AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757845554
336 pages
Éditeur : Points (25/09/2014)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 46 notes)
Résumé :

De Cro-Magnonne à nos jours, voici, racontée par quatre femmes d’exception, l’histoire de la condition féminine, dans un dialogue mené et écrit par l’une d’elles, l’historienne Nicole Bacharan. Avec l’anthropologue Françoise Héritier, elle remonte aux origines de la « nature » féminine. A quel moment les femmes ont-elles glissé dans la subordination ? Très vite, les hommes ont voulu maîtriser leur « privilège exorbitant d’enfanter ». Ils ont enfermé les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
chocobogirl
  25 octobre 2011
Derrière le titre un peu pompeux de cet essai se cache tout simplement l'histoire de la condition féminine à travers les âges. L'ouvrage se présente sous la forme d'entretiens conduits par Nicole Bacharan, historienne et politologue, avec 3 femmes de qualité, spécialistes du sujet.
Découpé en 3 parties, il se penche tout d'abord sur les origines de la discrimination féminine qui remonte à la préhistoire, puis trace les grandes lignes de l'évolution du statut de la femme à travers les siècles et les différentes sociétés, avant de terminer en posant les bases philosophiques de la place des femmes contemporaines et la place qu'il leur faut trouver aujourd'hui.
C'est Françoise Héritier, anthropologue, qui débute la réflexion dans cette première partie. Elle explique que la supériorité du masculin sur le féminin est bien culturelle et remonte aux temps anciens des hommes préhistoriques. La femme a "le privilège exorbitant d'enfanter" des femmes à son image mais aussi des hommes. Ce pouvoir est dès lors la cause de la subordination des femmes : les hommes s'approprient les femmes afin de s'assurer qu'elles enfantent LEUR fils à eux. Ils les privent de liberté, leur refuse l'accès au savoir pour empêcher toute émancipation et les relègue dans le domestique.
Une conception originelle qui pose les bases de notre condition aujourd'hui et qu'on retrouve encore dans notre inconscient. Par exemple, lorsque vous expliquez à un enfant la procréation, on dit facilement que le papa met une graine dans le ventre de maman. Cela revient à dire que la femme est une "marmite" et que l'identité de l'enfant vient du père ! Françoise Héritier poursuit sa réflexion en précisant la répartition des rôles et les premières atteintes aux femmes (viols, mutilations sexuelles, ...)
Michelle Perrot, historienne spécialiste de l'histoire des femmes, dresse dans la seconde partie du livre le parcours de la femme à travers les époques. Les thèmes abordés sont extrêmement variés. Après avoir explicité son statut intime et personnel (bébés filles non désirées, instruction orientée, mariage, imaginaire amoureux, maternité, amour maternel, naissances non désirées, veuvages, ...), elle se penche ensuite sur ces femmes qui sortent des critères traditionnels (religieuses, saintes, femmes violées, prostituées, lesbiennes, femmes artistes ou écrivaines) en s'appuyant particulièrement sur le rôle de l'Eglise. L'historienne évoque ensuite le statut de la femme au travail, ses domaines de compétence très typés, la différence de salaire, l'évolution de son instruction. Elle termine enfin par la place des femmes dans la "cité", dans la sphère publique et politique où sont prise les décisions, son rôle de citoyenne et son statut juridique, et les débuts du féminisme.
Dans la dernière partie, Sylviane Agacinski, philosophe, ouvre la réflexion sur la pensée et l'identité féminine d'aujourd'hui. Elle évoque, par exemple, le problème du féminin dans la langue et les règles de grammaire ou les représentations domestiques encore en cours aujourd'hui. Mais la philosophe prône surtout le fait que les femmes doivent aujourd'hui inventer leur propre identité et non pas s'affirmer en copiant les hommes. Elles doivent assumer leur féminité et trouver une place équilibrée entre vie familiale, vie professionnelle et même politique. Selon elle, une parité inscrite dans la loi est indispensable pour faire avancer les choses. La philosophe est également contre les mères porteuses et la prostitution qui ne sont qu'une preuve supplémentaire que le corps féminin est nié tout comme son propre désir. Elle évoque également les nouvelles techniques de procréation et les dons de sperme et d'ovocytes qui modifie le rapport à la parentalité.
Vous l'aurez compris le regard et la connaissance que posent ces 4 femmes sur notre propre histoire en tant que femme est terriblement passionnant ! Cet essai se révèle presque une lecture indispensable pour les femmes mais aussi pour les hommes, afin de comprendre l'origine de cette non-égalité des sexes et des répercutions contemporaines qui en découlent.
Conduite sous forme de dialogues, la réflexion est très fluide et très dynamique. Nicole Bacharan questionne ses interlocutrices avec intelligence et permet de suivre un cheminement naturel dans la parole. Elle relance habilement, demande des précisions et nous suivons de manière addictive le schéma d'une condition féminine qui s'est faite avec le temps. le récit est émaillé de nombreux faits concrets, de statistiques aussi parfois qui viennent éclairer de manière vivante et réaliste le contexte historique. Les propos ne sont pas conduit de manière chronologique et la situation de la femme se décrit surtout à travers les différents thèmes, tous connexes. On y trouve également de nombreux auteurs cités dont les textes reflètent de manière consciente ou non le rôle secondaire de la femme, tout comme des femmes de poids qui se sont dressés pour l'égalité des sexes ( George Sand, Simone de Beauvoir, Simone Weil, Olympes de Gouges, etc..).
Pour autant, les auteurs sont justes et sans gros parti-pris. Elles n'hésitent pas à pointer du doigt aussi les erreurs des défenseurs des femmes ou leur contradiction.
La plus belle histoire des femmes s'avère donc en définitive un ouvrage extrêmement salutaire dans une société qui continue de véhiculer l'inégalité des sexes au profit du masculin. Il ne s'agit bien sûr pas d'un ouvrage exhaustif retraçant de manière complète l'histoire de la condition féminine. Il y a tant à dire qu'en 300 pages, l'essai ne pouvait être que synthétique. Pourtant, il permet d'avoir une vision globale et fort bien sélectionné sur les grandes lignes du parcours féminin. Très accessible et sans érudition excessive, l'ouvrage pourra donc renvoyer chaque femme à sa propre identité et l'aider à prendre conscience de la place qu'elle doit prendre aujourd'hui.
Salutaire et passionnant, vous dis-je !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ppette007
  02 novembre 2011
Derrière ce titre de conte de fée, se cache l'histoire de la condition féminine – qui fait parfois frémir d'horreur – racontée par la politologue Nicole Bacharan, sous forme d'entretiens avec trois chercheuses qui sont des « pointures » dans leur domaine respectif. Elle interviewe tout d'abord Françoise Héritier, anthropologue spécialiste des sociétés africaines, pour mettre en évidence le fait que dès la préhistoire, la femme n'est pas considérée comme l'égale de l'homme. Car celle-ci dispose de ce que Françoise Héritier appelle le « privilège exorbitant d'enfanter » : seules les femmes peuvent porter des enfants (filles ou garçons) sans que les hommes ne puissent être sûrs de leur paternité sur ces enfants. D'où la volonté masculine originelle de contrôler le corps des femmes et de réduire celles-ci à leur rôle de génitrice. L'inégalité homme/femme ne daterait donc pas d'hier ! Puis c'est au tour de Michèle Perrot, historienne spécialiste de l'histoire des femmes, d'intervenir pour nous présenter la vie quotidienne, sociale, intime des femmes de l'Antiquité à nos jours. Ce voyage à travers les époques se révèle passionnant car l'historienne s'appuie sur des faits concrets, des statistiques et de nombreux exemples. Cela nous fait notamment prendre conscience de l'importance de certains droits que nous considérons maintenant comme acquis tels que le droit de travailler et de toucher son salaire individuellement pour une femme (depuis 1910 en France), le droit de vote, le droit à l'IVG, etc. Mais surtout la chercheuse met en lumière l'importance décisive de l'invention de la contraception qui a permis aux femmes de maîtriser leur corps. Enfin avec la philosophe Sylviane Agacinsky, nous jetons un regard critique sur la société d'aujourd'hui et nous nous tournons vers le futur. Celle-ci aborde des débats d'actualité souvent polémiques tels que la parité, les mères porteuses ou encore le port du voile.
Ce petit ouvrage, plein d'érudition, est très instructif tout en restant abordable. Il déconstruit patiemment les mythes fondateurs de nos sociétés que ceux-ci prennent racine dans les mythes grecs, la religion ou encore la philosophie. de plus, il ne présente pas la vision d'un féminisme extrémiste mais plutôt d'un féminisme ouvert sur le monde. Les intervenantes rappellent d'ailleurs que la condition féminine n'est pas la même dans les différents points du globe.
La structure du livre est pour beaucoup dans son succès car les propos des unes sont repris par les autres et donnent une cohérence à l'ensemble. Une dynamique s'installe entre les différentes parties et Nicole Bacharan s'attache à repréciser certains termes ou certaines idées en questionnant ses différentes interlocutrices. En conclusion, il s'agit d'un livre à mettre entre toutes les mains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aela
  25 mai 2011
Comment faire pour que l'universelle différence des sexes ne soit plus une hiérarchie? C'est ce à quoi essaie de répondre cet ouvrage rédigé à quatre mains. Quatre personnalités féminines se sont réunies ici, elles représentent chacune une spécialité différente et racontent l'histoire de la condition féminine. Elles révèlent un combat contre l'ordre - moral, social et sexuel, qui remonte à la nuit des temps. Françoise Héritier, ancienne élève de Claude Lévi-Strauss, nous fait part de son expérience d'anthropologue et de sa connaissance des sociétés très anciennes, Michelle Perrot, historienne de grand renom, évoque la condition féminine en Occident au travers des siècles. Sylviane Agacinski, philosophe, que j'ai eu l'honneur d'avoir comme professeur de philoophie dans ma jeunesse, concentre son analyse sur les problèmes de société comme la procréation assistée, la répartition des tâches dans un couple. Enfin Nicole Bacharan organise le débat tout au long de cet ouvrage.
Un essai très réussi, qui ranime la flamme du féminisme et nous permet de réflléchir sur ce qui nous manque encore avant d'obtenir, ou espérer obtenir une égalité réelle entre hommes et femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Heleniah
  14 octobre 2014
Nicole Bacharan interview trois femmes, anthropologue, philosophe, historienne, pour revenir sur l'histoire de la condition féminine au travers des âges. Avec François Héritier, on remonte jusqu'à la préhistoire et on découvre comment la femme a été depuis le début assujetties aux hommes, comme les sociétés n'ont jamais été totalement matriarcales, que si les femmes voulaient une part de pouvoir il fallait que leur nature de femme soit niée (pré-pubère, ménopause ou stérile). Avec Michelle Perrot on étudie chaque âge de la femme (enfant, jeune fille, mère, grand-mère…) au travers de 2000 ans d'Histoire. Quels métiers leurs étaient possibles, la menace du viol, les mariages forcés, les grossesses à répétition. On voit également ce qui arrivait aux femmes qui tenaient tête ou comment elles tentaient parfois de sortir du schéma (rentrer dans les ordres par exemple). Enfin, avec Sylviane Agacinski, on progresse dans le temps jusqu'à voir quand et comment la parité a été mise en place, le droit de vote, la contraception, le droit d'avorter. Des incohérences sont montrées et la philosophe cherche ou propose des idées pour faire évoluer les mentalités.
Ce livre est vraiment très intéressant car relativement neutre et sans jugement. L'Histoire est examinée, les hommes ne sont pas décriés, ce qui a été, a été, elles essayent simplement de comprendre comment les choses se sont mises en place et l'influence que ces décisions peuvent avoir sur nous, à notre époque. La forme d'interview permet du dynamisme et des paragraphes relativement court, le livre se lit donc vite, je le recommande si vous êtes passionnés d'Histoire, et même si vous comptez écrire un roman qui ne se passe pas à notre époque, cela peut être très utile !
Lien : http://girlkissedbyfire.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
pergolese
  07 mai 2012
Difficile de résumer ce livre écrit par quatre femmes extraordinairement brillantes, chacune dans son domaine...
Ce n'est pas un livre féministe, c'est un livre humaniste.
Il m'a fait comprendre des tas de choses que mon éducation me faisait penser "normales". En particulier que les hommes depuis toujours "se sont approprié le ventre des femmes"... Ce constat tout simple explique tout...
Et on comprend mieux pourquoi la libération de la femme ne peut passer que par la maîtrise de son corps et le choix de sa maternité.
Jeunes lecteurs pour qui le combat pour le droit à la contraception et à l'avortement est déjà un pan d'histoire, je vous invite à la lecture.
Et je ne m'adresse pas qu'aux filles !!
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   24 mai 2011
Théoriquement les femmes ont accès à tous les métiers, mais dans la pratique les trois quarts d'entre elles se retrouvent, en gros, dans seulement un tiers des métiers. Elles ont du mal à parvenir aux postes de décision, dans la fonction publique comme dans les entreprises privées. Les tâches domestiques se partagent toujours aussi mal. Il leur reste aussi du terrain à conquérir dans l'ordre du symbolique, de la création: les femmes y sont trop peu nombreuses. Françoise Héritier nous l'a rappelé: si loin que l'on tente de regarder dans le temps ou l'espace, la différence des sexes a toujours été pensée comme une hiérarchie. Homme c'est mieux; femme c'est moins bien. En avons-nous fini avec tout cela? Visiblement non! Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Non, l'histoire des femmes n'est pas terminée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AelaAela   25 mai 2011
Tout devrait être repensé pour enfin reconnaître que la société dans son ensemble a besoin d'avoir des enfants et de les élever. Les femmes ne doivent plus être considérées comme handicapées professionnellement parce qu'elles font des enfants. Que serait une société sans enfants? Où irait-elle? Non l'enfant ne doit pas être le problème privé des femmes (Sylviane Agacinski)
Commenter  J’apprécie          80
AelleAelle   26 avril 2014
Là interviennent non seulement la volonté des parents mais aussi leur inconscient, qui joue un grand rôle dans la transmission. Les modèles nous traversent, nous les reproduisons sans le vouloir. Cela passe par notre manière d'éduquer, mais aussi par notre manière d'être. Les mères reconnaissent souvent qu'elles ne traitent pas les garçons et les filles également : beaucoup demanderont plus spontanément à leur fille de faire la vaisselle, plutôt qu'à leur fils. Pourtant, nous ne sommes pas plus douées pour la vaisselle ! Il ne faut pas espérer transformer les jeunes générations sans se transformer soi-même. Selon certaines enquêtes, les tâches que les hommes acceptent le plus sont : "descendre la poubelle" et "ouvrir les bouteilles". Pourquoi la poubelle, qui n'a rien de noble ? En tout cas, ce sont des tâches qui prennent quelques minutes. Les hommes résisitent beaucoup plus face au nettoyage, long et fastidieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AelleAelle   26 avril 2014
Un autre exemple : dans les sociétés de chasseurs-collecteurs, les hommes chassent avec leurs arcs et leurs épieux et rapportent de la viande, mets très prisés mais qui représente tout juste 20% de la nourriture du groupe.
Les femmes cueillent - c'est moins prestigieux-, mais elles procurent ainsi 80% des denrées. Tous les ethnologues de ces peuples le disent, cette proportion est constante.
Les femmes jouent donc un rôle prédominant dans la survie du groupe. Cela n'empêche pas que, partout, la chasse soit beaucoup plus valorisée que la cueillette. Partout, le partage sexuel des rôles avantage le sexe masculin, en valorisant surtout le produit du travail de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Annette55Annette55   27 août 2020
«  Il y a des jours où le bonheur minuscule du café du matin ne vient pas à bout des nouvelles du jour ».
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Nicole Bacharan (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicole Bacharan
Nicole Bacharan - On n'est pas couché 27 juin 2020 #ONPC 
On n'est pas couché  27 juin 2020 Laurent Ruquier sur France 2 #ONPC
Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-est-pas-couche/
Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel
Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
501 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre