-mêmes, et la manière de conter : "En Afrique on ne raconte pas n'importe quand, n'importe où ni n'importe comment. Pour être écouté parfaitement, le conte doit d'abord être court, quitte à être éventuellement développé si l'auditoire s'y prête... On ne narre pas non plus avec le langage de tous les jours : les conteurs emploient une langue sacrée. de ce fait, le vocabulaire est riche et minutieusement choisi afin d'être expressif. La phrase est rythmée, pour permettre la mémorisation, et musicale, pour s'accompagner d'instruments qui la mettent en valeur. Les mots sont sonores pour que la voix les souligne et les amplifie. Toutes les émotions et tous les sentiments passent dans le corps du conteur, car ses gestes et les expressions de son visage sont aussi un langage. Conter est un art, un art sacré."
Les trois contes, ainsi que les commentaires, réalisés par Cécile Pélissier, sont d'une lecture très agréable. Ils nous donnent toutes les clefs nécessaires pour progresser dans notre découverte de la littérature africaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
babel95babel95   10 juillet 2014
Ainsi, à cause de la bataille de deux petits lézards pour une mouche morte, modeste querelle dont personne ne voulut s'occuper, non seulement nos fiers amis le coq, le boeuf, le bouc et le cheval y laissèrent la vie, mais il en résulta un incendie, et une mort qui endeuilla toute la maisonnée.... Seul, le chien, fidèle à son devoir, sortit indemne de cette tourmente, et y trouva même une récompense inattendue....
C'est ce conte, parfois intitulé : "un rien tue tout", qui, en Afrique, sert à illustrer l'adage : "il n'y a pas de petite querelle, comme il n'y a pas de petit incendie".
Chez nous les vieux enseignent aux jeunes : "Dès que vous assistez à une querelle, si minime soit-elle, intervenez, séparez les combattants et faites tout pour les réconcilier ! Car le feu et la querelle sont les deux seules choses qui, sur cette terre, peuvent mettre au monde des enfants plus colossaux qu'eux-mêmes : un incendie ou une guerre."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
babel95babel95   10 juillet 2014
Ce n'est pas pour conserver des idées dans une bibliothèque que j'écris, mais au contraire pour assurer la plus large diffusion possible de nos valeurs traditionnelles, afin que chacun puisse s'y référer, méditer, et peut-être, ajouter et créer. En me livrant à ce travail de récolte et de fixation par l'écriture, mon but a été également de servir d'exemple, afin que d'autres continuent dans la même voie. Je ne fais que jouer le rôle du devancier, dont le symbolisme se retrouve dans les danses sacrées : le vieux se met en avant, il danse, et tout le monde le suit au rythme de son pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
babel95babel95   10 juillet 2014
En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.
Commenter  J’apprécie          160
ludi33ludi33   18 février 2019
" Ah ! Chien ! Si seulement j'avais accepté de m'occuper de cette querelle de lézards !..."
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Amadou Hampâté Bâ (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amadou Hampâté Bâ
L’OIF rend hommage à Amadou Hampâté Ba
autres livres classés : littérature africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr