AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253061007
350 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (09/09/1992)
4.21/5   56 notes
Résumé :
Tous les êtres qui aiment la grande rêverie simplifiée, simplifiante, devant un ciel qui n'est rien autre chose que " le monde de transparence ", comprendront la vanité des " apparitions ". Pour eux, la " transparence " sera la plus réelle des apparences. Elle leur donnera une leçon intime de lucidité. Si le monde est aussi volonté, le ciel bleu est volonté de lucidité. le " miroir sans tain " qu'est un ciel bleu éveille un narcissisme spécial, le narcissisme de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
vincentf
  31 janvier 2015
Penser l'imaginaire, c'est s'envoler. Bachelard, même dans l'insaisissable, dans le vent, dans le nuage, s'attache (se tache) à la matière. Ici, c'est la matière en mouvement, la matière qui veut échapper à sa pesanteur, la matière qui se refuse à elle-même. Des ailes naissent sous les talons, le regard se tourne vers le haut, vers la lumière, l'arbre s'étire jusqu'au ciel, il nous berce dans l'air, il nous donne l'impression d'échapper à la terre. L'élément air est l'élément le moins concret. Il a besoin de plus de rêverie que les autres. Il a besoin de fuir sans cesse. Pour le saisir, nous avons besoin de bouger dans tous les sens, de déployer une énergie qui ne sait pas ce qu'elle cherche, de vivre en volant. le souffle des mots nous y aide car les mots eux-mêmes sont de l'air, tels ces mots vie et âme, qui sont l'inspiration et l'expiration, la naissance et la mort, l'envol et la chute.
Commenter  J’apprécie          130
lehibook
  24 juin 2019
Quel bonheur m'a apporté ce vieux maître à barbe blanche à la lecture de ses livres ! Que d'ouvertures , de poètes à découvrir, Que de songes et de quelle air nouveau et frais il a inondé mon esprit.
Commenter  J’apprécie          70
Enroute
  26 juillet 2017
J'ai été moins emporté par ces essais sur l'imagination du mouvement - moins de structure générale que pour les trois autres essais sur le feu, l'eau et la terre - peut-être aussi plus de métier de l'auteur, ce qui retire la spontanéité des premiers (feu et eau) et donc l'abord immédiatement onirique en faveur d'une étude plus austère - peut-être aussi moins de surprise du lecteur qui se lasse de Hofmannsthal, Blake et Hugo... une sensation de moins de fraîcheur, d'une écriture sirocco plutôt que bise...
Commenter  J’apprécie          30
Philippe40
  14 mai 2018
Je me suis toujours régalé depuis ma jeunesse à lires les livres de Bachelard. Sa pensée est exprimée avec simplicité. J'ai vu de ses interviewes ...Pour moi c'est l'image universelle du philosophe .
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   12 janvier 2014
Cette puissance formelle de l'amorphe que l'on sent en action dans la "rêverie des nuages", cette continuité de la déformation doivent être comprises dans une véritable participation dynamique. "Il n'y a pas loin, par l'oiseau, du nuage à l'homme", dit Paul Eluard. C'est à la condition d'adjoindre, au vol linéaire de l'oiseau, le vol qui roule, le vol globuleux, la rondeur des bulles légères. La continuité dans le dynamisme supplante les discontinuités des êtres immobiles. Les choses sont plus distinctes entre elles, plus étrangères au sujet quand elles sont immobiles. Lorsqu'elles commencent à se mouvoir, elles émeuvent en nous des désirs et des besoins endormis. "Matière, mouvement, besoin, désir sont inséparables. L'honneur de vivre vaut bien qu'on s'efforce de vivifier", conclut Paul Eluard. Soudain, pour parler comme Supervielle, devant ce lent mouvement des nuages on sait "ce qui se passe derrière l'immobilité". Le mouvement a plus d'homogénéité onirique que l'être. Il associe les êtres les plus divers. L'imagination dynamique met "dans le même mouvement", et non pas "dans le même sac", des objets hétéroclites et voilà un monde qui se forme et s'unit sous nos yeux. Quand Éluard écrit (op. cit., p. 102): "Nous voyons souvent des nuages sur la table. Souvent aussi nous voyons des verres, des mains, des pipes, des cartes, des fruits, des couteaux, des oiseaux et des poissons", il encadre, en son inspiration onirique, les objets immobiles par les êtres de la mobilité. Au début du rêve les nuages, à la fin les poissons et les oiseaux, sont des inducteurs de mouvement. Les nuages sur la table finiront par voler et nager, avec les oiseaux et les poissons, après avoir mis, doucement, les objets inertes en mouvement. La première tâche du poète est de désancrer en nous une matière qui veut rêver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          135
RubinowyRubinowy   03 octobre 2014
« Dis-moi quel est ton infini, je saurai le sens de ton univers, est-ce l'infini de la mer ou du ciel, est-ce l'infini de la terre profonde ou celui du bûcher ? » Dans le règne de l'imagination, l'infini est la région où l'imagination s'affirme comme imagination pure, où elle est libre et seule, vaincue et victorieuse, orgueilleuse et tremblante. Alors les images s'élancent et se perdent, elles s'élèvent et elles s'écrasent dans leur hauteur même. Alors s'impose le réalisme de l'irréalité. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
sonatemsonatem   02 août 2021
Même des motifs comme ceux qu’éveille le travail du bois n’arrivent pas à effacer l’image de l’arbre vivant. Dans ses fibres, le bois garde toujours le souvenir de sa vigueur verticale, et l’on ne lutte pas sans habileté contre le sens du bois, contre ses fibres. Aussi, pour certains psychismes, le bois est une sorte de cinquième élément – de cinquième matière –, et il n’est pas rare, par exemple, de rencontrer, dans les philosophies orientales, le bois au rang des éléments fondamentaux. Mais alors une telle désignation implique le travail du bois ; elle est, à notre avis, une rêverie de l’homo faber (…) nous devons reconnaître que le bois est peu important pour l’onirisme profond. Alors que les arbres et les forêts jouent un si grand rôle dans notre vie nocturne, le bois lui-même ni figure guère.

Le rêve n’est pas instrumental, il ne se sert pas de moyens, il vit directement dans le règne des fins ; il imagine directement les éléments et vit directement leur vie élémentaire. Dans nos rêves, nous flottons sans bateau, sans radeau, sans nous donner la peine de creuser le canot dans le tronc des arbres ; dans le rêve, le tronc des arbres est toujours creux ; le tronc des arbres est toujours prêt à nous recevoir pour dormir allongé, dans un long sommeil sûr d’un vigoureux et jeune réveil.

L’arbre est donc un être que le rêve profond ne mutile pas.


Chapitre X – L’arbre aérien (pp. 234-235, Édition José Corti, 1985).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lecteur84lecteur84   12 juin 2014
en quel sens doit-on dire qu'un son devient aérien? C'est quand il est à l'extrémitédu silence, planant dans un ciel lointain-doux et grand.
Commenter  J’apprécie          200
lecteur84lecteur84   13 juin 2014
Il y a tant de rêves au ciel que la poésie, gênée par les mots, n'a pu nommer.
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Gaston Bachelard (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaston Bachelard
https://www.editions-harmattan.fr/livre-quelle_universite_pour_le_xxie_siecle_michel_bernard-9782343219868-68126.html
En France, il y a désormais un ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Les universités relèveraient donc de l'enseignement supérieur. Mais que deviennent-elles ? Trois logiques au moins s'affrontent : la logique financière et organisationnelle, la logique administrative et la logique des finalités. Quelles sont nos options ? Restaurer l'université selon une forme ancienne devient impossible. La réformer devient insuffisant, c'est même une impasse. Certains veulent sa disparition. Enfin, d'autres craignent une destruction calculée. Pour l'auteur, il y a une cinquième voie. Dans cet ouvrage, il propose deux lectures : l'université au XXIe siècle et l'université pour le XXIe siècle. Cette seconde voie s'esquisse en référence à des finalités et en termes qualitatifs. La réflexion passe par Bachelard, Fourastié, Laborit et Edgar Morin, mais se met aussi à l'écoute des universitaires, étudiants, seniors et observateurs.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ImaginationVoir plus
>Psychologie>Processus mentaux conscients, intelligence>Imagination (20)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
374 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre