AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782234086531
Éditeur : Stock (08/01/2020)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 13 notes)
Résumé :
« Eugénie a seize ans ; elle pourrait en avoir plus, en avoir moins, elle est restée la même depuis ses six ans, même taille, mêmes traits, même corps. Elle a juste forci. Ses jambes sont courtes et larges, ses mains nouées, son ventre proéminent, son crâne volumineux, sa peau rugueuse, épaisse et plissée, ses pommettes saillantes, ses yeux petits, enfoncés dans les orbites, ses narines échancrées, ses lèvres épaisses et pendantes, son cou doublé d’un goitre imposan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  07 mars 2020
Qui n'a pas un jour croisé, voire utilisé, l'injure populaire «Quel crétin des Alpes!»?
Suffit de lire Hergé...
On sait à ce jour que le crétinisme est une pathologie de la thyroïde par carence en iode, et qui sans traitement produisait des êtres gravement déficients physiquement et mentalement. Il faudra attendre le 20e siècle pour une compréhension et une prise en charge pertinente de la maladie.
1835. Deux médecins partent en expédition dans les vallées reculées du Queyras pour y trouver des individus atteints de crétinisme et les ramener en placement d'office à l'hôpital parisien de la Salpétrière, dans le cadre d'un projet d'éducation et de sociabilisation imaginé par le Dr Jean-Pierre Falret.
Fort d'un bon droit humaniste, trois « idiotes » sont achetées à leur famille. Eugénie, 16 ans, va faire partie de l'étude scientifique, thérapies diverses et chirurgies, participant ainsi à notre compréhension du traitement médical de la maladie mentale au 19e siècle. En contre-champ se révèle la société de l'époque, fascinée par le phénomène, et impliquée dans un désir éducatif des individus.
Antoine de Baecque a précédemment écrit un ouvrage érudit sur le crétinisme, et en donne par ce roman/récit une version plus littéraire. En opposition à la «laideur» du sujet médical, l'auteur se fait lyrique dans les descriptions des êtres et des choses, sublimant de grandeur et beauté les régions montagneuses.
Décidément, les folles inspirent les romanciers ces dernières années: le bal des Folles de Victoria Mas, La salle de bal de Anna Hope,...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Christlbouquine
  19 avril 2020
L'insulte « crétin des Alpes » m'était connue depuis de nombreuses années même si je ne trouvais pas cela très charitable pour les habitants des montagnes car, après tout, les crétins existent dans bien des régions. Mais je n'imaginais pas que cette expression prenait en fait racine dans une réalité historique et médicale sur laquelle Antoine de Baecque revient dans ce livre passionnant et très documenté, à travers l'histoire d'Eugénie.
Eugénie Loucher a 16 ans et vit à Saint-Véran avec son père et ses frères et soeurs. La fratrie compte trois crétins et le reste des enfants est goitreux. Comme beaucoup d'habitants de ces régions. Mais en ce mois de juin 1835, c'est Eugénie qui est choisi pour être admise à l'asile de la Salpetrière, à Paris, et pour devenir, comme plusieurs autres, un sujet d'étude mais aussi pour y recevoir une éducation.
Car le docteur Jean-Pierre Falret, en charge de l'asile, se sent investi d'une mission : comprendre ces êtres différents, leur apporter de l'aide, tenter de les guérir et peut-être éradiquer ce fléau qui touche un certain nombre de personnes.
Mais ne nous voilons pas la face, le Docteur Falret n'est pas un humaniste pur. Il cherche aussi une certaine reconnaissance et à assoir sa réputation grâce aux progrès que pourraient faire les enfants qu'il a choisies. Car le sort de ces crétins, crétines en l'occurrence car seules des filles ont été sélectionnées, excite la curiosité malsaine de la population et des bourgeois. Comme cela était déjà le cas pour les aliénées qui sont internées.
Eugénie devient d'ailleurs une attraction, notamment au cours de ce fameux bal des folles organisé chaque année et qui met en scène les internées de l'hôpital sous les yeux curieux et scrutateurs d'un public voyeur.
Mais le déracinement de ses montagnes natales s'avère néfaste pour Eugénie, comme pour ses petites compagnes, qui ne répondront jamais aux attentes du médecin. Celui-ci s'oppose bientôt à son fils, Jules, qui s'est attaché à Eugénie et n'est pas d'accord avec les méthodes de son père.
Ce livre est bref, comme la vie d'Eugénie. Mais que de tristesse contenue dans ces pages. Que le destin d'Eugénie est dramatique et inhumain.
Antoine de Baecque écrit l'histoire de manière très factuelle, mais le lecteur lira entre les lignes toute l'injustice liée au sort de la jeune fille ainsi que de toutes celles qui ont dû subir des internements souvent synonymes de traitements violents.
Et tout cela parait d'autant plus vain et cruel, qu'on a finit par découvrir que la maladie dont souffrait Eugénie n'était due qu'à une carence en iode et que peu de chose aurait pu faire basculer sa destinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
raime
  24 août 2020
"Crétin des Alpes", une insulte du capitaine Haddock ? Pas que ... le crétinisme est une maladie due à un manque d'hormones thyroïdiennes qui sévit principalement dans les montagnes. Ce livre va justement nous emmener à la suite d'une expédition scientifique dans les Alpes pour ramener des crétines à l'hôpital Salpêtrière, à Paris, à des fins d'études. le récit se situe en 1835 et décrit donc les travaux du Dr Falret, une cinquantaine d'année avant les travaux du Dr Charcot qui ont servi de base au livre "le bal des folles" de Victoria Mas (https://www.babelio.com/livres/Mas-Le-bal-des-folles/1147633).
C'est le deuxième livre que je lis sur à peu prêt le même sujet donc.
On est toujours sur le même type de voyeurisme de la bonne société de l'époque qui aime s'encanailler en allant se frotter à des folles, à des crétines.
Toujours une médecine aliéniste moderne qui, imbue de sa science, veut le bien des anormaux malgré eux (Les recherches de ses médecins ont certes faits progresser la science...). Mais cettefois, des crétines qui seront même parfois maintenues derrière des barreaux et regardées comme des monstres de foire. Et je pense que c'est ce qui m'a mis mal à l'aise : j'ai eu l'impression d'être aussi un voyeur, sentiment que je n'avais pas eu en lisant le "bal des folles"


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnneClaire29
  17 septembre 2020
Jean-Pierre Falret, grand alieniste du début du 19ème siècle, prend pour sujet trois jeunes filles des Alpes. Eugènie est l'une d'elle. Ce récit nous raconte comment les l'aliéniste de l'époque essayait de sociabiliser les femmes ayant des troubles psychiatriques, psychiques ou des retards de développement. Eugènie est frappée de crétinisme, a la taille d'un enfant et est défigurée. Nous l'a suivons de son enlèvement à sa terre natale jusqu'à sa mort.
C'est roman met en lumière les pratiques des savants du 19ème siècle, comment ils traitaient les femmes et les enfermaient pour essayer de les guérir. Un récit qui donne le ton dès le premier chapitre avec l'autopsie d'Eugènie. On se prend d'affection pour cette femme qui n'a rien demandé, qui ne peut réagir à ce qui lui arrive. Je ne peux pas dire que j'ai aimé cette lecture mais elle m'a touché par son personnage principal.
Commenter  J’apprécie          30
Manonlitetvadrouilleaussi
  06 mars 2020
Paris.1835. Jean-Pierre Falret, médecin réputé de la Salpêtrière et spécialiste des aliénées décide d'envoyer en expédition dans les Alpes du Sud son fils Jules. Sa mission : récupérer des crétines des Alpes pour étudier leur pathologie. Jules ramènera trois jeunes filles : Eugénie, Marie et Laurence.
Qu'est-ce que le crétinisme ? Peut-on en guérir ? Peut-on éduquer ces crétines ? le père et le fils vont entreprendre des travaux de recherche pour tenter d'y répondre.
.
.
Le roman commence sur un événement funeste de 1849. le ton est donné. Nous faisons un bon de 14 ans en arrière pour nous retrouver cette fameuse année de 1835. Dès lors nous suivons le quotidien d'Eugénie et de ses compagnes. Eugénie achetée 100 Francs à son père et placée à l'asile dans les « Petites Loges » de la Salpêtrière. Son existence va changer du tout au tout . Scrutée, épiée, exhibée tel un monstre de foire alors que dans les Alpes les crétins sont sacrés ,considérés comme un don du Très Haut. Ils ne sont ni abandonnés ni méprisés dans le village et sont de véritables porte-bonheurs .  « Bien-heureux les pauvres d'esprits parce que le royaume des cieux est à eux ».
.
.
Sans doute retrouvez vous des similitudes avec le roman de Victoria Mas et son « Bal des folles ». Ici nous sommes aux prémices des événements de Charcot , à l'époque où les parisiens souffrent de crétinomanie. Et cette mode aura sa star en la personne d'Eugénie. Il faut dire que malgré toutes ses difformités internes et externes , la jeune fille est résistante et semble dotée d'une certaine compréhension. Elle développera une compétence que le bon docteur Falret exploitera sans vergogne. Parallèlement , il mènera également certaines expériences chirurgicales des plus douteuses.
.
.
Au fait, vous ai-je précisé que ce récit est basé sur des faits réels ? Décidément il ne fait pas bon d'être à la Salpêtrière au XIXe siècle...
.
.
La médicale que je ne suis n'a pu qu'adhérer à l'aspect méthodologique tant historique que scientifique. Cependant, s'agissant d'un roman il m'a manqué un petit quelque chose. Peut-être aurait-il fallu approfondir la relation Jules-Eugénie, ou la psychologie de la jeune fille même si je conçois que le cas soit particulier. Il n'en demeure pas moins vrai que nous pouvons qu'apprécier le travail de recherche de l'auteur qui met en avant un fait qui m'était méconnu. de plus, j'ai eu beaucoup d'empathie pour Eugénie.
.
.
En définitive, ce roman peut vous plaire si vous aimez les récits historiques à consonance scientifique.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   06 février 2020
Sans chercher à tirer des larmes, Antoine de Baecque réussit à rendre attachante cette malheureuse erreur de la nature. Ce roman écrit de main de maître témoigne de son amour pour ses dissemblables.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ManonlitetvadrouilleaussiManonlitetvadrouilleaussi   06 mars 2020
Eugénie a 16 ans ; elle pourrait en avoir plus, en avoir moins, elle est restée la même depuis ses six ans, même taille, même traits, même corps. Elle a juste forci. Ses jambes sont courtes et larges, ses mains nouées , son ventre proéminent, son crâne volumineux, sa peau rugueuse et plissée, ses pommettes saillantes, ses yeux petits, enfoncés dans les orbites, ses narines échancrées, ses lèvres épaisses et pendantes, ses abajoues marquées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChristlbouquineChristlbouquine   19 avril 2020
Les crétins sont laids, monstrueux, malheureux en apparence, mais ils ne sont ni abandonnés ni méprisés dans les villages des Alpes.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antoine de Baecque (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine de Baecque
"Il était une fois un homme et une ville qui se rencontrèrent, s'aimèrent, se marièrent, et eurent un enfant nommé Festival". C'est en ces mots que le grand Jean Vilar décrit la création, en septembre 1947, d'"Une Semaine d'art en Avignon", qui deviendra au fil des ans le Festival d'Avignon tel que nous le connaissons aujourd'hui. Antoine de Baecque, historien et critique, co-auteur d'une "Histoire du Festival d'Avignon" (Gallimard, 2016), retrace les liens qui unissent historiquement la ville au théâtre. Il est l'invité d'Oliva Gesbert.
La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 12 février 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤17Une Semaine D7¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : aliénisteVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre