AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Delphine Renon (Illustrateur)
ISBN : 2747021025
Éditeur : Bayard Jeunesse (29/03/2007)

Note moyenne : 4/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Oliver n'oubliera jamais ce jour où sa mère lui a annoncé son mariage avec un Indien Iakota. Arraché à son pays et à ses amis, il se retrouve à quinze ans, exilé dans une réserve, en plein cœur de l'Ouest américain. Pour le meilleur et pour le pire, il apprendra pourtant à connaître ce peuple fier et courageux qui se bat pour la sauvegarde de son identité. Un roman fort et poignant qui bouscule nos préjugés.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Femi
  17 décembre 2012
Nous suivons les péripéties d'un adolescent allemand de quinze ans, Oliver, qui doit quitter son pays, sa culture et sa petite amie pour suivre sa mère qui a décidé d'épouser un Indien Lakota et de partager sa vie dans la réserve, aux Etats-Unis. Ce qui n'est évidemment pas du tout du goût d'Oliver...
Une belle histoire initiatique où l'on voit évoluer non seulement le personnage principal mais également les autres. Car le racisme et les préjugés sont présents des deux côtés: si Oliver a des préjugés sur les Indiens, les pensant arriérés, ne vivant que d'aides sociales, ceux-ci ont aussi des idées arrêtées sur les Blancs qu'ils surnomment les Wasicun, ce qui signifie "ceux qui veulent toujours le meilleur et gardent tout pour eux".
J'ai beaucoup apprécié ce livre qui a beaucoup d'humour (or l'humour, comme le découvrira Oliver, est important pour les Lakota, leur permettant d'affronter toutes les situations) et qui reste réaliste. En effet, il n'y a pas de "happy end" même s'il y a une note d'espoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
claireo
  10 octobre 2014
Dans ce roman initiatique, Olliver, 15 ans, découvre que sa mère va épouser un indien Lakota. Il doit quitter l'Allemagne et la suivre dans la réserve. D'abord réticent, il va découvrir le mode de fonctionnement de la Réserve et la vie quotidienne de sa nouvelle famille. Rejeté parce-qu'il est blanc (un "Wasicun"), il saura s'adapter, apprendra à apprécier son beau-père, comprendre sa culture et nouer des liens d'amitié. Très documenté sans être ennuyeux, c'est un roman très intéressant et qui se lit avec beaucoup de plaisir.
Commenter  J’apprécie          260
Aryia
  02 novembre 2016
Lune Indienne, c'est avant tout une belle histoire de tolérance et de respect, une histoire puissante qui aborde avec beaucoup de finesse des thèmes aussi variés que le racisme, le dépaysement, les préjugés et la jalousie. D'un côté, nous avons Olivier, aveuglé par sa colère et sa tristesse d'avoir été séparé de son pays et de ses amis, qui se barricade derrière une ribambelle de clichés et de préjugés pour justifier son rejet viscéral de ce nouveau monde qu'on lui impose. Malgré les efforts et la patience de Rodney, qui fait tout pour le mettre à l'aise, malgré la bienveillance et la sagesse de Grand-père Joe, qui tente d'ouvrir son coeur à la beauté de ce pays, Olivier s'obstine à s'apitoyer sur son sort en s'attardant sur les côtés négatifs de ce qu'il vit comme un exil. de l'autre, nous avons les jeunes indiens, et particulièrement Ryan, aveuglés par la haine héréditaire des indiens envers les blancs qui leur ont pris leurs terres, dénigrent leurs croyances et les prennent de haut, qui vont rejeter toute cette animosité sur Olivier. D'un côté comme de l'autre, la méfiance et les aprioris empoissonnent les esprits et aveuglent les coeurs.
Cependant, les choses vont progressivement évoluer, puis changer radicalement. Aidé par Tammy, sa cousine à la joie débordante, Olivier va petit à petit sortir de son cocon d'auto-apitoiement pour ouvrir les yeux sur ce qui l'entoure : les choses ne sont pas si terribles qu'il ne le pensait. A l'exception de Ryan, toute sa nouvelle famille l'accueille les bras et le coeur grands ouverts, bien décidés à l'initier progressivement à la beauté de cette terre et à leur mode de vie, tout en respectant sa nostalgie et ses réticences face à leurs croyances. Il va progressivement prendre conscience de l'injustice à laquelle doit faire face ce peuple qui se bat pour protéger son identité profonde en dépit des attaques répétées du gouvernement sur leur territoire et leurs droits. Et, sans même s'en rendre vraiment compte, il va finalement se libérer de ses idées préconçues pour se laisser envahir par la joie et la sérénité qui font la force de cette tribu si fière et si solidaire. Dans le même temps, Ryan va lui aussi être amené à se débarrasser de ses préjugés, en prenant conscience qu'Olivier n'est pas le blanc prétentieux et hautain qu'il imaginait, mais un adolescent comme lui en dépit de leurs différences culturelles.
C'est bien ce qui est merveilleux avec ce roman : il n'y a pas que le personnage principal qui évolue au fil des rencontres et des événements, les personnages secondaires changent également d'opinion à son contact. L'auteur a voulu mettre en avant cette indispensable réciprocité que nécessite le respect : pour que ce dernier puisse germer, grandir et porter du fruit, il faut que les deux camps soient disposés à le donner et le recevoir. Plus généralement, ce livre met en évidence l'importance de la solidarité mutuelle, d'être à la fois l'épaule sur laquelle l'autre peut s'appuyer et celui qui s'appuie sur l'épaule de l'autre : c'est dans les épreuves partagées et dans le soutien qu'on peut apporter à l'autre qu'on peut soi-même trouver la force de se relever. Seul, Olivier n'aurait sans doute pas réussi à dépasser le stade « c'est nul ici, j'veux rentrer chez moi », et seul, Ryan ne serait surement pas parvenu à aller plus loin que l'étape « c'est un sale blanc qui veut s'approprier l'amour de mon père ». A partir du moment où Olivier a sauvé la vie de Ryan et où Ryan a empêché Olivier de se faire tabasser, tout s'est soudainement améliorer entre eux, même si les incompréhensions restent fortes.
Outre cette thématique magnifiquement bien développée, Lune indienne possède une ribambelle de points très positifs qui font de ce récit destiné à la jeunesse un véritable coup de coeur. Tout d'abord, ses personnages. Ceux qui me connaissent le savent : j'accorde une grande importance à la profondeur et à la complexité des protagonistes. J'aime quand ces derniers sont suffisamment travaillés pour être réalistes, quand ils ne sombrent pas dans les clichés et les caricatures. Et avec ce roman, je suis comblée ! Que ça soit Olivier ou Ryan, Tammy ou Grand-Père Joe, Rodney ou Susan, ils ont tous une personnalité riche et unique, leurs réactions sont cohérentes et les relations qu'ils entretiennent sont très intéressantes à suivre. Je suis tombée sous le charme de tous ces personnages, qui ont tous quelque chose à apporter au lecteur. Je pense tout particulière à Boo, dont l'histoire, inspirée d'un fait réel, m'a vraiment bouleversée. A travers ce personnage si innocent et si attachant, l'auteur cherche à sensibiliser ses jeunes lecteurs à une terrible réalité qui n'est que trop peu mise en avant dans la littérature jeunesse.
On le sait, il ne suffit pas d'avoir une morale pertinente et des personnages attachants pour entrainer un coup de coeur. Et heureusement pour elle, l'auteur ne s'est pas arrêté là. Car ce récit a un petit quelque chose en plus, ce genre de petit quelque chose qui fait toute la différence et qui élève ce roman dans la catégorie des inoubliables : l'émotion qu'il véhicule page après page. Ainsi, l'intrigue en elle-même est porteuse d'une multitude d'émotions, du désarroi de l'arrivée à la plénitude du final en passant par l'enthousiasme, l'angoisse, le ravissement, la douleur et l'espoir. Il me semble tout simplement impossible de ne pas entrer en empathie avec Olivier, ébranlé par tous les bouleversements qui rythment sa nouvelle vie et qui vont le faire grandir si soudainement. Et ces émotions, elles sont aussi diffusées par la narration, en apparence si simple et si fluide mais finalement si particulière. Je ne saurai vous dire ce qui la rend si unique, mais cette plume est vraiment exceptionnelle et retranscris avec beaucoup de finesse les émotions, les sensations et les sentiments qui rythment les pensées et le coeur d'Olivier. Et c'est beau, tout simplement. Alors vous imaginez bien qu'entre l'histoire émouvante et l'écriture troublante, je n'ai pas pu empêcher quelques larmes de couler de temps à autres !
Lune indienne, c'est donc un beau récit initiatique qui, en plus de nous apporter un témoignage troublant de réalisme sur les croyances, les coutumes et les épreuves qui jalonnent la vie des Lakotas, nous offre également une très belle leçon d'humanité. Porté par des personnages d'une profondeur inouïe et par une narration particulièrement saisissante, ce roman est tout simplement inoubliable. Je le conseille aux jeunes lecteurs comme aux moins jeunes, à ceux qui sont passionnés par la culture amérindienne comme à ceux qui apprécient les histoires au message puissant, ainsi qu'à ceux qui désirent tout simplement passer un bon moment de lecture. Lune indienne a beau être un roman assez court, il n'en est pas moins unique et exceptionnel ! A dévorer sans hésitation et sans modération.
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kaerlyon
  30 octobre 2016
Le rêve des grands espaces, la découverte d'une nouvelle culture, le monde des cow-boys et des indiens : c'est une géniale aventure qui est offerte à Oliver….

…. Oui mais voilà : Oliver ne veut pas de cette vie. La sienne, en Allemagne, entre ses copains, sa petite amie et sa mère aimante mais fantasque, lui convient tout à fait. Aussi, lorsque cette même mère, qui forme toute sa famille depuis le départ de son père, lui annonce son intention d'épouser "M. Mauvaise-Main", un indien vivant dans une réserve du Dakota du Sud, la petite bulle d'Olli explose. Lui, l'allemand aux yeux bleus, bon élève et amoureux ne voit absolument pas son départ forcé pour les Etats-Unis comme une grande aventure. Son ambition personnelle n'est pas de vivre dans une hutte tout en acceptant les aides sociales. Sa vie lui convient, il n'en veut pas d'autre ! Et, arrivé sur place, ce n'est pas sa première impression qui va lui faire changer sa vision. Va-t-il réussir à vivre jusqu'à sa majorité dans ces conditions ? Olli n'en croit rien. Et pourtant….

Partons du fait que tous les allemands sont des nazis et tous les indiens, des sauvages alcoolisés, amateur de viande de chien ! Avec de tels préjugés, il devient (trop ?) facile pour l'auteur de faire évoluer ses personnages. C'est à travers diverses expériences et rencontres qu'Oliver découvrira une culture riche, soumise au bon vouloir des lois américaines. Une culture ancestrale qu'aucunes dominations n'a pu éteindre. Et oui, il expérimentera le racisme : Un racisme primaire et douloureux (tu es blanc, donc je ne t'aime pas). Mais sa vision changera surtout lorsqu'il verra sa nouvelle famille soumise à un racisme constant, bien qu'ils soient dans leur propre pays, et non des immigrés comme lui. Un racisme beaucoup plus insidieux, plus pervers et auquel il est difficile de faire face.
Nous l'avons donc compris : le thème de ce roman est …. le racisme ! Mais il y a une deuxième lecture, qui est beaucoup plus universel et sans culture : comment trouver sa place dans une famille recomposée ? Si Ryan Bad Hand attaque Olli, ce n'est pas parce qu'il est blanc mais bien parce qu'il craint de perdre son père. Et Olli, même si pour des raisons pratiques, doit prendre le nom de son beau-père, il ne peut l'accepter en remplacement de son propre père. Il arrive dans une complexité de tantes, oncles, cousins et amis de la famille qu'il faut accepter et savoir se faire accepter. Une nouvelle famille qui n'est pas un choix mais dont il doit subir toutes les conséquences. Une nouvelle famille qu'il doit faire sienne mais dont il ne connait absolument pas l'histoire. Et sa propre histoire, que doit-il en faire ? Comment concilier les deux ? C'est ce cheminement que devra faire Oliver s'il veut comprendre son nouvel environnement.

C'est un livre agréable, qui se lit d'une traite. Ce n'est qu'après que j'ai vu qu'il s'adressait à un jeune public mais les thèmes abordés ne sont pas étrangers aux adultes et bien que le héros soit en effet un ado, je n'ai eu aucun mal à entrer dans l'histoire. J'ai pourtant relevé deux points préjudiciables : le caractère des personnages est trop tranché : les gentils, les méchants, les préjugés faciles, le vieil indien qui ne peut être qu'un vieux sage, un peu sorcier (mon personnage préféré, au passage) etc…. Un peu plus de nuances aurai été un avantage pour la profondeur de l'histoire. le second point négatif, c'est la fin, ou l'absence de fin ! Au point d'avoir dû rechercher sur le net s'il existait une suite. Mais non. le roman se termine bien sans que nous sachions ce qu'il va advenir des personnages. Ni même si Olli et sa mère resteront dans la réserve. Et quelle ironie que la dernière phrase du roman soit "Ce n'était que le début, et il n'y aurait jamais de fin." Mais justement, c'est d'une fin dont nous avons besoin !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vilvirt
  06 janvier 2016
Lune indienne, c'est l'histoire d'Ollie, un adolescent allemand que sa mère pousse à s'expatrier avec elle aux Etats-Unis après qu'elle ait décidé d'épouser un indien Lakota. C'est le récit de son adaptation dans une réserve indienne auprès d'un nouveau beau-père qu'il n'a pas réclamé, dans une nouvelle famille dont les différences culturelles l'effraient au départ.
Sa nouvelle vie est aux antipodes tout ce qu'il a toujours connu.
Les obstacles paraissent insurmontables : le climat, la faune, la flore, les mentalités, la pauvreté omniprésente... Mais Ollie apprend peu à peu à s'intégrer et à apprécier son nouvel environnement, à s'acclimater aux conditions de vie très rudes et à faire partie intégrante de la vie de la réserve. Il découvre le racisme et l'hostilité d'un peuple farouche qui méprise les blancs, l'alcoolisme qui ronge les foyers, les logements insalubres et il partage très vite le sentiment d'injustice que beaucoup ressentent.
Mais il expérimente aussi l'entraide, la générosité de ses nouveaux cousins, le rire qui ne quitte jamais ce peuple fier de ses origines malgré les épreuves. Un peuple profondément attaché à sa terre qui enseigne peu à peu à l'adolescent réticent ses coutumes et ses habitudes de vie surprenantes. Et qui le pousse à créer des liens profonds avec la nature...
Un très beau récit de vie où tristesse et désespoir sont souvent très présents. Les quelques passages lumineux n'empêchent pas le lecteur de se sentir parfois oppressé par la frustration et le ressentiment d'Ollie. Mais c'est au final une belle histoire sur l'apprentissage de la tolérance et les vertus de la différence. À recommander à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   19 janvier 2011
Joe a allumé une touffe de sauge et nous a éventés avec la fumée, Ryan et moi, pendant qu’il marmonnait une prière disant que nous étions tous parents : les animaux, les hommes, les arbres et les pierres.

Ryan a saisi la fumée blanche dans ses mains ouvertes, qu’il a fait glisser sur son corps. Il prenait visiblement ce tintouin très au sérieux. Pour finir, Rodney s’est emparé de la sauge roussie et a purifié son père avec la fumée. Puis il a tendu la main vers moi et a dit :
- Tes lunettes, Oliver. Je vais te les garder.
A ce moment-là, j’aurais encore pu partir. Il m’aurait suffi de dire : « Hé, vous, là, je ne marche pas ! Je ne suis pas un maudit Peau-Rouge qui doit se purifier de quoi que ce soit. Mon cœur est pur. » Au lieu de cela, j’ai donné docilement mes lunettes à Rodney et me suis courbé pour me faufiler dans la cahute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CDIMathiasCDIMathias   22 juin 2018
L’amour est sacré, a-t-il dit. Il nous donne la force pour réussir beaucoup de choses, y compris celles dont nous ne nous serions pas crus capable. L’amour ne connaît pas de limites, pas de distances, il ne se laisse pas tromper par les apparences.

Ma mère dit toujours ; "la haine rend solitaire et fait du mal à celui qui l'éprouve." Je crois que je suis incapable de haïr.

Le rire est notre force, Olli. C'est notre arme contre l'apathie, contre le chagrin, contre la faim et le froid, et la mort. Notre humour nous rend forts, nous permettant de supporter le mépris de beaucoup d’Américains blancs. Si nous n'avions pas notre rire, nous nous assécherions comme les ruisseaux de la réserve sous le soleil.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JangelisJangelis   11 juillet 2017
Le rire est notre force, Olli. C'est notre arme contre l'apathie, contre le chagrin, contre la faim et le froid, et la mort. Notre humour nous rend forts, nous permettant de supporter le mépris de beaucoup d’Américains blancs. Si nous n'avions pas notre rire, nous nous assécherions comme les ruisseaux de la réserve sous le soleil.
[...]
Celui qui change son rire contre l'alcool est perdu.
Commenter  J’apprécie          20
lyse13lyse13   14 juin 2011
"Qu'est ce qu'il y a dans ce trou, à part de l'herbe sèche, des autos cassées et quelques malheureuses huttes, avec des Indiens ivres dedans ? Rien !"
Commenter  J’apprécie          50
ju3ju3   17 février 2018
L’amour est sacré, a-t-il dit. Il nous donne la force pour réussir beaucoup de choses, y compris celles dont nous ne nous serions pas crus capable. L’amour ne connaît pas de limites, pas de distances, il ne se laisse pas tromper par les apparences. Il sait établir des ponts et faire place à la raison. L’amour comporte bien plus d’éléments que l’on peut en énumérer.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Autres joursVoir plus
>Théologie sociale chrétienne>Jours, temps, lieux destinés au culte>Autres jours (9)
autres livres classés : Réserves indiennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
238 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..