AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782757815021
61 pages
Points (27/08/2009)
4.56/5   17 notes
Résumé :
Depuis la Révolution française, la peine capitale a été l'objet de prises de position politiques très fortes. Lorsqu'en 1981, après de nombreux rebondissements, un projet de loi sur l'abolition de la peine de mort est enfin débattu devant l'Assemblée nationale, Robert Badinter, garde des Sceaux et orateur de talent, fait un discours qui marquera les annales de la Ve République. Le discours de Maurice Barrès, en 1908, vient rappeler combien le sujet fut polémique et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Unvola
  24 août 2020
Une formidable idée de la part de la société d'édition les « Éditions Points », que d'avoir publié à travers différents petits fascicules, de grands discours qui ont marqué l'histoire du 20ème siècle.
Ce premier discours est celui de Robert Badinter, prononcé lors du débat sur l'abolition de la peine de mort, le 17 septembre 1981 devant l'Assemblée nationale.
La torture puis l'esclavage ayant été abolis en France, il restait donc encore à abolir la peine de mort. En 1981, la France était honteusement l'un des derniers pays en Europe occidentale à ne pas avoir encore aboli la peine de mort.
Ce projet de loi pour l'abolition de la peine de mort avait déjà été soulevé le 30 mai 1791, par Louis le Pelletier de Saint-Fargeau. Mais la première Constituante rejeta ce projet, le 6 octobre 1791.
Puis, Napoléon Bonaparte inscrivit la peine de mort dans le Code pénal.
200 ans plus tard, la peine de mort fut donc enfin abolie lors du vote à l'Assemblée nationale le 18 septembre 1981, le lendemain du discours de Robert Badinter.
Depuis 2007, l'interdiction du rétablissement de la peine de mort est inscrit dans notre Constitution.
Le second discours est celui de Maurice Barrès contre l'abolition de la peine de mort, le 3 juillet 1908 à la Chambre des députés. Entre autres, Maurice Barrès s'opposa à d'illustres personnages, tels que : Jean Jaurès et le garde des Sceaux de l'époque, Aristide Briand.
Ce jour-là, le projet de loi abolitionniste fut donc repoussé par la Chambre des députés.
Selon moi, la peine de mort doit être abolie dans tous les États du monde, pour au moins trois raisons fondamentales fort bien explicitées par Robert Badinter, lors de son discours :
1 / Ce premier point, le plus essentiel, se suffit à lui seul : Aucun État, ni aucun individu, quel qu'en soit le motif, ne peuvent s'arroger le droit de TUER un être humain. le respect de l'intégrité physique étant un droit universel inaliénable.
2 / Ensuite, la Justice des Hommes n'étant pas infaillible, il est évident que toute réparation après avoir exécuté un condamné à mort, est dramatiquement…, irrémédiablement IMPOSSIBLE.
3 / Un État quel qu'il soit, qui, en ce début de 21ème siècle, dans ce 3ème millénaire, n'a pas encore aboli la peine de mort, doit impérativement se poser la question cruciale suivante :
Est-il un État Démocratique ou non ?
Voici une très courte phrase d'inspiration universellement humaniste, à l'encontre de la peine de mort :
« Tu ne tueras point ! ».
Confer également dans cette superbe collection :
– du sang, de la sueur et des larmes : Suivi de L'Appel du 18 juin ;
– le mal ne se maintient que par la violence : Suivi de la vérité est la seule arme dont nous disposons.
Lien : https://totalitarismes.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Haldir
  26 septembre 2012
Un bien petit livre... mais quel grand discours! Et qu'il est bon de se le remémorer!

Pour les connaisseurs vous ne trouverez rien de plus dans ce livre que la retranscription du discours de Robert Badinter. Mais entre les mots creux de "Indignez-vous!" de M. Hessel et le verbe flamboyant de M. Badinter, le choix est rapidement fait. Un grand homme et un moment historique en une dizaine de page. Magique.
Commenter  J’apprécie          40
ErnestLONDON
  19 octobre 2016
Le 17 septembre 1981, Robert Badinter, Garde des sceaux, s'adresse à l'Assemblée Nationale pour demander aux élus de voter l'abolition de la peine de mort. Il leur rappelle que c'est en 1791 que Louis le Pelletier de Saint-Fargeau formula le premier projet de loi à ce sujet. Il aura donc fallu près de deux siècles pour que la France se décide à l'adopter, après la plupart des pays d'Europe occidentale. (...) L'argumentation est convaincante s'il en était besoin.
Quant au discours que Maurice Barrès prononça le 3 juillet 1908, sa lecture est tout autrement édifiante. Il n'est pas inintéressant en effet d'entendre parfois d'autres points de vue. (...)
Si la juxtaposition de ces deux textes peut sembler déloyale du fait du temps qui les sépare et du contexte de chacun, la brutalité du second n'en demeure pas moins. L'inhumanité et la violence des arguments se retrouvent en effet dans bien des discours d'aujourd'hui.
Article complet sur le blog de la Bibliothèque Fahrenheit 451
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          20
Cocos2609
  16 septembre 2021
Comment critiquer un ouvrage qui n'est qu'une retranscription de deux grands discours ?
Aucune idée.
En revanche je partagerai le plaisir que j'ai eu à découvrir ces deux hommes et leurs idées, ainsi que ce débat sur la peine de mort qui ne sera jamais terminé, car comme nous le montrent ces deux discours, il n'y aura jamais une réponse absolue.
C'est donc un ouvrage particulièrement intéressant pour entamer une réflexion sur ce sujet clivant.
Commenter  J’apprécie          00
flowskipike
  10 mars 2013
Un discours plus qu'intéressant qui nous rappelle que la france que nous connaissons n'a pas toujours été si ouvertes aux idées des hommes. Un moyen de se rappeler qu'il faut se battre pour ses idées !!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
manueandremanueandre   26 février 2014
Dans la réalité judicaire, qu’est-ce que la peine de mort ? ce sont douze hommes et femmes, deux jours d’audience, l’impossibilité d’aller jusqu’au fond des choses et le droit, ou le devoir, terrible, de trancher, en quelques quarts d’heure, parfois quelques minutes, le problème si difficile de la culpabilité, et, au-delà, de décider de la vie ou de la mort d’un autre être. Douze personnes, dans une démocratie, qui ont le droit de dire : celui-là doit vivre, celui-là doit mourir ! Je le dis : cette conception de la justice ne saurait être celle des pays de liberté, précisément pour ce qu’elle comporte de signification totalitaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Robert Badinter (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Badinter
Vincent Lindon et Robert Badinter
Dans la catégorie : Peine de mortVoir plus
>Criminologie>Peines. Sanctions>Peine de mort (17)
autres livres classés : peine de mortVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2676 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre