AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782810202539
272 pages
L'Ecole des loisirs (16/11/2022)
3.56/5   150 notes
Résumé :
Johnson et Sheridan, deux membres de l'Ordre de Minuit, ont pour mission de traquer à travers le globe les sorcières trop puissantes, celles qui sont un danger pour le monde et pour elles-mêmes. À chaque capture c'est la même chose : les mains des femmes sont invariablement tranchées, afin de tarir la source de leurs pouvoirs. A mesure que Sheridan se questionne sur la légitimité de ses actions au sein de l'ordre, Johnson va faire face à une problématique cruelle : ... >Voir plus
Que lire après The Midnight OrderVoir plus
Mutafukaz 1886, tome 1 par Hutt

Mutafukaz 1886

Hutt

4.07★ (206)

5 tomes

Doggybags, tome 1 par Maudoux

Doggybags

Florent Maudoux

3.64★ (1108)

17 tomes

LowReader, tome 1 : Devil's Key, Mr. Sato, She-Wolf and Cub par LowReader

LowReader

Revue LowReader

4.15★ (117)

3 tomes

Rain par Hill

Rain

Joe Hill

3.98★ (45)

Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 150 notes
5
5 avis
4
13 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis
Club N°51 : BD non sélectionnée
------------------------------------

Cet album a un côté Carbone & Silicium transposé au thème des sorcières.

On suit deux membres du Midnihgt Order (société secrète de sorcières établie depuis plusieurs siècles) durant 8 histoires et leurs transitions.

Il est très agréable de voir les personnages évoluer durant les années du récit.

A noter qu'il y a autant de dessinateurs/trices que d'histoires ce qui donne à chacune une ambiance bien particulière.

Pas mon Bablet préféré mais une lecture très agréable.

Gilles
------------------------------------
Commenter  J’apprécie          400
Tout d'abord en prenant cet ouvrage dans mes mains, on ne peut qu'être impressionné par son aspect qualitatif, c'est un épais bouquin, la couverture est imprimée en encre cuivrée sur un fond noir bleuté, il nous donne la nature de ce qu'il contient : Un livre chargé de mystère, d'ambiance énigmatique, sombre et effrayante.
The Midnight Order est une société secrète de sorcières, chargée de protéger le monde des sorcières aux pouvoirs trop forts.
Le livre est construit sous forme de chapitres distincts ,sous la direction de Mathieu Bablet, réalisés par des artistes différents intercalés d'articles autour du monde des sorcières.
Je ne me suis pas tout à fait retrouvé dans le Mathieu Bablet que je connais, plus orienté SF avec Shangri-la et Carbone & Silicium, et toujours en solo, comme dans Adrastée. On retrouve cependant son écriture, son rythme lent qui nous pèse pour mieux nous engouffrer dans ces mystères, dans cette ambiance lourde. Chaque auteur semble compléter l'histoire de sa petite anecdote et l'ensemble va reconstituer l'histoire de l'Ordre de minuit sur plusieurs années, centrée autour des personnages de Sheridan et Johnson. On pourrait penser que les différents styles nous dispersent, mais je trouve au contraire qu'il y a une homogénéité dans le ton, grâce à un objectif bien défini, le livre, par son aspect luxueux donne une sorte de pouvoir envoûtant, tel un grimoire magique, une oeuvre somme, un témoignage secret, mi-saga, mi-témoignage, un livre interdit qu'on découvre avec angoisse, beau et torturé…
Commenter  J’apprécie          251
Fin 2022, Rue de Sèvres lançait le label 619, un label avec des projets BD qui sortent un peu du lot. Ce fut le cas de la Véritable Histoire du Dahlia Noir  avec un dossier sur l'affaire. C'est encore plus le cas avec The Midnight Order, un projet assez fou regroupant 10 artistes pour construire la même histoire. Une sacrée expérience !


Celui qui chapeaute le projet, c'est Mathieu Bablet, l'auteur du désormais célèbre Carbone et Silicium et ici, il s'est entouré d'une belle flopée de jeunes artistes prometteurs pour bâtir cette histoire de femmes et de société secrète. Chaque artiste a réalisé un chapitre de l'histoire en conservant son propre style mais en participant quand même au tout, tandis que Mathieu, lui, fait le lien avec de courts incipit et à l'aide d'un rédactionnel sur les mythes et légendes autour des sorcières ou des appendices confiés à Claire Barbe. Vraiment un gros projet.

L'objet est également magnifique, pour regrouper l'ensemble de ces travaux et histoires, Rue de Sèvres propose une très belle BD reliée avec dos plat et dorures sur tous les côtés + papier épais presque façon canson à l'intérieur. C'est très qualitatif et cela rend à merveille le côté ésotérique et merveilleusement sombre du projet.

Ce dernier est vraiment intéressant. Il propose d'entrer dans un monde où une société secrète a été créée pour accompagner les sorcières et maîtriser celles qui déraillent à cause d'un trop grand pouvoir et qui pourraient ainsi tenter le diable. On suit deux membres de cette organisation Johnson et Sheridan qui font partie de l'élite et accomplissent mission sur mission, malheureusement au détriment de leur humanité, ce dont l'une d'elle sa se rendre compte. Elle va donc essayer d'enrayer la chose.

En partant d'une base classique (sorcières et sorcellerie), les auteurs ont imaginé un bel univers flirtant entre SF et fantastique. le fait que chaque artiste apporte sa touche rend chaque chapitre différent. Ainsi on se retrouve avec une magie africaine tribale, ou avec une américaine très "bronx", ou encore avec une plus asiatique, une australienne, etc. On voyage et on rencontre beaucoup de portraits, légendes et rapports différents à cet art. Cependant très vite, un fil rouge va se dessiner : celui du destin de Johnson et en découvrant son histoire, c'est celle de l'organisation et de sa façon d'utiliser les faiblesses des femmes qui va naître. le récit se veut alors à la fois poignant et percutant, dénonçant comme toujours ce stéréotype de la femme "sorcière" même dans un monde plus libéré que le nôtre a priori.

J'ai aimé plonger dans ce décor qui malgré ses variations est très américain, une Amérique profonde et tribale à sa façon, rappelant les bayous et les grands espaces désertiques. Cependant à varier les auteurs, on varie aussi les styles et si l'intrigue a su m'accrocher avec cette histoire de famille qui a fini par se dessiner, j'ai cependant eu des hauts et de bas dans mon appréciation du projet. En effet, certains styles graphiques ne furent pas du tout à mon goût et avaient plutôt tendance à me sortir du récit, alors que d'autres m'ont totalement charmé. C'est le jeu. Cela m'a au moins permis de découvrir de nouveaux artistes et de voir que malgré un patchwork de style on pouvait créer une histoire cohérente au message fort de bout en bout.

Je tiens cependant à saluer en particulier les chapitres de Daphné Collignon qui m'a émerveillé par son style rond et délicat ; de Claire Fauvel où j'ai beaucoup aimé le travail sur la couleur et le côté un peu "manga" de son trait ; de Sumi avec son trait vif et presque polar à l'ancienne ; d'Allanva qui avait un côté un peu "scooby gang" plus moderne et de Thomas Rouzière pour côté très ethnique et limite futuriste malgré tout dans la décomposition du trait. Ce sont les artistes que j'ai préférés !

Aboutissement d'un projet finement ciselé, cet album du Midnight Order offre une histoire complète riche du rassemblement d'auteurs qu'elle a suscité. C'est une lecture puissante dans son propos, singulière dans sa forme, intéressante dans ses interstices et émouvante dans son message final plein de nuances. Il en dit long encore sur notre vision de l'histoire des femmes et Rue de Sèvres a décidément le chic pour mettre en avant cette thématique dans les oeuvres qu'ils décident de publier. Merci à eux !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          110
Un grimoire somptueux

@Label619

4 raisons de ne pas passer à côté de cette merveille de près de 300 pages:

1: C'est de Mathieu Bablet (Carbone & Silicium, Shangri-la ou encore Adrastée) mais pas que, sont aussi réunis ici Alanva, Rours, Sumi, Thomas Rouzière, Claire Fauvel, Titouan Beaulin, Daphnée Collignon et Quentin Rigaud. Un collectif d'artistes confirmés et de nouveaux talents. (Je vous vois venir, vous allez me dire ça fait plus que 4 raisons, mais je fais ce que je veux)
2: C'est au Label 619 et c'est un gage de qualité! (si vous ne le connaissez pas, je ne vous en veux pas mais vous invite vivement à corriger cette erreur)
3: c'est une plongée approfondie dans l'univers de l'excellente série Midnight Tales (ce n'est pas une suite, pas de panique si vous les avez manqués)
4:Ça parle de sorcellerie de manière originale et de mythologies avec un S à la manière Neil Gaiman (si vous n'aimez aucun de ces trois sujets, je ne peux rien faire pour vous si ce n'est vous prêter mon épaule pour pleurer)

Je pourrais encore ajouter que l'objet livre est un véritable bijou de conception, d'une qualité indéniable et empli de connaissances précieuses mais ça, on en a l'habitude avec le Label 619.
Commençons par le commencement: Midnight Tales. 4 albums qui proposent de courtes histoires narrant les aventures de l'Ordre de Minuit, une société secrète de sorcières protégeant l'Humanité des monstres, des peurs primales et des forces occultes ou comment se plonger dans les retranchements de notre réalité, là où les ombres sous notre lit grouillent d'inconnu, de cités érodées par l'oubli et de créatures dont le seul nom évoqué à voix haute provoque la folie. Un collectif d'auteurs et autrices participent à ces albums le tout chapeauté par Bablet. C'est bien Midnigth Tales, c'est même très bien!


Pour The Midnight Order, on reprend la formule du collectif pour les illustrations et cette fois Bablet scénarise l'entièreté du projet. de l'Ordre de Minuit on retrouve la sorcière Sheridan accompagnée d'une autre alcine; Johnson. Elles ont pour mission de protéger le Monde des différents monstres et de traquer à travers le globe les sorcières trop puissantes, celles qui sont un danger pour le Humanité et pour elles-mêmes.

Neuf récits qui narrent les aventures de l'Ordre de Minuit, une société qui s'est crée lors des persécutions contre les sorcières et qui continue, de nos jours, à garantir un équilibre fragile entre le bien et le mal mais également entre les sorcières et toutes autres créatures (magiques ou maléfiques). L'intelligence de ces récits c'est qu'ils mêlent différentes mythologies dans notre monde actuel, toutes les croyances de toutes les cultures prennent vie sous vos yeux et c'est passionnant. La mission de nos deux héroïnes va leur poser un cas de conscience. A force de trancher les mains des sorcières trop puissantes pour tarir leur pouvoir, Sheridan se questionne sur la légitimité de ses actions au sein de l'ordre et Johnson va faire face à une problématique cruelle quand elle doit traquer sa propre soeur. Des sorcières qui chassent d'autres sorcières, en voila une idée originale! Les notions de bien et de mal, la fidélité à l'Ordre, l'amitié, la légitimité, autant de questionnements qui sont développés au fil des pages sublimes! Planches flamboyantes alternant avec des textes consistants qui composent un album grand et grandiose.

Mélangeant noirceur, gore, érotisme et Pop: Bablet l'avoue, pour cet album il s'est imaginé Lovecraft rencontrant Buffy contre les vampires. Improbable? Pourtant c'est une réussite!
Commenter  J’apprécie          40
Après un certain temps, j'ai réalisé que j'avais été vraiment déçu par cette lecture. Je m'attendais à beaucoup plus. J'ai d'abord été déçu par la forme physique de l'objet-livre et, surtout, par la forme narrative ainsi que le fond qui est complètement différent de la saison 1 de Midnight Tales

Le fait de se concentrer sur des personnages en particulier me dérangeait beaucoup et, à mon sens, s'éloignait de l'impulsion de base de la série Midnight Tales qui, pour moi, semblait très prometteuse : avoir pour fil rouge l'organisation de l'Ordre de Minuit et comment les sorcières vivaient l'espace public et l'espace privé au fil des temps à travers les pays, mais surtout à travers des personnages différents qui affrontaient une pluralité de destins et faisaient face à des problèmes inhérents à l'endroit où elles vivaient. Ici, on revenait à une structure narrative classique qui faisait écho à Vladimir Propp et Joseph Campbell.

Je pense que le projet n'avait pas eu assez de temps pour mûrir. Il me semble que la saison 2 de Midnight Tales devait se former comme la précédente, avec quatre tomes, ce qui aurait permis de faire évoluer l'univers et d'offrir plus d'informations. Comme c'est un one-shot et que l'on se concentre sur deux personnages et sur le background d'un seul en particulier, il y a beaucoup d'infodumping qui soit n'était pas nécessaire et ne servait que ce schéma narratif très connu (un membre de la famille du personnage principal devenait un ennemi et n'était qu'en fait la conséquence d'un problème soi-disant plus grand (qui d'ailleurs ce problème plus grand n'est pas du tout exploité et fini à la hâte : le roi des enfers était en réalité trop faible face aux sorcières, oui le récit se termine ainsi)) , soit n'était pas suffisamment exploité et avait pour seul but de créer un équilibre des forces pour une morale prévisible (je parle ici de la contre-organisation des Soeurs de Sélène qui aurait mérité un véritable approfondissement, comme fait pour l'Ordre de Minuit lors de la saison 1). le fait que Mathieu Bablet soit seul au scénario se ressent et je trouve que cela limite énormément le récit et ne permet pas autant de liberté de la part des illustrateurs et illustratrices. On perd vraiment en qualité pour servir un livre qui fonctionne bien sur le plan marketing.

De plus, l'objet-livre promeut également cette volonté de créer un livre qui se vend plutôt qu'une bonne série travaillée. Attention, je ne dis pas que l'objet n'est pas beau, il l'est, mais j'ai l'impression que l'identité de la série est quelque peu trahie : on passe de livres souples, faciles à transporter et à prêter, produits de la pop-culture qui est très importante dans l'identité du label 619, à un énorme livre que l'on a peur d'abîmer, qui n'était pas maniable et qui avait un certain coût. On dirait qu'il s'agit d'une édition collector de livres qui n'ont pas encore été publiés. À mon sens, cela s'adresse à un public différent, et permet de mieux faire passer la pilule par rapport à la baisse de qualité, mais aussi au fait que la série connaît une fin rapide et bâclée.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
9emeArt
17 octobre 2023
Pour "The Midnight Order", Mathieu Bablet s’entoure d’une dizaine d’autrices et auteurs et livre un album à la forme originale. Une anthologie réussie, proposant une vision moderne de la figure de la sorcière.
Lire la critique sur le site : 9emeArt
Sceneario
03 février 2023
La première aventure fait immanquablement penser à Ghostbusters, et l'on comprend dès la deuxième histoire qu'en effet, tout est relié mais chaque épisode raconte une "mission" à part entière. Reste la qualité de la narration et le traitement graphique : comme dans toute oeuvre collective, l'apposition de styles différents engendre logiquement des préférences personnelles pour tel ou tel récit court.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Cela fait des années que je dors mal, insomnies, crises d’angoisse, réveils en sursaut, rêves hallucinés. Ça a bien sûr fini par se répercuter sur mon quotidien. J’ai perdu mon travail, à force de dormir à mon poste, je n’ai plus l’énergie de voir des amis le soir. Je suis rentré dans une spirale de solitude.
Commenter  J’apprécie          20
– Que fait une sorcière, quand elle ne combat plus les forces du mal ?

– Ce que font les sorcières habituellement : se réunir autour d’un feu et danser nues jusqu’à plus soif, enivrées de mouvements fous et d’éclipses lunaires.
Commenter  J’apprécie          20
-Que fait une sorcière, quand elle ne combat plus les forces du mal ?

-Ce que font les sorcières habituellement : se réunir autour d’un feu et danser nues jusqu’à plus soif, enivrées de mouvements fous et d’éclipses lunaires.
Commenter  J’apprécie          20
Depuis l'Antiquité, et même avant, ce sont les femmes qui sont le plus souvent victimes de possessions. Parfois, on attribue ces troubles de de la personnalité aux démons, parfois on les attribue aux femmes elles-mêmes via la plus ancienne insulte diagnostique : l'hystérie.
Typiquement féminine, puisque venant du grec hustéra qui signifie « utérus », cette maladie est d'abord associée à la pratique sexuelle des femmes.
Commenter  J’apprécie          00
Vous pensez être victime d'un mauvais esprit
Vos journées sont ponctuées par une sensation de malaise permanent
Peut-être avez-vous besoin que quelqu'un intervienne,
Pour qu'enfin vous retrouviez la paix.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Mathieu Bablet (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Bablet
On ne présente plus Mathieu Bablet, dont le travail dans le domaine de la bande dessinée est largement reconnu. A l'occasion du Festival International de la BD d'Angoulême 2023, nous avons pu le rencontrer. Son ouvrage, "Midnight Order", publié en fin d'année dernière, reprend les univers de "Midnight tales" pour prolonger l'expérience de lecture. Nous avons voulu savoir comment Mathieu Bablet a coordonné la création de cet album, où plusieurs artistes apportent leur contribution, mais aussi pourquoi a-t-il fait ce choix de s'intéresser au domaine de la sorcellerie.
autres livres classés : chasse aux sorcièresVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (342) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5211 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..